Alain Guionnet – Journal Revision

24 décembre 2012

COMPLICITÉ REVISION-C.R.I.J.F.

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 17:03

La complicité Revision-CRIJF est secret de polichinelle. Le CRIJF publie à la une de sa lettre quotidienne du 24 décembre « Richard Falk : un vrai Juif antisémite ». Formé à l’école bochine, Falk souffrirait de haine de soi (Selbsthaas)*, refrain mille fois entendu quand le juif est en difficulté. Il jase tantôt du ticoun, tantôt de sa haine de soi.

Si le Cahal veut négocier, très bien. Depuis toujours, Revision est opposée au massacre du juif. À tort ou à raison, la question n’est pas là. Elle est celle de l’avenir de la France dont le Cahal n’a rien à foutre. Et du monde, par voie de conséquences, même si les gens qui pensent que la France a mot à dire dans l’histoire sont de moins en moins nombreux.

Encore que le juif traduise mieux le Talmud en françois qu’en engluche. En dernier ressort, il compte plus sur le François que sur l’engluche pour le maintenir en vie.

Le CRIJF fait mine d’être choqué, car le juriste Falk, né en 1930, est rapporteur à l’ONU sur la question des territoires palestiniens. Question ni plus ni moins embarrassante que ses prises de position sur les attentats du 11 septembre 2001. Falk soutient la thèse complotiste. Il considère que ces attentats furent supervisés et orchestrés par Israël, ce que tout le monde sait. Mais il n’insiste pas là-dessus. En revanche il attaque le gouvernement Bush et les néocons, signe qu’il n’a pas totalement renié sa judaïté, aussi le CRIJF peut être fier de son « vrai juif antisémite », suivant le principe que des agents des sages de Sion doivent se trouver partout, dans tous les milieux.

Cela dit, Falk n’a pas tort. Plutôt que larmoyer sur la toute-puissance du lobby juif, mieux vaut parfois attaquer ses complices en leur qualité de maillons faibles. D’où il ressort accessoirement que la notion de complicité est à géométrie variable, celle unissant sioniste et néocon étant aux antipodes de celle liant CRIJF et Revision. Ne serrait-ce parce que la première provoque la mort d’un énorme nombre de gens, contrairement à la seconde.

___________________

Selbsthaas est écriture du CRIJF, alors qu’on dit Selbsthaß en teuton. Éternelle rengaine que celle du juif allemand, qui feint d’ignorer le boche. Et vice-versa, car le grand dictionnaire Langenscheidt allemand-français n’indique pas Selbsthaß, en partant du principe que ce mot est juif, nullement germanique. Toutefois le CRIJF a sans doute raison, Selbsthaas étant vraisemblablement transcription du yiddisch.

VICTOIRE DE L’EXCISION

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 02:14

Nous recevons diverses propagandes. Du CRIJF en premier lieu, parfois de l’ambassade d’Israël, du Bloc identitaire rebaptisé Génération identitaire, ou de Bruno Gollnisch. Le CRIJF nous apprend que les palestinoques réfugiés en Syrie (500 000) s’entre-tuent. Assad était soutenu par une branche dure de l’ancien Fatah, mais des palestinoques partisans de la rebellion auraient pris le dessus, d’où les bombardements par l’aviation syrienne de leurs positions dans les camps. Bloc identitaire nous informe que non seulement quatre de ses responsables sont poursuivis pour l’opération Poitiers, mais que chaque manifestant sera entendu par la police. Aussi ne vous étonnez pas si vous êtes attaqué dans la rue par un sarrazin drogué au méthylènedioxypyrovalérone et que la police n’enquête pas, c’est parce qu’elle manque d’effectifs.

À ce sujet, signalons au CRIJF et à GI que taper sur le sarrazin, ou sarrasin, ne tombe pas sous le coup de la loi, car sarrazin ne désigne pas une race, mais un ennemi de la France. Comme dans Chanson de Roland, où le Sarrasin était basque. Pas de chance pour le Basque, supposé parler langue agglutinante comme il a été prétendu récemment à la télé alors que c’est faux, sa langue reposant sur le mot-phrase. Suivant l’ordre des mots dans la phrase, elle a sens très différent. Comme c’est marginalement le cas en français, où honnête homme et homme honnête sont présumés ne pas avoir même signification, surtout dans le midi, où vit Fabrice Robert, guide de GI.

Bref, le CRIJF est dirigé par des sages, GI par un guide, les deux étant alliés dans la lutte contre le sarrazin. À juste titre, car le sarrazin est médiocre plagiaire du judaïsme. Dans l’encyclopédie juive Wikipédia nous trouvons information sur l’excision de la femme. Assez fiable, car le juif est fier de couper l’homme, signe de son élection, pas la femme.

Retour en arrière. Le juif n’a rien inventé, il a emprunté l’excision du prépuce à l’égyptoque, mais il l’a fixée au huitième jour après la naissance, premier jour de la puberté du nouveau-né. En cela il fut génial, dit-il.

La thèse de Victor Doiteau, urologue, ancien interne des hôpitaux de Paris, sur l’excision du prépuce est remarquable. Hélas ! il ne parle pas de l’excision de la femme. Pas plus qu’Élie Reclus (qui n’était pas juif, mais chrétien réformé). Or il s’agit de considérer les deux à la fois : le clitoris, avec son gland et son capuchon, passant pour résidu masculin ; le prépuce, avec la muqueuse de son feuillet interne, passant pour féminin. C’est d’ailleurs en partie à tort que le prépuce est tenu pour organe protecteur du gland, car il a aussi rôle lubrifiant.

Bref, il y a longtemps, des nègres entreprirent de corriger cette « erreur » de la nature. Ils ignoraient bien sûr la médecine chinoise, qui veut que le yin soit présent dans le yang et vice-versa. Aussi coupèrent-ils prépuce et clitoris. Souvent également petites lèvres, en suturant parfois grandes lèvres, sans parler de l’infibulation et de l’introcision, opération consistant à élargir l’orifice du vagin avec lame de pierre, pratiques rares, mais observées dans trois continents.

Puis les Égyptiens adoptèrent les deux excisions, dont certains de leurs imams croient trouver confirmation du bien-fondé dans le Coran ; longtemps après que les juifs eurent emprunté aux Égyptiens l’excision du prépuce. Mais pas celle du clitoris, par misogynie. On connaît la suite. Le juif transmit au musulman cette coutume barbare et le même phénomène est observable chez juif et musulman. Le juif coupé est beaucoup plus favorable à l’excision du prépuce que sa femme (cf. Hidiroglou)*, tandis que c’est sa mère mutilée qui, en Égypte, conduit souvent sa fille chez le sacrificateur. Bien sûr, il lui faut attendre le temps que le clitoris de sa gamine ait atteint certaine taille.

Sur ce, la victoire annoncée de 64 % de oui au référendum en Égypte sera confirmée en dépit des fraudes. Elle était acquise d’avance. L’excision de la fille va croître. Plus de 85 % de femmes coupées en Égypte selon Wikipédia, entre 60 et 90 % selon une journaliste de Canal +. Cette mutilation se répand actuellement en Libye, merci Charkeuz, et en Tunisie, car la femme ne doit pas éprouver de désir sexuel, outre qu’elle doit être vierge à son mariage et son vagin ou son orifice vaginal rétréci pour accroître le plaisir de l’homme, tout n’étant que violence en terre d’islam.

Que reste-t-il de la colonisation française en Afrique ? Pour ainsi dire rien. La France, avec ses curés et ses frangins, fut beaucoup trop indulgente pour cette pratique barbare. Plus de 85 % des filles sont coupées dans ses anciennes colonies sub- ou sud-sahariennes : Djibouti, Guinée, Mali, Somalie, Soudan. Auxquelles s’ajoutent Égypte, Éthiopie, Érythrée, Sierra Leone. Entre 25 et 85 % en Centrafrique, Côte d’Ivoire, Gambie, Tchad. Moins de 25 % au Bénin, Cameroun, Niger, République démocratique du Congo, Togo, France.

Car non seulement le nombre d’hommes déprépucés augmente jour après jour en France, mais aussi celui des femmes coupées, ou femmes troncs. Quand vous voyez grosse négresse balancer son cul dans la rue il y a de fortes chances qu’elle soit coupée. Elle est dans son droit, femme tronc étant entretenue par l’État pour faire enfants destinés à peupler la France de demain.

L’État nous propose dégénérescence raciale accélérée. Ce n’est pas natio’ qui le dit, mais ultragaucho, qui fustige les chrétiens d’Orient et d’Afrique, qui font souvent couper leurs enfants, des deux sexes en Afrique, leurs garçons au Proche-Orient. Tantôt en faisant appel à un mohel, comme au Liban, tantôt à un barbier, une sage femme ou un médecin, comme en Afrique. Les coptes des deux sexes sont eux aussi souvent coupés. Pour eux, la circoncision en esprit ne suffit pas. Aussi comprend-on mieux la lourdeur de l’animateur de télé Nagui.

Voilà péril auquel la société est confrontée, en même temps thème porteur. Il s’agit d’interdire toute mutilation génitale des enfants. Des juifs, surtout des juives, y sont favorables, alors que les camps en présence sont mal dessinés car la question n’est pas posée. Mais François et femmes sont favorables à cette interdiction en grande majorité. Trois groupes y sont opposés : majorité des juifs coupés, le sarrazin musulman, étranger aux lois de la République, le nègre d’Afrique sud-saharienne, adepte de magie noire ou de l’islam, avec son étonnante capacité à confondre les deux.

Côté français, deux groupes sont partagés. Les fils de la Veuve, qui tiennent le coupé pour inférieur, à l’exception du juif, qui voient dans l’infirmité du coupé avantage pour assurer leur domination. Les chrétiens, qui croient représenter le vrai Israël et qui craignent de perdre leur statut, privilégié à leurs yeux, d’excisés en esprit. Avis n’étant pas celui de tout frangin et de tout chrétien, mais il serait souhaitable que la situation se décante dans ces milieux, faute de quoi nous risquons de déchanter.

Jacques Moulin est ravi. Ce n’est pas lui qui a songé à décanter/déchanter, mais il jubile. Du coup, il en oublie presque son histoire de conne déconcertée.

Les dés sont jetés, rien ne va plus ! Revision a indiqué pistes à suivre au bobo de GI. Au pluriel, car il y en a deux : parler du sarrazin et de l’excision, ce qui vaut rôti de porc. Miam miam.

__________________

* Le bougon Bouteille râle car Revision donne rarement ses références. Mais pourquoi donner lard au cochon ? Il ne sert à rien d’indiquer référence, car Bouteille ne la consultera point. La mention d’Hidiroglou est destinée aux sages du Cahal, qui, eux, savent spéculer. Ils voient la vigueur de l’opposition à l’excision du prépuce dans leur prétendue communauté mieux que nous. Aussi nous leur indiquons le nom de cette juive, source fiable pour eux, comme pour nous. À noter que son livre est riche en hébraïsmes, il permet de mieux découvrir la cabale, qui tourne autour du sexe. En plus, son hébreu est francisé, ô merveille ! Que le prosélytisme juif ne nous réserve-t-il pas ? Pas vrai, Mauvaise Tête ? Occasion de taper sur victime facile, dit Jacques Moulin. Selon lui, Mauvaise Tête se trouve actuellement sur la rampe de lancement d’Auschwitz. Non, il n’ira pas sur la lune, mais alimentera les flammes qui jaillissent de la cheminée du crématoire 2 d’Auschwitz II. Ce sera juste et parfait.

17 décembre 2012

NOUVELLE STATISTIQUE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 22:58

WordPress propose nouvelle statistique à deux chiffres, nombre de vues et nombre de visiteurs. 112 vues ce soir à 22h30, 57 visiteurs, la moyenne des visiteurs en décembre 2012 tournant autour de 80 par jour. C’est peu quand on sait qu’il existe grosse poignée d’aficionados, trentaine de personnes, auxquelles s’ajoutent visiteurs plus ou moins occasionnels, particuliers ou institutions, surtout à l’étranger (près de 20 %).

Sous toutes réserves, car nous sommes en démocratie où fraude est reine. Phénomène récent, particuliers écrivent à Guionnet pour l’interroger. Que pense-t-il des différents systèmes numériques et de l’astrologie ? Que sait-il du Struthof ? Les correspondants ont l’air sérieux, ils font peu de coquilles et semblent savoir à qui ils jasent. C’est déjà çà.

Dimanche 23 décembre, 14 heures, cette statistique est fausse, comme nous en avons eu la preuve hier vers 1h30, avec 9 vues, 1 visiteur, pour 2 pays, France et Belgique. C’était peut-être Depardieu qui aurait franchi la frontière franco-belge entre minuit et 1h30 en utilisant le même calculateur. Hui WordPress s’assagit : 21 visites pour 24 vues, proportion vraisemblable à cette heure. Cela dit, parmi les gens qui visitent plusieurs fois le sit le même jour, certains le découvrent. Intrigués par son style, ils le quittent. Puis y reviennent, car ils songent qu’il y a grain à moudre. Ils se tapent alors série de papiers déconcertants. Ils ont raison, car le prochain sera consacré à l’excision de la fille, thème que Revision a longtemps négligé, l’attention de la revue étant concentrée sur l’excision du prépuce à la juive, coutume capitale expliquant que le juif se prend pour le maître du monde.

Jacques Moulin insiste pour sortir son histoire de la conne déconcertée. Mais non, Jacquot, peut-être plus tard, quand nous causerons d’Égypte et de l’éclatante victoire que Yisraêl vient d’y remporter.

GITON

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 08:32

Dans « Victoire d’Israël en Égypte », giton est employé avec acception originale quand nous parlons de la touriste française ménopausée qui va en Égypte se faire mettre.

Giton fut adopté en françois au dix-huitième siècle, riche période au plan des idées. Pendant longtemps les jésuites s’imposèrent. Ils enseignaient hautes valeurs morales, se prosternaient devant la sainte Sion, sévissaient à l’Académie française, dans le prétendu intérêt de la monarchie absolue. Dans le même temps ils fermaient les yeux sur la débauche de nombreux nobles et courtisans.

Même situation qu’en Égypte, où rigorisme religieux va de pair avec dépravation des riches en quête de puceles* et de gitons. Sauf qu’on ne parlait pas de dépravation au dix-huitième siècle, mais de libertinage. Voltaire, encore lui, s’illustra sur le giton, ainsi que le marquis de Sade. Plus tard, l’Académie française trancha : giton est tiré d’un personnage du Satyricon de Pétrone, ce mot désigne un jeune homosexuel entretenu. D’où semi extrapolation, giton étant parfois tenu pour éphèbe.

Comme si le vieux riche niquait le giton, thème récurrent dans la littérature musulmane, dont les auteurs s’interrogent sur la question de savoir s’il est préférable de forniquer giton avec ou sans duvet. Seulement, il faut sortir le soir, ne pas seulement lire Voltaire et Sade, mais aussi Mirabeau. Quand nous apprenons que « l’empereur Commode s’entourait de gitons », cela signifie qu’il les entubait, ou bien qu’il se faisait enfumer par eux**. Et Commode se faisait sans doute enculer. Ce n’est pas sûr, mais cette pratique est la plus fréquente selon Mirabeau.

Tant et si bien que nous avons retenu l’acception que donne Jacques Moulin à giton : jeune homme foutant cul ou vagin payé pour ce faire. Moulin donne son étymologie du mot : giton est tiré de gîte, car sa bite en a deux, trouduc et vagin.

Moulin a le mérite d’être clair, au point que sa définition risque de bientôt figurer dans le dico.

_________________

Impossible d’écrire pucele autrement qu’en ancien françois, ce mot signifiant jeune fille.

** Se faire enfumer est locution ouvrière, mais personne, à commencer par le bourgeois, ne saurait cracher sur l’ouvrier.

16 décembre 2012

FILLON ENFUMÉ

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:21

Jamais Fillon n’aurait dû accepter la tenue d’un vote pour la présidence de l’UMP en septembre 2013, mais il y a apparemment consenti. Copé était en position de faiblesse, et l’antisémite Fillon aurait craqué, quel nul ! Impression donnée par le titre du Démon « Fillon et Copé s’entendent sur un nouveau vote en septembre ».

Mais ce ne serait pas si simple à sa lecture. Fillon tiendrait pour positive la reculade de Copé, mais voudrait continuer à négocier la date du suffrage. C’est la moindre des choses. Si Fillon abdique, il joue perdant, s’il persiste, il a tout à gagner. Et il est possible que le titre du canard reflète le souhait de sa rédaction, pas la réalité, car il se passera énormément de choses en neuf mois. Copé aura eu le temps de s’imposer et une élection, au lendemain des vacances d’été, dans un parti dont les militants seront assoupis et où ils réclameront un chef, et un seul, tournera à l’avantage du prétendu sortant.

Avis que ne partage pas Nouvel observateur, qui a récemment titré « L’inquiétant M. Copé ». Inquiétant est mot juste. Hélas ! en dépit du titre tapageur du magazine, on apprend pas grand chose sur les réseaux qui soutiennent Copé. On y découvre seulement l’hostilité que Charkeuz lui vouerait et que Copé fit plusieurs choix perdants. D’abord chiraquien, opposé aux zimmis Balladurian et Charkeuz (en partie originaire de Salonique), Copé fut villepiniste au plus mauvais moment, quand Villepin s’empêtrait dans l’affaire Clearstream. Mais il est vrai que la gauche caviar a raison de ne pas trop la ramener, car Harlem Désir, dit Obama made in France, est illustration de l’absence de démocratie au Parti socialiste.

Bref, le feuilleton UMP-ique est loin d’être achevé. Pour l’instant, Copé et Fillon sont perdants, même si le coupé en esprit s’en tire mieux que Copé.

« Curieux, dit Jacques Moulin, que le chef n’aye pas sorti ce jeu de mots avant. Moi, je l’ai fait dès le début. Mais le chef jugeait l’affaire du foyer national juif en Roumanie plus importante. Il ne songeait pas à Copé, mais à Copelovici. »

17 décembre, 9 heures, l’accord Fillon-Copé semble sur le point d’être conclu selon l’Express. Le petit prétentieux Fillon va tout perdre. Malheur au vaincu !

VICTOIRE D’ISRAËL EN ÉGYPTE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:49

Les résultats de la première partie du référendum en Égypte, portant sur 26 millions d’électeurs, compte tenu des fraudes, comme dans de nombreuses démocraties, seraient de 56, 5 % de oui selon les Frères Musulmans, de près de 56 % selon la Coalition populaire, parti d’opposition. En tout cas la majorité est acquise, comme presque partout ailleurs en terre d’islam, l’islam étant législation.

Israël a atteint son objectif. Il veut s’entourer d’États soumis au despotisme oriental. C’est le cas de Gaza, où Hamas a commencé à jouer son rôle de kapo d’Israël. Comme de l’Arabie Séoudite, soumise à Big Brother, qui promeut wahhabisme. Israël avait deux ennemis, Irak et Syrie, parce que pays laïques. Mais le régime irakien issu du Baas n’existe plus depuis longtemps, tandis que celui d’Assad est sur le gril. Quant à la Turquie, pays de l’OTAN soumis à Big Brother, avec son gouvernement d’imams, elle ne représente aucun danger pour Israël.

Seule question, que deviendra dépouille de la Syrie ? Big Brother fait mine de ne pas vouloir reproduire l’erreur qu’il a faite en Irak en supprimant l’armée, seule institution susceptible d’assurer un semblant de cohésion au pays. Au lieu de ça, Big Brother a excité haines entre Kurdes, chiites et sunnites, dont les chrétiens furent principales victimes. Aussi, en dépit de ses apparentes hésitations, les États-Unis vont faire appliquer cette politique en Syrie, en bénéficiant de l’énorme avantage de ne pas intervenir militairement. Comme en Libye, où c’est l’Europe, France en tête, qui a fait le sale boulot.

Ensuite on s’apercevra sans doute que les 40 000 morts estimés du conflit sont peu de chose au regard des règlements de compte qui suivront, dont les chrétiens seront victimes, mais aussi les alévites. Il ne restera alors plus qu’une poche de résistance au Proche-Orient, le Liban, dont il est prévu que les chrétiens seront démocratiquement vaincus à court ou moyen terme. À moins que le Liban s’embrase de nouveau. Les sunnites vont sans doute l’emporter en Syrie. Ce sera donnant-donnant, la minorité sunnite a perdu ses prérogatives en Irak, elle devrait se venger en Syrie sur les alévites, tenus pour à moitié infidèles, secondairement sur les chrétiens, beaucoup moins nombreux, dont les plus jeunes ont commencé à fuir le pays, comme ils le font depuis longtemps en Irak.

But de ces opérations : sécuriser l’État juif, mais aussi stimuler la haine du sarrazin musulman en Occident, politique affirmée du Cahal depuis plus de dix ans. Ce qu’Alain Soral croit avoir compris, lui qui prétend éprouver de la sympathie pour le musulman, polygame esclavagiste fanatique du sacrifice humain. D’un autre côté, les garces de Femen devraient manifester à poil dans les rues du Caire, d’Istamboul ou de Damas contre l’excision. Elles seraient sexies comme elles disent, sous les bombes et la mitraille. Au lieu de ça, elles s’attaquent lâchement au catho’ tradi’ sans défense dans les rues de Paris.

Double constat que voilà. Israël s’appuie sur l’islam pour s’assurer l’hégémonie du monde, car il faut chercher la main du Cahal derrière le wahhabisme et l’intégrisme musulman. Derrière Kelkal et Merah également, héros des banlieues cosmopolitiques, où le nombre d’excisés, hommes et femmes, s’accroît d’heure en heure. C’est le Cahal qui téléguide les pensées des gens, pas Big Brother, encore moins Grand Frère.

La société de Grand Frère est à reconsidérer. Beaucoup de gens la croient permissive, comme tous les riches Orientals qui achètent maisons à Paris, dans les Hauts-de-Seine et à Nice, mais c’est illusion, car cela ne durera pas.

Voyez où nous en sommes. Le Français est assoupi, il ne jure que par son confort. Pour lui Égypte restera lieu de vacances privilégié. La victoire des Frères Musulmans est bonne chose, car elle fera baisser les prix de l’hostellerie dans des endroits charmants, loin des grandes villes. Occasion de faire tourisme sexuel, car la bite coupée du jeune giton sarrazin ou africain est ferme. En plus il tarde à jouir, bonne affaire pour la garce ménopausée, surtout que la passe coûte moins de 15  €, prix que le mecton paye en Espagne pour se taper brièvement pute (pas vierge, précise Jacques Moulin).

Bref, l’histoire part d’en-dessous la ceinture, le Français est ringard, et c’est l’excision qu’il s’agit avant tout de combattre.

19h10, les réactions positives à ce papier sont étonnamment rapides. Elles viennent sans doute de juifs, pas seulement apostats, sans doute aussi israéliens, l’un n’excluant pas l’autre. Ils s’inquiètent de la politique de Yisraêl qui joue avec le feu, alors qu’ils sont en quête de confort comme le Français. Ils aimeraient paraître civilisés.

15 décembre 2012

PEYREFITIE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 23:23

« Les juifs selon Roger Peyrefitte », du 20 avril 2010, bat record d’audience (935 visites), car il y est question de cul, mais pas façon Freya, convaincu que le cul culmine. Nous pourrions ajouter jeux de mots, mais l’important n’est pas là. Il est d’avouer que pour le frangyar trou noir est trou noir. En 2002, Guionnet refusa à Szeged les avances d’une vieille Magyare en songeant que le trouduc d’un jeune homme l’attirait plus, sans qu’il réalisât son fantasme, qu’il n’a jamais assumé. Bien sûr, un juif lui offrit son anus à Clamart, mais après l’avoir pénétré, Guionnet débanda vite, Guionnet n’ayant jamais joui qu’en vagins humides ou lubrifiés, comme celui de la pute qu’il baisa au Mexique à l’âge de 17 ans. Elle était amérindienne au cheveu plus noir que le sien.

Anecdote que Georges Theil nous a invité à conter. En commentaire d’« Antisémite Fillon », Theil parle de « la chiasse au cul » dont souffrirait l’ancien premier ministre. Observation renvoyant au-dessous de la ceinture, niveau d’une importance considérable dans l’histoire. Mercredi dernier, si Fillon avait été député au Budestag, il aurait sans doute voté en faveur de l’autorisation de l’excision, comme la plupart de ses collègues de droite. Il se prosterne aussi, comme toute la classe politique devant l’usine de la mort Auschwitz. Bref, Fillon se fait enfumer ou entuber, comme dit le syndicaliste mosellan, raison pour laquelle il a la chiasse.

D’autre part, nous croyons avoir identifié le prétendu pote de Vincent Reynouard, Theil alias Dora, nullement suisse, mais énarque comploteur. Theil est faurissonien, mais se rebiffe contre Herr Professor, qui vieillit mal à ses yeux. Theil semble maintenant préconiser alliance entre deux sectes révisotes, Raie Noire et Aigle Noir. Nous quittons là les histoires de cul, même si ces deux mouvances sont opposées à l’excision qui va triompher en Égypte et en bochie.

Simultanément, tabagisme et consommation d’alcool sont de plus en plus interdits afin de favoriser consommation d’amphétamines. Est-ce cela que souhaite tête noire ? Si oui, nous abandonnerons toute velléité de résistance, sinon nous continuerons notre combat de taureau.

Notre camarade Roger Peyrefitte dévorait Revision quand la revue était vendue en kiosque. Hommage lui soye rendu. Peyrefitte avait mieux compris le juif que de nombreuses gens en sa qualité d’homme-femme.

14 décembre 2012

ANTISÉMITE FILLON

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:17

Dans les sottises de Sir Al, tout n’est pas à délaisser. Il assure que François Fillon sera bientôt traité d’antisémite par le juif roumain Copé. Ce qui tombe sous le sens, le juriste p’tit Fillon ayant à peine lu Nouveau Testament. Aussi Fillon est largué, il ne sait pas qui il combat. Faute à l’église, qui a maintenu son fidèle dans l’ignorance des arcanes du judaïsme. Mais Fillon, dont le nom est très proche de Villon, se révolte.

Difficile pour Copelovici de traiter Fillon d’antisémite, mais il en meurt d’envie, l’accusation d’antisémitisme étant rédhibitoire. Elle est supposée provoquer honte de Fillon, présumé ignorer Torah et Talmud, ce qui est sans doute le cas. Copé ne devrait faire qu’une bouchée de Fillon.

Comme d’hab’, nous partons du point de vue du Cahal, base incontournable. Ensuite nous envisageons résistance du goy face au juif, son maître. Et nous conseillons à Fillon de faire mine de se battre pour la France en s’opposant à Copé, sage ou singe du Cahal. Ce sera spectacle où antijuifs goys et juifs apostats le soutiendront.

Car l’antijuif goy bénéficie du soutien du juif apostat. Hélas ! p’tit Fillon, dans sa province profonde, semble ne rien avoir compris au film. Or Revision, contrairement à Big Brother et Grand Frère, propose de condamner l’ignorance. Fillon a le choix : soit il est antisémite, soit il est ignorant.

Sous toutes réserves, Fillon serait d’origine basque et vendésoise, il aurait épousé Galloise. Il n’y a rien là qui le prédispose à céder face à l’ennemi du genre humain. Fillon n’est apparemment pas rosse, mot d’origine magyare, mais réputé mou. Ce qui le destine à être traité d’antisémite en sa qualité de victime consentante présumée.

22h30, le CRIJF nous rappelle que la barbare bochie s’apprête à légaliser l’excision. Il ne manque plus que l’accord de la haute chambre (Bundesrat) pour ce faire.

PROLONGEMENT SUR SIR AL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 00:50

Alain Soral, dit Sir Al, est catastrophe, comme l’indique son surnom fait d’un anglicisme et d’un sarrazisme anglicisé. Non seulement il ne parle pas boche, mais il prétend tout savoir, signe de son ignorance. Il dit « le goy, je crois que ça veut dire chèvre », ce qui est faux et méprisant pour la chèvre. À un enfant ou à un profane qui s’interroge sur la signification de goy, on peut dire qu’elle correspond grosso modo à bétail. Notez le contresens chrétien qui consiste à rendre goy par gentil (il se trouve en engluche dans le film de Soral), car c’est dans la tête du juif qu’il s’agit de se placer, pas dans celle du révisionniste chrétien qui se croit gentil.

Soral assure « je suis un patriote français et un honnête homme », argument énoncé dans le passé par Pierre Guillaume, en vain, l’honnêteté étant hors sujet. En outre, l’escroc est le premier à se dire honnête. Autre erreur, Soral se prétend antijuif antiraciste, propos de cancre, car l’antijudaïsme n’a pas de rapport avec le racisme. Il provient de l’expérience et de l’étude. Il y a des antijuifs racistes, d’autres antiracistes, d’autres encore indifférents, car racisme est notion vague. À moins qu’on le considère sous l’angle de la biologie humaine, qui permettrait de considérer le racisme comme étant en nous, dans notre patrimoine génétique. Auquel cas se prétendre antiraciste serait idiot. Soral se dit de race française, c’est vrai, mais aussi faux, car il est savoyard, d’où il découle qu’il a neige dans le sang, tandis que l’alsaco a choucroute dans le sang, le bretok chou fleur. Ceci explique d’ailleurs la bonne entente entre ces deux races.

D’abord elles vivent loin l’une de l’autre, ce qui favorise leur entente. Ensuite elles adorent le chou, qui prévaut sur leurs divergences religieuses, l’alsaco étant souvent réformé, le bretok catho’ romain. Ce qui peut sembler bizarre, mais ne l’est pas, le bretok, comme le Magyar, confondant souvent christianisme et paganisme. Selon lui, les églises furent souvent bâties à l’emplacement de sites païens, il y aurait continuité entre les deux rits. Et puis l’église, que le bretok personnifie, a su introduire dans son panthéon des gens au nom païen, comme saint Alain, Alain étant d’origine bretoke. Or Soral se prénomme Alain, d’où nous concluons qu’il a beaucoup de neige et un peu de chou fleur dans les veines.

Les questions sur les races humaines sont très compliquées. Né dans le midi (-), Soral serait savoisois, donc montagnard (+). Et gageons qu’il adore le mont Chauve. Il serait aussi de nationalité suisse (++), cet « antisémite » ayant la chance de pouvoir se réfugier à l’étranger en cas de persécution, quel veinard !

Soral poursuit « moi, autodidacte ».  Et ta sœur ? Soral doit sa promotion médiatique à son idiotie et à ses fautes de français qui le ridiculisent. Il dit, par exemple, « c’est Staline qui désenjuive les places qui correspond », il décroche là bonnet d’âne.

Soral étale son vaste savoir. Il cause des goys, puis des goyim, avant d’ajouter « les gens comme moi doivent être éliminés d’une certaine manière ». Mais non, que Soral se rassure ! En traité Aboda Zara du Talmud, il est dit « le meilleur des goys, tue-le ! » Aussi Soral ne risque rien.

Soral cherche à se disculper. Il prétend « je fais mon analyse de sociologue, d’historien », ce qu’il n’est pas. Soral est « antisémite », comme dit Frédéric Haziza, point barre.

Sur son litige avec le juif arabe, signalons observation d’Esther Benbassa. Selon elle le juif arabe, locution qu’elle n’emploie pas comme d’autres qui suivent, car nous traduisons la substance de ses propos, veut donner leçons au juif allemand sur la façon dont il aurait dû éviter l’Holocauste. Recette du juif arabe : rentrer dans le lard de l’antisémite bille en tête, raison pour laquelle Haziza a voulu inviter Marine Le Pen au micro de Radio J. Car lui, Haziza, est persuadé être le plus fort. Il comptait dépecer la juriste antisémite en direct, sur Radio J.

Mais les juifs allemands et sans doute hongrois (à vérifier) qui tiennent la radio ont refusé la proposition du séide, au motif qu’il joue avec le feu, car ils savent le courant de pensée antijuif beaucoup plus fort que ne le dit la presse. Haziza s’est imaginé exploser Le Pen avec sa rhétorique de banlieue, mais il y aurait eu choc en retour, ou « retour de manivelle », comme dit Soral. Le Pen n’est certes pas finaude, mais Haziza encore moins.

Sir Al entame sa longue marche. Pour l’instant il n’a aucune chance de gagner, mais qui sait ?

13 décembre 2012

PARFAIT IDIOT SORAL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 19:08

Un tovaritch floridois jubile : ça y est, le républicain Soral se lance dans l’antijudaïsme dans son film de novembre 2012 ! Où il appert qu’il a public. Forcément, Soral dit et répète qu’il en a « plein l’cul » du juif, ce que la tête noire comprend. Mais d’où sort le public du grossier personnage ?

Soral, dit Sir Al, se présente d’abord en maillot noir avec insigne, avant de se raviser, car « ça pourrait donner l’impression que j’ai des accointances avec l’élite de la police nationale ». Il revient avec maillot gris clair à manches courtes de la gendarmerie, avec G de GENDARMERIE surmonté d’une flamme, ou alev, comme on dit un turc, racine vraisemblable d’alévite dit alaouite ou allaouite en langue vulgaire judéo-sarrazine. Eh oui, Soral ne se doute pas de ce qui l’attend, surtout que Guionnet fut viré de la caserne de gendarmerie du Fort d’Issy au mois de mars, incident qu’il n’a pas digéré.

Le public de Soral appartient aux couches moyennes et inférieures de l’État, non initiées. Dans les couches moyennes nous classons greffiers et officiers du rang, plutôt lieutenants que capitaines, surtout dans la gendarmerie. À ce titre Soral est toléré, car l’État ne peut pas se couper complètement de sa base. Aussi Soral joue au républicain idiot. Il chiffre à moins de 1 % le nombre de juifs en France, ce qui est archifaux. Il se dit « pro-palestinien, pro-arabe et même sympathisant des musulmans », mais tout le monde se fout des gueules du palestinoque et du bougnoul, fans du sacrifice humain, tandis que le musulman est tenu pour fils de Belzébuth.

L’idiot est en plus incapable de prononcer Auschwitz. Il donne l’impression de croire qu’aus est préfixe. En réalité, Auschwitz est bochisation du nom polak et sch lettre de trois signes, comme ch en français, lettre de deux signes. Ça la fout mal pour un montagnard.

Soral ne le sait pas, mais il répète en farce l’histoire hongroise. Le Magyar aimait être fonctionnaire pour salaire modique. Rarement corrompu, il souhaitait que son application dans son travail fût reconnue. Il était peu antijuif, sinon au plan des idées. Il se référait au christianisme et au paganisme, qu’il confondait. Résultat, il fut déporté au goulag, avec l’assentiment des États-Unis d’Amérique, soumis au Cahal.

D’où la question que nous posons à Soral : veut-il subir le sort de ses collègues hongrois, ou bien rejoindre les preux d’Issy, qui courent sus au Cahal ? À Ver-Saille, Judapest, Parisalem et Jew-Pork, entre autres.

Page suivante »