Alain Guionnet – Journal Revision

6 mars 2013

VIVE XI JINPING !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 16:37

Mohacsounet reproche à Revision son idéologie, il va être ravi, Revision étant favorable à la politique socialiste nationale du régime chinois qui s’annonce. Xi Jimping, secrétaire général du Parti communiste chinois, devient président du pays. Ce jeune, ayant moins de 60 ans, incarne le renouveau. Il combat corruption, impunie partout ailleurs. Xi, appelons-le par son prénom, identique au nouveau nom de Black Water, police internationale privée amerloque, promet beaucoup de choses.

La presse juive en parle à peine (Démon, Figaro, Libération), la chaîne d’État 24 heures en cause en revanche. Xi va à la rencontre des déshérités, pauvres salariés. Il envisage de combattre pollution, qui fait ravages. Il reconnaît même que toute critique du PCC n’est pas infondée.

Après le despotisme oriental, qui sévit deux mille ans en Chine, après la révolution communiste nationale promue par Mao-Tsé-Toung et Lin Piao (ancienne écriture), formés en France, qui étaient impressionnés par la Révolution française, comme l’avait été Lénine, plus kalmouk que juif, la Chine connut épisode judéo-amerloque ultralibéral. Il fut catastrophique pour les uns, réussite pour les autres.

La page est tournée. Maintenant camps de travail seraient remis en question. Le parti voudrait assurer son autorité en se réformant modérément.

Il a raison, car l’abandon du parti unique est suicidaire. En revanche, tenir compte des remarques de certains blogueurs est conseillé. Contre la corruption en premier lieu. Même le Suisse, attardé du bocal, y est opposé.

Seuls deux empires comptent actuellement : l’Amérique, infestée par la démocratie, qui ne sert à rien, sinon à faire prospérer sectes et vains discoureurs ; la Chine, qui tient sa force de son parti unique, initialement d’inspiration française. Hé oui ! le chinetoque parle du Français, pas du François.

Il y eut histoire d’amour l’année dernière entre une chinetoque et Guionnet à Issy. La gueuse meudonoise avait du mal à comprendre les conneries du masculin et féminin. Elle n’avait pas tort. De race changhaïsoise, elle adorait le pâle dans sa jeunesse. Elle s’imaginait qu’il était blond aux yeux bleus, qu’il ne souffrait pas des dards du soleil comme le chinetoque. Hélas ! Guionnet a cheveu noir, comme elle.

Notre parti est clair. Nous saluons la politique socialiste nationale du Parti communiste chinois annoncée, en lui conseillant de ne pas sombrer dans les fourberies de la démocratie.

Avec son Mode de production des hommes-plantes Jacques Moulin a autrefois invité les dirigeants du PCC à verser dans le libéralisme. À présent nous les convions au socialisme national, en renonçant à peine à leur politique de limitation des naissances.

Ce message sera entendu.

Il passe apparemment au-dessus de la tête noire, qui ne réagit point. En partie à cause de son manque de culture internationale. Que le charbon dévore tête noire !

Plaisanterie à étages, comme dit l’admirateur de la tour de Babel, à tiroirs, comme dit le Français, avec son manque d’imagination. Comme prévu, Mohacsounet est tombé dans le piège. Pour mémoire tête noire est appellation caractéristique du despotisme oriental. Cette expression est apparue au troisième millénaire avant notre ère en Assyrie, pour désigner les habitants du pays, dont tous étaient esclaves. Elle fut ressuscitée au deuxième siècle avant notre ère en Chine, où le despotisme oriental fut instauré à partir de 210 avant notre ère. Elle réapparut en France au lendemain de la première guerre mondiale, quand la Veuve décida d’appeler Bibliothèque des têtes noires la bibliothèque de la présidence de la République.

La Veuve est plus rusée que Faurisson. Elle s’imaginait que la masse allait confondre tête noire et poilu. La bibliothèque était appelée ainsi, comme on était supposé le croire, parce que le poilu ne se rasait souvent pas au front, parce qu’il teignait en noir son visage lors d’opérations de nuit, ou encore par allusion à la noirceur de la guerre de tranchées. Or c’est faux, le sinologue Maspéro ayant remarqué en 1908 l’identité de l’expression tête noire en Assyro-Babylonie et en Chine. Ainsi l’ancien poilu, prétendu tête noire, était esclave de la présidence de la République selon la Veuve.

Ajoutez à cela que le veuvard se prétend fils de la Lumière, contrairement au profane, qui broie du noir. Et le tour est joué !

Voyez à quel point les histoires de France et de Chine sont liées, tout étant dans tout, comme dit le sage pataphysicien. Et nous souhaitons sincèrement que la Chine s’engage dans la voie d’une nouvelle forme de socialisme national, sans se montrer trop dure vis-à-vis des minorités tibétoise ou turkes, au visage pâle.

Espérons que le fago-ren (français en chinetoque) Mohacsounet  comprendra. Sinon le passé veuvard Mauvaise Tête se fera joie de lui confirmer qu’il est tête noire. D’ailleurs Mohács compte deux voyelles sombres, á étant la plus noire du panthéon vocalique magyar.

4 commentaires »

  1. Je ne faisais pas particulièrement allusion à ton opinion sur la politique chinoise.

    (Tu es dépassé. Quand tu t’emmêles les pinceaux dans ton pseudo nationalisme, Aigle Noir voit plus loin. Il songe à la lutte entre les deux empires. La Chine est perdante a priori. Mais si elle verse dans le socialisme national, avec le soutien du protocoliste d’Issy, rien n’est joué. Lin Piao a travaillé à Renault Boulogne-Billancourt, il habitait peut-être Issy. Tu es désemparé face à la question chinetoque, tu as raison. Elle est compliquée. Cependant je n’ai pas d’opinion à ce sujet, je juge seulement l’alliance chinetoco-issisoise possible, bien que je m’en méfie comme de la peste. Mais entre « juif d’Asie » et juif araméen, je préfère le chinetoque, NDLR.)

    Commentaire par Mohacs — 6 mars 2013 @ 19:23 | Réponse

  2. Moi, dépassé ? Certainement pas. Notre désaccord est plus prosaïque et touche plus à nos fréquentations respectives qu’à des considérations sur la politique internationale. Au fait, qui est « tête noire » ?

    (C’est l’idiot qui pose la question, NDLR.)

    Commentaire par Mohacs — 6 mars 2013 @ 20:21 | Réponse

    • Bah non, c’est moi qui pose la question, pas toi.

      Commentaire par Mohacs — 7 mars 2013 @ 12:35 | Réponse

  3. C’est une vieille vantardise et roublardise de récupérateur et de conservateur que de nier la nouveauté dans les ruptures imprévues, et de la déformer à son image. Quelques communistes chinois y prétendent et s’y collent. C’est là un grand malheur pour les insurgés de Chine en effervescence, le communisme à la sauce asiate n’étant qu’une méthode de gestion parmi d’autres pour conserver le vieux monde.

    La question est : comment en finir avec les grosses ficelles du communisme chinois, du paradis sur terre, à la mode de qui-veut ?

    « Si en sacrifiant un seul de tes cheveux tu pouvais être bienfaisant à tout l’univers, il ne faudrait pas le sacrifier  » Yang-tchou. Noir, sera le ciel étoilé.

    Pour le reste, il faut clouer les cons sans jamais se lasser. Ça donne la preuve au moins de l’enragement de ces bourriquets délirants.

    Commentaire par Le petit importun — 7 mars 2013 @ 02:09 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :