Alain Guionnet – Journal Revision

29 septembre 2012

AVEU

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 12:39

Le 5 juin Français de souche a mis en ligne « “Le sel de bain”, cette drogue qui rend complètement fou », par un dénommé Robin, qui écrit : « Une nouvelle drogue de synthèse a fait son apparition sur le web. Vendue sous le nom trompeur “sel de bain”, elle est extrêmement dangereuse. L’homme qui a dévoré le visage d’un autre à Miami pourrait en avoir consommé. »

Le titre est juste, car cette drogue rend complètement fou. Seul reproche, parfois aurait dû être ajouté. Ensuite, complètement fou ou fou furieux importe peu, l’idée étant même. Puis, en trois lignes, nous trouvons informations essentielles : 1°) Nouvelle drogue de synthèse a fait son apparition sur la toile. Vrai, drogue de synthèse étant seule appellation qui vaille, toutefois son apparition est nouvelle sur le web mais pas son commerce en magasin, nuance secondaire pour homme écrivant dans le style résistant. 2°) La drogue est vendue sous le nom trompeur « sel de bain ». Vrai, car ce sont ses promoteurs qui l’appellent ainsi, y compris la rédaction de l’Express. 3°) Cette drogue est extrêmement dangereuse ; on ne peut pas mieux dire. 4°) Faux, le nègre n’a pas dévoré le visage d’un pâle à Miami, car le sens premier de dévorer est manger en déchirant avec ses dents, or Rudy Eugene n’a pas mangé la chair de sa victime. Confusion excusable, car tout homme pense à employer le verbe dévorer quand il apprend l’événement. 5°) Le croqueur de Miami pourrait ne pas avoir consommé de drogue de synthèse ; faux, car il en avait de toute évidence consommé ! Mais Robin a eu raison, le 5 juin, d’user de cette précaution, car il n’en avait peut-être pas la preuve formelle. Il en était toutefois convaincu, là est l’essentiel.

Ajoutez à cela les entrées du message de Robin : « Cannibalisme, drogue, sel de bain, sels de bain, zombis ». Double bravo ! car Robin écrit Cannibalisme avec majuscule, graphie indiquant qu’il doute que l’acte criminel était de nature cannibalique. Ensuite, la presse parle de zombie, tout François écrivant zombi, comme Robin, la lettre e étant aberrante.

Serait-ce à dire que l’ultragaucho réviso se rapproche de la maison Poulaga ? car ledit Robin y appartient vraisemblablement, vu son écriture. Mais voilà que nous ramenons tout à nous, comme si nous souffrions de nombrilisme.

Toutefois une dimension de l’affaire est capitale. Le 26 juillet, Guionnet fut victime d’un fou furieux qui grogna avant de le frapper au visage. Malchance pour les promoteurs du sel de bain, Guionnet est utopiste versé en techniques de manipulation. Quand Guionnet corrige complètement fou par fou furieux, il a raison, comme quand il parle des grognements de la bête. Seulement Robin n’a pas son expérience unique, en même temps hunique.

Guionnet avoue que Robin, relayé par Français de souche, avait en grande partie raison le 5 juin. Mais  Guionnet adore littérature qu’il dévore, son dieu étant Verbe. Au lieu de s’appuyer sur le papier de Robin dès le début, il a refait son chemin. Sur d’autres bases et de façon élargie, la vraie question étant de savoir pourquoi la drogue de synthèse est actuellement si répandue.

Guionnet est prêt à tous les compromis pour liquider Big Brother, y compris en appelant à l’aide Joël Bouard dit Bête Immonde. L’idiot a pigé ces dernières années que la cause révisote valait  plus qu’un clou, ou que cinq clous, comme on dit en Hauts-de-Seine. Las ! la vieille école révisote manque de mordant, comme disait Eugene peu de temps avant d’être abattu par une ordure de flic. Nous employons langage destiné à nous mettre à la portée de Bête Immonde, qui ne supporte pas la concurrence déloyale de la drogue de synthèse.

Guionnet est coupable de pas s’être aperçu assez vite des ravages causés par la nouvelle arme, qui en est une à part entière pour certains de ses promoteurs. Il avoue avoir longtemps négligé les trois lignes de Robin, dont l’intérêt majeur est qu’elles datent du 5 juin.

2 commentaires »

  1. À la lecture de vos lignes, on sent que le sang d’István Tisza coule dans vos veines :

    quelle verve ! Quelle impétuosité!

    Vous êtes un centaure magyar,

    je m’incline devant vous.

    Louis Ferdinand Stahl

    (Freya, quand toi, qui emploies quantité de pseudos, et ta petite bande, car quelques-uns des textes que tu diffuses ne sont pas de ta paluche, n’envoies pas de commentaires, les visites du site baissent et la plupart des correspondants se taisent. Tu apportes quelques touches originales. Poétiques, comme centaure magyar, ou comme Louis Ferdinand Stahl, Louis-Ferdinand étant prénom de Céline, dont tu rejettes le pseudo’ féminin Céline que tu remplaces par Stahl, acier en germain. Propos poétiques à connotations historiques. Plus encore quand tu évoques Étienne Tisza, ce qui semble indiquer que le renseignement russe répond à notre suggestion. Il y a peu, en effet, nous reprochions à Julie Couronne de ne pas avoir parlé de Hongrie et de Chine dont l’histoire est incontournable pour quiconque traite du bolchevisme national. D’où ton ironie consistant à évoquer Étienne Tisza, dont nous répétons le prénom, car Tisza est nom de rivière, Tissa, et d’une famille noble, contrairement à Sarközy. Tisza, initialement libéral ayant étudié à Oxford, s’opposa à l’entrée en guerre de la Hongrie en 1914, en sa qualité de premier ministre du royaume de Hongrie. Opposé aux traîneurs de sabre autrichiens, il tenta pendant la guerre de limiter les dégâts pour le Pays-Magyar, avant d’être assassiné en octobre 1918 par des « soldats débandés » selon Wikipédia, en réalité sur ordre et avec la participation d’intrigants juifs. Bien sûr sous l’accusation d’avoir été responsable de la guerre, ce qu’il n’était pas. Tu as du culot, Freya, en faisant tienne cette imposture. Je serais un nouveau Tisza, bien que roturier ayant étudié à Jean-Bapt’, pas à Oxford [que je déteste, étant plus attiré par Cambridge], plein de verve et d’impétuosité. J’aimerais que ma verve rogue fût vraie, comme celle de mon pote Claude Le Petit, mais je ne voudrais pas mourir comme Tisza. Ce qui m’amène à avoir l’impression de commencer à comprendre qui tu es, Freya. Tu bosses pour le Mossad dans la section infiltration du renseignement russe. Tu considères qu’il faut me préserver un certain temps, car tu appliques protocole, pas plan. Tu as raison. Dans ces conditions, impossible de ne pas reproduire ton message, NDLR.)

    Commentaire par Lao Killer — 29 septembre 2012 @ 22:19 | Réponse

  2. Ah ! Une étincelle de lucidité commence à clignoter dans ton cerveau encrassé d’ennui redondant… prenons garde à ce qu’elle ne s’éteigne ! Oui, nous sommes « une petite bande » — quatre exactement — et non, tous les textes que je diffuse ne sont pas de moi, puisque nous sommes quatre auteures ( http://aryansisterhood.wordpress.com/les-auteures/ ) . Cela a toujours été dit et clamé, oncques ne fîmes dans la discrétion, même quand nous étions apolitiques et connues comme Les Sorcières Dresseuses de Mecs… Qu’y puis-je, à la fin, si un lectorat sordide s’acharna à nous réduire à une seule personne du sexe opposé ? La vérité était là, étalée sans fard ni sous-vêtements, mais ils préférèrent imaginer de médiocres chimères, qui au final ne sont que le reflet de leurs âmes viles. Mais laissons-les croupir dans leur credo quia absurdum comme des cloportes sous une vieille planche moisie, et sache également que nous ne travaillons pour personne — hormis la Gloire et la Postérité — et ne recevons non plus de prébendes de quiconque. Peut-être, un jour, devrons-nous envisager de vendre nos petites culottes déjà portées pour pouvoir continuer à nous exprimer librement ?

    (D’accord, Freya, nous t’autorisons à conter tes balivernes, NDLR.)

    Commentaire par Sororité Aryenne — 3 octobre 2012 @ 11:39 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :