Alain Guionnet – Journal Revision

17 novembre 2012

BIENTÔT DU BADOK ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 02:02

En guerre, pas de pité. Du Badok fut longtemps pote de Guionnet. Il l’aida, garnit sa bibliothèque, mais n’avoua jamais qu’il était noble.

Il aurait dû le signaler. Ensuite nous lui pardonnons ses erreurs. Il n’aurait jamais dû soulever le deuxième incident à Versailles pour diffamation de Guionnet par la société Doc en Stock, diffamation étant règle au prétoire, surtout pour les parties défendant les intérêts de la coterie juive. Mais passons.

En revanche, le noble ne devrait pas se débiner après son échec. Nous l’avons appelé il y a trois jours, pas de réponse. Il prenait l’affaire à cœur, il y voyait clé de sa réussite dans sa carrière. Mais les maîtrises de droit sont données à tout le monde, quasiment sans sélection. Suit le Centre des avocats puis entrée en cabinet. Ensuite, peu d’avocats arrivent à faire brillante carrière. Beaucoup vivent maintenant des modestes subventions de l’aide judiciaire ou juridictionnelle. Comme du Badok, qui fut prétentieux dans l’affaire Protocole des sages de Sion, qui opposa Alain Guionnet aux sociétés Doc en Stock et Arte France.

Personne ne lui reproche son échec. En revanche il s’agit de l’assumer. Non en disant que pourvoi en cassation est fondé, mais en le justifiant précisément.

Ce que ne fait pas du Badok, qui semble vouloir se débarrasser du bébé avec l’eau du bain. Voyez où en est arrivée la noblesse française, prétendue race élue.

Du Badok se mord les doigts d’avoir oublié un alinéa du Code de procédure civile. Ce qui fut catastrophique pour Guionnet. Cependant Guionnet réclame à du Badok correction. Il a tout foiré, en partie à cause de ses prétentions, qu’il les assume à présent !

Du Badok a menti à Guionnet, qui lui recommandait de réduire à 5 000 € sa demande d’indemnisation. Mais du Badok ne l’a pas fait. Il a maintenu à 10 000 € sa requête sans la communiquer à son client. Il croyait pouvoir gagner de l’argent, alors qu’il enfonçait Guionnet.

Personne ne fut dupe à Versailles des ancêtres du Badok. À commencer par la greffière, qui dit de lui « il a un nom à particule » (ce qu’il avait caché à Guionnet en déformant son patronyme). Comme si la personnalité du Badok se résumait à cela. Voilà impression qu’il donna à Versailles, ayant eu effet désastreux. Au mauvais endroit, au mauvais moment.

Bah ! Guionnet devrait se réjouir d’être encore en vie. Soit, nous pouvons voir les choses ainsi : Revision ne vaut pas une flèche, pas plus que ses supporteurs. Guionnet sera libre de faire du sport et de s’adonner au cul tant qu’il ne jasera pas d’autre chose. Difficile de refuser cette offre.

Tout le monde sera tranquille. À commencer par le Cahal, que Revision inquiète modérément, car la revue parle peu du conflit opposant État juif et ottomans de Palestine. Elle ne défend pas non plus Assad, elle fut seulement opposée à la dernière guerre à l’Irak et à la Syrie (qui était projetée). À présent Revision s’oppose à la guerre à l’Iran, mille fois annoncée et d’aucune utilité, qui aura sans doute lieu sous la présidence d’Obama, qui fut réélu pour cette raison par plus de 70 % des juifs amerloques.

La politique du Cahal est connue en ce qui concerne ses ennemis. S’ils sont fils de la Veuve, ils sont liquidés, « vaporisés », comme dit Big Brother. S’ils ne le sont pas, ils sont ruinés, déchus, déclassés, mot que Maurice Joly assurait avoir inventé. Ce qui est tout bénéf’ pour Yisraêl, surtout que tuer un résistant pose problème, car les assassins savent qui ils tuent, mais ignorent par qui la victime sera remplacée.

Le Cahal n’est pas principal danger pour Guionnet, le goy enjuivé étant plus menaçant avec son narcissisme. Surtout que la République est faussement laïque, car la DCRI, par exemple, est sacrée. Or Guionnet, non seulement n’aime pas la maison Poulaga, mais il dénigre la DCRI, qu’il accuse de l’avoir cambriolé juste avant l’éclatement des affaires Merah. Seule garantie, qui n’en est pas une, la DCRI agissant sur ordre du pouvoir politique.

Puis vient l’affaire de l’hyperdure, qui tue directement et indirectement. Mais Guionnet n’a pas choisi d’ouvrir ce dossier, il y fut contraint le 26 juillet. Aussitôt il découvrit la piste à suivre, qui fut remontée. Nous nous aperçûmes alors que tout le monde croque de l’hyperdure, à commencer par les États qui profitent du trafic. En France, pour renforcer la demande sécuritaire et faire prospérer le capital financier devant lequel le gouvernement s’agenouille, celui des compagnies d’assurance notamment. Aux États-Unis, où l’hyperdure est en vente libre dans de nombreux États pour justifier l’existence de services de renseignement privés au pouvoir exorbitant. En Chine où, matérialisme oblige, il n’y a pas petit profit, etc., etc.

À noter que l’« ultralibéralisme » tue. Il accroît énormément le nombre des contrefaçons, parfois assassines, délit quasiment pas réprimé. Cadre dans lequel s’inscrit le commerce d’hyperdure. Mais tout le monde est supposé le savoir, Revision ne faisant que décrire la situation, autrefois mission de la presse.

Dans ce registre, seul point positif du régime Hollande, enfin France a premier ministre bochisant ! Ce n’est pas luxe. Surtout quand on voit Ayrault à Berlin se recueillir au Mémorial de l’Holocauste, détour obligé, avant de papoter avec Mère-Muß (jeu de mots franco-germano-magyar, muß étant traduction de kell). Hollande poursuit le plan de La Francisque (François Mitterrand), qui consiste à faire chanter la bochie pour l’abominable holocauste qu’elle aurait fait subir au p’tit juif.

En tenant ces propos nous avons l’impression d’être clair. « Trop clair », reproche fait à Alain Guionnet quand il dirigeait la Revue française de go.

De telle sorte que Guionnet est incriminé d’être à la fois pâle et clair, motif de ses nombreuses condamnations pour délit de presse.

Ce que du Badok a occulté en rayant d’un trait le mémoire de Guionnet dans ses dernières écritures. Il en subsiste menue trace cependant, quand la cour parle du « caractère controversé et polémique de la publication des Protocoles des sages de Sion » (page 8). Or nous demandions à la cour de reconnaître le caractère controversé du pamphlet. Elle l’a fait. Maigre compensation. Être ruiné pour un mot, c’est mal payé.

Avis au profiteur, il est maintenant autorisé à dire le Protocole controversé, ce qui permet d’avoir toutes sortes d’opinions. En premier lieu, les plus stupides, mais il y a controverse car un historien françois courageux, ni ruscof, ni israélien, ni juif amerloque, a poussé la cour d’appel de Versailles à l’admettre. Victoire à la Pyrrhus, pyrrhusi gyözelem comme on dit en magyar.

À Versailles trois camps se sont affrontés. Les juges roturiers, le noble du Badok, le partisan des anciens hussards du Roy de France, qui ne fut pas autorisé à s’exprimer. Pourtant Louis XIV avait fait bon choix quand il forma régiments de hussards magyars. Comme dit l’historien, un régiment de hussards eût empêché la prise de la prison de la Bastille en 1789. Mais nous n’avons pas la prétention de refaire l’histoire, seulement de la commenter. Ce qui nous est interdit.

Et du Badok dans tout ça ? S’accrochera-t-il à son sang bleu ? Tournera-t-il la page ? Ou bien restera-t-il pote de Guionnet ? Nous ne savons pas et attendons sa réponse. Il ne s’agit pas d’une tragi-comédie mais d’une tragédie pour Guionnet, menacé de clochardisation.

18 novembre, 20h45, la situation de Guionnet est catastrophique. Appelé Attila par l’habitant d’Issy, rarement indigène, il est jugé redoutable, et quand Guionnet se rétame, de nombreux Issisois applaudissent. Bien sûr Ahmed, mais aussi maints françois et gens de race argotique, « européenne » en novlangue. Heureusement le nègre aime bien Attila, comme Isa’, qui l’adore ; Isabelle étant magnifique blonde maternant le jeune-vieil Attila. Voilà entre autres pourquoi nous soutenons que tout espoir n’est pas perdu.

4 commentaires »

  1. http://www.propagandes.info/product_info.php/des-livres-des-protocoles-des-sages-de-sion-par-franck-abed-video-p-1994

    Si tu veux amener ton grain de sel, c’est le moment, une goute d’eau dans l’océan, peut-être celle qui te sauvera.

    (Courriel reproduit sans que nous nous posions des questions, surtout que le module est manquant sur notre bécane. Apparemment Franck Abed est autorisé à dire des sornettes sur le Protocole. Il n’est ni le premier ni le dernier, tant les commentaires imbéciles foisonnent. Plus les gens sont prolixes, moins ils ont étudié l’histoire du document. D’ailleurs ils se plagient mutuellement. Ils sortent les mêmes fadaises auxquelles ils ajoutent leur touche personnelle, car ils ne souffrent généralement pas de modestie, NDLR.)

    Commentaire par Sissi Guionnette — 17 novembre 2012 @ 08:21 | Réponse

  2. C’est tout ?
    Ah, tu me déçois Sissi, tu nous fais un œuf de perdrix riquiqui là, pas un œuf d’aiglone !
    Tu veux une tribune ?
    On t’en offre une.
    À toi de jouer avec.
    Qu’est-ce que tu veux de plus ?
    Envoie-nous un article sur ton dossier et il passe en première page.
    Fais nous un beau gros œuf d’aiglone, un vrai, et parole d’illuminé de la rivière et de l’épervière, on relaiera.
    Allez,
    on compte sur toit <==== achhhh nous zommes demazqués.
    L'aiglone, l'aiglon, on attend de voir si tu fais dans la facilité, la culture, c'est comme la confiture…

    (J’ai dit tout ce que je savais du Protocole, sur des centaines de pages. Dans au moins huit numéros de Revision, dans la préface du livre de Maurice Joly, dont biographie et œuvre sont indispensables à connaître pour savoir comment fut écrit plus de 40 % du texte du pamphlet, sur le sit, dans mon mémoire, etc. Ce n’est pas à moi d’en résumer l’essentiel mais à un chartiste, par exemple, puisqu’il n’y a plus d’historien. En revanche je devrai corriger erreurs et approximations dont certaines furent miennes. En 1989 j’étais frappé par la qualité du document, mais je ne savais pas que l’espion Henry Rollin avait signé œuvre du Cahal en 1939, et connaissais Max Nordau de nom, sans savoir qu’il était fils de néologue hongrois, énorme lacune. Je n’avais pas non plus décroché ma maîtrise avec mon mémoire sur l’ancien hongrois, sanctionnée par un 13/20, note donnée par Boiron, professeur de hongrois ch’ti fils de fumeur vraisemblablement poivrot, médiocre en oungvarois mais agrégé des lettres, comme Fofo. En revanche, je suis compétent pour balancer Fofo et Raie Noire, pour signaler leurs bêtises. À la hussarde, bien sûr. Fofo ne connaît que l’anecdote, il est nul en histoire. Moi, je n’ai pas honte de le dire car l’Issisois m’y autorise, mon truc est petite guerre. Or l’ennemi menace de mort scotuche et hussard. D’où rivalité entre les deux. L’observateur jugera sans doute que ni l’un ni l’autre ne cédera. C’est peut-être de cela dont il s’agit de jaser, pas des youtroneries du Protocole, NDLR.)

    Commentaire par Aiglone — 19 novembre 2012 @ 06:05 | Réponse

  3. Alors dans ce cas faudrait proposer ta revue à la vente, pouvoir commander les anciens numéros, rien que pour montrer que ça a existé, les jeunes ont besoin de cette expérience, ils cherchent des valeurs auxquelles se raccrocher. Faut faire ton phénix.
    Enfin, c’est toi qui voit.

    Sinon, on a repris ton article « Dartiguier » et comme on sait que tu vas nous farcir de « Bobo », on a anticipé avec des « Sissi ».
    Mais c’est très respectueux, tu verras, c’est ici :
    http://www.propagandes.info/product_info.php?products_id=2013

    Hi !

    (Toujours le même problème, il subsiste coquille dans la version reproduite du papier. C’est sa dernière version qu’il s’agit de publier. Cela dit, c’est bien Édouard Graton, tu commences à faire semblant d’écrire françois. Ce n’est pas exploit, mais ça me soulage. Ça me donne l’impression de ne pas être lu que par des idiots. Enfin je ne pige pas hi, NDLR.)

    Commentaire par Phenix — 20 novembre 2012 @ 04:36 | Réponse

  4. Ha ! l’inculture de ce médiocre de propagande désinfo. Il ne sait pas que l’Aigle noir lui a permis de lire ces protocoles traduits de façon remarquable par L’Aigle. Sois respecteux merdaillon inculte envers ceux qui œuvrent et ne font pas grivelerie en vendant le travail des autres, en prenant commissions sur les ventes…
    T’inquiètes Aigle noir, ce fumiste n’est qu’une caricature, Il ne sait que plagier pour essayer de briller dans le firmament de sa virtualité. En plus ce minus censure ceux qui n’écrivent pas en lui suçant le jonc…

    (Aigle Noir n’a rien traduit du tout, ou si peu. La version française du Protocole qu’il décida de publier était la meilleure. Son traducteur avait bien travaillé, sauf qu’il était sans doute religieux et maîtrisait mal les jargons historique et politique. Aigle Noir remplaça quelques mots par des quasi synonymes, modifia quelquefois la ponctuation, changea parfois l’ordre des mots dans la phrase, numérota les paragraphes, augmenta le tout par un index des noms cités. Il ne traduisit rien, sauf qu’il consulta les versions boche et engluche du document pour savoir comment rendre de rares passages. Le tout, avec grand respect pour l’œuvre du traducteur. Il écrivait goyim, pluriel de goy en hébreu ? Très bien. Il parlait curieusement du Kahal entre tirets, précision apportée par le traducteur ? Nous ne savions pas, le Kahal étant beaucoup mieux connu du Russe que du Français. Piste seulement explorée en 2008, 19 ans plus tard, dans la magnifique bibliothèque de l’Alliance israélite universelle financée par l’État dit français. Merci Docteur Lapurge, non pour avoir allumé Bobo Graton, minus comparable à maints journalistes de la Libre parole d’autrefois, mais pour avoir reconnu la qualité de l’œuvre d’Aigle Noir, qui déteste l’antisémitisme de boulevard, NDLR.)

    Commentaire par Docteur Lapurge — 21 novembre 2012 @ 23:17 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :