Alain Guionnet – Journal Revision

31 juillet 2013

ANTICELTECISME

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 19:02

Plutôt que verser dans l’antijudaïsme, faites dans l’anticeltisme, c’est gratuit. Tapez sur Bécassine, sur le conducteur du train, ivre de vitesse, galicien, qui a explosé du monde en pays espingouin. Tapez sur Faurisson et Le Pen, ils sont habitués.

Il ne reste pas grand chose de la la race bretoke en veille du mois d’août. Alain Guionnet, mulâtre bretok d’Issy ? Sa cause est désespérée, il est seulement capable d’allumer l’armingo. Bien sûr, le Turc juge l’allumage de l’armingo merveilleux, mais pas Guionnet. Il songe à Saint-Sulpice, à la mission de la France au dix-huitième siècle, qui gouvernait le monde.

13 commentaires »

  1. Que nenni ! La victoire française de Yorktown en 1781 (la participation des insurgés américains relève plus de la décoration que d’une réelle implication) ne fait pas le poids face à l’impérialisme britannique, qui a délesté la France de pas mal de ses colonies, dont le Canada, la Louisiane, la Dominique, Saint-Vincent, Tobago, Grenade et le Sénégal (Premier empire colonial français). On ne conservera que 5 comptoirs en Inde et autant d’îles, parmi lesquelles Saint Domingue, la Martinique et la Guadeloupe. On gagnera toutefois les îles Saint-Pierre-et-Miquelon. Maigre consolation ! La Guerre de Sept ans a d’ailleurs fait près de 8,5 fois plus de victimes françaises qu’anglaises. La supériorité militaire de ces derniers est écrasante !

    (Tu veux me démoraliser ? C’est facile. C’est Veuve irrégulière énorme problème pour ce qui reste de France. Statistique douteuse à vérifier, décérèsiste de mes couilles ! NDLR.)

    Commentaire par mohacs — 3 août 2013 @ 07:41 | Réponse

    • Bah 168 000 victimes françoises et 20 000 du côté d’Albion. Fais le calcul ! Sans compter évidemment les pertes déplorées par leurs alliés respectifs. Si il y a un conflit qui a consolidé la prééminence britannique (en germe dès la guerre de Succession d’Espagne) sur le reste du monde, c’est bien celui-là. Désolé, mais le XVIIIe siècle fut anglais. Et c’est l’obsession de Louis XIV de vouloir installer son petit-fils, le futur Philippe V, sur le trône espagnol qui aura raison de la suprématie française.

      Commentaire par mohacs — 3 août 2013 @ 22:49 | Réponse

    • Bonjour
      Mohacs vous semblez confondre la guerre de Sept ans et son traité de Paris de 1763 et la guerre d’Indépendance et son traité de Paris et de Versailles de 1783.
      La guerre d’indépendance a au contraire été une victoire pour la France puisqu’elle lui a permis de récupérer bon nombre des colonies que vous avez citées supra, qui avaient été cédées lors du traité de 1763, cette dépossession de 20 années n’ayant du coup été que « virtuelle » et purement administrative.

      @Guionnet
      Vous avez vu ? vous êtes mis à l’honneur par propagandes.info aujourd’hui.

      (Bobo s’inquiète pour son matricule. Sans réviso antijuif dur, il est paumé, NDLR.)

      Commentaire par Native Proud — 4 août 2013 @ 16:15 | Réponse

      • Bonjour,

        Je ne confonds rien du tout et je j’ai jamais dit que la Guerre d’Indépendance américaine avait été une défaite française. Bien au contraire, puisque j’évoque Yorktown. En 1763, la France n’a conservé qu’une (petite) partie de ses colonies (ile de Gorée et 5 de ses comptoirs indiens notamment). En 1783, la France récupère ses comptoirs indiens, le Sénégal et les Antilles. Pas de quoi pavoiser ! Le Canada et les Indes restent anglais. Mais mon propos se situait au-delà des questions coloniales, puisque cela ne change rien à la suprématie britannique ! C’est si vrai que les Anglais ont rendu aux Français quelques colonies (Belle-ïle notamment), alors qu’ils étaient en position de force (traité de Paris de 1763). Non, je ne confonds rien du tout !

        Commentaire par mohacs — 4 août 2013 @ 19:08 | Réponse

        • Dsl mais si vous n’avez pas confondu alors votre message n’était pas clair du tout.

          Commentaire par Native Proud — 6 août 2013 @ 02:43 | Réponse

  2. La pointe turgescente de Bretagne fichée dans l’Atlantique aurait dû indiquer la voie : créer une puissante flotte garante de notre souveraineté sur les mers. Il n’en a rien été, ou si peu, faute de volonté politique et d’esprit de suite. Au lieu de cela, des jeux d’alliances maudits liaient notre destin à celui du continent, avec son cortège de longues guerres aussi atroces qu’absurdes.
    Dire que pendant des décennies la cour du roi d’Angleterre parla le français médiéval, que les Plantagenêts d’Aquitaine, d’Anjou et de Bretagne pouvaient nous conduire vers une tout autre destinée, certainement plus prometteuse et davantage orientée vers l’Ouest.
    Autant d’occasions manquées, autant de caprices du Destin.

    Commentaire par Danny — 4 août 2013 @ 14:29 | Réponse

  3. Une fois encore il fallait bien se rendre à l’évidence : sans flotte digne de ce nom, pas de nougat !

    « …, la preuve était faite une fois de plus qu’aucun conflit avec les Anglais ne pouvait bien tourner si notre marine était inférieure à la leur. Au traité de Paris ( 10 février 1763 ), cette leçon fut payée de notre empire colonial presque entier. Le Canada, le Sénégal sauf Gorée, les Indes sauf les cinq comptoirs que nous y possédions, la Louisiane cédée aux Espagnols en compensation de la Floride qu’ils abandonnaient eux-mêmes : le poids de notre défaite était lourd.
    L’opinion en prit son parti avec assez de désinvolture. Le peuple souffrait bien dans son orgueil d’avoir été vaincu; il accusait le gouvernement, la Cour, les généraux, la favorite, mais le sort du Canada le laissait indifférent. De nos possessions ne gardions-nous pas tout ce qui, d’après les idées à la mode, avait une valeur quelconque : aux Antilles, les îles du sucre, celles dont le commerce faisait la richesse de nos ports; aux Indes, assez de villes pour y trafiquer; en Amérique, le droit de pêche, la seule chose qui y parût digne de considération ? Sans faire rire, Choiseul put se vanter d’avoir « bien attrapé » les Anglais et les Anglais eux-mêmes n’étaient pas certains d’avoir pris le meilleur morceau. »
    Pierre Gaxotte, Le siècle de Louis XVI. Ch. « La France peut être heureuse sans Québec ».

    Décidément ce peuple est léger et le restera, c’est inscrit.

    Commentaire par Danny — 4 août 2013 @ 14:54 | Réponse

    • La politique maritime de la France a été et continue à être minimaliste, et Tabarly a lutté toute sa vie contre ça. J’en veux pour exemple le BDL Richelieu, sur lequel j’ai servi en 1967 comme QM2 charpentier; lorsqu’il a été remis à la DCAN après qu’on en ait été débarqués, la Ville de Brest a proposé de le racheter pour en faire un musée à flot. Refus de la DCAN. C’était la plus grosse unité de la Royale engagée aux côtés des Alliés et, en même temps, le fleuron (avec son sister-ship, le Jean Bart) de la construction navale française.

      Les Anglais ont conservé le Victory, navire-amiral de Nelson à Trafalgar, le Cutty Sark, le Discovery et d’autres encore, amarrés à quai dans la Tamise.

      Après la 2ème Guerre Mondiale, en 1946 (année de ma naissance) la France reçoit des navires allemands en dommages de guerre, dont un splendide 3 mâts carré (Grossherzogin Cecicli), rebaptisé « Duchhesse Anne », en parfait état de navigation. On s’est alors empressé de le démâter, ne laissant en place que les bas-mâts en tôle, et d’en faire un ponton à Lorient, pour les Fuscos. Le navire a ensuite atterri à Brest, accouplé au Richelieu, comme servitude de l’Ecole des Manoeuvriers (boscos).

      Il a été sauvé, restauré et est conservé grâce à une initiative privée – Jean-Louis MOLLE – même si c’est la Ville de Dunkerque qui a pris les choses en main en cours de route.

      Commentaire par TammKoat — 6 août 2013 @ 15:09 | Réponse

  4. Le siècle de Louis XV, évidemment.

    Commentaire par Danny — 4 août 2013 @ 14:56 | Réponse

  5. Les Bretons de Breiz Atao n’y vont pas par quatre chemins :

    « Il y a 224 ans : la nuit du 4 août marque le démantèlement de l’État Breton autonome » ( Extrait )

    « Le 4 août 1789 fut, pour la Nation Bretonne, l’équivalent du Diktat de Versailles de 1919 pour l’Allemagne. La personnalité bretonne est abolie,ses représentants récusés, plus aucune instance ne représente le Peuple Breton est ses droits face à l’État Français lancé sur la voie du jacobinisme révolutionnaire.
    Figure du front du refus, le héros de la Guerre d’Indépendance américaine et général de Brigade de l’US Army, Charles Armand Tuffin de la Rouërie. À la tête d’une délégation bretonne et sur mandat des parlementaires bretons, il tente, en vain, de défendre la Nation Bretonne de l’anéantissement. Ce qui lui vaut d’être embastillé.
    Le Colonel Armand, fervent républicain américain, est un esprit libéral qui comprend très tôt que c’est le sort des libertés bretonnes qui se joue. Il défend l’idée d’une monarchie constitutionnelle. Après le 4 août, il devient clair que la Nation Bretonne a subi une seconde annexion, totale cette fois-ci. »
    Tyler Durden de BREIZ ATAO.

    À l’instar du marquis de La Rouërie leur regard est résolument tourné vers l’Ouest, ce qui ne manque pas d’aller à l’encontre du jacobinisme forcené de Marine La Peine.

    Peut-être est-ce poudre aux yeux, peut-être est-ce prendre ses désirs pour la réalité, il n’en est pas moins vrai que leur démarche politique autonomiste mérite d’être soulignée.

    À l’Ouest, du nouveau ?

    (Breiz Atao est de Montpar’, il a langue bien pendue, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 4 août 2013 @ 18:50 | Réponse

    • Tyler Durden c’est Boris Le Lay…

      Commentaire par Native Proud — 6 août 2013 @ 02:41 | Réponse

    • War zao war zao d’ar gan a bouez penn, Breizh da virviken, Breizh da virviken.

      Commentaire par TammKoat — 6 août 2013 @ 14:18 | Réponse

      • Kree ! Lok’tar shol’va sha tal bak kek.

        Commentaire par Teal'c — 12 août 2013 @ 21:11 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :