Alain Guionnet – Journal Revision

23 août 2012

BRETOK FACE À ORGUL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 16:59

Le p’tit révisionnisme ne gagnera jamais sans la magie. Le truc consiste à accrocher le chaland avant de l’envoûter. Première étape, montrer que le réviso est plus bête que méchant. Elle met le curieux à l’aise. Deuxième étape, il a des tripes, le réviso défend sa race, sa patrie, sa langue, avec laquelle il prend des libertés. Du coup il devient mode. D’autres étapes suivront, mais il est trop tôt pour les dévoiler.

Le truc consiste à séduire, même si on est homme et qu’on ne possède pas l’écrasant vagin de Freya von Asgard. Et puis les salons parisois n’ont plus le succès d’autrefois, ils ont été en partie remplacés par la toile, où les langues se délient comme si elles voulaient se libérer de leur frein.

Orgul l’a compris. Il qualifie le site de blog mode, c’est bien. Mais les remarques de ses afficionados gagnent à être corrigées. Voici les dernières. Benestin dit : « je m’insurge, le badok s’appelle ainsi car c’est un shadok ! »  C’est en partie vrai, car le bretok a inventé trois choses : l’extermination du juif en 1248, par Jean Premier Le Roux, duc de Bretagne, le père Ubu et le shadok. Quelle continuité ! Ajoutez à cela que le bretok aime prendre des libertés avec la langue, comme Céline, mais aussi comme Alfred Jarry, qui inventa le mot porc-grome ! Et puis l’humanité lui doit science unique : pataphysique ! Il arrive aussi que le bretok adore le point d’exclamation…

C’est peu et beaucoup à la fois, étant entendu que la plus grosse minorité raciale de région parisoise est bretoke, car il y a là près d’un million de shadoks.

Hollandois Volant précise : « Le Badok est l’avocat de Guionnet. » Signe qu’il lit le site. Mais il ne sait pas que Guionnet a tendance à répudier ses avocats. Ainsi Le Badok se trouve sur siège éjectable, même si Guionnet restera fidèle à son amitié. Il a déjà pardonné au Badok son petit plantage de printemps. Forcément, Guionnet est coutumier du plantage, il ne va pas reprocher à ses amis d’en commettre.

Puis Mollard Sharif pérore : « Guionnet me fait délirer. Rien que le nom de Guionnet. Ça me donne envie de faire des sauts virils de façon cosaque et sans faire tomber les cendres de mon cigare. » Jean-foutre ! Ces propos sont plus incompréhensibles encore que ceux de Reynouard. Que viennent faire les cosaques là-dedans ? Bien sûr, ils marchent actuellement sur Fontainebleau, à cheval et en uniforme, mais quel rapport ? Et puis quelles sont les cendres qui tombent du cigare de Sharif, autrement dit de sa tête ? Mystère. Enfin, en matière de sauts, ceux du hussard sont les plus célèbres.

Hollandois Volant enchaîne heureusement : « Aigle Noir, déploie tes ailes ! » Le craneras a raison. Même si on peut aussi écrire et dire déploye.

Mollard Sharif poursuit : « Oh putaing ! Ça mérite de boire une pastaga en l’honneur du Che. » Hélas ! Sharif, tu n’as rien compris. Le site respecte vie et combat de Che Guevara, mais il n’est pas gauchiste. Putaing sonne bien cependant, pareille graphie nous réconcilie avec ce mot que nous avons marre d’entendre les filles prononcer de façon scolaire. Elles ne disent jamais pute, ni pute vierge ! Expression méridionale dont raffolent certains bretoks, car pute vierge est pataphysique.

Quant à une pastaga, nous croyons l’expression authentique. Nous disons un pastaga au nord de la Loire, mais sans doute à tort, la grammaire ritalingue étant claire à ce sujet.

Dressons ton portrait à présent Sharif. Supposons que tu ayes vraiment parlé de cigare dans ton premier message, pas de ta tête. Ce qui est vraisemblable quand on sait que Che Guevara a fait excellente réclame pour le Havane. De race méridionale, tu serais bon vivant sans nécessairement être ventru, question d’âge. Tu fumes et bois avec modération, comme l’indiquent tes goûts pour le cigare au lieu de la cigarette, et du ou de la pastaga, qu’on t’imagine siroter sous une ombrelle à la terrasse d’un café du Vieux Port. Non seulement tu as envie d’être branché mais tu l’es en partie, car tout le monde ne sait pas que l’évocation des cendres ou du cendrier est parfois allusion aux malheureux juifs dont les cadavres furent brûlés dans des gigantesques cendriers. Seuls les cosaques dont tu causes sont énigmatiques. J’espère pour toi qu’ils ne tourneront pas casaque. Enfin j’insiste, les Cosaques sont beaucoup moins bien connus en France que les hussards du Roy, champions de la p’tite guerre, pour laquelle les Cosaques sont moins réputés, même s’ils sont capables de la mener à quelques conditions près. Il leur faudrait par exemple monter des hongres.

Voilà comment on écrit l’histoire. Le Breton n’existe plus, il est remplacé par le bretok, voire par le shadok. Mot disputable, car le bretok est un peu plus intelligent que le shadok, aussi ce vocable ne passera pas à la postérité. Pas plus que le sobriquet Raye-Nous pour Reynouard, même si le juif l’emploie volontiers. C’est bien d’avoir été séminariste d’études juives, mais il s’agit de faire attention à ne pas penser en juif. Pour lui, Raye-Nous convient parfaitement à Reynouard, tant et si bien que si nous lui donnons ce pseudonyme nous irons dans le sens de l’idéologie dominante.

Mais pourquoi pas ? Guionnet n’arrête pas de se planter, ou d’être planté. Pour une fois il pourrait se conformer à l’idéologie dominante. Surtout que Raye-Nous a connotation pataphysique. En inversant et en confondant les rôles de bourreau et victime, nous serons très mode.

Avis au lecteur, c’est à lui de donner son avis. Contrairement au réviso vieille école, le site ne demande pas à débattre avec le juif, mais avec le goy, étape suivante de notre plan (voyez notre protocole secret). Hélas ! les commentaires sont de plus en plus rares, comme si personne n’avait entendu parler du participative management. Cela commence à marcher avec Hollandois Volant et Mollard Sharif, mais il faut se remuer le cul, les gars, pute vierge !

24 août, 18 heures, Holladois Volant reproduit le papier sur Orgul, avant de signer « le Hollandois Volant » en ital’ et de s’esclaffer. Ce faisant, il avoue que Hollandois Volant sonne beaucoup mieux que Flyer Dutchman. Il ne sait sans doute pas que hollandois est langue la plus proche du hongrois en Europe, ainsi que françois.

Hollandois Volant reproduit cependant version fautive. Écrire ritaligue au lieu de ritalingue était coquille. Mais elle passe bien, ritaligue pouvant signifier ligue ritale allant de Machiavel à Pinocchio.

Benstin enchaîne : « Génie ». Il a raison, car sans initiation à la magie, impossible d’être génial.

Psy Chieâtre se plaint : « On ne cause jamais de moi dans ces billets. » L’imbécile croit qu’avec sa langue de serpent, sa chemise blanche et sa cravate noire toutes les portes lui sont ouvertes, mais il a tort.

Adolfo Ramirez demande : « Quand même, j’aimerais bien connaître l’audience du site de Guionnet, le nombre de visites uniques par jour. Si tu nous lis Alain… (et d’ailleurs, tu nous lis). » L’audience tourne maintenant autour de 200 visites/jour, étant entendu que les estimations du site sont plutôt baissières. Ce qui est énorme pour site sans images, proposant « vaine » littérature.

Statistique à comparer avec les visions des films de Raye-Nous. Quant au gens qui prétendent notre littérature vaine, ils savent que c’est faux. Voyez les chefs de la DCRI, qui s’inquiètent. Ils tiennent Guionnet pour ampoule dans leur pied. 200 visites/jour est énorme pour un site misant sur le verbe.

Alain Sokal tranche enfin : « Incroyable littérature ! » Il a raison.

25 août, 11 heures, le diable est maintenant dans la boîte de l’Orgul, dont les intervenants sont divisés en trois catégories : les supporteurs du site, les largués et le méchant Psy Chieâtre, qui crache son venin. Dans sa rage, il juge le site « indigeste » avant de s’en prendre à Hollandois Volant, qu’il envoie paître dans son ban ! Mot bien trouvé, bien que Psy Chieâtre pût tout aussi bien renvoyer Hollandois Volant dans son aire. Mais trêve de balivernes ! le débat entre goys étant entamé, il va bientôt falloir passer à l’étape suivante, plus compliquée : former réseau.

Cela dit, au sujet des 200 visites « uniques » par jour, il y a lieu de relativiser. Elles sont en partie liées au phénomène Reynouard, à la fois critiqué et apprécié, car ses initiatives filmographiques sont bienvenues, Grand Frère ayant eu pendant longtemps le monopole de cette industrie. Il est prévu que les visites baissent légèrement, comme c’est le cas jour de shabbat, mais aussi parce que les reynouarderies sont lancées et atteindront vite leur vitesse de croisière. Reynouard aura quelques poignées de fans, qui aimeront son discours partisan et ne seront pas choqués par ses répétitions. Ni par ses erreurs, ni par ses omissions, ni par ses lectures fautives.

Elles ne furent pas signalées précédemment, mais elles sont manifestes dans son film sur la milice, quand il représente des coupures de presse qu’il ne lit pas, mais interprète. Il change des mots et des locutions. Rude ne lui plaît pas, il le remplace par dur, etc. Forcément, Reynouard a été formé à l’école de Robert Faurisson, qui n’a jamais rien traduit correctement à l’exception de ses écrits, qui non seulement interprète tout, mais emploie langage médiatique. Autrement dit des vainqueurs, Faurisson et Reynouard ayant même stratégie sur ces deux points.

D’où la lassitude qu’éprouve l’historien en les entendant. Là d’ailleurs n’est pas le plus gênant, surtout dans le film de Reynouard où on peut lire les coupures de presse en écoutant à peine son gazouillis, il s’agit des omissions de Faurisson et Reynouard. Pour eux, la franc-maçonnerie n’existait pas entre 1918 et 1945, pas plus que les sionistes. À une exception près : la façon dont le régime hitlérien a négocié avec les organisations juives, y compris sionistes, et patati, et patata.

Mais c’est longtemps avant janvier 1933 qu’il faut chercher les raisons du succès électoral du régime hitlérien. Avant 1929, mais aussi avant 1918. Et Reynouard a tout à fait raison quand il dénonce les omissions des vainqueurs, qu’il juge comme étant « le plus grave ». Il ne lui reste qu’à appliquer cette critique à lui-même, mais il ne le fera pas, car c’est aux enfants qu’il s’adresse, à qui il prétend expliquer l’histoire, qui se résumerait surtout à une douzaine d’années.

Comme on voit, le ton a énormément changé du début à la fin du papier. D’abord caustique, guilleret, léger, avec différents acteurs dont on croit deviner petit à petit la personnalité, il devient à la fin presque lugubre. Il en va presque toujours ainsi quand on remet les pieds sur terre.

Non, ne sortez pas vos mouchoirs ! Nous croyons avoir compris la recette : le mélange des styles. Un peu de pathétique, mais pas trop, alternant avec des coups d’élastique tirés dans tous les sens, envoyant des boulettes plus bêtes que méchantes, surtout quand les cibles sont faciles à atteindre.

26 avril, 19 heures, hier shabbat 184 visites. C’est moins que 200 mais pas mal. La France arrive largement en tête avec près de 75 % des visites (147), les histoires de shadoks et de la pastaga expliquent en partie ce phénomène. Les USA arrivent en deuxième position, avec 16 visites, signe que le site devient mode en dépit de la mauvaise qualité de la traduction de ses papiers par calculateur. Encore que ce phénomène puisse s’expliquer par une raison ponctuelle : en étant condamné à 21 ans de prison pour 77 meurtres, Breivik l’a été à moins de 3 mois et 10 jours de taule pour chacun de ses crimes. Statistique sans doute inédite en Amérique quand elle parut sur le site.

Or l’amerloque est matérialiste, comme la femme et le juif. Il adore les observations de ce type, sur les crimes massifs ou en série. Elles sont très pipoles, et Breivik devrait figurer dans le livre Guinness des records. Jusqu’à ce que son record soit battu…

Cela dit, dans les périodes « creuses », les visites du site de l’étranger sont souvent plus nombreuses — proportionnellement. Il y a quelques mois, la Hongrie faisait fort, mais c’est fini. Ces derniers jours, la Suisse s’est distinguée, suivie de près de la Belgique et de l’Italie, auxquelles il a fallu longtemps ajouter le Luxembourg. Le Québec, bien qu’on ignore si les visites du Canada en proviennent, est en panne, peut-être à cause de l’influence exercée dans cette province par l’église catholique romaine. Parmi les autres pays d’Europe, Suède arrive devant Royaume-Uni et Espagne, que même Germanie devance en dépit de la terreur qui règne dans ce pays. En revanche, Autriche n’apparaît pour ainsi dire jamais. Normal, car la force militaire de l’empire d’Autriche-Hongrie était magyare.

Avis aux européistes et aux mondialistes. Avis à Reynouard, entre autres, qui feint de croire que l’Europe des peuples existe, doux rêve socialiste et frangin. Sur le papier il semble coller, mais pas en réalité. En 1939 la France n’aurait jamais dû déclarer la guerre à la bochie, ce sur quoi s’accordent le socialiste national Reynouard et l’ultragauchiste Guionnet. Le premier est normand présumé, le second bretok-poitousois, races qui s’allièrent autrefois pour envahir la Grande-Bretagne, où des nobles normands se comportèrent en rapaces.

Rappel de l’histoire à l’Orgul. Le moment viendra bientôt de passer à l’offensive sur des bases solides, avec gens n’ayant pas peur des mots. Ils seront françois,  composés de bretoks, de Normands, etc., bref du du nord de la Loire, prêts à s’allier avec le méridionals, voire avec les étrangers, en se méfiant du sarrazin et du chinetoque. Ainsi que du rosbif, ajoute Reynouard. Il n’a pas tort, même si le rosbif peut parfois se montrer presque civilisé.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :