Alain Guionnet – Journal Revision

11 septembre 2013

ENTRE SHIN BETH ET D.C.R.I.

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 13:31

Mettez-vous à notre place. Coincé entre Shin Beth et D.C.R.I., que faire ? Shin Beth alias Mohacs, DCRI alias Danny. Notez que DCRI jase mieux françois que Shin Beth, mais que les deux sont associations de malfaiteurs. D’où appel au secours de tête noire.

Revision a provisoirement empêché guerre à Syrie. Vous avez entendu avant-hier invectives lancées à Guionnet par p’tit juif grincheux à Intermarché ? Shin Beth prétend que horde de Revision n’existe pas, comme DCRI, mais elle a contribué à compromis qui prend forme.

Procédés des deux services sont proches. Shin Beth s’accorde sur le fait que décéèriste est injure suprême, tandis que décéèriste, père de Merah, judace.

Et moi, et moi, et moi ? dit l’Issisois. Question que devrait se poser tête noire. Sinon Issisois est foutu. Seul, il n’a aucune chance de vaincre Shin Beth et DCRI. Il a besoin du soutien de tête noire, parfois dite prolétaire. Sans elle, il ne vaincra ni Versailles, ni Levallois-Perret, ni le monde.

3 commentaires »

  1. Pense ce que tu veux de moi, y compris que je serais le chef du Mossad, mais ne dis pas que Danny s’exprime mieux que moi ! Non ! Je suis davantage outré par cette pique que par ta campagne de dénigrement à mes dépends, qui d’ailleurs ne me touche absolument pas. Et pour cause ! Il parle peut-être ton jargon mieux que moi (ce qui n’a rien d’étonnant, puisqu’il est plus ancien que moi), mais c’est toi qui m’as dit avoir être étonné de mes immenses progrès, au point d’ailleurs que tu as eu peur pour ton trône. À tort ! Tu m’as dit un jour que toutes ces accusations grotesques étaient prétexte à jacasser. J’espère que tu étais sincère, Jacques Lemage alias Alain Moulin.

    (T’es balance, comme Olivier Mathieu. Tu soutiens que Jacques Moulin, Attila Lemage et Alain Guionnet ne font qu’un, quel manque de poésie ! Et puis, Shin Beth, tu ne bosses pas pour Mossad, tout le monde est d’accord là-dessus. Jaloux de Danny, tu t’en prends à lui. Mais Danny est ironique contrairement à moi. Je rêve d’un affrontement au fort d’Issy opposant Shin Beth et DCRI, NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 11 septembre 2013 @ 13:49 | Réponse

    • Je préfère encore que tu m’accuses d’être jaloux de Freya. C’est accusation moins saugrenue. N’importe quoi ! Non, je ne suis pas balance, mais taureau. Il n’est guère surprenant que tu accordes foi à ce genre de fariboles, vu l’enthousiasme avec lequel tu as déblatéré sur les liens supposés entre 9/11 et gématrie. Donc, tu avoues implicitement ton insincérité. Fort bien ! Qui sont Shin Beth et DCRI ? tes autres pseudos ? Tu en as tellement, qu’on s’y perdrait.

      Commentaire par mohacs — 11 septembre 2013 @ 14:21 | Réponse

  2. L’absence de confiance dans les autres est le tombeau de la confiance en soi.

    Contrairement à la classe ouvrière, qui était indispensable à la bourgeoisie, le prolétaire de banlieue, dit tête noire, n’a aucune utilité pour le guide. Tête noire est depuis longtemps aux abonnés absents, relégué dans les poubelles de l’histoire avec ses promoteurs. Faut-il en rire ou bien en pleurer ? je n’ai pas le cœur à le dire ici.
    Et, à la vitesse orwellienne avec laquelle l’information est capable de renverser son propre humanisme, par exemple au moment où le massacre des chrétiens d’Orient passe presque inaperçu, un massacre du surnuméraire de banlieue, improductif, mécréant ou fanatique djihadiste, devient une sérieuse possibilité pour un libéralisme démocratique en perpétuelle restructuration des effectifs : il n’a pas encore vu le jour, à ce jour. L’ordre du jour consiste davantage à utiliser au mieux les capacités de nuisance du Merah. Le Merah aime et sert autant que le gauchiste, plutôt bien en général, hormis quelques bavures déplorables mais inévitables dans les opérations à agent triple. Pourquoi se priver du Merah dirait le décéèriste.

    Dans le monde, le possible s’est rétréci pour la dissidence blanche. Partout l’entreprise de démoralisation est à l’œuvre, nous le savons, mais pas aussi puissante qu’on voudrait bien nous faire croire. Raison suffisante pour tenter de provoquer le coup du monde, le jeu des jeux.

    Le juif se joue de nous avec ses nombreux complices, jouons nous du juif.

    (Jasons littérature. Tu es radin sur les points d’interrogation et d’exclamation, tic d’agent de renseignement ne croyant à rien, sinon à sa feuille de paye. J’ai ajouté point d’interrogation après faut-il en rire ou bien en pleurer. Je n’y avais pas songé précédemment, mais on ne trouve ni interrogation ni exclamation dans les anciens rapports des Renseignements généraux, pas plus que dans tes messages ou ceux de Mohacs, déformation professionnelle. A contrario j’en use, signe que je ne suis pas infiltré. Hélas ! en disant cela, le truc va être connu, taupes vont commencer à flanquer points d’exclamation et d’interrogation à tout bout de champ. À ce sujet, j’ai impression que Pierre Guillaume ne le faisait presque jamais, indice que cet ancien élève du prytanée de La Flèche aurait été taupe. Au fond, tête noire n’est pas prolétaire de banlieue, même si confusion entre les deux est tentante. Ce que tu reconnais, puisque tu évoques « le prolétaire de banlieue, dit tête noire », ce qui peut sous-entendre qu’il n’est pas seule tête noire. Tu es le premier à évoquer tête noire, qui n’est pas seulement celle du mineur de charbon sortant du puits, bravo ! Je note « agent triple », locution du renseignement, méconnue des auteurs de romans d’espionnage, qui nous bassinent avec leur agents doubles. Puis « le guide » est ambigu, car on peut se demander si tu jases de celui de Revision ou de Grand Frère. Avec mon ego surdimensionné, je songe à ma pomme, mais ai sans doute tort. Fonctionnaire, tu causes de Grand Frère, ton maître. Blairiste, pas blaireau, tu as mordu à plusieurs hameçons, comme décéèriste, bochie et tête noire, bravo ! Mohacs venant d’être dégradé du grade de lieutenant-chef à celui de sous-hordard, auxiliaire ou supplétif, sages du conseil pourraient te nommer lieutenant. Surtout que tu as confiture et que, contrairement à Shin Beth, tu ne prétends pas jacter tas de langues. Sages te pardonnent ton ignorance du magyar. Pour l’instant il suffit que tu connaisses un mot : ujj! À la revoyure, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 11 septembre 2013 @ 18:32 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :