Alain Guionnet – Journal Revision

23 janvier 2013

VEILLÉE D’ARMES PRÉMATURÉE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 14:40

Nous avons tort d’aller plus vite que la musique. En l’absence de réponse de la salope Malinverno, tandis que l’administration de l’École supérieure de gestion est injoignable au téléphone et que le programme du colloque antinégationniste n’est plus directement visible sur notre site pour raisons inconnues, la farce aura lieu.

Ses organisateurs assurent « entrée libre », en même temps « inscrivez-vous ! » Forcément, presque personne ne viendra ouïr les salamalecs des conférenciers. L’adresse en revanche est confirmée. Il s’agit du 25 rue Saint-Ambroise à Paris, début des festivités à 9h30.

La DCRI veille. L’annonce de la venue des hordes d’Attila l’inquiète, car elle ne sait qui peut venir. Bête Immonde n’est pas problème, parce que mou. Guionnet non plus, parce que vieux renard édenté, mais des allumés du bocal comme Brunetière peuvent venir. Il faut tout prévoir, même si l’administration policière en est incapable.

D’où hésitation des organisateurs du colloque, qu’ils maintiennent car le juif ne recule jamais devant ses mensonges. Il est convaincu d’avoir raison, car crime et mensonge payent. Mais il y a jeunots dans nos hordes, prêts à défourailler.

Les armes jaseront peut-être le 27 janvier, mais Revision aura prévenu : le juif sera occis s’il persiste à vouloir faire guerre au goy. D’où entente envisageable. Le juif mettra bémol sur le canular d’Auschwitz, le goy ne le navrera point, dans sa clémence.

En revanche nous sommes d’accord avec le juif pour tuer le djihadiste dur, mesure de salubrité publique.

Un commentaire »

  1. Je trouve que vous faites pas mal de vacarme à Issy-les-Moules avant ce « colloque »… mais, bon…
    Voyez maintenant cette info :

    Si nos correspondants souhaitent voir et entendre un extrait de la conférence donnée par la jolie Sylvia Stolz (avocate qui avait défendu ErnstZündel et avait ensuite été emprisonnée 3 ans et 3 mois), ce qui lui vaut une plainte des Suisses pour infraction à la loi bâillon de ce pays (n/message du 18/1/2013 intitulé « Plainte déposée en Suisse contre Sylvia Stolz »), nous leur conseillons de se rendre TRES VITE à l’adresse suivante où ilstrouveront une vidéo de 13 minutes correspondant à la dernière partie de son intervention :

    L’enregistrement dans sa totalité se trouve à l’adresse suivante:

    Mais elle n’est « pas disponible dans notre pays »…

    Pour les non anglophones quelques propos de Sylvia Stolz :
    – les juges des tribunaux affirment que l’Holocauste est « de notoriété publique » mais ne disent jamais dans leurs jugements sur quoi se fonde cette notoriété :
    – si l’on veut savoir pourquoi on est condamné, il faut lire les journaux ;
    – aucun des arguments, aucune des preuves apportés par les révisionnistes ne sont jamais pris en compte ;
    – une perle relevée dans le quotidien de Berlin, le « TAZ », du 9 février 2007 (que nous traduisons à partir de la traduction anglaise) : « Vers la fin [du procès], et à la grande surprise des groupes antifascistes présents dans la salle, le tribunal a rejeté toutes les preuves apportées, pour la bonne et simple raison qu’il est « complètement indifférent de savoir si l’Holocauste a vraiment eu lieu ou n’a pas eu lieu. Sa négation est illégale en Allemagne et c’est tout ce qui compte pour le tribunal. »
    Voir à la minute 7:41 combien l’assistance est nombreuse !

    (Exceptionnellement, Bouteille, nous diffusons ce message, car il est agréale et voir et ouïr SS. Dommage seulement que la version engluche ne soit pas parfaite, surtout qu’il est facile de traduire le boche en rosbif. Nous conservons toutefois la citation de la sorcière de Bocage, qui n’est pas fausse, mais secondaire. Nous avons seulement corrigé ses coquilles, la dame au balai franco-scotuche n’ayant jamais su écrire françois. Et puis, nous allons jaser du film, en soulignant ses points essentiels, dont un renvoie au papier de Polevoï du 2 février 1945. Tu ne piges pas, Bouteille, pourquoi nous faisons autant de vacarme à Issy sur le colloque du 27 janvier, à cause de ta bêtise. Nous nous foutons du colloque, surtout qu’il est consacré aux médias face aux négationnistes, seules comptent pour nous « les [deux] chambres à gaz fixes dans la partie est du camp » dont parle le grand reporter militaire Boris Polevoï de la Pravda de 1941 à 1945, ayant couvert le procès du tribunal militaire international, du 20 novembre 1945 au premier octobre 1946, NDLR.)

    Commentaire par Theil — 23 janvier 2013 @ 22:02 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :