Alain Guionnet – Journal Revision

11 septembre 2012

BROUTILLE ISSISOISE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:26

Peu après 21 heures Guionnet arrive au magasin Carrefour. Il a besoin de faire quelques courses avant éventuellement de mater l’équipe africaine de foot’ à la télé, qui risque de se faire mettre par les Biélorusses.

Aussitôt juif arabe pansu l’assaille de quolibets. Accro’ à son I-pod, il lève les yeux quelques instants pour débiter insultes dont deux expressions sont remarquables. « N’importe comment tu as fait de la taule », bravo ! car le site parle de taule, rarement de mate, mot qu’il emploie pour ne pas répéter le nom (règle inconnue des langues étrangères). Puis « ils sont partout ». À chaque fois que Petite Boule a apostrophé Guionnet, depuis de longues années, il a sorti cette locution que Guionnet n’a jamais prononcée en plus de trente ans d’antijudaïsme militant.

Exemple de bête expression antisémitique que combat le site. C’est ainsi, en effet, que les antisémites expliquent leurs faiblesses face au juif, qui leur est supérieur dans la magouille et le renseignement. Or, comme Urbain Gohier dit Isaac Blümchen, nous contestons cette prétendue supériorité, surtout qu’elle est fausse, le juif n’étant pas partout. Nous n’en avons connu aucun, par exemple, parmi les éboueurs et les égoutiers de l’agglomération parisoise que nous avons rencontrés.

Ensuite « ils sont partout » répond au fantasme antisémitique et petit juif, l’antisémite étant pipol, tandis que le petit juif, souvent arabe, rêve d’être puissant, alors que ses prétendus frères du Bney Brit refusent de l’initier. De telle sorte que Petite Boule exprime, en tenant ce propos, son hostilité à l’antijuif ainsi qu’au Cahal.

Puis le gars tourna en rond, avant que Guionnet passât à la caisse. Il lui sortit alors propos qu’il croyait fatal : « Faut dormir avec un revolver. » Guionnet corrigea : « Avec kalatch’. »

Mot qu’il répéta deux fois, car il désirait que la caissière slave remembrât l’incident ; le slave francisé, sans connaître le subjonctif imparfait, comprenant bien kalatch’.

Au sortir du magasin Guionnet regarda deux fois dans son dos. Petite Boule ne le suivait pas, sans surprise. Paix règne ainsi en vergne.

Un gendarme a tué sa femme la semaine dernière au fort d’Issy avant de se suicider, observera-t-on, mais c’est un étranger : le gendarme, comme le juif, étant partout étranger. Il obéit aux ordres, comme le juif au Cahal.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :