Alain Guionnet – Journal Revision

16 septembre 2013

QUESTION DE TÊTE NOIRE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 19:43

Tête noire s’interroge sur la question de savoir si François Hollande est juif, nous ne savons pas. Succès d’« Hollande juif ? » est cependant énorme, car il arrive en tête de liste sur Google quand on cherche Hollande juif. Il s’agit d’une question, pas d’une réponse. Hollande n’est pas juif, mais peut-être frankiste, mot dont use et abuse le trotskard en parlant de sa secte (humour juif).

Le frankiste est juif converti des temps modernes. Contrairement au marrane, il se convertit de sa propre volonté. Il devient alors « juif inconnu », comme disait Shakespeare, ou « invisible », comme l’a suggéré Marine Le Pen dimanche dernier. Puis les générations se succèdent, tandis qu’il se marie souvent à une goye. La biographie des deux juifs hongrois pères du sionisme est éloquente à ce sujet. Tivadar Herzl fut d’abord frankiste. Il envisagea que les juifs se convertissent au christianisme afin qu’il n’y ait plus de problème juif. Puis il se ravisa, devint sioniste et fut tué par les sionistes selon sa femme, morte peu après. Quant à Max Nordau, il épousa une goye et aurait été victime d’une tentative d’assassinat par un extrémiste juif.

Par la suite, c’est la conscience d’Hollande d’être ou non d’origine juive qui importe. Or lui-même n’exclut pas cette possibilité. Ensuite Hollande reprend à son compte les mensonges colportés par Jean-Paul Sartre dans ses Réflexions sur la question juive, sur les malheurs qu’auraient subi les juifs tout au long de l’histoire. Se pose alors question de savoir jusqu’à quel point Hollande s’identifie au juif. Difficile de savoir, sauf quand on le voit tenir ses discours guerriers et qu’on l’écoute parler. Les traits de son visage et ses locutions semblent alors éloquents. Quand il évoque le gazage homicide de Damas, il espère susciter l’émotion, allant jusqu’à l’horreur, du goy, avant de s’étonner que tel ne soit pas le cas. Ces films sont à revoir (nous n’en avons trouvé pour l’heure que des extraits).

En matière de propagande dominante les trucs sont toujours les mêmes : gazage homicide, prétendue plus horrible des atrocités, alors que le pharmacien Jean-Claude Pressac jugeait que l’acide cyanhydrique provoquait une mort douce ; Munich, dont le nom a été prononcé, heureusement pas par Hollande, qui n’a pas osé aller jusque là, peut-être pour ne pas se trahir ; Hitler, surnom n’ayant pas été donné à Assad, mais à Saddam Husseïn, qui aurait lui aussi été coupable de gazage homicide. Toutefois de Kurdes, cet incident n’ayant pas suscité l’indignation des puissances étrangères sur le moment. Comme si la guerre débutée en 1939 se poursuivait en 2013, ce qui est sans doute vrai dans l’esprit d’Hollande.

Bien sûr, d’aucuns soutiennent qu’Hollande est goy. Il disent que les juifs portent souvent noms de lieux, de villes en particulier, rarement de pays. Comme Verdun ou Dantzig, mais aussi de leurs habitants, comme Berliner, Berlinois, Trierweiler, Résident de Trèves, nom de l’ancien mari de la prétendue première dame de France. Hollande indiquerait seulement l’origine de la famille, que les partisans de la goyitude du faiseur de guerre feignent de croire depuis très longtemps, venue vivre en France. Dans le nord, bien entendu. Ils citent Wikipédia à l’appui de leurs sornettes, ce qui choque certains lecteurs.

9 commentaires »

  1. C’est le grand retour du mandarinat !

    (Commentaire de la première version du papier, superficielle et délirante, les deux allant souvent de pair, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 16 septembre 2013 @ 20:09 | Réponse

  2. Laissons donc provisoirement de côté Karl Wittfogel, son despotisme oriental et son mode de production asiatique, son intéressante analyse concernant l’alimentation en eau des rizières depuis les temps immémoriaux, et son incurable fascination de marxiste pour l’économie, cette maladie infantile qu’il partage à égalité avec le libéral.
    Laissons aussi de côté le goût immodéré du guide pour l’épaulette, sachant que « La caserne, étant donné ses indéniables résultats : abrutissement, avilissement, épidémies et taux exagéré de mortalité, pourrait apparaître à un cerveau mal fait comme le conservatoire de la vermine morale, comme l’antre du typhus. Mais, en créant l’esprit de servilité, elle tue l’esprit militaire réel. » Georges Darien, L’Épaulette.

    L’esprit militaire réel, c’est ce que nous devons garder à l’esprit.

    Tu as raison, en matière de propagande, l’idéologie dominante utilise sensiblement les mêmes recettes usées. Le spectacle humaniste de la misère kurde, comme le gazage des Kurdes à Habalja en mars 1988, que le spectacle a largement contribué à produire, n’avait pas soulevé à l’époque de protestation significative de la part de la « communauté internationale », Saddam Husseïn étant le pion indispensable des Occidentaux dans la guerre Irak-Iran. Il était communément admis que les civils avaient été tués « collatéralement » à la suite d’une erreur de maniement des gaz de combat. Saddam = Hitler, ce fut plus tard. Ceci étant dit, en 1988, le dictateur Saddam avait toute amplitude pour réprimer l’insurrection kurde, le Kurde étant le gêneur.

    La vitesse orwellienne à laquelle l’information dominante se retourne reste malgré tout proprement stupéfiante.

    (Daniel Cohn-Bendit maudit Wittfogel de toutes ses forces. Pourquoi ? Parce que Wittfogel aurait eu interprétation marxiste ? Un peu, dans ce sens qu’elle est déterministe, approche très répandue en bochie. Ensuite Cohn-Bendit craint qu’on aille plus loin que Wittfogel, et qu’on déduise que le juif est héritier et partisan du despotisme oriental. Je peux en témoigner. D’autre part, tu as raison de rappeler la date du gazage homicide de Kurdes qu’aurait commis Husseïn en mars 1988, et l’absence de réaction de la « communauté internationale », locution à laquelle je n’ai pas songé. Tu as l’air de buter sur Husseïn, que j’écris à la sarrazine, bien que j’aye toujours prononcé Hussein. Husseïn = Hitler date effectivement de la deuxième guerre à l’Irak, ce que j’ai cru superflu de préciser. La vitesse croissante à laquelle va information est stupéfiante, c’est vrai. Morale du jour n’est plus même lendemain, mais elle n’est pas orwellienne. Je parle de JV par déformation linguistique, mais nous devrions peut-être dire VJ, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 17 septembre 2013 @ 14:02 | Réponse

  3. « Résident de Trêve » ? Ha ! Ha ! Guionnet confond trêve et la ville de Trèves…

    Et puis cette interview de Kertész, parue dans die Zeit :

    Imre Kertész : « J’ai été un clown de l’Holocauste »
    16 septembre 2013

    Dans une interview accordée à l’hebdomadaire allemand Die Zeit, Imre
    Kertész, écrivain [hongrois] lauréat du Prix Nobel en 2002 et survivant
    d’Auschwitz, dénonce l’industrie de l’Holocauste dont il dit avoir été la
    victime, soit l’exploitation de la mémoire de l’Holocauste à des fins
    personnelles, politiques et/ou financières.
    Amer, il juge aujourd’hui son rôle en Allemagne de façon très critique,
    allant même jusqu’à considérer avoir été pour les Allemands un « clown de
    l’Holocauste ». La mémoire de cette période de l’Histoire est devenue une
    industrie en Allemagne, dénonce-t-il.
    Kertész estime que l’obtention du Prix Nobel a eu un effet dévastateur
    sur lui et qu’après son attribution il ne pouvait plus se regarder dans le
    miroir. « J’étais devenu une entreprise, une marque. La marque Kertész »,
    regrette-t-il.
    L’écrivain qui a aujourd’hui 84 ans est très affaibli par la maladie de
    Parkinson et est rentré vivre à Budapest après de longues années à Berlin.
    La presse hongroise relaie abondamment les propos de l’écrivain.
    L’interview gratuite est partiellement accessible.

    (Bravo ! deux coquilles dans un nom de six lettres, difficile de faire « mieux » ! Je n’ai pas songé vérifier l’écriture de Trier en français car j’avais de plus gros soucis. Sur Kertész, merci pour cette interprétation résumée. Je connais bien ce pitre. Note que mon jugement est différent de celui bu boche, car il verrait en Kertész un clown, moi un pitre. Je vais lire son entretien au « Temps », accessoirement jeter coup d’œil sur presse hongrois, mais il est peut-être trop tôt pour que Jobbik en cause, le blog de ce parti étant bureaucratique et doublement infiltré, par agents de renseignement d’Urbain et juifs inconnus, NDLR.)

    Commentaire par Dubreuil — 17 septembre 2013 @ 16:32 | Réponse

  4. Concernant l’affaire dite du clown de l’Holocauste, Imre Kertész, Faurisson y voit défaite décisive des historiens de la Shoah. Dans la foulée, il est revenu sur l’humiliation qu’il a infligée à Jean-Claude Pressac, en juin 1995, dont le revirement spectaculaire sur la question de la prétendue extermination des juifs n’a pas fait une ligne dans la presse de l’époque, du moins, jusqu’à ce que Valérie Igounet l’ait timidement évoqué dans son livre Histoire du négationnisme en France, paru en 2000. Pressac a, en effet, fini par admettre que l’histoire de la Shoah étaient parsemée de mensonges, de falsifications et qu’à ce titre, elle n’était bonne qu’à jeter à la poubelle. Il a évoqué également l’aveu fait par l’historien Éric Conan, dans son long article publié en janvier 1995 dans l’Express et intitulé « Auschwitz : la mémoire du mal », relatif aux chambres à gaz d’Auschwitz et qui dit, je cite : « Tout y est faux… À la fin des années soixante-dix, Robert Faurisson exploita d’autant mieux ces falsifications que les responsables du musée répugnaient alors à lui répondre » (p.68).

    (Qui t’a autorisé à quitter ton commando pour plaider cause de Fofo ? Pas moi. Je connaissais bien Pressac, qui fut toujours réviso. Fofo n’a jamais vaincu Pressac, victime consentante. À vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Arrête de plaider cause du faussaire Faurisson, qui cherche à tirer couverture à lui. Je vais jeter œil sur ce qu’a dit Fofo de Kertész. J’ai commencé à traduire l’entretien du « Temps » en ligne, qui confirme que le 11/O9/2013 fut tournant dans l’histoire. Non seulement de France, mais aussi de bochie. Avec Jardinier nouveau feuilleton commence, à vitesse, qui, j’espère et en suis persuadé, peut dépasser JV, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 17 septembre 2013 @ 18:59 | Réponse

    • Je ne défends personne. Je relaie l’information. C’est à toi d’en tirer les conclusions qui s’imposent. Et je m’autorise à faire ce que bon me semble !

      (Je m’occupe de Kertész, essaye de trouver tuyaux sur ancêtres d’Hollande pendant ce temps-là, NDLR.)

      Commentaire par mohacs — 17 septembre 2013 @ 20:21 | Réponse

      • J’ai trouvé tuyaux indirects. Il n’existe en effet pas de preuves formelles. Je ne peux pas creuser au-delà de ce que les généalogistes avertis, qui se sont penchés sur ses origines, ont trouvé. Tu présumes un peu trop de mes dons d’investigateur. Cela dit, je n’ai pas chômé, pendant que tu pestais contre Fofo. Il y aurait quelques ancêtres suspects dans l’arbre généalogique de Moullande. Des noms et prénoms à consonance juive, qui, par ailleurs, ont exercé des professions « pas très catholiques ». Des négociants en bois (comme BHL) et en lin, des marchands d’épices… au cœur du Hainaut ! En outre, j’avais déjà évoqué ici-même les liens de parenté entre Charkeuz et son aîné d’1 an, Moullande, qui sont cousins au 21e degré par leurs mères respectives, même si le droit canon veut qu’au-delà du 4e degré, le lien de parenté est assez dilué pour qu’il ne soit plus considéré qu’il y ait consanguinité en cas de mariage entre cousins. Un certain Claude Labully-Burty, « paysan » savoyard ayant vécu au tournant du 16e et 17e siècles non loin de Chambéry. Son patronyme est tiré d’un nom de lieu « La Bulix », qui, en patois local, désigne une source d’eau agitée. Pour la petite histoire, Carla Bruni-Sarkozy et Valérie Trierweiler partagent aussi un ancêtre commun en la personne de Claude… Baratin, un laboureur de Saint-Romain-d’Urfé (Loire) qui peinait à joindre les deux bouts, sous le règne de Louis le Juste !

        (Je ne comprends pas tout, mais tu sembles sur bonne voie. Il faudrait chercher du côté de Mouillande si j’ai bien compris, NDLR.)

        Commentaire par mohacs — 17 septembre 2013 @ 21:22 | Réponse

        • Oui, mais le fait que la mère de Charkeuz, par laquelle il est apparenté à Moullande, est juive, est une preuve indirecte que la mère de ce dernier doit avoir du sang juif, fût-il dilué. J’ai, par ailleurs, trouvé dans son arbre une arrière-arrière-grand-mère paternelle, une certaine Marie Joseph STEVEZ (10.10.1817-?), dont le nom, diminutif de Steve, est d’origine anglo-saxonne. Ça sent l’exil plus ou moins précipité de ses ancêtres, suite à l’expulsion des juifs de 1290, d’autant que beaucoup d’entre eux se sont réfugiés en… Hollande !
          Et quand je disais qu’il n’y avait pas vraiment consanguinité au-delà du 4e degré, je voulais dire qu’aux yeux de l’Église, il n’y a pas lieu de demander une dispense papale pour les époux tombant dans cette catégorie. Pour ce qui est du droit civil français, la question ne se pose plus, puisqu’il est permis d’épouser son cousin, ce quelque soit le degré de parenté.

          (Tu devrais être plus clair, pitre, et parler jargon administratif. Moullande semble sobriquet, contraction de moulin et lande. Selon toi, Sarközy et Hollande sont apparentés car ayant tous deux sang juif. Ils seraient donc cousin. Tu as trouvé arbre généalogique d’Hollande, très bien, mais communique-le nous ! Surtout que ton interprétation du nom de Stevez est douteuse. Que Stevez soit tiré de Steve est possible, auquel cas Hollande aurait sang juif britannique, ce qui invaliderait au moins en partie la thèse de Ryssen. Mais sans forcément remonter à l’expulsion des juifs de 1290, quand l’Engluche, comme on disait à l’époque, parloit françois. Mais tu oublies le z de Stevez. Il pourrait être hispanisation ou francisation ; Lopez, par exemple, nom que portèrent de nombreux juifs, étant d’origine ibérique, tandis que z et s étaient confondus en langue d’oïl, z ayant prévalu dans l’ancien royaume de Lothaire, voyes Avoriaz, Berclaz, Colmez, etc. File-nous arbre généalogique d’Hollande, auxiliaire ! Je m’occupe pour l’instant de Kertész, dont la lettre sz correspond à s ou z de l’ancien françois, sauf qu’elle se prononce toujours. C’est d’ailleurs amusant de voir comment le Magyar, souvent calviniste, a tranché la question de s et z. Il les a accouplés, agglutinés ! « Normal », dit Jacques Moulin, qui n’est pas hollandois, en jetant regard malicieux sur Attila, qui ne réagit pas, NDLR.)

          Commentaire par mohacs — 18 septembre 2013 @ 08:55 | Réponse

          • J’ai été on ne peut plus clair, Jacques. Et je te rappelle que je n’ai émis qu’une hypothèse. Y a rien de certain. Et personne ne peut prétendre détenir la vérité, en l’absence d’un document formel. En tout cas, elle a le mérite d’être cohérente. Au demeurant, ce n’est pas incompatible avec un séjour en Espagne, d’autant que les Pays-Bas furent longtemps espagnols. Les principaux foyers séfarades au nord-ouest de l’Europe étaient Anvers et Amsterdam. Regarde son nom de « baptême », Marie Joseph. Cette volonté de perpétuer un prénom juif à travers les générations est peut-être un pied de nez fait aux autorités catholiques. N’oublie pas que la dernière sentence de mort prononcée par l’Inquisition date de 1826, même si ce n’était pas en France. Et l’adjonction de « Marie », prénom catholique par excellence, est probablement une manière de donner le change. La preuve ontologique du frankisme. C’est peut-être tiré par les cheveux, mais ça a au moins le mérite de la cohérence. Si tu as mieux, j’attends de voir ! Enfin, Stevez est bien le diminutif de Steve. D’ailleurs, ce n’est nullement mon interprétation.

            Commentaire par mohacs — 18 septembre 2013 @ 12:21 | Réponse

    • C’est quoi le problème avec Faurisson (à part qu’il ait mentionné ton alcoolisme) ?

      (Question à la con, NDLR.)

      Commentaire par ZL — 17 septembre 2013 @ 20:22 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :