Alain Guionnet – Journal Revision

20 août 2013

FRANGYAR VAGYOK ÉN!

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:00

Été, moment de se faire plaisir. Hier j’ai jasé avec la meudonoise Karine de sa tendinite, c’est comme si j’avais couché avec elle. Je connais ses petites lèvres à présent. Dans mon aire je dis et répète Góg és Magóg fia, frangyar vagyok én! En langue barbare, bien entendu. Je suis seul. Personne n’a entendu parler du frangyar. Pour le Magyar il n’existe pas, on est ou français ou magyar, pas les deux à la fois, surtout que la nasale an est à chier.

Bon, mais poursuivons. L’adversité n’est pas problème, elle est à circonvenir. Voyez l’affreux Avraham Malthête, il devient docile. Revision tape sur le juif, mais aussi sur le musulman. Elle épargne le chrétien car icelui s’est beaucoup inspiré des coutumes païennes. Revision déteste le veuvard, en revanche, comme Malthête, ce que l’ignoble comprend bien.

Non, je ne me crois pas plus malin que tout le monde. Je suis prétentieux, mais il faut que voix s’élève. J’habite les Hauts d’Issy, quartier Voltaire, historien et philosophe. Voltaire préférait sans doute le titre d’historien, je suis son héritier.

Vaine prétention ? Ce n’est pas à moi de dire, mais philosophie frangyare est bonne pour le moral (les grosses budapestoises dans les films de cul sont presque toutes slaves).

23 octobre, 19h45, Frangyar vagyok én est emphatique, cette locution signifiant il y a que je suis frangyar. Comme l’Alliance française, quand elle enseigne qu’est-ce que c’est que ça ? D’autre part le monde est libre d’écrire franbretoke ou frambretoke, à ne pas confondre avec framboizh.

Frezh et framboizh überalles! slogan d’été de Revision.

4 commentaires »

  1. Kedves Uram, ellentétben azzal, amit írsz, nem vagyok engedelmes. Minden évben, küldtek egy iskolát. És amikor a főnök nem szeret engem, felvettem a szerszámokat, és én máshol.

    (Malthête écrit magyar apparemment conforme, même si nem vagyok engedelmes est discutable, car version littérale du franbretok je ne suis pas docile. Mais copule être n’existe pas en magyar, contrairement au turc — à cause de la désastreuse influence des langues aryennes et sarrazines. Ce qu’Avraham semble entrevoir quand il se définit finalement comme — étant — ailleurs. Mais nous croyons avoir compris : Malthête était taupe d’État et de la Veuve à l’AIU. Il y aurait certes laissé son prépuce, mais à un âge où on se masturbe moins souvent, ou bien où on on honore sa femme ménopausée au maximum deux fois par semaine. Comme le juif, Malthête aimerait se faire passer pour humain, mais il ne l’est pas, il est ignoble, NDLR.)

    Commentaire par TammKoat — 23 août 2013 @ 12:39 | Réponse

    • Ceci conforme ce que j’ai écrit plus haut, l’insulte et la calomnie sont les armes de ceux qui n’en ont pas, ce qui est ton cas, Guionnet.

      Ce qui est sûr, c’est que j’écris le français mieux que toi, ainsi que le breton, l’anglais, le russe et l’allemand, sans parler bien évidemment de l’hébreu, de l’araméen et du yiddish. Parler magyar, lituanien, letton, estonien et finlandais doit certainement être du dernier chic car, en dehors de ces pays-là, combien y a-t-il de véritables locuteurs de ces langues « orphelines » ? Tu devrais apprendre le ouolof et le bambara, ils sont plus nombreux que les Hongrois.

      (Tu écris français comme un porc. Vois ta dernière phrase, tu aurais dû dire Tu devrais apprendre le ouolof et le bambara, leurs locuteurs étant plus nombreux que les Hongrois. Et puis lituanien et letton ne sont par orphelins en leur qualité d’idiomes aryens, tandis qu’estonien et finnois sont apparentés, et que magyar est langue turke unique en son genre, de type argotique. Enfin, depuis quand le nombre détermine-t-il la qualité ? Bobard médiatique. Mohacs aime bien te ratatiner en te clouant le caquet. Si le cœur lui en dit, qu’il prenne son marteau et ses clous pour faire belle ouvrage ! NDLR.)

      Commentaire par TammKoat — 25 août 2013 @ 16:09 | Réponse

      • Ouolof et bambara étant également noms d’ethnies, il n’y a pas lieu de rajouter « locuteurs ».
        Quant au marteau et aux clous, Mohacs ne m’arrive pas à la cheville (voir ici https://picasaweb.google.com/charpentour93/Languivoa1983), et ça, tu le sais parfaitement.
        Après ta mort, tu tomberas certainement dans les tréfonds de l’oubli, Mohacs également, mon travail ci-dessus sera toujours là et pour longtemps. Et ce n’est pas le seul.

        (Tout le monde est contre toi, à commencer par Lancelot, Littré, Grevisse. Tu provoques Mohacs, très bien, j’espère qu’il va t’exploser, cela m’épargnera du boulot. Je suppose que quand je serai mort, je me ficherai de ce qu’il se passe. Enfin ton travail de taupe, si je ne m’abuse, ne passera pas à la postérité, contrairement à celui de Fofo, qui fera figure d’énergumène, NDLR.)

        Commentaire par TammKoat — 25 août 2013 @ 17:48 | Réponse

        • « Travail de taupe » témoigne que tu n’as pris la peine d’ouvrir le lien.

          Commentaire par TammKoat — 26 août 2013 @ 10:26 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :