Alain Guionnet – Journal Revision

28 septembre 2012

CANNIBALISME DOUTEUX

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 12:35

Il y a contradiction entre le fait que la drogue de synthèse coupe la faim et qu’elle provoque parfois actes de cannibalisme. L’explication de ce phénomène a peut-être été trouvée avec l’autopsie de Rudy Eugene, nègre sans domicile fixe ayant déchiqueté le visage d’un clochard pâle avec ses dents le 26 mai à Miami, car aucune trace de chair humaine ne fut trouvée dans son estomac après qu’il fut abattu. Eugene n’aurait donc pas dévoré sa victime, mais croqué son visage. (Avis à la jeune fille, quand un gars lui dit qu’il va la croquer, qu’elle se méfie !)

La drogue de synthèse ne provoquerait pas parfois cannibalisme, mais croquer de chair humaine d’êtres vivants. Phénomène singulier, tandis que le fait qu’un nègre s’en prenne ainsi à un « blanc », dira tout suprémaciste blanc, n’a rien d’étonnant. Encore que le croquer ne soit pas nouveau, cet acte ayant été pratiqué par un boxeur nègre avant de se répandre aux jeux olympiques de Londres de 2012 en lutte gréco-romaine, sans que le croqueur fût disqualifié. Sans parler des femmes qui mordent la chair humaine sans l’avaler, torture infligée à Guionnet par une vieille de près de 70 ans à la caserne de gendarmerie pendant cours d’autodéfense au début de l’année, mordre étant réflexe naturel depuis la préhistoire.

Jacques Moulin tient à préciser que Guionnet n’a pas riposté le 26 juillet car il ne comprenait pas ce qui arrivait. Il n’a pas non plus occis la petite vieille, qui avait mordu son bras jusqu’au sang, car il n’avait pas pigé pourquoi. Il l’a seulement réprimandée, alors que le visage de la vioque rayonnait de joie. Expérience riche d’enseignement pour l’idéaliste issisois, selon Moulin, qui se serait aperçu que non seulement femme est parfois vulgaire, mais peut aimer faire mal, démolir, détruire.

Abandonnons Moulin et sa philosophie de banlieue. ll est difficile de s’y retrouver sur ces questions, surtout que la presse ment sur tous les sujets, outre qu’elle emploie langue de bois. Par exemple, elle parle de SDF, jamais de clochard, car clochard semble renvoyer à la cloche de l’église. Ce qui est faux selon Robert, car clochard serait tiré de clocher, qui signifiait autrefois marcher en boitant, mais cela suffit à interdire au pisse-copie de parler de clochard. Or cette question se pose au sujet du croqueur et du croqué de Miami.

Des jounalistes les prétendent tous deux SDF. C’est clair en voyant le visage de la victime avant qu’elle fût défigurée. Ça l’est moins en ce qui concerne le croqueur, qui avait belle petite amie négresse, laquelle a pris sa défense devant la presse. Selon elle, Eugene ne serait pas coupable, mais victime, il aurait absorbé la drogue à son insu. Où et comment ? Sur la plage d’où il venait ? Bref, la police ne connaissait pas l’adresse d’Eugene, ce qui ne signifie pas qu’il était à la rue.

Ainsi c’est le « nanti » nègre qui aurait croqué le clodo pâle. Or Solene Godin ne cesse de mentir dans son papier de l’Express mis à jour le 7 juin 2012. Dans son chapeau, elle affirme : « Cette nouvelle substance illicite, se présentant sous la forme de cristaux, a déclenché l’horreur en Floride. Sous son emprise, un SDF américain a dévoré le visage d’un homme avant d’être abattu par un policier. » D’abord la substance n’est pas illicite, comme nous l’avons exposé précédemment. Ensuite ce n’est pas un homme qui fut dévoré par un clochard, ce qui suscite l’émoi du bobo, mais plutôt l’inverse. Beaucoup plus jeune et costaud que sa victime, Eugene ne présente aucun signe de malnutrition ou de maladie sur les photos prises de lui avant et après sa mort.

Un peu plus loin, la faussaire Godin juge que la drogue « porte bien son nom : “sel de bain” ». Mais ce sont ses promoteurs qui l’appellent ainsi. Godin et la rédaction de l’Express les soutiendraient-ils ? Tout le suggère.

Passons sur certaines remarques de médecins ou de spécialistes parues dans la presse, car comparer la drogue de synthèse au LSD ou à l’ecstasy prête à sourire, à moins qu’on voye là encore promotion indirecte du produit. Avant d’évoquer la deuxième tentative de croquer, survenue peu après à Miami. D’après le Démon du 7 juin 2012, qui a un peu pris le temps de s’informer, ce serait encore un SDF qui aurait voulu se faire les dents.

Il fut interpellé dans un restaurant où il serait entré en criant insultes. Dans le véhicule de police il se frappa la tête sur la vitre interne, en criant « Je vais vous manger  ! » Au commissariat, il grogna comme une bête et tenta de mordre un flic à la main. Différents éléments sont à retenir. Le camé avait bien pris de la drogue de synthèse, car il criait et grognait comme le jeune sarrazin le 26 juillet. Les témoins du restaurant ont pris ses vociférations pour des insutes, comme Alain Guionnet, qui déclara dans sa plainte du 28 juillet : « Arrivé à sa hauteur, l’homme me tient des propos incohérents et téléscopés. Je ne me souviens pas exactement de ces propos tellement ils étaient incohérents mais provocateurs et insultants. »

Moulin observe qu’il ne reconnaît pas le style Aigle Noir. Il a raison, mais c’est le poulet Cédric Strouiller, au patronyme peut-être d’origine boche, qui l’a transcrit. Le mais, non précédé d’une virgule, est troublant. Il l’est cependant au fond, dans le style du flicard comme dans l’esprit de Guionnet, qui était vexé de ne rien avoir compris aux grognements du sarrazin. Et Cédric a assez bien fait son boulot, même si le mieux serait, comme en Amérique, que le plaignant ou l’accusé consigne ses déclarations sans intermédiaire. Mettez Guionnet devant un clavier. Il sort plus de quarante mots/minute, presque sans coquilles. Mettez un flicard dans les mêmes conditions, il arrive laborieusement à moins de vingt mots/minute. Le combat est inégal. À chacun son boulot. Le flicard à la maison Poulaga, Revision en kiosque !

Un peu plus tard, au commissariat, à l’abri du danger, les flics observèrent l’animal. Ils constatèrent qu’il ne parlait pas, mais grognait. Et s’il a effectivement dit je vais vous manger ! dans la voiture, c’est qu’il n’avait pas atteint son pic extatique, quand ses vociférations ne sont plus que grognements. Enfin il ne voulait sans doute pas manger de la chair humaine, mais la croquer sans l’avaler.

Enfin la presse plaide en faveur du poison, qui ne provoquerait pas d’actes de cannibalisme, qui n’apparaîtraient que dans des cas isolés. Ce symptôme toucherait des gens prédisposés, souffrant de troubles psychiques. Le Démon tranche doctement : le cannibalisme est « peu probable » ! Il a raison, car ce n’est pas du cannibalisme. En revanche l’internaute qui se procure la drogue sur la toile, au prix de 25 à 50 dollars le sachet (le prix grimpe), quand il est francophone, pense parfois copier-coller-croquer ! (C’est Jacques Moulin qui a tenu à ce que nous ajoutions cette observation, NDLR.)

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :