Alain Guionnet – Journal Revision

31 octobre 2012

MOULINETTES

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 22:29

On me dit toujours de fermer ma gueule, mais le chef m’a autorisé cette fois à déblatérer un peu. Vous n’avez peut-être pas remarqué la signature du chef en réponse à un courriel de Benjamin Allali, moi si ! Alain Attila, autrement dit À l’hun Attila ; le chef est parfois génial.

Quant à son pote Bobo, de Propagandes.info, il a l’air mal en point. D’où souci du chef, qui a besoin d’antisémites pour conter les vertus de l’antijudaïsme, sa pomme d’Adam. Dans sa mansuétude, il est prêt à ne plus traiter automatiquement Bobo de juif ou de tzigane. Surtout que Bobo n’est pas salaud. Il estime Guionnet, comme moi. Sauf qu’il est trop indulgent avec lui.

Je dirigerais le sit, je ne ferais pas de différence entre antisémite et antijuif. Je ne prétendrais pas frayer avec Allali, Benbassa ou Sand. Encore que qualifier Benbassa de vache est bien trouvé. Regardez-la, elle a pis qui pend. Quant à son trou noir, je n’en parle pas, le tovaritch amerloque Jojo étant plus féru que moi à ce sujet.

Hé ! Djodjo, tu m’entends ? Vas-tu participer au complot que nous ourdissons contre Guionnet dit Aigle Noir ? Comme en Chine, à la fin du troisième siècle avant notre ère, quand nous, têtes noires, avons liquidé le régime de T’sin Che Houang-ti. Es-tu de notre côté, Djodjo, ou bien de celui de notre prétendu chef qui continue de vénérer T’sin Che Houang-ti ?

Mais je crains ta réponse. J’ai peur que tu rallies la cause de Guionnet dit Sissi Guionnette. Le chef se vante d’être parti de l’histoire de Chine pour éclairer celle du monde, mais n’a-t-il pas tort ?

Je ne sais pas. Il est possible qu’il aye raison, car il a vaste savoir. Quand il dit Étienne, par exemple, il songe à t’ien en chinetoque, qui signifie ciel. Alors je suis paumé, car j’ignore toute langue barbare. Raison, entre autres, pour laquelle je vois en Guionnet mon chef. Mais cela ne m’empêche pas de songer à comploter contre lui.

Guionnet a été explosé le 26 juillet par un jeune sarrazin. Par un « rat », dit Bobo, qui avoue par ce mot son ultradroitisme. Je fusse avec lui, j’explosasse le sarrazin, mais ce ne fut pas le cas.

Heureusement, le 8 novembre au soir, nous partirons à la chasse. Sur les coteaux d’abord, jusqu’à Vanves et Clamart. Pas de problème, le camé a tout oublié. Il ne reconnaîtra pas Guionnet, ni bien sûr moi, Jacquot. Son cadavre devrait finir dans une décharge publique selon Bobo. Seul problème, il n’y en a pas sur les coteaux, mais les rails du RER y suppléeront.

Jacques Moulin

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :