Alain Guionnet – Journal Revision

24 décembre 2012

COMPLICITÉ REVISION-C.R.I.J.F.

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 17:03

La complicité Revision-CRIJF est secret de polichinelle. Le CRIJF publie à la une de sa lettre quotidienne du 24 décembre « Richard Falk : un vrai Juif antisémite ». Formé à l’école bochine, Falk souffrirait de haine de soi (Selbsthaas)*, refrain mille fois entendu quand le juif est en difficulté. Il jase tantôt du ticoun, tantôt de sa haine de soi.

Si le Cahal veut négocier, très bien. Depuis toujours, Revision est opposée au massacre du juif. À tort ou à raison, la question n’est pas là. Elle est celle de l’avenir de la France dont le Cahal n’a rien à foutre. Et du monde, par voie de conséquences, même si les gens qui pensent que la France a mot à dire dans l’histoire sont de moins en moins nombreux.

Encore que le juif traduise mieux le Talmud en françois qu’en engluche. En dernier ressort, il compte plus sur le François que sur l’engluche pour le maintenir en vie.

Le CRIJF fait mine d’être choqué, car le juriste Falk, né en 1930, est rapporteur à l’ONU sur la question des territoires palestiniens. Question ni plus ni moins embarrassante que ses prises de position sur les attentats du 11 septembre 2001. Falk soutient la thèse complotiste. Il considère que ces attentats furent supervisés et orchestrés par Israël, ce que tout le monde sait. Mais il n’insiste pas là-dessus. En revanche il attaque le gouvernement Bush et les néocons, signe qu’il n’a pas totalement renié sa judaïté, aussi le CRIJF peut être fier de son « vrai juif antisémite », suivant le principe que des agents des sages de Sion doivent se trouver partout, dans tous les milieux.

Cela dit, Falk n’a pas tort. Plutôt que larmoyer sur la toute-puissance du lobby juif, mieux vaut parfois attaquer ses complices en leur qualité de maillons faibles. D’où il ressort accessoirement que la notion de complicité est à géométrie variable, celle unissant sioniste et néocon étant aux antipodes de celle liant CRIJF et Revision. Ne serrait-ce parce que la première provoque la mort d’un énorme nombre de gens, contrairement à la seconde.

___________________

Selbsthaas est écriture du CRIJF, alors qu’on dit Selbsthaß en teuton. Éternelle rengaine que celle du juif allemand, qui feint d’ignorer le boche. Et vice-versa, car le grand dictionnaire Langenscheidt allemand-français n’indique pas Selbsthaß, en partant du principe que ce mot est juif, nullement germanique. Toutefois le CRIJF a sans doute raison, Selbsthaas étant vraisemblablement transcription du yiddisch.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :