Alain Guionnet – Journal Revision

26 septembre 2012

JUSQU’À QUAND ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:43

Les visites du site explosent à cause de l’affaire drogue de synthèse (164 à 17 heures), jusqu’à quand la presse refusera-t-elle d’en faire écho ? Hollande n’arrête pas de faire des « génuflexions » devant Big Brother, comme disait Kónya, pote magyar décédé, réfugié en Aquitaine, qui fut gendarme royal de Hongrie pendant la guerre. Kónya était intelligent, il comprenait qu’un ultragaucho françois n’a rien à voir avec un nazebroque, même si les deux partagent certaines idées.

Nous imaginons l’émoi dans les rédactions des canards. Qui en jasera le premier ? Qui osera évoquer l’affaire du 26 juillet 2012, quand Guionnet s’est pris coup de poing dans la gueule par un jeune défoncé sarrazin ? Le Parisien ? Sans doute pas, parce que ce journal est juif et que Guionnet est affreux, sale et méchant réviso. Marianne ? Non, depuis que le métis juif Jean-François Kahn ne dirige plus le magazine. Nouvel obs’ ? Peut-être, l’hebdomadaire jouant carte juive assimilationniste.

Sa rédaction sait Guionnet ultragaucho. Après s’être rendu au Cercle Bernard Lazare, il fut séminariste d’études juives à l’ÉPHÉ, où sa prof’ juive turque Esther Benbassa, qui le dénigrait, lui fit cadeau d’un précieux livre. En outre Guionnet est modérément antisioniste, et presque pote de Shlomo Sand. Puis Guionnet est tenu pour source fiable. Quand il dit que des ados issisois consomment leur came peu avant la tombée de la nuit, c’est sans doute vrai. Quand il cause matois, il est sincère. Mais quand Guionnet accuse Big Brother de promouvoir la drogue de synthèse, cela pose problème, surtout quand il prétend que le vrai nom de BB est Goldstein.

Situation qui se dénouera prochainement, car le juif ne veut pas passer pour promoteur de la drogue de synthèse. Au passage il y aura casse. Mais Guionnet, monté sur son cheval blanc, survolé par Aigle Noir, devrait s’en tirer. Tout au moins nous l’espérons.

19 heures, confirmation du bien-foné de nos propos par Google, qui annonce la parution de ce papier il y a « deux heures », alors que le moteur juif ne dit traître mot de nos balivernes sur le plan Orient. Car notre accusation est grave : qui fait la promotion de la drogue de synthèse ? Big Brother, bien sûr. Mais qui se cache derrière lui ? Quel rôle joue la coterie juive dans l’affaire ? Questions auxquelles nous ne prétendons pas répondre.

Mais Google, comme prévu, a tenu à prendre les devants. Le moteur juif collabore ; en diffusant notre papier, il prétend implicitement que la coterie juive n’est pas seule responsable de la fabrication et du commerce de la drogue de synthèse. Il a sans doute raison, alors que les États-Unis, dit-on, seraient sur le point de laisser tomber Yisraêl (rumeur douteuse répandue en Alsace). C’est vrai que les traditionalistes juifs de Nétouré Carta sont étrangers à l’affaire, mais des juifs sont impliqués, puisque c’est l’empire amerloque qui assure la promotion de la drogue satanique. Satanique plutôt que diabolique, ce mot étant d’origine « sémitique ».

Google sait aussi Guionnet modérément antisioniste, contrairement à Faurisson, en même temps alchimiste, partisan d’un mélange de pas mal de libéralisme, pour autant que libre concurrence existe, un peu de bolchevisme national, un peu de socialisme national, un peu de gaullisme, exception française chère à Dujardin, comédien que personne ne critique car il arrive à faire rire, contrairement à l’émission pisse sans rire de Canal + « Les guignols ».

Freya KO, nouveau match commence. Il oppose Revision et Big Brother, sans doute soutenu par le Cahal. Une chose est sûre, il y aura du sang. Et nous invitons notre ami John Smith à remarquer que nous ne fuyons pas le combat face à Big Brother, notre détermination étant pure et dure.

20 heures, coups de fil à la presse. Nouvel obs’ ne répond pas, la ligne est coupée après de nombreuses sonneries. Plus rapidement au second appel. Marianne, un Slave répond aimablement. La rédaction est au bouclage, mieux vaut rappeler demain. Gageons que le Slave est payé au rabais. Parisien, un François de la rédaction répond. Il n’a pas l’accent titi, mais presque. Un de ses collègues des Hauts-de-Seine devrait bientôt appeler Guionnet pour ledit fait divers dont il ignore tout. Voyez à quel point le lobbying est difficile. Nous n’attendons rien du Parisien, mais comme Google diffuse nos conneries, pourquoi pas ? Cela aura l’effet d’une bombe dans la bourgade (nous en sommes restés à Issy au dix-huitième siècle) : un gars de la butte attaqué par un jeune branleur défoncé à la drogue de synthèse, quel scandale ! Le canard pourrait en rajouter : prétendre que le criminel, avec ses dents blanches, a voulu dévorer sa victime étendue au sol, délunettée. Mais de courageux témoins sont intervenus et l’ont obligé à fuir. Et patati, et patata.

Hélas ! Guionnet est grillé, tout le monde le sait affreux, sale et méchant. La publication de l’affaire n’est donc pas pour cette semaine. Toutefois, pendant ce temps, les visites grimpent. Le lecteur pense : « On nous cache tout, on nous dit rien. » Il a raison.

21 heures, blocage du compteur de WordPress à 201 visites journalières depuis plus d’une demi-heure. Bizarre autant qu’étrange. La coterie juive jalouserait-elle le succès du site ? Nous le saurons sans doute bientôt.

21h30, suite à la précédente remontrance, le compteur juif vient curieusement de se débloquer. Signe qu’il faut traiter le juif comme une bourrique, sans jamais le mépriser, erreur pouvant être fatale. Beaucoup plus qu’avec d’autres peuples, le goy étant beaucoup moins susceptible que le juif, qu’on l’appelle boche, rosbif, saucisse rouge, rital, espingouin, etc. Le goy n’apprécie pas, mais il ne déterre pas la hache de guerre pour autant. En revanche, si vous traitez le juif de youde, ça craint. Guinal passe mieux, mais à peine, le juif étant femme. Il veut être séduit, ne pas être traité de coupé, en tout cas ménagé. Ce à quoi Revision l’invite en proposant de créer réserves juives, où le juif sera respecté et libre de ses mouvements, difficile d’imaginer mieux. Pourtant notre projet écologique est dénigré par la coterie, qui franchit les bornes. Survient alors source de conflit. Mais nous sommes d’accord, les États n’on pas à trancher le problème juif. C’est aux hommes, surtout prépucés, de décider, point sur lequel le juif n’est pas d’accord avec nous.

Alors Danny ramène sa fraise, en prétendant que l’ultragaucho est roi du cul. Admettons. Mais cela signifie que le juif est perdant, même s’il ne voudra jamais l’admettre.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :