Alain Guionnet – Journal Revision

21 septembre 2012

ISSY DANS LE BOUILLON

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:14

Vendredi 21 septembre, 20h45, place du 11 novembre 1918, à la frontière des Hauts d’Issy, Guionnet croise jeune homme seul qui marche vite en sens inverse, les mains dans les poches, le pas saccadé. Il ne se trouve pas à l’endroit qu’emprunte généralement le passant, mais sur la partie extérieure du trottoir, car il est pressé. Il veut descendre rue Auguste Gervais sans passer par le passage piéton de la rue de l’Abbé Grégoire. En direction du métro, puis peut-être de Paris, où il compte s’éclater.

Le gars, âgé de 17 ou 18 ans, est de race pâle. Il jette rapide coup d’œil sur Guionnet en le croisant, le temps de voir son regard hagard. Maintenant ça va, nous sommes formés, nous savons observer les tics psychotiques. Le quidam est en ébullition après avoir pris sel de bain, drogue qui n’entraîne pas toujours comportement ultraviolent. Il est plein d’énergie et hallucine.

Anecdote inventée, dira l’idiot. Mais non, Guionnet n’a pas assez d’imagination pour ça. Il se dit historien, témoin de premier ordre. Même l’ennemi, l’affreux, sale et méchant Avraham Malthête avoue : Guionnet fait de menus mensonges, mais il est fiable sur les questions substantielles. Même opinion que Robert Badinter, qui apprécie ses chroniques judiciaires.

Cela signifie que la piste locale du trafic de sel de bain à Issy est à explorer. Dans cette ville d’escrocs, délit le plus répandu, où les héroïnomanes se sont distingués dans les années 70. Ils sont maintenant presque tous morts, mais nous assisterions à phénomène similaire. Le bouillon serait consommé par des jeunes d’Issy plus qu’ailleurs, en particulier dans la vieille « ville ».

Aperçu de l’extension de la consommation de cette drogue satanique. D’abord en Amérique, puis outre-Manche, enfin Paris et Hauts-de-Seine. À moins que ce soit l’inverse, Hauts-de-Seine précédant Paris. Pis, en Hauts-de-Seine, chaque ville est différente. Dans le triptyque Issy Meudon Clamart, Issy arrive en tête dans le bien comme dans le mal. Ensuite Issy est divisée. D’un côté les gens de la butte, riches d’histoire, de l’autre ceux de la plaine, ces clampins. Or c’est sur la butte que se développe apparemment le plus trafic de sel de bain, bien qu’il croisse en plaine. Et l’Issisois sera fier, sans être de la butte, de voir un de ses habitants dénoncer les ravages du bouillon, fruit de l’ultralibéralisme décadent et dégénéré.

Toute idée chevaleresque disparaîtrait avec cette drogue, produit emblématique de la postmodernité. À moins que nous cuisions le bouillon au court-bouillon, projet utopique. En revanche, Guionnet est fondé à réclamer la peau du jeune sarrazin pour son lampadaire. Au cas où la justice ne serait pas d’accord,  muni d’une kalatch’, Guionnet pourra se rendre en synagogue après avoir absorbé bouillon. Demandez à Bobo ce qu’il en pense. Mais le monstre a déjà répondu : il y aura carnage.

Oh ! juges de Versailles, ne nous poussez pas à en arriver là.

(À propos de kalatch’, signalons que l’employée slave de Carrefour aime Guionnet, après qu’il envoya chier Petite Boule sous ses yeux ébahis.)

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :