Alain Guionnet – Journal Revision

29 janvier 2013

GROS MORCEAU FAURISSON

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:08

Bien que frêle, peu charnu, d’un physique sans rapport avec celui d’Attila, monstre de 100 kilos, Faurisson fut unique vedette négationniste au colloque. Avant d’en parler, en citant Zigounette et Cheminée, disons mot des calomnies d’un métis basque, ancien dessinateur de Revision, dont nous avions cru la venue possible. Mais non, il s’est senti mal dans ses basquettes, il n’est pas venu.

Au lieu de ça, Escargot a lu et relu la collection complète de Revision. Oh ! c’est impossible en un jour. Il a vu erreurs dans ses dessins, à lui, ancien des Arts Déco’ ! Il accuse son ancien chef de narcissisme modéré, d’acteur voulant faire le spectacle à la tête de sa horde imaginaire. Pourtant il y avait trois hordards : un bretok, un portos, un pote à Bouteille, germaniste de race inconnue, mais françoise. Si Escargot était venu, il aurait fait baisser la moyenne d’âge d’Attila et de sa horde, qui fût alors proche de 66,6 ans.

Tout serait affaire d’ambition et de jalousie entre révisos selon le métis. On reconnaît là l’amateur de littérature de gare. Escargot tient le même discours que Zigounette sur Fofo. Fofo aurait été, selon elle, ultra-ambitieux. Après s’être lancé sur Rimbaud, puis sur Les chants de Maldoror, Fofo aurait été déçu de son manque de succès, aussi se serait-il aventuré dans la chambre à gaz après la mort de notre pote Paul Rassinier, en 1967.

Le vrai succès de Faurisson survint en 1978 après la mort de François Duprat, tué dans un attentat à la bombe placée dans son véhicule. On ne sait pas par qui. Tout le monde songe au Mossad, bien sûr, mais ce n’est pas la seule piste. Duprat aurait, dit-on, travaillé pour le renseignement, ce que quelques indices semblent confirmer. Or, dans le renseignement, comme dans la gendarmerie ou l’armée, ça ne plaisante pas.

Jacques Moulin soutient que seuls deux hommes du commando amerloque ayant prétendument assassiné Ben Laden au Pakistan seraient toujours en vie, les autres auraient été tués dans un hélicoptère descendu il n’y a pas longtemps, tout un chacun sachant Ben Laden mort de maladie longtemps avant. Comme quoi c’est dangereux d’être militaire de nos jours, on risque plus d’être tué par ses chefs que par l’ennemi dans les armées dites occidentales.

Mais trêve de moulinettes. L’après-midi, zigounette était assise à droite d’Attila, comme le lui indiqua un hordard. Il signala à Attila qu’il était assis à gauche de la salope. Attila corrigea : il y avait siège vide à gauche d’Igounet, parfois confondue avec Guionet, puis le hordard, enfin Attila, assis à l’ultragauche de Zigounette.

La malheureuse faisait peine à voir. Avec ses lunettes, après avoir passé quinze ans de sa vie sur Faurisson, elle semblait éreintée. Pourtant Faurisson est facile à lire, il répète toujours la même chose. Puis Zigounette fut colère, elle déguerpit après qu’Attila eut fait sa déclaration sur les juifs valides transportés sur le front russe pour servir d’auxiliaires des armées du Reich et de leurs alliés. C’était trop, elle a craqué. Elle aime et déteste Guionnet, mais il n’y aura sans doute pas union conjugale entre eux, bien qu’ils soyent destinés à s’accoupler à cause de leurs patronymes. Même si Guionnet est un peu lourd, ce qu’il avoue. Mais il du culot, ajoute Jacques Moulin, qui défend son chef.

Payée à ne rien foutre, Zigounette rappela que Fofo fut emprisonné en 1962. Pendant quinze jours, croit-on savoir, en liaison avec ses prises de position un tantinet gauchistes sur la guerre d’Algérie. Mais la gueuse ne le précisa point.

En revanche, elle insista sur l’attirance du professeur pour la gloire et la postérité. Elle a raison, même si Fofo ne parle que de postérité. Comme sur le sens aigu du spectacle de Herr Professor, qui aurait demandé aux infirmières de le photographier, visage ensanglanté, le jour de la tentative de meurtre dont il fut victime, shabbat 16 septembre 1989 à Vichy. Notez la date : 16/09/1989. Quelle symbolique ! 9 étant 6 inversé.

Il y a Bête Immonde dans l’air, même si Joël Bouard est innocent pour une fois. Cette photo fut reproduite en couverture de Revision d’octobre 1989 sans que la rédaction en sût l’origine. Après que les hordes d’Attila eurent distribué feuilles volantes à Paris le soir de la tentative de meurtre, intitulées « Ultimatum » — à la juiverie, bien sûr. Un hordard fut blessé et hospitalisé, car le connard intello voulut sauter barrière piétonne avant de se rétamer. Pour Attila, c’était justice, mais passons.

Zigounette dépasse les bornes quand elle accuse Fofo d’être à l’origine de sa tentative de meurtre présumée. Présumée, parce qu’il est facile pour des pros de tuer homme à mains nues ; présumée, car mieux vaut souvent blesser gravement homme plutôt que le tuer. Surtout un intello, qui se mélangera ensuite les pinceaux, qui se discréditera lui-même.

Nous ne savons pas. Mais si Igounet veut relancer l’enquête, très bien. La France avoue sa tentative de toutsicide, bien, pourquoi ne révélerait-elle pas l’identité des agresseurs de Fofo, qu’elle connaît sans doute ? Avant la DCRI, Renseignements généraux n’étaient pas composés que de branquignols. Et puis caméras de vidéosurveillance existaient en gare de Vichy, peut-être pas dans le parc où Fofo fut agressé, mais la police politique a vraisemblablement identifié les coupables. Nous voulons savoir leurs noms.

Après Zigounette vint Cheminée, dite Ariane Chemin, journaliste du Démon contre qui Faurisson a porté plainte sans doute pour diffamation. La salope s’est pointée l’année dernière chez Fofo pour l’interviewer. Le professeur aurait exigé que leur entretien fût enregistré sur magnétophone ; avant de se raviser en disant « vous avez une bonne tête [autrement dit goye, NDLR], ce n’est pas besoin d’enregistrer ». Les palabres auraient duré plus de deux heures trente. Fofo lui aurait offert citronnade à boire, ce que la gueuse refusa, avant de l’inviter à visiter sa bibliothèque. Il aurait cherché à convaincre Cheminée de la justesse de la cause révisote.

Mais la salope n’était pas venue pour ça, elle cherchait à comprendre pourquoi Faurisson en était arrivé là, et pourquoi le Démon avait publié une de ses diatribes dans les années 70. Qui ennuya la rédaction du canard, qui ne trouvait pas d’historien pour lui répondre. Elle finit par se rabattre sur le petit juif Wellers. Puis la crapule Vidal-Naquet, ancien professeur d’Attila ou Alain, à qui il contribua à apprendre à détester le juif, vint au secours du Démon. Mais la négationniste Cheminée n’en parle pas. Elle ne crache que des flammes, comme les cheminées des bains spéciaux des crématoires 2 et 3 d’Auschwitz II.

Elle avoue par ailleurs le crime de négationnisme du Démon en ce qui concerne le tsoutsicide. Or qui ment une fois ment deux fois et plus. Non, Chemin, tu n’es pas bête mais docile, tu cherches la ligne médiane.

Pourtant tu as entendu la réponse du politologue Jean-Yves Camus à un étudiant qui demandait sur quoi repose l’argumentation révisote. Camus parla des témoignages qu’ils ne jugent pas fiables. Il aurait pu ajouter comme les aveux des prétendus bourreaux, mais il ne l’a pas fait. Et de la volonté du régime hitlérien de déporter le juif toujours plus à l’est.

Camus avait raison. La négation faurissonienne de la chambre à gaz homicide est caduque. C’est du plan Orient qu’il s’agit de jaser, de la volonté du régime hitlérien de transporter une partie des juifs d’Europe en direction de la mer de Glace sans espoir de retour.

Ce plan n’est pas tendre pour le juif, mais c’est lui qui a maintenu en vie des millions de juifs, supposés aptes au travail.

C’est le nouveau parti « centriste » israélien à qui il faudrait demander son avis sur cette question, tandis que l’ultragauchiste sabra Shlomo Sand est depuis longtemps du côté de Revision. Quant au collaborateur juif de la revue Jacques Halbronn, n’en parlons pas. Il se concentre sur le Protocole des sages de Sion, ouvrage dont il jase avec Revision, les deux partis étant sûrs de peu de chose.

Bref, les chambres à gaz sont passées à la trappe. La question demeure en revanche sur les conditions d’application du plan Orient. N’en déplaise à Zigounette, que Guionnet n’honorera sans doute pas.

Un commentaire »

  1. Ceci concerne l’attaque de Faurisson du 16 septembre 1989 :

    Dire qu’on ne sait rien des auteurs (au sens large) de cette agression montre chez Guionnet une désinvolture, une paresse de lecture, incroyables. J’ai parfaitement dans mon livre Un cas d’insoumission (en page 84) donné le nom du commanditaire de l’agression : Nicolas Ulmann, commerçant de Vichy, hystérique anti-faurissonien. Mes sources ? J’ai été au cœur de l’enquête en son temps…

    Mon livre ci-dessus est devenu un classique, et tout type se prétendant révisionniste doit avoir lu ses classiques, non ?

    (Cette version est celle de Faurisson, qui n’est pas crédible. Être au cœur de l’enquête signifie dans ton cas répéter les sornettes du professeur. Et quel narcissisme d’écrire Un Cas d’Insoumission, comme un rosbif ! J’ai corrigé. Tu aurais mieux fait de titrer ton bouquin Cas d’insoumission, sans article inutile et redondant. Comme ça tu aurais ta Cap’ chérie à Cas, et tu montrasses que tu as connaissance basique du français. Mais tu as raison, je vais sortir papier sur cette affaire, car le dossier fut rouvert dimanche. Il y a maintenant trois thèses : celles de Faurisson, d’Igounet et de Revision, qui s’interroge et qui fut au cœur de l’affaire, sans avoir jamais mis les pieds à Vichy, pas plus qu’à Auschwitz, NDLR.)

    Commentaire par Theil — 30 janvier 2013 @ 17:20 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :