Alain Guionnet – Journal Revision

20 août 2012

PLAIDOYER POUR REYNOUARD

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 16:56

Vincent Reynouard a mouillé sa chemise. Il est décrié, rarement adoré, parce qu’il est en vue. Cet ingénieur, ancien membre du Parti nationaliste français et européen, s’est voulu puriste. Il abandonna le soin à Robert Faurisson de dénoncer l’imposture holocaustique (grave erreur), pour partir de ses propres bases, qu’il croyait sûres. Selon Reynouard, le nationalisme conduit à une forme de socialisme. Au point que dans son enseignement au collège il ne faisait pas de discrimination entre ses élèves, membres des minorités visibles ou non. Au point qu’il épousa femme gauchisante, pas gauchiste mais attirée par les prétendues idées de gauche (caractère secondaire des races humaines, droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, égalité des sexes, etc.). Ce à quoi Reynouard s’est conformé.

Nous croyons pouvoir assurer que Reynouard n’a jamais battu sa femme. En revanche il a usé et abusé de son autorité en lui interdisant de jaser avec Alain Guionnet. Sa femme n’avait alors pas besoin d’insister pour dire ses difficultés avec l’éducation de ses six enfants (le septième naquit après). Coucher tard le soir, avec éventuels réveils dans la nuit, lever à six heures du matin. Avec astreinte à règle d’airain, car c’est sans cesse, tous les jours qu’elle doit s’occuper de ses enfants. Ensuite, son mari lui semblait lunatique et obstiné, car il désirait, selon elle, aller en prison.

Raison pour laquelle Guionnet l’appelait, dans l’espoir que son mari écoutât ses conseils de procédure pour éviter la mate. Ou plutôt il téléphonait à son mari, mais en son absence sa femme répondait. Elle tenait Guionnet pour expert en délits de presse, insituable sur l’échiquier politique. Elle voyait en Guionnet ami, qui pouvait, à la suite de son refus de lui répondre ordonné par son mari, la traiter de ritale, ou de ritalingue, comme dernièrement, sans qu’elle s’en offusquât.

Hélas ! ce n’est pas Eros mais Thanatos qui s’exhibe sur la toile, où le désir de tuer semble plus fort que celui de vivre. Depuis plus d’une dizaine de jours Google a cessé de relayer les papiers du site dans ses alertes, vraisemblablement sur ordre de l’État français, car les choses se gâtent, les attaques à répétition que subit Guionnet étant en partie imputables à l’État.

Toutefois la nature, comme la toile, a horreur du vide. Le dévidoir prend le relais de Google, avec « Guionnet atomise l’obèse Vincent Reynouard ». Notez le verbe atomiser, qui rappelle la formation de Reynouard en énergie nucléaire. Indice que ce titre a pu être choisi par des officiers de la DCRI.

Suivent des commentaires élogieux, comme celui de Saint Haineux : « Du grand Guionnet. » Autrement dit du GG, c’est mieux que lady Gaga. Puis l’essentiel : « Reynouard souffre de narcissisme, avis que partage sa femme, ancienne gauchisante mère de nombreux enfants ». Citation du site suivie de ce commentaire : « J’ai du mal à comprendre pourquoi une perle comme Marina perd encore son temps avec un kéké obèse révisionniste fan de mangas et d’Adolf Hitler. »

Perle est allusion à « Perles de Reynouard », tandis que kéké obèse révisionniste fan de mangas et d’Adolf Hitler vise à semer la confusion, dont le lecteur retient que Reynouard est obèse, ce qui est lié à ses soucis plus qu’à ses grossesses. Voyez que nous plaidons sa cause !

Mais reprenons, français et européen signifie que Reynouard s’appuie sur l’histoire de France avant celle de l’Europe. Du coup, il est tombé sur Oradour-sur-Glane, dont le massacre d’une grande partie de la population dans l’église ne serait pas imputable aux SS mais à l’explosion d’un dépôt d’armes de la Résistance dans le clocher. C’est possible, bien qu’il s’agisse de se méfier des preuves apportées par les parties, car on peut tout prouver et son contraire, comme dit Ubu. Comme il y a lieu de se méfier des conclusions d’un médecin ayant rapidement examiné les cadavres dans les conditions de l’époque.

Et puis, quelques centaines de morts, quel détail ! comme dit Jean-Marie Le Pen, étant entendu que les boches, ou nazis, ont pris des gants avec les Français. Il y eut bien quelques tueries, comme à Maillé, mais dérisoires. Ainsi que des exécutions de quelques milliers d’otages juifs ou communistes, en accord avec la Convention de Genève, dont personne ou presque ne se plaint, l’occupation de la France par le régime hitlérien ayant été beaucoup plus douce que les représailles sur le front de l’Est.

Seul compte le vrai ou faux judéocide pour le réviso, les quelques massacres de populations civiles françaises étant secondaires. Hélas ! Reynouard a été condamné pour cette raison à Limoges, pour apologie de crime contre l’humanité ! Avant que sa condamnation fût cassée, car les responsables du massacre d’Oradour-sur-Glane ne sont pas identifiés, tandis qu’il a semblé inconcevable de condamner Reynouard pour apologie de crime contre l’humanité ; cet homme, à cœur tendre, nationaliste gauchisant, n’ayant pas sa place devant la Cour pénale internationale du Tribunal de La Haye.

Ce en quoi juges de la Cour de cass’ ont eu raison, une fois n’est pas coutume. Mais poursuivons sur les bêtises du Dépotoir. « Les gauchistes ça aime pas travailler » ; « c’est pour ça qu’ils en veulent pas du Arbeit Macht Frei », propos d’intelligence subliminale, sinon vulgaire.

Guionnet, preux défenseur de Reynouard, est attaqué : « Guionnet voudrait jouer la stratégie de la respectabilité et ne pas réhabiliter Hitler, ou le nazisme en bon réviso gauchiasse qu’il est. La question c’est qu’est-ce qu’on en a à branler ? »

C’est l’ignoble PiouPiou qui écrit. Il sera vite répondu à ta question, Pioupiou, tu n’en as naturellement rien à branler. Ensuite gauchiste et ultragauchiste n’ont rien à voir. Le gauchiste soutient souvent le judéo-bolchevisme, alors que l’ultragauchiste en est ennemi. Il ne se rallie cependant pas aux thèses du Parti socialiste national ouvrier germain, mais il n’en est pas loin. Il revendique son droit à l’existence, au nom de l’exception ultragauchiste françoise.

Comme chacun sait à la DCRI, Reynouard et Faurisson sont petite bière, c’est de l’ultragauche françoise qu’il s’agit de s’inspirer, atout pour la France, pays ayant dénoncé l’imposture d’Auschwitz, comme celle des attentats du 11 septembre 2001.

Un commentaire »


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :