Alain Guionnet – Journal Revision

11 mars 2013

OPÉRATION DJIHAD DES SAGES DE SION

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:36

Difficile de dater précisément l’opération antidjihad des sages de Sion. Elle date au fond d’il y a quatorze siècles, quand des juifs inspirèrent le prophète afin qu’il prît ses distances avec le christianisme, superstition initialement juive, tenue pour hérétique, car submergée par l’arianisme.

Dans l’esprit du juif, le djihad, guerre sainte du musulman, promu par un obscur peuple du désert dit plus tard sarrazin, visait à combattre ce qu’il restait du christianisme afin d’assurer avenir du judaïsme. Ce fut d’abord réussite. Le juif prospéra grâce aux victoires militaires sarrazines, dont les troupes étaient formées de gens de nombreuses races. Cette internationale politique et religieuse, étant entendu que l’islam n’est pas religion mais législation, se heurta à résistance en Europe, pour l’essentiel franco-germanique.

Les polacs voulurent s’y joindre, mais n’y furent point admis. Cependant le premier pape françois Gerbert d’Aurillac, dit Sylvestre II, proclama en l’an mil l’alliance franco-germanique avec la couronne de Hongrie. S’y ajoutaient Rome et plusieurs provinces d’Italie, surtout du nord, car royaumes nationals n’existaient pas. Les chrétiens étaient accessoirement implantés en Engletrre dans quelques régions et commençaient à exister en Scandinavie. Le conflit était de nature politico-religieuse, mots indissociables à l’époque, mais aussi à certains égards maintenant.

Puis le chrétien du nord, avec sa nativité élevée, sa meilleure hygiène, son féminisme (mot inconnu à l’époque), vainquit le sarrazin, incapable de se défendre avec ses sourates du Coran imbéciles qui interdisent tout ou presque. Le chrétien rencontra cependant obstacle : le Turk, guerrier redoutable rallié à l’islam. Souvent sur base chamanique, tandis que le croisé se montra monstrueux en Orient, mais aussi en Europe, surtout quand des gueux partirent à pied en croisade pour Jérusalem.

Résultat de l’opération des sages de Sion. Ils réussirent à faire s’opposer chrétien et sarrazin, chacun au nom de sa guerre sainte, pour leur profit. Maître des superstitions chrétienne et musulmane, le sage juif croyait sa postérité assurée.

Ce qui fut en partie le cas, la résistance ayant surtout été due au chrétien, avant que nous en arrivassions aux années 1990. C’est à ce moment-là, même si le plan avait été conçu antérieurement, que nous commençâmes à comprendre comment Yisraêl voulait poursuivre sa politique hégémonique.

Pour renforcer l’État juif, meilleur moyen était de diviser ses ennemis. Comme ça ils s’entre-tueront, Israël n’aura pas à faire le boulot, se disaient les sages, dont le génie se comprend facilement sur ce point.

Ils ont l’avantage de connaître beaucoup mieux les sectes musulmanes que Revision. Soufisme, alévisme, chiisme, sunnisme, wahhabisme, etc., ont peu de mystère pour eux. Opposer les uns aux autres était billard, car ils savent leurs prétendues oppositions confessionnelles en partie bidon. Idem pour la « foi » du musulman dans le djihad.

Par ailleurs, des ouvrages furent écrits sur l’amour des émirs pour le stupre, le luxe et la fornication, voire pour l’alcool et la drogue.

D’où l’idée du sage de Sion de créer terrorisme bidon, à partir d’une grande famille wahhabite d’Arabie Séoudite Ben Laden, en liaison avec la diplomatie anglo-saxonne. Ainsi un des fils Ben Laden, Oussama, a fait figure de mal absolu au lendemain des attentats du 11 septembre 2011 en Amérique, qui lui furent attribués. Son mouvement y a certes contribué, mais les trois tours de Jew-Pork furent explosées au moyen de nanothermite, explosif venant de l’armée amerloque.

Puis tout s’enchaîne. Dans ses attaques terroristes en France, la Ligue de défense juive ne s’en prend plus tellement au présumé chrétien ou assimilé, ou au natio’, mais au bougnoul musulman, tenu pour ennemi de la civilisation.

Propagande est bien orchestrée. Avec son communautarisme, son féminisme, son paritarisme et sa discrimination positive, l’idéologie politiquement correcte de France condamne le pays à mort. Ou plutôt ce qu’il en reste, France étant soumise au diktat judéo-amerloque.

Du coup, plusieurs dizaines de zombis de nationalité française combattent en Syrie selon l’espingouin Manuel Valls, et « une poignée au Sahel ». Autrement dit France est base arrière du djihadisme dur.

Il était autrefois surtout sarrazin, maintenant souvent nègre. Voire pâle français, car le Français est éduqué dans la honte de soi.

Aussi la révolte gronde, car nous nous foutons du malaise du bougnoul de banlieue ne se sentant chez lui nulle part, ni en France ni dans son pays d’origine ; qui veut vivre  sensations fortes en participant au djihad dur, d’inspiration sunnique ou wahhabique, financée par pétrodollars et rançons que la France corrompue paye pour faire libérer ses otages, souvent en vain.

Le plan devient chaque jour plus clair, le combat oppose chrétien et musulman sous le regard narquois du sage de Sion. La poudre est répandue dans une partie grandissante de l’Asie et en Afrique. L’accusation de blasphème du chrétien est rédhibitoire, ses églises sont brûlées, parfois ses maisons, comme récemment au Pakistan, tandis que ses cochons, innocentes victimes, sont égorgés.

Dans ce conflit le chrétien de grandes parties d’Asie et d’Afrique est presque sans défense, comme l’est de plus en plus la minorité alévique. Avant que les chiites tombent à leur tour sous le feu des guerriers majoritairement chrétiens dirigés par des israélites. Car là est mission que le sage de Sion assigne au chrétien. S’il applique ses ordres, en récompense de son effort de guerre, le chrétien sera provisoirement épargné et toléré.

Mais eau coulera sous les ponts d’ici là. Big Brother veut armer la rebellion contre le régime réputé alévite d’Assad en Syrie. L’armée loyaliste est composée de 70 % d’alévites, ce qui ne signifie pas que les 30 % des soldats et policiers restants soient sunnites. Loin s’en faut, car il y a chrétiens, chiites, incroyants parmi eux. Et Guardian vient de brandir la carte génocidaire, en accusant l’armée syrienne d’avoir massacré 30 hommes parce que sunnites.

Jeu dangereux que propagande génocidaire, la volonté de massacre étant vive chez une partie des rebelles syriens. Des alévites, qu’ils appellent alaouites, mais aussi des chiites et des chrétiens. Sans parler des incroyants, dont certains rejoindront le camp du vainqueur.

Politique génocidaire serait également amorcée au Mali, où des soldats maliens tueraient des Touaregs reconnaissables à la pâleur de leur peau.

Les gens s’imaginent souvent que Big Brother est le plus fort. Forcément, puisque Grand Frère exécuter sa politique. Avec le ministre des Affaires étrangères de France Laurent Fabius, riche juif prétendument converti au protestantisme, qui applique scrupuleusement les consignes de Big Brother vis-à-vis de la Syrie. Pour la victoire de sunnites sur les alévites, qui furent longtemps tolérés et méprisés, de statut social inférieur.

Comme c’est de plus en plus le cas en Turquie, où l’alévite est sans cesse plus opprimé. Il est astreint aux cinq prières quotidiennes, tandis que le chrétien, qui n’existe pour ainsi dire plus en Turquie, voit le prix des boissons alcoolisées augmenter de façon vertigineuse, et que le kemaliste est nettoyé des hautes sphères de l’appareil d’État, notamment de l’armée, qui fut longtemps commandée par des laïcs dont beaucoup francophones, sauf dans la marine.

Bref, sages de Sion et leur figure emblématique Big Brother, de son vrai nom Emmanuel Goldstein, font figure de maîtres incontestés. Y compris, hélas ! pour Grand Frère, qui donna très mauvais exemple en 1994 avec sa participation active à la tentative de génocide du Toutsi.

Dans la petite bande révisote, il y a répartition des tâches sous les auspices de son maître à penser Eric Blair dit George Orwell. Graf parle russe, Guionnet hongrois, parfaite complémentarité. Guionnet porte sur les histoires sarrazines regard proche de celui de Mustafa Kemal dit Atatürk ; raison pour laquelle il jase d’alévite, pas d’alévi comme Larousse et Nouvel Obs’, pour laquelle il ne dira jamais alaouite, mot tiré du sarrazin. Graf s’appuie sur son expérience chiitique iranienne pour rallier ce pays à sa cause. Mais il n’y aura pas ralliement, car islam n’a jamais coupé le cordon ombilical le liant au judaïsme. Islam n’est pas antijuif, mais création juive.

En revanche, christianisme a tenté de se démarquer du judaïsme. Maladroitement, mais christianisme, en dépit de tous ses torts, autorise à manger côte de porc grillée aux fines herbes, dont le goût ressemble, dit-on, à chair humaine, en buvant coup de rouge. Marques de civilisation supérieure aux judaïsme et islamisme, superstitions à jeter au panier.

18 commentaires »

  1. Petite erreur : Ben Laden était qutbiste, pas wahhabite. Adepte de l’idéologie jihadiste de Sayyid Qutb, le leader des Frères musulmans en Égypte au temps de Nasser (exécuté alors que tu t’apprêtais à entrer en 5ème).

    (Tu en sais plus que Revision sur les sectes musulmanes ? Tu avoues que tu es juif, NDLR.)

    Commentaire par Mohacs — 11 mars 2013 @ 19:10 | Réponse

    • Non. J’avoue simplement que je suis plus rigoureux que toi dans la recherche de renseignements. C’est accessible sur le net.

      (Méfie-toi de la toile comme de la peste. Qutbiste est transcription tirée de l’engluche d’un mot sarrazin. D’autre part le wahhabisme, qui domine en Arabie Séoudite, aurait été création du renseignement britannique. D’où la volonté du MI6 de gommer l’inspiration initiale de Ben Laden en l’imputant à une obscure secte égyptienne. Auquel cas tu serais dupe quand tu t’imagines étaler ton vaste savoir. A contrario Revision ne parle que de ce qu’elle connaît un peu de l’islam, en l’occurrence des alévis, comme écrivent Larousse et Nouvel Obs’, qu’elle appelle alévites, comme tout étudiant de turc, généralement dits alaouites par les journalistes, qui se réfèrent à leur nom sarrazin. Je vais ajouter quelques précisions à ce sujet dans le papier, NDLR.)

      Commentaire par Mohacs — 11 mars 2013 @ 23:31 | Réponse

      • Sauf que les Alaouites sont pratiquement cantonnés à la Syrie, le Liban et la Turquie. Bachar al Assad est Alaouite.

        (Forcément, alev, flamme, est mot turc ou turk. Plutôt turc que turk, car on dit láng en magyar, mot apparemment sans rapport avec alev. Pareille répartition géographique confirme qu’alévisme vient de Turquie ottomane et que ce mot s’inspire peut-être du zoroastrisme. Zoroastrisme fut affublé de différents noms dans l’histoire, comme mazdéisme, qui, pour l’Issisois, renvoie à la pile Mazda. D’où l’idée que zoroastrisme et alévisme renferment notions de flamme, lumière, énergie. Vue de l’esprit d’un philologue de banlieue en partie de race vendésoise comme toi, Mauvaise Tête, NDLR.)

        Commentaire par TammKoat — 12 mars 2013 @ 14:34 | Réponse

        • Oui, tu as raison, tu es bien un philologue de banlieue, car le mot est bien arabe (علويّ) et non turc. Ce mouvement chiite émerge au IXème siècle et les Turcs sont encore bien loin de Constantinople, prise par les Ottomans en 1453, après avoir conquis l’Anatolie au XIème siècle ; donc, ta théorie, ou plutôt ton affirmation péremptoire, tombe dans le Bosphore, à cause de ton manque de phosphore.

          (Le phosphore de Guionnet serait tombé dans le Bosphore, merde ! encore une shoah. C’est possible, je suis ouvert au contredit, bien que sur les traces de Zoroastre. Oh ! pas comme Nietzsche, à qui je reproche sa bochitude, pas sa folie, dont je doute. J’apprécie ta répartie à verser au dossier, qui ne sera pas tranché hui. Tu as raison de parler de ma théorie ou affirmation péremptoire. Elle est élucubration un peu fondée, en même temps appât. L’important est que tu jases avec fils de Magog. C’est peut-être cela que l’histoire retiendra, NDLR.)

          Commentaire par TammKoat — 12 mars 2013 @ 17:32 | Réponse

      • Je n’y prends pas tout pour argent comptant. Rassure-toi. Mais ça, c’est du béton. Le wahhabisme est un salafisme particulier, né de l’accord entre Mohammad Ibn Abd Al-Wahhab, leader religieux, et Mohammad Ibn Saoud, l’émir de Dariya, qui s’est servi de cette alliance pour conférer à son projet d’unification des tribus arabes une légitimité religieuse. En gros, ce sont des salafistes qui accordent toujours une légitimité au pouvoir saoudien. Or, Ben Laden rejette cette domination des Saoud. Je ne suis pas dupe. Je me borne aux faits. Toi, tu ne fais qu’échafauder des théories délirantes, sans les étayer, et tu t’y accroches comme une moule à son rocher. Le MI6 n’a vu le jour que 165 ans après ce pacte !

        (Pourquoi emploies-tu exclusivement transcriptions engluches du sarrazin, Mohacs-Dupond ? Seule existe Arabie Séoudite, Mohamed s’écrit ainsi, rarement Mohammed, jamais Mohammad. Jaser de Mahomet est aussi possible, bien que cette écriture appartienne au passé, mais elle est fondée. Le François ne mettra jamais genou à terre devant le rosbif, comme on dit à Issy. Tu nous juges délirants, l’Issisois et moi, mais ce n’est, hélas ! pas le point de vue de Big Brother et de Grand Frère. Choisis ton camp. Soit tu rallies les hordes du petit Attila, soit tu obéis servilement à Big Brother et à Grand Frère, son laquais. Je croyais bêtement que fils de mai 68 avait honneur à défendre, mais me suis peut-être trompé, NDLR.)

        Commentaire par Mohacs — 12 mars 2013 @ 16:18 | Réponse

        • Je n’emploie que mots qui me passent par la tête. Tout est spontané. Arrête d’y voir arrière-pensées. La graphie exacte est Muhammad (« u » prononcez « ou »). Je n’ai pas besoin de toi pour défendre mon honneur lorsqu’il est attaqué. J’ai choisi le camp de la vérité nationaliste, qui est Vérité, pour moi. Weltanschauung manichéenne : si tu n’es pas avec moi, tu es forcément contre moi. Un discours tenu par Bush. Ce faisant, tu te rabaisses à son niveau. Désolant !

          (Rassure-toi, à aucun moment je ne songe à défendre ton honneur. De surcroît Weltanschauung n’a jamais été mot manichéen. Tu ne piges rien au boche, tu es pire que Fofo. Si tu veux du sérieux, frotte-toi à Vergegenständlichung, circonstanciation. J’ai fait l’essentiel du boulot en rendant Vergegenständlichung par circonstanciation. Demande-toi ce que signifie ce mot, tu deviendras peut-être moins con. Quant à ta vérité, fous-la toi au cul. Elle n’existe pas, ou si peu. Elle n’est ni natiote ni révisote ni ultragauchote, mais moulin à vent, comme disait Don Quichotte. Quant à la bûche, on la hache menue à Issy, NDLR.)

          Commentaire par Mohacs — 12 mars 2013 @ 18:22 | Réponse

          • Et ça continue ! J’emploie le mot « Weltanschauung », non pas dans son contexte historique précis, mais dans son acception générale qui prévaut en français. Le chipotage chez toi, c’est une seconde nature. Quant à la connerie, je crois que tu as largement prouvé tes capacités en la matière. Ton manque de rigueur sur des points importants forme un contraste étonnant, mais qui en dit long sur ta mesquinerie, avec tes ergoteries sur des vétilles pas dignes de retenir l’attention d’un esprit normalement conçu. Je n’ai jamais prétendu que ma Vérité était celle de tous.

            (Relis-toi, pauvre con. Tu te prétends normal comme Hollande, quel compliment ! Sur le boche, interroge-toi sur evakuieren, evakuierung, voilà question importante. Hier j’ai appelé Manfred, pote alsaco, sur cette question. Hélas ! il avance à vitesse d’escargot. Il a du mal à comprendre à quel point la politique d’évacuation du juif d’une partie des pays d’Europe par le régime hitlérien est importante. Elle nous ouvre voies, elle nous permet de mieux démolir propagande judéocidaire. Hélas ! Manfred n’est pas dans le coup. Rusé, il demande ce que deviennent le lorrain Pierre Guillaume et Serge Thion, né à Issy. Que lui répondre ? Qu’Issy résiste, mais cela ne durera pas éternellement. Thion et Guillaume ont apparemment disparu, seul subsiste Aigle Noir, de l’ultragauche françoise. Conclusion, le natio’ doit faire alliance avec l’ultragaucho, seul espoir pour lui de gagner un jour futur, dans des millions de jours, NDLR.)

            Commentaire par Mohacs — 12 mars 2013 @ 19:40 | Réponse

            • On s’énerve ? Ai-je titillé une fibre sensible ? Je ne me prétends pas normal. Je ne suis pas prétentieux, voilà tout. Je préfère mourir que m’allier à un gôchiasse. Ce serait trahir mes convictions. Toi qui es opportuniste, tes revirements répétés ne t’empêchent pas de dormir, mais, accepte que d’autres aient des principes, dont ils ne veulent pas se départir.

              Commentaire par Mohacs — 12 mars 2013 @ 20:45 | Réponse

  2. Sensationnelle interview de Jürgen Graf dans un journal iranien, en anglais notamment. Une traduction française circule par Bocage. Graf ne parle pas tout à fait comme Guionnet… qui pense peut-être différemment de ce qu’il écrit, ruse finaude…
    Ceux qui sont intéressés par ces 4 pages passionantes peuvent me les demander, ce sera plaisir que leur passer un tel texte !

    (Passe-les derechef au lieu de judacer. En version originale, nous traduirons, Bocage étant blog de sorcière, NDLR.)

    Commentaire par Theil — 11 mars 2013 @ 21:43 | Réponse

    • D’abord en hors-d’œuvre le petit problème de Lady Renouf avec le Kentucky

      Lady Renouf a dû se contenter de rester à Londres et de faire diffuser
      un tract qu’on trouvera à:
      http://www.jewishrepublic.com/revised-leafletA5.pdf

      Commentaire par Theil — 12 mars 2013 @ 11:56 | Réponse

      • À part que Renouf est un nom d’origine viking, courant en Normandie, comme Burnouf ou Surcouf, la dame en question est un drôle d’engin, voir ici (c’est en rosbif) ; c’est assez marrant, car ce qu’elle fait est surtout pour faire du fric.
        http://en.wikipedia.org/wiki/Mich%C3%A8le_Renouf

        Commentaire par TammKoat — 12 mars 2013 @ 14:29 | Réponse

    • http://www.propagandes.info/blog/sensationnelle-interview-de-jurgen-graf-parue-dans-la-presse-iranienne/
      Par René-Louis Berclaz

      (Bien que barbare, œuvre d’un traducteur amateur suissard, cette berclazerie est à la fois compréhensible et laborieusement fidèle. Prenez les deux premières phrases de l’entretien, deux barbarismes ! Mr Graf est anglicisme, on écrit M. Graf en françois. Quinze mois de prison sans sursis est locution d’origine étrangère, on parle de prison ferme. Ferme est mot court et fort. Il rappelle les fers auxquels était condamné le criminel autrefois, qu’il ne quittait pas jusqu’à son arrivée au bagne, alors que sans sursis est expression mièvre. Le réviso cherche souvent à dramatiser les choses, Berclaz fait l’inverse ! Mais il se pourrait que sans sursis soit helvétisme. Hé oui ! le racisme de Revision est tout azimut, personne n’y échappe, pas plus le suissard que le luxencon, NDLR.)

      Commentaire par Sissi Nassetou — 13 mars 2013 @ 01:31 | Réponse

  3. Le révisionniste suisse Jürgen Graf, actuellement en exil en Russie, a été
    interrogé le 24 février 2013 par le Young Journalists Club d’Iran.

    http://www.yjc.ir/en/print/198

    (Entretien amenant Theil à constater « Graf ne parle pas tout à fait comme Guionnet », heureusement ! Graf est réviso helvétique errant, tout le monde n’a pas cette « chance ». Il est têtu. Il se plaint de ne pas être autorisé à visiter les archives de Moscou, qui contiennent des trésors. Parfaitement quadrilingue (anglais, français, germain, russe), Graf est idéalement placé pour examiner les tonnes de documents conservés à Moscou. Il n’est plus enseignant depuis longtemps mais chercheur en histoire, conscient de l’importance de la maîtrise des langues portant sur son thème de recherche. Bravo Graf ! tu défends l’honneur de la Suisse, ou de l’Helvétie, dans l’équipage de la galère révisote, NDLR.)

    Commentaire par Theil — 12 mars 2013 @ 12:00 | Réponse

    • Mais qu’est-ce que ce charabia de Guionnet !?
      L’important est le contenu formidable de son interview ! Guionnet fait penser à ce mauvais élève à l’oral à qui on demande de commenter un texte, et voilà l’animal qui se met à raconter (mal)… la vie de l’auteur du texte !!! En passant, grosse lacune de Guionnet : Graf parle bien plus de quatre langues !
      On voit que Guionnet n’a même pas lu l’interview en anglais, sinon il n’aurait pas écrit que Graf défend « l’honneur de la Suisse »… Les mots de J. Graf vont beaucoup plus loin et concernent au moins toute la civilisation occidentale.
      Allez Guionnet, au boulot !

      (Hé ! tovaritch, je n’arrête pas de bosser. Je cause des langues que maîtrise Graf, pas de celles qu’il baragouine. De race helvétique bochine, faisant moins de coquilles que toi en français, Graf traduit ruscof en engluche et en germain, ce qui ne s’improvise pas. Les langues aryennes sont faciles. Quand j’écoutais émission radiophonique intellote en Roumanie, j’avais l’impression de presque tout comprendre. Avec mes notions de rital, je peux facilement lire roumanof, espingouin et portos, mais je n’ai jamais prétendu maîtriser ces idiomes, en dépit de ma banlieusitude. Je prétends que Graf maîtrise ces quatre parlers, c’est tout ; en même temps beaucoup, car il bosse avec, dans le texte. Eh oui, quand on traduit on ne triche pas, sauf Fofo. En théorie, le traducteur cherche à s’éclipser, ce qui est rarement le cas. Comme Fofo, tu as grosse lacune, tu ignores les subtilités du livre. Or verbe est capital, il est arme, NDLR.)

      Commentaire par Theil — 12 mars 2013 @ 14:56 | Réponse

      • Guionnet est coutumier des contre-vérités et autres approximations douteuses.

        (Affirmation sans fondement. La prochaine de ce type filera droit à corbeille, NDLR.)

        Commentaire par Mohacs — 12 mars 2013 @ 18:23 | Réponse

      • N’importe quel Suisse allemand parle au minimum les langues de la confédération helvétique sauf peut-être le romanche, avec évidemment l’anglais en plus. Donc dire que Graf parle 4 langues, c’est nous prendre pour des ploucs et Graf pour un pôv’ paysan suisse. Ne pas être à même de lire et commenter le texte en anglais que je viens de te passer, signifie bien sûr que tu es une feignasse, bordel !
        Et n’avoir rien à dire sur le communiqué tout chaud de la belle Michèle, notre gonzesse de choc, dénote une grosse fatigue chez l’Ississois. Ou peut-être ne sait-il pas cliquer sur un lien ? Ou n’ose-t-il même plus lire la prose anglaise (en général châtiée, d’ailleurs) de peur de ne pas bien saisir ?

        (Je n’ai pas pris le temps de lire les conneries sur Renouf, mon grand amour, que je n’ai pas eu chance de pénétrer. Tu as remarqué que je suis modérément féministe. Je juge le féminisme bonne chose au Moyen-Âge, mais pas maintenant. Et puis tu ignores tout des langues. Elles se limitent selon toi entre 300 et 500 mots, mais c’est faux. Elles en comptent plusieurs centaines de milliers et tu ignores en grande partie le français, encore plus le françois. Je dis et répète que Jürgen Graf est mériteux. Je ne partage pas ses idées, que je ne connais pas, mais il est vrai pote. Contrairement à toi, qui judace. À preuve, tu ne sais pas écrire françois. Tu as oublié article capital dans ta dernière question. On ne dit pas « de peur de bien saisir », mais de peur de la bien saisir. Tu es fruste faurissonien. Tu n’auras pas à te plaindre quand charogne et vautour dévoreront ton cadavre. Heureusement, l’Issisois relève l’honneur de la France avec sa largesse d’esprit, NDLR.)

        Commentaire par Theil — 12 mars 2013 @ 19:03 | Réponse

        • Mais je maintiens « de peur de bien saisir » !
          Un peu comme si je disais : « As-tu remarqué que Lady Renouf est impénétrable ? Est-ce que tu saisis ? »
          Ohé ! Matez Guionnet qui veut intercaler un « la » avant « saisir »…
          Alors Guionnet, oui ou non, est-ce que tu saisis ? C’est important d’enculer les mouches à défaut d’une Lady… !

          (De peur de la bien saisir est locution soutenue, fréquente en moyen françois. Mais cela t’échappe, car tu jases uniquement novlangue. Pis, tu ne penses qu’au cul. L’amour de Guionnet pour Michèle est notoire. Dans ta tête noire, il signifie que Guionnet rêve de saisir Michèle pour la pénétrer. Ce n’est pas totalement faux, mais, de grâce, essaye de temps en temps de parler comme un poëte, NDLR.)

          Commentaire par Theil — 12 mars 2013 @ 21:55 | Réponse

  4. La gueuserie bougnoule ou nègre n’a que peu d’utilité pour la société marchande, hormis celle d’engloutir le pâle en voie de déculturation. Son existence est liée à la cité et à son organisation carcérale, à différentes drogues, à la ruse, comme code central, et aux interdits religieux, comme valeurs de pacotille.

    On comprend dans ces conditions pourquoi l’islamisme radical peine à recruter dans les banlieues, au moins depuis l’affaire Khaled Kelkal. Que vaut en effet une sourate contre la provocation d’une vitrine de luxe ? Que pèse un sermon face à des trafics juteux ?

    Quand la ruse du gueux devient honorable et que le respect de la parole donnée devient méprisable, dialectique infernale, les possibles de l’embrigadement islamiste restent courts.

    Il faudra, à ses chefs, lourdement cracher au bassinet pour enrôler le gueux de banlieue dans la sarabande djihadiste.

    Rien n’est donc gagné pour les Sages de Sion, tout branle dans le manche, tout traîne en longueur, en Syrie, en Iran et ailleurs. Rien n’est simple pour la coterie, il est bien loin le temps glorieux du Grand jeu de Leopold Trepper, les nouveaux chefs d’orchestre sont à la peine.

    Commentaire par Le petit importun — 12 mars 2013 @ 20:08 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :