Alain Guionnet – Journal Revision

21 octobre 2012

LUMIÈRES SUR LES SÉRIES TÉLÉVISÉES

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:40

Seules celles de Canal + retiennent l’attention. Dans « Homeland », le héros s’appelle Bródy, patronyme magyar. Retourné, cet ancien sergent des Marines, au cheveu châtain clair et aux yeux bleus, travaille pour le Caïdat après avoir été détenu 8 ans en Irak. Il n’hésite pas à tuer un nègre sur ordre du Caïdat, car le scénariste présumé juif prête énorme attention aux races. Le sous-chef du CIA est juif barbu, le chef nègre corrompu, comme le sont beaucoup de gens à la Maison Blanche. Le juif sert à fond les intérêts de l’empire amerloque. Moralité, le juif est zélé et intelligent. « Homeland » distingue trois races : le Hongrois, fourbe et courageux, de loin le plus dangereux ; le nègre, qui monte dans la hiérarchie quand il obéit aveuglément aux ordres ; le juif, qui prend quelques salutaires initiatives et semble presque honnête.

Autre registre, « XIII ». Tout y est invraisemblable, sauf une thèse. Les services de renseignement privés dirigeraient l’Amérique. Ils désigneraient son président, même si le résultat de la prochaine élection présidentielle n’est pas clair. Ou encore même si la presse, juive pour l’essentiel, oriente le choix de l’électeur. Ainsi Obama doit en partie son élection il y a cinq ans au soutien qui lui fut apporté par les prétendus ticounistes juifs.

Les services de renseignement privés misent sans doute sur le candidat républicain, qui annonce presque la guerre à l’Iran, car ils font partie du complexe militaro-industriel sur lequel repose l’Amérique. Ils ont besoin d’ennemis à combattre, quitte à les créer de toutes pièces.

Notez la version française de « XIII ». Le traducteur rend je crois (I believe) par je pense, règle de la Veuve irrégulière, car en France on ne croit rien, on pense seulement (après mûre réflexion). Le traducteur se prétend incapable de traduire flyer, feuille volante (tract en langage vulgaire). Il parle en revanche de « métamphétamine », sans qu’on sache si la présentatrice du journal télévisé a dit « meth’ », qui n’est pas abréviation de métamphétamine. Mais elle a pu parler de métamphétamine, mot standard désignant énorme quantité de produits.

En revanche le prétendu drogué, selon le JT, n’avait pas besoin de passer par un dileur pour se procurer du méth’, car il est en vente libre aux States, politique peut-être imputable aux services de renseignement privés qui prétendent diriger le pays. Ils verraient là deux avantages. Accroître la demande sécuritaire de la population, glisser peau de banane sous les pieds d’Obama. Voyez, suggèreraient-ils, Obama a étendu à l’ensemble de la population le bénéfice de l’assurance maladie, mais c’est lui qui a autorisé le commerce des drogues de synthèse, soumis à restrictions formelles.

Contrairement à ce qui se passe au Brésil, où la vente de métamphétamine est condamnée dans les quartiers populaires (favelas) de Rio de Janeiro par les gangs, au profit de la marijuana et la cocaïne, dont producteurs et trafiquants se sentent menacés par les drogues de synthèse. Il ne s’agit pas de « crack », comme dit un documentaire, mais de métamphétamine aux effets plus dévastateurs.

À ce sujet, voyez le film communiqué par Jules en commentaire de l’article suivant. On y voit un camé à l’hyperdure franco-africain de 51 balais attaquer vieille femme en Chine, avant de se faire alpaguer. Il a longs cheveux noirs crêpus. Gageons qu’il est allé en Chine faire emplettes, car c’est là qu’une grande partie de l’hyperdure est fabriquée pour être exportée. Les fabricants ouvrent volontiers leurs portes à l’acheteur étranger, comme sans doute à ce client. Seulement, pour être sûr de la qualité du produit, le nègre aura voulu y goûter en sa qualité de tête noire. Du coup, il est devenu fou furieux. Il ne cherchait pas à voler ses victimes, mais à les détruire. Aussi va-t-il découvrir le goulag chinetoque dont nous ignorons le nom.

Ce qui nous permet d’assurer que des chinetoques, souvent jeunes friqués, ont commencé à se camer à l’hyperdure destinée à l’exportation. En se la procurant auprès d’un étranger, ou en corrompant employés des laboratoires qui la fabriquent ; la perruque, comme dit l’ouvrier, le coulage, comme dit le patron, existant partout, y compris dans l’empire du Milieu.*

____________

* Pour le profane, signalons qu’empire du Milieu est ancienne appellation chinetoque n’ayant aucun rapport avec l’emprise du milieu que le corsicaud André Santini connaît bien.

Un commentaire »

  1. Le goulag chinetoque dont nous ignorons le nom est le laogai, camp de rééducation par le travail. Le laogai est pire que le goulag prétend Harry Wu, directeur de la fondation Laogai Research, qui a passé 19 ans de sa vie dans ces camps, pour avoir critiqué l’invasion de la Hongrie par l’Union soviétique.

    En ce qui concerne le nègre, la série noire continue. Les Bretons de BREIZ ATAO, hyperdurs comme granit, souhaitent au franco-africain une sentence de 20 ans en camp à creuser des trous, rien de moins.

    (Salut Danny le Rouge-Noir. Je croyais qu’on écrivait Breizh, pas Breiz, aussi les prétendus bretoks de Breiz Atao sont suspects de travailler pour la DCRI, dont les crapules sont présentes partout. Bien sûr, deux ou trois ans de laogai semble peine mieux adaptée, bien qu’il faille se méfier du pinyin, transcription inadaptée au françois. Imagine qu’on songe à là-haut gai, cela reviendrait à prêter au pédé pouvoir qu’il n’a pas, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 22 octobre 2012 @ 13:19 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :