Alain Guionnet – Journal Revision

27 mai 2013

TOILE ILLUSOIRE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:27

Ça ne sert quasiment à rien de sortir nouvelles sur toile, public ne jure que par immédiateté. Charkeuz sataniste ? Mais Guionnet est seul à le soutenir, presse de l’argent n’en parle pas, tandis que Soralstein y fait à peine allusion. 91 % de votes pour Charkeuz en Israël. Il a fait tuer trois enfants et un adulte juifs à Toulouse l’année dernière, et le juif israélien le plébiscite. Chapeau !

Le juif israélien vote à 91 % Charkeuz, Charkeuz étant de mère juive. Sans se préoccuper de ses amours et peut-être de sa race tzigane. Mais c’est compliqué, race israéloque étant avide de choses simples, même si elle se doute plus que d’autres de cette semi banalité fréquente chez les prétendus dirigeants du monde.

Charkeuz promu docteur honoris causa de l’université de Netanya ! Il est heureux. Admiré au Katar et en Yisraël, ce médiocre étudiant de droit qui déteste le Français, par-dessus tout le François, qui se complaît dans son satanisme par paresse, parce que moins tordu que l’initiation maçonnique qui débouche tardivement sur la magie noire.

Volonté de nuire à autrui est vulgaire. Mais Charkeuz est adoré en Yisraêl, aussi aurait-il raison car il fait tuer juifs et est aimé en Yisraêl. D’où notre mutisme, car Satan aurait tout compris, contrairement à nous.

18 mai 2013

MONSIEUR ERDOGAN

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 16:29

Hier soir, frontière des Hauts d’Issy, gars salue le guide : « Comment allez-vous Monsieur Erdogan ? » — On dit Erdo’an. » « Je sais bien. » Sans doute âgé de moins de trente sorciers, binocard, aimable. Apparemment ni juif ni armingo, peut-être métis franarmingo.

Führer de Revision regrette ne pas avoir engagé conversation avec le quidam, mais ils se croisaient. Tout le monde sait que ça chauffe entre armingos et Aigle Noir. Le métis voudrait collaborer avec Aigle Noir, mais c’est difficile entre quelqu’un qui doute du génocide des Arméniens et l’armingo qui veut vaincre le juif sur terrain holocaustique.

Vous avez médias d’un côté, Revision de l’autre, qui jase d’apoclupse. Ça fait plaisir d’échanger quelque mots avec gars déluré. Nous ratons occasions, mais la revue touche toutes sortes de gens.

Traiter son guide d’Erdogan est gonflé, mais pourquoi pas ? Revision défendant langues turkes, en premier lieu magyare.

15 mai 2013

HITLER EST DIEU

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 14:43

Voilà ce que dit Vincent Reynouard, cet illuminé. À son procès du lundi 13 mai, le procureur aurait requis 3 mois de prison avec sursis et 15 000 € d’amende pour son plagiat de quelques dessins de Charlie-hebdo. Le plagiat est règle dans l’édition, toutefois cette peine est minime compte tenu de la noirceur de pensée prêtée à Reynouard. Nous imaginons qu’une substitute la réclamât, pas un proc’. Oui, vous savez, femme jouit de discrimination positive, comme nègre et bougnoul dans le journalisme. Maintenant justice est souvent rendue par femmes, tandis que médecins, miresses comme on disait autrefois, sont pour la plupart femelles. Elles coupent avec joie prépuce d’enfants musulmans made in France.

Certes, les chirurgiens sont plutôt hommes, mais l’homme est de plus en plus souvent caissier de supermarché. Et puis il n’y a pas besoin d’être chirurgien pour exciser prépuce d’un enfant, n’importe quel externe en médecine est supposé savoir le faire. Au risque d’accident, fréquent en Amérique, quand l’apprenti médecin, distrait, coupe le gland de la verge.

Passons. Herr Adolf Hitler est dieu de Reynouard, qui ne perd pas son embonpoint bien qu’il trompe sa femme. Il ne risque rien. Trois mois de prison avec sursis, il s’en fout. Comme des 15 000 € d’amende, vu qu’il est insolvable.

Reynouard est honni, banni, condition à laquelle il est habitué. Et ce serait un mâle qui aurait requis cette peine bidon ? C’est possible. Voyez l’ordure Bernard Henri-Lévy qui fut condamnée il n’y a pas longtemps pour avoir diffamé et insulté Bloc identitaire.

Oh ! youdestice reste fidèle à sa tradition, cependant rappelez-vous. Dans les années 90, à la télé, les économistes s’appelaient Attali et Strauss-Kahn, les philosophes Lévy et Finkielkaut, le major de l’ÉNA, il n’y en avait qu’un seul et unique, Minc. Tous gens destinés à être jetés au panier. Ils le savent et se replient. Aussi est-il temps que justice de France fasse mine de respecter race françoise. Qu’elle condamne lourdement les auteurs de mutilation du sexe des enfants, acte satanique, et qu’elle foute la paix à Reynouard pour son dérisoire plagiat, en réalité réclame pour Charlie-hebdo, qui ne fait plus rire personne depuis des décennies.

ALLIANCE SATANIQUE ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 07:07

Pendant la campagne présidentielle de 2007 Charkeuz serre la main de ses meilleurs soutiens alignés, avant d’arriver à Claude Guéant, en retrait. Cette fois, il tend ses deux avant-bras, ses coudes formant angles droits avec ses bras. Avec ses mains, Charkeuz saisit les coudes de Guéant, qui lève ses avant-bras sous ceux de Charkeuz. Rit satanique ? Mystère.

Guéant dirigea de 2002 à 2004 cabinet de Charkeuz alors ministre de l’Intérieur. Le 16 mai 2007, jour de l’intronisation du Sultan, il fut nommé secrétaire général de la présidence de la République, puis, le 27 février 2011, ministre de l’Intérieur. Signes que Charkeuz a toujours vu en lui homme de confiance avec qui il était lié par pacte secret dont la presse ne révèle que de menues facettes, la dernière en date étant le chèque de 25 000 € versé à Guéant de Jordanie.

En songeant à l’embrassade de Charkeuz et Guéant vue furtivement à la télé sur Fr3 la semaine dernière, il nous a semblé que Guéant était gêné par cette effusion. Il avait peur qu’elle fût observée. Mais Charkeuz est comme ça, il n’a pas de surmoi comme on dit. Ayant assuré ne pas défendre la morale, son comportement est intelligible par gens connaissant le mental hussard.

Bien sûr Charkeuz est de mère juive et de père de race inconnue. Il s’est dit noble après qu’un de ses ancêtres eut été anobli pour sa bravoure, mais il n’y en a pas trace. Il aurait pu prétendre que Sarközy était nom noble, y ou i final, après le nom d’une ville ou d’une région signifiant de ; tantôt natif ou habitant de, tantôt particule de noblesse, autrement dit Paul de Sarköz (Entre-boue). Mais son père savait que personne n’allait être dupe de ce subterfuge quand il s’engagea dans la légion, aussi ajouta-t-il de Nagy Bocsa à son patronyme.

Berceau de sa famille que cette bourgade, comme prétend son rejeton, sans savoir qu’elle se trouve au cœur de la Petite-Coumanie, région coumane comme son nom l’indique. D’où origine coumane possible de Charkeuz, ou bien juive ou tzigane. Sans exclure que l’ancêtre paternel de Charkeuz ou ses descendants aient opéré mariage(s) mixte (s), le père de Charkeuz ayant traits hongrois, absents chez son fils.

images

Blason de famille moins imaginaire que Sarközy de Nagy Bocsa

Quoi qu’il en soit, culture magyare déteint sur les habitants de Hongrie, pour le meilleur et pour le pire. Elle est celle du hussard et de petite guerre, harcèlement, coup de main, qui reposent sur ruse, discrétion, vélocité. Raison pour laquelle hussard monte hongre, qui ne se met pas à hennir quand il voit jument, tout en galopant vite, arme redoutable pour les troupes de ligne ennemies.

C’est sur ce modèle militaire, auquel le soldat français est réputé mal formé, que se comprend la carrière de Charkeuz. À l’âge de 28 ans, il pique la mairie de Neuilly-sur-Seine à Charles Pasqua, alors hospitalisé. Suivent ses trahisons, sans autre plan stratégique que celui de prendre le pouvoir pour lui seul. Et Charkeuz s’est joué des fantassins « légitimistes ». De Jacques Chirac, fils de marrane dit-on, des zimmis Raffarin et Villepin. Premier ministre, Raffarin avoue qu’il n’arrivait pas à tenir Charkeuz en place, cet électron libre. Quant à Villepin, il fut banané dans l’affaire Clearstream. Il sautait pourtant aux yeux que le prétendu compte ouvert au nom de Nagy Bocsa était piège. Voilà pour gens ayant du mal à saisir qu’affaires hongroises sont devenues celles de France.

Retour sur satanisme à présent. Satan, nom propre ou commun ? Jésus aurait dit : « Arrière Satan ! » d’où tentation de voir en satan divinité, ce qui n’est pas le cas en judaïsme et en islamisme. Satan serait négateur pour le juif, adversaire pour le musulman, dixit Juifkipédia. En turc, il nous semble avoir appris que Cheytan est obstacle. Mais adversaire ou obstacle, c’est presque pareil, sauf qu’on imagine volontiers que le cavalier turk voye en Cheytan obstacle à surmonter plutôt qu’adversaire (indéfini).

Et puis diable est multiforme. D’abord serpent, il devient Bête Immonde dans Apocalupse*, ou dévoilement, de saint Jean, qui nous apprend que 666 est son « chiffre » (Bible de Jérusalem). Chiffre, pas nombre, différence énorme, les chiffres allant de 0 à 9. Autrement dit il est de trois fois 6 en 666, ou bien de 6 en trois dimensions.

Coup d’œil sur toile à ce sujet, que de bêtises ! Pourtant le truc est simple. Quand vous partez de la conclusion, filez droit à l’introduction, et vice-versa. Or nous apprenons en Genèse que Mathusalem vécut 969 ans ! Ou encore qu’Abram, à l’âge de 99 ans, noua nouvelle alliance avec l’Innommable. Qu’est-ce à dire ? Que 9 marque la fin d’une vie ou d’un cycle, dans le cas d’Abram, nommé depuis lors Abraham et voué à seconde vie. Mais aussi que 6 et 9 sont liés (merci Mathusalem).

Pour le drogué aux chiffres indiens, 6 et 9 sont liés, mais ce n’était pas le cas au plan pictographique dans les numérations antiques grecque, araméenne et latine. En revanche 9 était dernier chiffre avant nombres, il marquait fin d’une vie ou d’un cycle. Quant au 6, il est magique, c’est sur lui que s’appuient géométrie, découpage du temps, etc. Accessoirement sur 12, qui lui est lié. La valeur du 6 est donc à chercher dans son aspect pratique, d’où découla son symbolisme.

On devine la ruse du diable. Au 9, qui correspond à la mort, il oppose 6, la vie ; il prétend ainsi que mort est vie. Ce qui marche avec le djihadiste, pour qui mort est nouvelle vie.

À ce sujet signalons que Revision a peut-être sauvé vie de Gilles Le Guen. Ce vieux con barbu arrêté au nord Mali risquait d’être tué par les matons nègres avant d’être extradé, comme c’était prévu, mais il vient d’être confié à la DCRI qui a peu de chose à foutre du vieil illuminé. Conseil pour sa défense, Le Guen combat le satanisme de Charkeuz, imité par Hollande.

3198483_3_f497_m-le-guen-qui-se-fait-appeler-abdel-jelil_7eff20501b5aa64ddd4ece805b581ff1

Führer Gilles Le Guen, plus jeune et dur que le guide d’Issy

Nous imaginons Guéant et Le Guen ensemble dans la Souricière, attendant de passer sous les fourches caudines de la youdestice. Mais c’est illusion, rêve du matin calme, comme dit le chinetoque.

_______________

* Apocalupse n’est pas coquille, comme quand nous jasons du Skute. Nous rendons au u grec sa prononciation, comme cela commence à être audible sur toile, sur sites ni juifs ni de la Veuve (il y en a peu). Quelques mots magyars pour finir : esik le a fillér! (que le centime tombe !).

6 mai 2013

MANIF’ JOBBICARDE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:14

Samedi dernier plusieurs centaines de jobbicards ont manifesté à Budapest contre la tenue du Congrès juif mondial à l’hôtel Intercontinental. D’habitude cette réunion se déroule à Jérusalem, mais le CJM se dit inquiet de la « montée alarmante » de l’antijudaïsme en Europe, en particulier en Hongrie.

Le premier ministre Orbán, Urbain, invité, est venu dimanche à l’assemblée, mais ne fut applaudi que par la moitié des congressistes en dépit de sa femme juive et de son affirmation selon laquelle l’antisémitisme doit faire l’objet d’une tolérance zéro. Selon des étudiants juifs de Hongrie, cette affirmation serait creuse propagande.

Le congrès, qui dure trois jours, du dimanche 5 mai au mardi 7 mai, a lieu tous les quatre ans. Il a élu son bureau directeur lundi 6 mai. Deux de ses trois membres dirigent de grandes banques, dont David de Rothschild. Nous ignorons le nombre d’électeurs, puisque l’assemblée est formée de 500 délégués et observateurs.

-

Ronald Lauder, réélu président du CJM le 6 mai

MAZSIHISZ, abréviation d’Association de la communauté juive de Hongrie, est source d’information assez complète et gratuite. Confirmation que le combat est financier, mais aussi médiatique ; les deux allant de pair.

Jobbik parle peu de l’affaire juive, mais de sa fête de printemps réussie et de l’entretien de Gábor Vona paru sur le site Geopolitika, où il dit : « L’agonie a débuté, temps des USA et d’UE s’achève. » Vona parle aussi de la dualité du radicalisme. D’un côté phénomène de mode à rejeter, de l’autre tout à fait fondé. Vous pouvez jeter coup d’œil sur jobbik.hu dans sa version française que nous n’avons pas consultée à cause de ses monstruosités. Voici celle du calculateur : « L’agonie a commencé, les États-Unis et l’UE a pris fin » !

7 mai, 11 heures, pas une seule étoile, pourtant le papier prend consistance. C’est vrai qu’il est écrit de mauvaise grâce, tant le sujet est lassant. Il fait suite à la provocation d’un lecteur reproduisant dépêche de Reuters après avoir écrit : « Des nouvelles du Jobbik, ce ramassis de traîtres maqués à des femelles juives dixit le petit führer d’Issy… » Instant de réflexion, puis idée d’en dire deux mots, car manifestation de plusieurs centaines de personnes a eu lieu à Budapest, près du parlement, contre la tenue du CJM. Après qu’Orbán l’eut interdite, décision annulée par la justice. Voyez qu’il existe en Europe pays plus libres que la France. L’auteur du message parle « du Jobbik », locution médiatique, Revision de Jobbik, Jobbik étant nom propre, outre néologisme, article défini est superflu.

Magyar-Garda_2554371b

Garde nationale hongroise place des Héros, à Budapest

Le style de MAZSIHISZ est plus direct, mois alambiqué qu’en France. Le groupe d’extrême-droite, tenu pour néonazi, représenterait une « menace sérieuse » pour la juiverie, comparable au parti nazi existant en Grèce, même si l’alarme est plus grande en Hongrie. À comparer avec la prose du correspondant voyant en Revision feuille du petit führer d’Issy disant pis que pendre du jobbicard. Forcément, tout le monde n’est pas néonazi.

À noter que peu d’articles évoquent le congrès juif mondial après sa clôture, comme si ça avait été un bide. Idem pour le show d’Hollande le 8 mai sur les Champs-Élysées, avenue « déserte » lors de la cérémonie. Mais tout le monde a vu à la télé le président saluer des collégiens nègres de Guyane venus pour l’occasion, qui sont restés de marbre, tandis que le président se trouvait en compagnie de son homologue polac, pays qui arbore drapeau de l’OTAN, afin de réclamer « l’Allemagne doit payer  ! » Vieux mot d’ordre de La Francisque, opposé de son vivant à la réunification de la Germanie, qui demeure celui des frangins séniles enjuivés du Grand Orient de France, qui jurent par leur universalisme d’empire d’autrefois.

 Vona a raison : agonie a débuté, temps d’USA et UE s’achève.

4 mai 2013

SATANISME DE CHARKEUZ

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 03:35

Satanisme, tenu pour religion, est libre en Amérique. C’est moins le cas en France, où les amateurs de cérémonies sataniques sont parfois inquiétés, quasiment jamais condamnés. Et pour cause, les dirigeants du monde seraient satanistes selon Alain Soral, qui définit le satanisme comme volonté de faire le mal en omettant de parler du Sultan.

Point de vue de type manichéen répandu en France : si dieu est en nous, diable l’est aussi. On en reste là, diable ayant été banalisé. On dit parfois comme un beau diable, tandis qu’un petit diable ou diablotin désigne souvent enfant. Diable se dit aussi de poissons de mer. Diantre est à noter. Il est aussi parfois question de Lucifer, ange déchu qui porte la lumière.

Lucifer est lien entre satanisme et franc-maçonnerie. Quand Roger Peyrefitte intitula sa belle ouvrage Les fils de la Lumière, il pensait aux fils de Lucifer. Ce qui va de soi, puisque la démarche initiatique consiste en théorie à devenir son propre maître en s’affranchissant des tutelles idéologiques, ou préjugés. Désir compréhensible qui ne conduit pas nécessairement au satanisme. On ne parle d’ailleurs quasiment jamais de luciférisme ou de diabolisme, mots supposés inconnus du profane.

Satan est mot sarrazin plus fort que diable ou Lucifer. Le turc nous indique sa prononciation : cheytan. Ensuite c’est Éliphas Lévy qui a publié le portrait de Baphomet que voici :

images

Le dessin a été falsifié, car Baphomet ne portait pas à l’origine de tablier maçonnique mais un grand caducée, avec ses deux serpents réputés immortels — à cause de leur mue annuelle. Son nom a sans doute deux origines : Mahomet, à qui tout le monde pense, mais aussi peut-être Belzébuth. Ce monstre au succès mondial provient du mouvement occultiste qu’on aurait tort d’oublier. Quelques documents sur icelui se trouvent au Musée français de la carte à jouer d’Issy, Lévy s’étant illustré par son tarot divinatoire.

Bref, satanisme est d’inspiration musulmane, elle-même vétérotestamentaire, c’est cela qui explique son succès au sein des prétendues élites dirigeantes. Ce qu’a compris Charkeuz, peut-être avant qu’il fût ministre de l’Intérieur, poste donnant accès à de nombreuses informations.

N’ayant pas été initié, Charkeuz afficha la couleur dès son élection. Oui, il est sataniste. Oui, il appartient au gratin politique. Tantôt il dessine 666 avec ses doigts, tantôt il fait signe de main cornue. Libre à lui, puisque satanisme est religion en Amérique, donc en France. Mais le problème est qu’actes sataniques sont en théorie interdits par la loi.

Prenons-en trois exemples : Holocauste, mot auquel il convient de conserver son origine vétérotestamentaire, tentative de toutsicide de 1994, attentats du 11 septembre 2001. Dans deux cas sur trois, la France est impliquée. Dans le montage holocaustique de 1945, où elle joua rôle décisif. Dans le génocide de 1994, œuvre de La Francisque, sataniste discret. Mais pas dans les attentats de 2001. En revanche, France est en tête des pays révisos de ce canular.

Voyez, nous parlons maintenant comme Satan, pour qui la mort de 3 000 amerloques est canular. Comme le fut pour Mitterrand celle de 800 000 Toutsis.

Ainsi décontraction de Charkeuz et Guéant s’explique. Guéant ment sur l’affaire kataroise. Il traite Bachelot de minusse, car il est initié au satanisme. Les deux petites peintures du maître flamand qu’il a vendues à un avocat de Malaisie pour la somme de 500 000 € sont estimées à 15 000 € pièce, transaction opérée de surcroît en violation de la loi. Mais cela ne compte pas, car Guéant sait le personnel politique corrompu et compromis. S’il tombe, Charkeuz chute, ainsi que la gauche caviar.

Et puis Hollande est fils de La Francisque. Il n’a pas supprimé le décret exemptant les investisseurs katarois en France d’impôt sur les plus-values. En outre il arme et finance les djihadistes durs qu’il prétend combattre, Hollande aussi adore Baphomet. Lévy avait peut-être raison d’appeler Satan Baphomet..

En Amérique, blogs se déchaînent sur le satanisme des couches dirigeantes, comme Stanley Kubrick l’aurait fait dans son dernier film. Ils mettent tout dans le même sac, en illustrant satanisme partout dans le monde sans faire de distinction. Toutefois opposition à la politique satanique demeure plus vive en France qu’ailleurs, ainsi qu’en Europe du Nord, plus en Scandinavie qu’en Grande-Bretagne.

 

Enfin il y eut Holocauste de Toulouse l’année dernière, de trois enfants et un adulte juifs, commis avec autorisation, sinon recommandation, du sataniste Charkeuz. Pour raison politique, ce qui l’exempte de peine.

obamacornuto2

Barack Hussein Obama est lui aussi adepte d’un simulacre de signe main cornue. En tenant son pouce écarté, Obama ne brandit pas deux doigts mais trois. Pourtant Satan, pour ceux qui voient en lui divinité, ce qui n’est pas le cas de tous les satanistes, n’a que deux cornes.

À noter, parmi les bévues de Charles Marx, qu’il n’avait pas prévu que notre époque allait être sataniste. Affaire douteuse, car comment le sataniste occidental va-t-il vaincre le fou de dieu musulman ? En disant c’est moi Cheytan, personne ne saurait me résister ? Provocation pouvant avoir effets dévastateurs.

Récapitulons événements sataniques : 1945, montage holocaustique ; 1990, vote de la loi Gayssot interdisant l’écriture de l’histoire ; 1994, tentative de génocide commise par Mitterrand dans la foulée ; 2001, Pearl Harbor bis en Amérique visant à renforcer la toute-puissance du dernier grand empire occidental allié indéfectible d’Israël. C’est fort de café, mais cohérent. Où cela conduit-il ? Des gens croient savoir, mais personne ne sait en réalité.

On entend de plus en plus souvent dire que notre société marche sur la tête, mais c’est euphémisme, elle tire plutôt le diable par la queue.

1 mai 2013

GUÉANT BIENTÔT SUICIDÉ ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 12:27

Il n’existe quasiment pas d’homme politique parlant vrai, mais une femme venue de la société civile, comme on dit : l’étoile filante Roselyne Bachelot, ancienne pharmacienne sachant doser ses propos. Claude Guéant, ancien ministre de l’Intérieur du Sultan, s’en aperçoit à ses dépens.

Retour en arrière. Au lendemain de son élection à la présidence de la République, Charkeuz afficha son satanisme, y compris au palais de l’Élysée, par des signes comme 666 ou en brandissant sa main cornue. C’était première fois qu’un président de la République avait ce culot.

sarkozy-cornu

Ayant sang juif par sa mère, peut-être tzigane par son père, ayant aimé tzigane, Charkeuz fut naturellement attiré par le satanisme et la Libye aurait financé sa campagne électorale. Puis il y eut affaire des infirmières bulgares détenues en Libye, qui auraient été libérées sur intervention de la France en échange de 300 millions de dollars promis par le Katar, qui auraient bien été payés, mais pas à la Libye, à Charkeuz et à Guéant, son homme de main.

La politique internationale de la France sous Charkeuz s’articula autour de Katar et Libye, Charkeuz ayant abandonné toute idée de souveraineté nationale, France étant pion de l’OTAN, aussi les seules questions qui se posaient au sataniste étaient celles de son avenir personnel, auquel il était prêt à tout sacrifier. Aveu de culpabilité : il exempta d’impôt sur les plus-values les hommes d’affaires du Katar en 2008 investissant en France.

Voilà ce que Charkeuz appelle discrimination positive, qui consiste à favoriser capital étranger. La concurrence déloyale n’est pas nouvelle, mais elle bénéficia longtemps au juif ; or maintenant le wahhabite en profite, lui qui enseigne les vertus de la guerre sainte et qui arme les rebelles syriens. Qu’un sataniste soutienne le djihad n’étonnera que l’imbécile.

La nomination de Guéant au poste de vizir de l’Intérieur est tout aussi suspecte. Gageons que Charkeuz, qui connaît l’importance de ce ministère, tenait Guéant pour mouillé au point qu’il qu’obéît aveuglément à ses ordres.

Puis Charkeuz mit feu aux poudres en Libye, en renversant un régime ni plus ni moins despotique que beaucoup d’autres en terre d’islam, et en armant les fous de dieu, car il avait compte personnel à régler avec Kadhafi. En 2007, le colonel aurait promis au Sultan de lui acheter Rafales, mais n’avait pas tenu parole. Et puis, Charkeuz savait que l’affaire de l’argent que la Libye lui paya en 2007 était susceptible de ressortir.

On connaît la suite, avec les affaires Merah destinées à entraîner réélection de Charkeuz. C’est lui, chef des armées, qui commandait la DCRI et qui ordonna à Squarcini de laisser faire Merah, avant de l’arrêter vivant, pour montrer au monde ébahi que la France est État de droit. C’est Claude Guéant qui tenta jusqu’au bout d’appliquer l’ordre irréalisable du Sultan. Au moins en apparence, car Merah aurait pu être serré dans la rue le lundi soir.

Guéant se trouve au début et à la fin du règne du Sultan. Jusque là, rien qui ne soit connu, mais la nouveauté s’est d’abord trouvée dans le Canard enchaîné, hebdomadaire de la Veuve destiné au profane, pour qui secret d’instruction est foutaise, qui révèle que Guéant a touché de coquettes sommes d’argent éventuellement en liaison avec les 300 millions de dollars qu’aurait versé Katar à Charkeuz par l’intermédiaire de banques suisses. Non, rétorque Guéant, qui pourrait justifier la somme de 500 000 euros qu’il a touchée après avoir vendu deux toiles de maître hollandois. Il ajoute que d’autres sommes évoquées par la feuille, factures de 20 000 à 25 000 euros payées en liquide, sont primes de cabinet.

Faux ! clame déesse Bachelot, les primes de cabinet furent supprimées par Lionel Jospin. Soit Guéant est menteur, soit voleur.

Unknown

Gueuse Bachelot n’est pas toute jeune, mais Attila d’Issy non plus. Il est prêt à l’honorer

Et puis il y a la toile, où insultes volent bas, phénomène qui déteint en politique. Surtout sur les femmes, comme Bachelot, Barjot, Boutin.

Guéant tente de se défendre contre l’étoile. Il persifle : « Madame Bachelot se trompe complètement. J’admire au passage la délicatesse de Madame Bachelot qui sans doute peine un peu pour remonter l’émission à laquelle elle participe. » Hormis le mot délicatesse, bien trouvé, Guéant se met à table. Prétendre que la déesse se trompe complètement est aveu pour le flicaillon, mais pas pour l’ancien vizir de l’Intérieur, habitué à abuser de son autorité. Suit attaque personnelle, procédé qu’adorent les accusés sans défense, comme Avraham Malthête. Ce n’est pas faute à Bachelot si l’émission à laquelle elle participe sur D8 est fiasco, car souk à cause de son animateur ayant raté sa vocation de marchand de tapis. Et puis Bachelot est grassement payée pour ses singeries. Elle se fiche pas mal que deux pelés et un tondu la matent.

La masse veut voir tomber têtes, son seul divertissement. Si Bachelot participe au spectacle, tant mieux. Pour une fois elle ne jase pas pour ne rien dire. Elle vient d’être soutenue par Daniel Vaillant, ministre de l’Intérieur du gouvernement Jospin. Certes, Vaillant avance queue entre les jambes tandis que clitoris de Bachelot est altier, mais voilà homme suivant femme. Seul Manuel Valls se tait et il a raison, car ce larbin du Cahal est démasqué : c’est lui l’instigateur de l’opération Soral du 5 avril, par haine de Garaudy.

Voilà ce qui arrive quand on commente racontars de la presse. Un jour une nouvelle, lendemain une autre, difficile de s’y retrouver. Toutefois Bachelot est sincère. De telle sorte qu’il irait de soi qu’un président de la République soit sataniste en France et son ministre de l’intérieur menteur ou voleur. Menteur, c’est sûr, c’est son métier, voleur l’est moins, car les dessous-de-table sont ordinaires en affaires politiques internationales. Une chose est sûre, plus les hommes politiques sont corrompus, plus ils prétendent avoir âme. Et rendons grâce à Charkeuz de ne jamais avoir eu cette prétention.

À noter que Revision est seule à parler du Sultan et de ses vizirs, expressions que comprend l’armingo. Elle n’est pas seule en revanche, car d’autres sites ont diffusé en 2007 documents où Charkeuz faisait assaut de satanisme, mais elle l’écrit noir sur blanc, façon Bachelot, ce qui impressionne. Hélas ! satanisme de Charkeuz reste tabou, comme pendant longtemps la fille adultère de La Francisque. À preuve, un seul commentaire de ce papier jusqu’à présent (jeudi 2 mai), tandis qu’on cherche vainement sur Propagandes.info ou sur « blanrue vénitiens » papiers évoquant le satanisme de Charkeuz.

Mais il est vrai que Satan et Belzébuth sont spécialités locales, car c’est l’issisois Éliphas Lévy, ancien séminariste de Saint-Sulpice, qui en fit promotion au dix-neuvième siècle, peu de temps avant que grognassent canons versaillois et fédérés dans les rues de la vergne en 1871. Charkeuz n’a rien inventé, c’est de Lévy qu’il tient sa main cornue, devenue V de la victoire.

Ainsi trois enfants de l’école juive de Toulouse furent tués l’année dernière en hommage à Satan. Serait-ce haut fait d’arme que le charkeuziste revendiquerait ?

6 mai, 23 heures, le titre qui manquait précédemment anticipe sur le cours des événements. Mais rappelons-nous des affaires Boulin et Bérégovoy, Guéant devient gênant.