Alain Guionnet – Journal Revision

29 mars 2013

VAINCRE LE JUIF HONGROIS ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:37

C’est ce qu’il y a de plus difficile. Regardez Wiesel et surtout Hilberg. Wiesel raconte bobards, Hilberg moins. Tête noire de Propagandes.info s’en prend plus à Wiesel qu’à Hilberg quand elle a un peu de culture, ce qui est rare. Là est notre cible, le juif hongrois à chair de cochon de qualité supérieure comme Hilberg. Idem pour le scotuche Fofo, bien qu’il fasse semblant d’ignorer que les parents d’Hilberg sont d’origine juive hongroise. Pour lui, Hilberg est amerloque d’origine autrichienne, point barre.

Que l’antisémite, comme on dit vulgairement, laisse tomber juif arabe, secondairement juif allemand, car c’est la peau du juif hongrois que Guionnet veut pour son lampadaire. Surtout qu’il est déçu, car Hilberg a cassé son candélabre il y a plusieurs années.

Propos iconoclaste ? Nenni. Voyez, Guionnet n’a pas été tué par le Mossad ; pas parce qu’il serait protégé par la DCRI, ramassis de crapules, mais parce qu’il représente espoir pour le ticouniste.

L’antisémite n’a pas à se mêler du conflit, qui le dépasse.

30 mars, 12h30, exemple de papier sans contenu. On y trouve insultes, mais pas diffamation. Croyez-vous que nous allons commenter l’actualité pour pas un rond ? Nenni. Notre but était d’attirer le chaland en période creuse. Opération réussie, car Freya et Mohacsounet ont mordu à l’hameçon (voyez leurs commentaires). Il est fini le temps du je. Nous revenons à notre tradition, à Alain, Attila, Jacques, sous les auspices d’Aigle Noir, avec notre calculateur.

15 commentaires »

  1. En Afrique aussi le porc tient une place importante, quand les pionniers Bantous se sont aventuré dans ces terres inconnues, il ne fait nul doute qu’ils se soient senti comme les conquistadors en Amérique. Ils ont découvert des paysages grandioses qui leur étaient inconnus, des populations de petite taille aux traits différents vivant de chasse et de cueillette (et d’amour et d’eau fraîche) dont ils ne soupçonnait sûrement pas l’existence et surtout une faune mystérieuse qui a eu un impacte considérable sur l’imaginaire des nouveaux habitants comme en témoigne le nombre d’animaux mythiques relatés dans les différentes traditions Bantu parmi lesquels les aventuriers européens de la période coloniale on voulut voir des rescapés des temps préhistoriques tel ce cochon-fourmilier inconnu en Europe et qui fut exterminé comme vos juifs.

    (Tu commences à jaser français quand du écris bantou, avant d’en revenir à l’anglicisme bantu. Tu es incurable Freya. Je laisse cependant passer tes bêtises, car ton histoire du cochon-fourmilier est distrayante. Elle pose en même temps deux questions. S’il s’agit d’un animal mythique, rien d’étonnant à ce qu’il fût exterminé. S’il fut détruit comme le juif, en revanche, la plupart des cochons-fourmiliers doivent être en bonne santé, plus dodus qu’avant. Et puis vois ce que je dis de toi, Freya, en réponse à Mohacsounet : le nom du département où tu habites ne serait pas d’origine aryenne, quelle horreur pour toi ! NDLR.)

    Commentaire par kwanzaamillenium — 29 mars 2013 @ 22:17 | Réponse

    • Quelle idée d’avoir usurpé la photo d’une actrice porno varsovienne. Elle s’appelle Magdalena Macieja, connue sous le pseudo de Gina Blonde. Le juif Freya a même usurpé la date de naissance de cette putain.

      Commentaire par Mohacs — 30 mars 2013 @ 12:46 | Réponse

  2. Sus à Tête noire ! nagybócsai Sárközy est l’incarnation même de ce que tu prétends combattre. À ce propos, la Grande synagogue de Budapest est la plus grande d’Europe ! C’est dire si le juif est solidement implanté dans Magyarország.

    (Tu fais semblant de te mettre au hongrois. Hélas ! tu dis ânerie plus grosse que toi, car la plus grande synagogue d’Europe se trouve à Szeged, pas à Budapest, ce qui est encore plus inquiétant. On dit en Magyarország en frangyar, les deux inessifs en et dans n’ayant pas totalement même acception. Je suis tenté de dire en Paris, par exemple, ce qui est inusuel, car je vois en Paris un pays, pas une ville, ayant odieusement envahi et colonisé au cours des siècles grande partie d’Issy. Parler de Sárközy de Nagy Bócsa est bien trouvé, mais tu commets faute, car sár, boue, s’écrit ainsi en hongrois moderne, mais ce n’était pas le cas quand un ancêtre de Charkeuzi fut appelé ainsi. À noter que Sarköz, Entre-Boue, nom d’une région, est contraire à l’harmonie vocalique, ce qui est rare, mais ce pays marécageux fut jugé inhospitalier par le Magyar. Contrairement au Var, département auquel linguistes hongrois attribuent éventuelle origine magyare. Ils ne se mouillent pas, ils parlent d’éventualité, ils ont raison. Cela fait longtemps que je voulais la sortir celle-là, depuis que je sais que l’affreux Freya habite vraisemblablement en Var, qui signifie forteresse, ville forte en magyar. Ce qui devrait plaire à Freya, mais l’idiot ne jure que par les muses aryennes emmaçonnées, NDLR.)

    Commentaire par Mohacs — 29 mars 2013 @ 22:48 | Réponse

    • De toute façon, on ne peut transposer grammaire magyare dans syntaxe française. Donc forcément ça ne marchera jamais. Tu aurais dû partir de cette évidence, n’eût été ton ignorance. Par ailleurs, tu dis ânerie sur la synagogue de Szeged. Ce n’est pas la plus grande, mais l’une des plus grandes. Attila est resté trop longtemps en dehors de la Hongrie. De toute façon, cela montre que ton pays est profondément enjuivé. Je n’ai pas commis de faute sur le nom de Sarkozy, puisque je ne prétends pas écrire en ancien hongrois. Tu aurais dû, à tout le moins, saluer l’effort ! Quant à l’étymologie du nom Var; je suis presque sûr que tu te trompes. En effet, la ville espagnole Vareia (Navarre), dans la banlieue de Pampelune, qui a la même étymologie, n’a jamais été foulée par un seul pied magyar. Tes ancêtres n’ont, effectivement, pas été plus loin que le Massif Central.

      (Hé ! mes ancêtres sont issisois dans mon imagination, nullement magyars. Je n’arrête pas de m’inspirer du magyar et d’ancien françois quand je jase. J’extermine articles autant que faire se peut, j’évite le plus possible d’employer copules être et et, j’emploie de préférence le subjonctif-impératif à la deuxième personne du singulier, comme voyes, soyes, ayes, voire saches. Tics frangyars. J’ai vécu cinq mois à Szeged, à peu près autant à Budapest. J’ai vu les deux synagogues, j’en ai même visité une en portant kippah. Des Szegedois m’ont assuré que celle de leur ville était la plus grande d’Europe, ils n’avaient pas de raison de me mentir, et c’est facile à vérifier. À vue d’œil celle de Szeged me semble plus grande que celle de Budapest, bien que moins luxueuse. Esther Benbassa m’a confirmé ce fait. Quand je dis inquiétant le fait de constater que la synagogue de Szeged est plus grande que celle de Budapest, je souligne à quel point Hongrie fut enjuivée, vague déferlante de colons juifs ayant eu lieu au dix-neuvième siècle, avant de se poursuivre dans la première moitié du vingtième siècle. Le patronyme de Charkeuz ne remonte pas à l’ancien hongrois mais au moyen hongrois. Je m’inspire de l’histoire de France dans mes datations. Ancien hongrois jusqu’à 1350, moyen hongrois de 1350 à 1789, un peu plus tard en Hongrie. Suivit langues modernes, enfin novlangue depuis 1948 en Europe occidentale, depuis 1989 en Hongrie. Ensuite j’ai salué ton effort, pute vierge ! Var et Vareia auraient même étymologie selon toi, pourquoi pas ? Mais les deux toponymes diffèrent énormément. J’ai souligné que Var pourrait être nom magyar comme l’avança avec précaution un écrivain hongrois francophone. Tu dis que les hordes magyares ont poursuivi leurs dévastations jusqu’au Massif Central ; or, si je ne m’abuse, le Var, précédemment envahi par le Sarrazin, se trouve plus à l’est. Il était facile d’y descendre et de piller le pays, plus riche que le Massif Central, NDLR.)

      Commentaire par Mohacs — 30 mars 2013 @ 12:39 | Réponse

      • Je voulais dire par là qu’ils n’étaient pas allés jusqu’en Espagne. Je t’assure que la synagogue de Buda est plus grande. La primauté de celle de Szeged n’est qu’impression, peut-être due à la configuration des lieux. Il suffit de comparer leur superficie respective. Tu verras bien !

        (Tête noire, quand Revision assure un truc, c’est vrai. On dit Bude en françois, péquenaud. Gratte-toi le cul avec des orties et des chardons, ça te fera du bien, NDLR.)

        Commentaire par Mohacs — 30 mars 2013 @ 14:15 | Réponse

        • Buda, donc, a la plus grande synagogue d’Europe. Je suis prêt à me gratter le cul avec ce que tu veux, à condition que tu reconnaisses ton erreur !

          (Aucun doute, t’es pédé. La grande synagogue de Budapest se trouve à Pest, dans la basse ville, sur la rive gauche, pas à Bude, NDLR.)

          Commentaire par Mohacs — 30 mars 2013 @ 17:49 | Réponse

          • Budapest est une ville à part entière. Je te signale que Buda et Pest ont fusionné en… 1873, un peu comme Guipry-Messac (communes d’Ille-et-Vilaine). Réveille-toi ! Au demeurant, je ne vois pas le rapport entre tes tendances homosexuelles et l’histoire d’Ofen-Pesth.

            (1873, c’était hier. C’est l’histoire de Hongrie d’avant cette date qui m’intéresse. Et puis on continue de parler de Bude et Pest. C’est simple de dire je vais à Bude ou à Pest, quand le parigo dit laborieusement je vais sur la rive droite ou sur la rive gauche de Paris. Qui est lourd dans l’affaire, le Budapestois ou le Parisois ? Tu prends ensuite le parti boche, sur lequel le Français s’aligne souvent pour les noms géographiques d’Europe centrale et surtout orientale. Ofen, oven en engluche, signifie four, et Buda, vieille ville située sur les hauteurs beaucoup plus faciles à défendre que la plaine de Pest, signifiait vraisemblablement four ; les indispensables fours métallurgiques ayant dû se trouver dans des varak, várak en hongrois moderne, châteaux forts, citadelles, puis villes fortifiées, város, ville, étant tiré de vár. Au temps moderne, Buda fut francisé Bude, mais le germanisme Pesth subsista par manque de cohérence, Pest se prononçant Pecht, sans h final abracadabrant. Tu commences à t’imaginer maintenant toutes les règles à observer quand on parle de Hongrie ? Four-Pest est tolérable, mais pas Ofen-Pest. Et je ne te cause pas de Cisdanubie et de Transdanubie, Bude se trouvant en Cisdanubie, Pest en Transdanubie, NDLR.)

            Commentaire par Mohacs — 31 mars 2013 @ 11:06 | Réponse

            • Sympa le cours sur la toponymie hongroise. À notre modeste échelle, 1873, c’est loin ! On va fêter les 140 ans de la fusion, ante diem quintum decimum Kalendas Decembres. À ce propos, le castrum d’Aquincum est le noyau historique de la ville. Il bordait le limes romain, frontière protégeant l’empire des hordes barbares (Avars, Huns…).

              (Il n’y eut pas fusion, mais rattachement, comme à Issy-les-Moules, Issy ayant été ville au dix-neuvième siècle tandis que les Moules se résumait grosso modo à La Ferme et à l’ancien domaine des chartreux. Et puis Hun et Avar envahirent Pannonie, ou bassin des Carpates, avant le Magyar, dernier de la classe, comme moi en boche, même si ce n’est pas vrai. Pour moi, 1871, c’était hier. Quand je me promène en vergne, je revois tout. Comment le fort d’Issy finit par être abandonné au Versaillois, comment le château de l’ancien prince de Conty fut bombardé et incendié, les durs combats rue de l’Église, à côté de chez moi, rebaptisée rue de l’abbé Grégoire, quelle imposture ! Je ne sais pas d’où tu viens Mohacsounet, mais je ressens dans ma chair les ravages de la guerre civile de la Commune de Paris. Quand je vois l’africanisation de France, je suis choqué. Je suis hostile au Versaillois, car étant resté à 1871, bien qu’il n’eût pas totalement tort, car l’« autonomie absolue » de Paris était aberrante. Slogan démagogique, façon Faurisson. Pour moi, le Versaillois est ennemi, bien que je ne soye pas partisan du communard qui jouait perdant ; encore moins de l’Africain, de plus en plus souvent musulman, qui pollue la France.)

              Commentaire par Mohacs — 31 mars 2013 @ 15:09 | Réponse

              • Je sens en toi comme une prise de conscience de la nocivité de l’immigration musulmane. C’est encourageant !

                (L’invasion musulmane, piètre copie de l’invasion juive, est catastrophique pour le peu qu’il reste de France. C’est vieil ultragaucho qui le dit. Mais tu n’as pas compris. Tu n’as apparemment pas saisi différence entre gauchisme juif de Daniel Cohn-Bendit et ultragauche françoise. Ils sont ennemis. Ravale ton nationalisme à la con, NDLR.)

                Commentaire par Mohacs — 31 mars 2013 @ 16:39 | Réponse

                • Blabla. Je te parlais de ta prise de conscience de la nocivité des allogènes musulmans, et pas de ton gauchisme dégénéré, dont je me fous.

                  (Je t’encule, Mohacsounet. Cela dit sans vulgarité. C’est comme ça. Je combats Paris et Versailles, je suis coincé en étau. Tu devrais admirer la résistance issisoise ; au lieu de ça, tu penses à ton cul, plein d’orties et de chardons. T’es piètre natio’. Tu devrais reconnaître la hardiesse de l’ultragauche françoise, seule contre tous, NDLR.)

                  Commentaire par Mohacs — 31 mars 2013 @ 18:28 | Réponse

          • Ladite synagogue est située dans le quartier de Sissi (l’impératrice, pas Guionnette, dans le 7ème arrondissement de la ville). À noter qu’Herzl, le pape du sionisme est né à proximité immédiate de la synagogue tout juste construite. C’est la première synagogue d’Europe et la seconde dans le monde, après celle de Jew York.

            (J’ai jeté coup d’œil sur toile pour examiner les superficies respectives des synagogues de Budapest et Szeged, sans les trouver. Il est possible que j’aye commis erreur d’interprétation à Szeged. On m’aura dit que la synagogue de Szeged est la plus élevée d’Europe. J’aurai bêtement compris la plus étendue, construite sur une superficie plus grande que celle de Budapest. Ce qui est vrai si on tient compte des petits espaces verts qui l’entourent, inexistants à Budapest. Mais je ne vais pas chipoter. Parmi les quatre synagogues les plus grandes du monde, deux se trouvent en Hongrie, à Budapest et à Szeged. Construites il y a plus d’un siècle, elles révèlent l’importance de la colonie juive en Hongrie au dix-neuvième siècle, en même temps que sa richesse. Au plan architectural, ces édifices sont singuliers car de type néologique, nom parfois rendu à tort par réformé. Je n’entre pas dans ces détails pour l’instant. On en trouve certains sur blogs touristiques hongrois écrits entre autres en français, de loin préférables à Juifkipédia. Que Tivadar Herzl nacquît à côté de la grande synagogue de Pest n’est pas étonnant, car c’est là que se trouvait le quartier juif. C’est là encore qu’il était en 1944. Je crois que tu commences à piger, Mohacsounet, les raisons de la vigueur de l’antijudaïsme frangyar : le François a l’impression de se trouver à Parisalem quand il visite longtemps Budapest et apprend le parler indigène ; idem pour le Magyar dans la große Paris, NDLR.)

            Commentaire par Mohacs — 31 mars 2013 @ 11:18 | Réponse

            • La synagogue de Szeged culmine à 48,60 mètres de hauteur ! En terme de grandeur, elle vient après celle de Plzeň en République Tchèque, qui arrive en 3ème position. Szeged n’est « que » 4ème ! Ne va pas en conclure que je suis juif. Je me renseigne. Internet peut être un bon outil de travail quand on sait chercher !

              (Parlons volume d’air en synagogue. À mon avis il est plus élevé à Szeged qu’à Budapest, étant entendu que le juif est anaérobique, comme dit Nordau, c’est capital pour lui. Je devrais parler de la bataille de Szeged qui eut lieu il y a plus d’un siècle. La nouvelle synagogue domina pendant quelques années la ville, avec son dôme ou sa coupole. Puis un noble hongrois entreprit de construire cathédrale, qu’on appelle dóm en hongrois, le Magyar étant paresseux. Ce n’est pas moi qui le dis mais un officier de l’armée française. J’en suis témoin, j’ai visité la cathédrale, j’ai même assisté à la messe, ainsi qu’à la cérémonie dominicale du temple calviniste. En revanche je ne suis pas entré dans la « nouvelle » synagogue. J’ai tourné autour comme un oiseau de proie. Je suis cependant souvent allé à l’île Sorcier, où j’ai maudit les Habsbourgs. Après leur prétendue victoire sur l’Ottoman, due à la cavalerie polake à Vienne, à l’alliance d’États germaniques, accessoirement à la France, l’ostrak, on dit osztrák en magyar, a voulu recatholiciser à la romaine la Hongrie. Pour cela, il a fait brûler des dizaines de sorciers, hommes et femmes, ce qui a favorisé la colonisation juive du pays par la suite. À Szeged en particulier, ma ville préférée de Hongrie, bien que Pécs et Esztergom soient jolies et accueillantes. Esztergom passa pour capitale du royaume de Hongrie avant Bude. Quant à Debrecen, que nous écrivions autrefois Debreczen, ce qui donne meilleure idée de sa prononciation, où j’ai vécu près de deux mois, je la trouve austère et trop géométrique. Forcément, elle est calviniste. Oh ! je ne déteste pas le calviniste hongrois, mais je m’en méfie, comme du calviniste suisse, NDLR.)

              Commentaire par Mohacs — 31 mars 2013 @ 15:17 | Réponse

              • Affirmation sans aucun fondement. Ou peut-être est-ce une projection sur autrui de tes propres penchants homos ? Jusqu’à preuve du contraire, c’est toi qui alignes sottise sur sottise. J’ai l’honnêteté de reconnaitre que j’ignore la hauteur de la synagogue de Budapest, donc je ne peux me prononcer sur laquelle des deux est la plus haute. En revanche, et en dépit de ton chipotage mesquin sur le volume, la synagogue de Budapest est la plus grande !

                (Niet, je ne suis pas persuadé. Tu causes de volume, tu as raison. Le volume d’espace-air est à mon avis plus élevé à Szeged qu’à Budapest, problématique juive. Par rapport à ça juif allemand est bidon, juif hongrois supérieur aux autres races juives, comme je le soutiens depuis longtemps. Et j’exploserai le juif hongrois en duel au fort d’Issy, si dieu me le permet, ou bien sans son accord.)

                Commentaire par Mohacs — 31 mars 2013 @ 18:26 | Réponse

  3. Et au fait ! Je n’ai pas mordu à l’hameçon puisque je poste à chacun de tes articles. Invente-toi des ennemis, si ça te fait plaisir.

    Commentaire par Mohacs — 30 mars 2013 @ 12:59 | Réponse

  4. « Ses chevaux enviés, sa voiture menée par des nègres parfaitement esclaves et très bien battus  » posait le baron portos, et apportait la preuve incontestable de sa négrophilie. Freya, meneur de revue nègre, insatiable et éternel accumulateur primitif, aux besoins alimentaires sans limite, n’agit pas autrement, l’esclavage est sa marque.

    Commentaire par Le petit importun — 1 avril 2013 @ 09:52 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :