Alain Guionnet – Journal Revision

19 juin 2013

FUSION DES RACES

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 23:28

On ne vous l’a jamais dit, mais l’objectif du Grand Orient de France est la fusion des races, qui va de pair avec l’instauration du gouvernement mondial que prône Jacques Attali, avant ou après « la guerre ». C’est Moshe Cohen dit Munis Tekinalp, zimmi juif ottoman (1883, mort à Nice en 1961), qui prôna la fusion des races en 1912. Francophone, il avait étudié à l’Alliance israélite universelle de Salonique. Sioniste, il participa au congrès de Hambourg de 1909 où il se brouilla avec Zangwill, car il partait du principe que le juif ottoman devait faire semblant de se turquiser afin de créer foyer national, puis État juif, en Palestine.

Auteur de « Turquisme et panturquisme », petit livre paru en bochie en 1915, publié en turc un an plus tard, Cohen fut ensuite historiographe du kémalisme, titre de son livre publié à Paris en 1937. C’est en partie grâce à lui que les juifs de Turquie ne furent pas exterminés pendant ou dans les années qui suivirent la première guerre mondiale, contrairement aux Arméniens, aux assyro-chaldéens et aux Grecs. C’est aussi grâce à lui que la Turquie du sultan-calife Erdogan est membre de l’OTAN et alliée d’Israël. Personnage majeur dans l’histoire, il est méconnu conformément à la règle imposée par les sages de Sion.

Oh ! il n’a pas inventé fusion des races, expression d’Alfred Fouillée (1838-1912), professeur presque oublié de l’École normale supérieure, mais il en a changé l’acception. Selon Fouillée, le François trouverait son origine dans la fusion de trois races, celtique, germanique et latine. Celte et Latin seraient dolichocéphales, le Nordique brachycéphale. Celte et méditerranéen auraient crâne large, contrairement au Nordique, au crâne long. L’harmonie des François, Fouillée ne parlait pas de race française, viendrait de ce mélange. Il aurait hérité du Latin son intelligence, du Germain sa volonté, du Celte sa sensibilité. Ajoutez à cela son goût de la domination, bien masculin, qu’il tirerait du Nordique (nous pensons au Scandinave plus qu’au Germain, mais Fouillée semble avoir confondu les deux). D’où le reproche qui s’ensuivit : Fouillée aurait substitué la lutte des races à la lutte des classes, d’où son bannissement à l’université.

Tekinalp a transformé cette notion sur le mode Grand Orient de France. La prétendue fusion des races qu’il prôna en 1912 devait être effective, sauf en ce qui concerne le juif, politique que les prétendus maîtres du monde veulent nous imposer avec leurs quotas, leur discrimination positive, voire avec leur parité pour les sexes. Tekinalp avait lu Fouillée, Le Bon et de nombreux auteurs fin de siècle. À ce sujet, signalons que l’auteur du Protocole des sages de Sion s’est inspiré du Talmud et d’écrivains juifs, mais aussi de goys, comme Maurice Joly, d’Alveydre ou Gustave Le Bon. La foule est aveugle est ainsi devenue le goy est aveugle. Mais passons, l’essentiel étant que Tekinalp fut sage de Sion, titre que nous ne donnons pas à tout le monde.

Ensuite, qui dit fusion des races dit fusion des langues. Expérience malheureuse fut tentée dans le passé avec le latin, langue officielle dans de nombreux pays d’Europe. Mais il y avait un hic, presque personne ne parlait cet idiome. Des nobles firent semblant de le manier en employant expressions toutes faites, la plupart juridiques ou religieuses, mais personne n’avait le latin pour langue vernaculaire. C’est différent avec l’engluche qu’on veut nous imposer, mais c’est jargon de bazar. Pour les étrangers amazing, tiré d’amusant, est à la mode pour dire incroyable au lieu d’incredible d’après les faussaires traducteurs, mais désolé, quelque chose d’amusant n’est pas incroyable.

Pour les voyous, journalistes et hommes politiques, à l’instigation de la Veuve, première étape consiste à massacrer genre et accord des mots. On entend ainsi « découverte important », « la décision a été pris », « une chose auquel », personne accordé au masculin, sans parler du journaliste Karim qui dit « trop-z élégant ». Nul doute qu’il jase mieux sarrazin que françois. Seule une grosse s’est fait corriger, elle parlait de textes « dissémés » au lieu de disséminés. Exemples de ces derniers jours.

Nous en somme là. Fusion des races et des langues sont programmées. Tekinalp y songeait bien qu’il ne parlât que de fusion des races. Forcément, il était soi-disant partisan de la turquisation et du panturquisme. Il était cohérent.

Le mieux serait de laisser faire l’internationalisation des langues, police, taxi, inflation se disent presque pareil dans beaucoup d’idiomes, sans toucher à leur intelligence syntactique. Quant à la fusion des races, qui aurait été souhaitable et harmonieuse en France selon Fouillée, Chamberlain l’appelle chaos ethnique. Ce n’est pas à nous de juger, ou si peu, car l’action de la classe politico-médiatique est criminelle. Les voyous qui la composent devraient pointer à pôle emploi.

18 juin 2013

ANECDOTE LOCALE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:31

Lundi 10 juin, 16h30, sur le mur à côté de Monoprix deux affiches de format 1,20 mètre sur 60 centimètres en hommage à Méric. Manuscrites au feutre bleu, au trait assuré. On y lit « No pasaran », ils ne passeront pas. Pour ceusses qui n’auraient pas pigé figure drapeau à bandes de couleur égales, rouge au-dessus, noire en-dessous, mais je ne suis pas persuadé que cet oriflamme corresponde à celui des anars espingouins. Tout le monde voit ces affiches intouchables, car se trouvant derrière fleurs sans doute vendues par le fleuriste d’à côté. D’ailleurs Monoprix, chaîne de magasins chers, pratiquant concurrence déloyale, n’est pas réputée antifa, grande distribution ayant parfois recours à gros bras, parfois skins. Elle n’est pas regardante sur l’idéologie de ses agents, qu’ils soyent « peaux », ou autres.

Seulement voilà, l’idéologie politiquement correcte veut que tout le monde s’apitoye sur le sort de Clément Méric. Les affiches sont arrachées après la fermeture des magasins. On s’aperçoit qu’elles ont été détournées, leur verso étant imprimé. Distrait, le guide de Revision va boire café au tabac de la mairie. Là, il entend radio dans son dos. C’est un antifa qui cause. Erreur. Le brave se retourne : un antifa répond aux questions d’un journaliste du Mouv. Intello, bonne vingtaine d’années, cheveu châtain un peu long, pas baraqué, mais plus que Méric, il dit : « Mais nous n’attaquons pas les fas, nous nous défendons. » Truc connu, l’organisation terroriste Ligue de défense juive s’appelant ainsi comme son homologue amerloque Ligue antidiffamation.

Dans ses palabres, l’antifa ne remarque pas le monstre réviso qui se trouve à deux mètres de lui, au comptoir. Réputé calme, même le licrasseux Santini l’a salué de la tête il y a deux ou trois jours, le guide dit Monsieur Erdogan, ce qui n’est pas donné à tout le monde et ne s’invente pas, n’a pas vu en sortant le panneau Decaux près du métro sans doute déjà bombé à la peinture noire « Zone antifa ». Il vît cette inscription, il conclût au complot : des étrangers sont venus en vergne provoquer Aigle Noir, quel scandale ! Il s’en est aperçu plusieurs jours après, quand il remarqua étranger qui tentait de lire plan de la ville, ce qui lui était rendu difficile par le saccage. Hui, Decaux est passé. L’inscription a été effacée avec du diluant, mais ils subsiste quelques traces de peinture au bas du panneau vers la gauche.

D’où il appert que les antifas sont supplétifs du capital financier, de la fusion raciale et du gouvernement mondial. Antifa est depuis longtemps répandu à l’étranger, en bochie de fille de STASI Merkel notamment. L’ultragaucho n’hésite pas à sagouiner réclame de Decaux, mais pas plan de la vergne ! contrairement aux antifas de Saint-Germain des Prés. Sans plan, difficile de savoir où se trouve square Alfred Dreyfus ou allée Bernard Lecache, voyez à quel point ce forfait est ignoble !

L’ennemi répartit les tâches. Ce serait à ses supplétifs de menacer et d’impressionner fas excentriques. Comme Alain Soral, adepte de la vulgate marxiste. Pour l’ultragoy, Soral est plagiaire et faussaire, il ne connaît du marxisme ce que lui ont concocté les sages de Sion. Mais les antifas se croient rusés, ils veulent aller plus loin. Le guide d’Issy est claquemuré dans le silence de la presse juive, mais ils veulent montrer qu’eux, branleurs déprépucés, si ce n’est dans leur chair au moins dans leur esprit — à supposer qu’ils en ayent un  — sont au jus. Et ils viennent provoquer le guide dans la zone antijuive, qu’ils appellent antifa. Que le charbon les dévore !

En plus, Mairie d’Issy ne se trouve pas en zone, car située à un peu plus d’une lieue des anciennes fortifications de Paris, mais ne discutons pas. Avec les antifas deux solutions : extermination ou vaporisation.

7 juin 2013

PÔVRE BRETOK !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:34

Clément Méric, 18 ans, fils d’enseignants brestois, est récemment monté à Paris après avoir été reçu au concours d’entrée de Sciences po’. Ce républicain dans l’âme a voulu se faire des copains. Rien de plus simple : devenir antifa, mot barbare plaisant au Grand Orient de France. Sous les auspices du franco-sarrazin Mélenchon, contre les fas de Paris et de banlieue. Rien de moins, mais à cœur brestois rien d’impossible.

Le gars a cru tout simple. S’avançant masqué dans une manifestation, il s’imaginait ne pas être identifié. Il était le seul dans ce cas, signe de bretonnitude. Prétentieux, imbu du vaste savoir qu’il n’avait pas, Méric s’est monté la tête avec ses copains. Il a vu cibles en deux craneras qui se trouvaient là, à la vente de fringues, dans l’immeuble. À quatre contre deux ou trois, les antifas devaient triompher.

Même si Méric n’était pas foudre de guerre, même si le craneras de banlieue est formé au combat de rue. L’affrontement n’aurait pas dû avoir lieu. Il est navrant de voir jeune bretok tué, victime de la propagande maçonnique et par-dessus tout juive.

Nous ne relayons pas thèses complotistes, pôvre bretok ! Dernière victime de sa connerie soi-disant républicaine et universaliste. Mais universalisme est imposture.