Alain Guionnet – Journal Revision

15 mai 2013

ALLIANCE SATANIQUE ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 07:07

Pendant la campagne présidentielle de 2007 Charkeuz serre la main de ses meilleurs soutiens alignés, avant d’arriver à Claude Guéant, en retrait. Cette fois, il tend ses deux avant-bras, ses coudes formant angles droits avec ses bras. Avec ses mains, Charkeuz saisit les coudes de Guéant, qui lève ses avant-bras sous ceux de Charkeuz. Rit satanique ? Mystère.

Guéant dirigea de 2002 à 2004 cabinet de Charkeuz alors ministre de l’Intérieur. Le 16 mai 2007, jour de l’intronisation du Sultan, il fut nommé secrétaire général de la présidence de la République, puis, le 27 février 2011, ministre de l’Intérieur. Signes que Charkeuz a toujours vu en lui homme de confiance avec qui il était lié par pacte secret dont la presse ne révèle que de menues facettes, la dernière en date étant le chèque de 25 000 € versé à Guéant de Jordanie.

En songeant à l’embrassade de Charkeuz et Guéant vue furtivement à la télé sur Fr3 la semaine dernière, il nous a semblé que Guéant était gêné par cette effusion. Il avait peur qu’elle fût observée. Mais Charkeuz est comme ça, il n’a pas de surmoi comme on dit. Ayant assuré ne pas défendre la morale, son comportement est intelligible par gens connaissant le mental hussard.

Bien sûr Charkeuz est de mère juive et de père de race inconnue. Il s’est dit noble après qu’un de ses ancêtres eut été anobli pour sa bravoure, mais il n’y en a pas trace. Il aurait pu prétendre que Sarközy était nom noble, y ou i final, après le nom d’une ville ou d’une région signifiant de ; tantôt natif ou habitant de, tantôt particule de noblesse, autrement dit Paul de Sarköz (Entre-boue). Mais son père savait que personne n’allait être dupe de ce subterfuge quand il s’engagea dans la légion, aussi ajouta-t-il de Nagy Bocsa à son patronyme.

Berceau de sa famille que cette bourgade, comme prétend son rejeton, sans savoir qu’elle se trouve au cœur de la Petite-Coumanie, région coumane comme son nom l’indique. D’où origine coumane possible de Charkeuz, ou bien juive ou tzigane. Sans exclure que l’ancêtre paternel de Charkeuz ou ses descendants aient opéré mariage(s) mixte (s), le père de Charkeuz ayant traits hongrois, absents chez son fils.

images

Blason de famille moins imaginaire que Sarközy de Nagy Bocsa

Quoi qu’il en soit, culture magyare déteint sur les habitants de Hongrie, pour le meilleur et pour le pire. Elle est celle du hussard et de petite guerre, harcèlement, coup de main, qui reposent sur ruse, discrétion, vélocité. Raison pour laquelle hussard monte hongre, qui ne se met pas à hennir quand il voit jument, tout en galopant vite, arme redoutable pour les troupes de ligne ennemies.

C’est sur ce modèle militaire, auquel le soldat français est réputé mal formé, que se comprend la carrière de Charkeuz. À l’âge de 28 ans, il pique la mairie de Neuilly-sur-Seine à Charles Pasqua, alors hospitalisé. Suivent ses trahisons, sans autre plan stratégique que celui de prendre le pouvoir pour lui seul. Et Charkeuz s’est joué des fantassins « légitimistes ». De Jacques Chirac, fils de marrane dit-on, des zimmis Raffarin et Villepin. Premier ministre, Raffarin avoue qu’il n’arrivait pas à tenir Charkeuz en place, cet électron libre. Quant à Villepin, il fut banané dans l’affaire Clearstream. Il sautait pourtant aux yeux que le prétendu compte ouvert au nom de Nagy Bocsa était piège. Voilà pour gens ayant du mal à saisir qu’affaires hongroises sont devenues celles de France.

Retour sur satanisme à présent. Satan, nom propre ou commun ? Jésus aurait dit : « Arrière Satan ! » d’où tentation de voir en satan divinité, ce qui n’est pas le cas en judaïsme et en islamisme. Satan serait négateur pour le juif, adversaire pour le musulman, dixit Juifkipédia. En turc, il nous semble avoir appris que Cheytan est obstacle. Mais adversaire ou obstacle, c’est presque pareil, sauf qu’on imagine volontiers que le cavalier turk voye en Cheytan obstacle à surmonter plutôt qu’adversaire (indéfini).

Et puis diable est multiforme. D’abord serpent, il devient Bête Immonde dans Apocalupse*, ou dévoilement, de saint Jean, qui nous apprend que 666 est son « chiffre » (Bible de Jérusalem). Chiffre, pas nombre, différence énorme, les chiffres allant de 0 à 9. Autrement dit il est de trois fois 6 en 666, ou bien de 6 en trois dimensions.

Coup d’œil sur toile à ce sujet, que de bêtises ! Pourtant le truc est simple. Quand vous partez de la conclusion, filez droit à l’introduction, et vice-versa. Or nous apprenons en Genèse que Mathusalem vécut 969 ans ! Ou encore qu’Abram, à l’âge de 99 ans, noua nouvelle alliance avec l’Innommable. Qu’est-ce à dire ? Que 9 marque la fin d’une vie ou d’un cycle, dans le cas d’Abram, nommé depuis lors Abraham et voué à seconde vie. Mais aussi que 6 et 9 sont liés (merci Mathusalem).

Pour le drogué aux chiffres indiens, 6 et 9 sont liés, mais ce n’était pas le cas au plan pictographique dans les numérations antiques grecque, araméenne et latine. En revanche 9 était dernier chiffre avant nombres, il marquait fin d’une vie ou d’un cycle. Quant au 6, il est magique, c’est sur lui que s’appuient géométrie, découpage du temps, etc. Accessoirement sur 12, qui lui est lié. La valeur du 6 est donc à chercher dans son aspect pratique, d’où découla son symbolisme.

On devine la ruse du diable. Au 9, qui correspond à la mort, il oppose 6, la vie ; il prétend ainsi que mort est vie. Ce qui marche avec le djihadiste, pour qui mort est nouvelle vie.

À ce sujet signalons que Revision a peut-être sauvé vie de Gilles Le Guen. Ce vieux con barbu arrêté au nord Mali risquait d’être tué par les matons nègres avant d’être extradé, comme c’était prévu, mais il vient d’être confié à la DCRI qui a peu de chose à foutre du vieil illuminé. Conseil pour sa défense, Le Guen combat le satanisme de Charkeuz, imité par Hollande.

3198483_3_f497_m-le-guen-qui-se-fait-appeler-abdel-jelil_7eff20501b5aa64ddd4ece805b581ff1

Führer Gilles Le Guen, plus jeune et dur que le guide d’Issy

Nous imaginons Guéant et Le Guen ensemble dans la Souricière, attendant de passer sous les fourches caudines de la youdestice. Mais c’est illusion, rêve du matin calme, comme dit le chinetoque.

_______________

* Apocalupse n’est pas coquille, comme quand nous jasons du Skute. Nous rendons au u grec sa prononciation, comme cela commence à être audible sur toile, sur sites ni juifs ni de la Veuve (il y en a peu). Quelques mots magyars pour finir : esik le a fillér! (que le centime tombe !).

Un commentaire »

  1. Apocalupsè, avec un accent grave est plus correct qu’Apocalupse sans accent.
    Aποκάλυψη dans la langue originale.

    Commentaire par TammKoat — 17 mai 2013 @ 17:44 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :