Alain Guionnet – Journal Revision

9 août 2012

MAUVAISE TÊTE A PEUR

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 19:40

Voyez les derniers commentaires d’Avraham Malthête, le gars semble soudain presque civilisé pour deux raisons. D’une part ses supérieurs lui ont reproché son ton exotérique, comme ce fut le cas pour Jean Verdun, passé grand-maître de la Grande Loge de France, homme assez correct. D’autre part Malthête a coincé sur le « poison maçonnique », appelé ainsi à tort, car il s’agirait du poison juif qui serait administré au petit nombre de frangins récalcitrants, sans défense, comme on croit comprendre à la lecture du Protocole des sages de Sion.

Aussi Malthête a botté en touche. Il a signalé qu’il est en petite partie de même race qu’Alain Guionnet, qu’il prétendait détester il y a peu, avant de renforcer la thèse du site sur l’identité de Melkizédec et de Jésus en citant l’Épître aux Hébreux. Malthête, ancien frangin de moyen grade de Puteaux, dispose de passe-droit. Il n’a pas hésité à téléphoner au commissariat d’Issy il y a quelques années pour s’informer du sort de Guionnet, présumé coupable de crime de la pensée. Il obtint alors informations inaccessibles aux profanes, dont bien sûr Guionnet.

À ce moment-là Malthête semblait fier de son pouvoir, mais il a récemment déchanté en s’apercevant que ses prérogatives sont superficielles et que si lui, ancien frangin, se montre récalcitrant vis-à-vis des sages de Sion, il sera liquidé. D’où son pas en retrait, qui n’est pas renoncement, car Malthête dit son attachement aux thèses gnostiques.

D’autre part, les nombreux sacrifices consentis par Guionnet ont de plus en plus valeur d’exemples. L’avocate Anne voulait correctement faire son boulot cet après-midi en faveur de Guionnet, bien que le montant de l’aide juridictionnelle soit dérisoire. En dépit de la puanteur de Guionnet, homme blessé ayant cessé de laver son linge depuis plus de dix jours, n’ayant pas fait le ménage dans son domicile. Le drap housse de son lit est plein de sang, mais nous sommes au mois d’août, la blanchisserie ne le lavera pas, et ainsi de suite.

Voilà la situation Malthête, tu risques le poison juif, Guionnet la mort lente, alors qu’il dit surtout banalités. Nous approchons le seuil de l’intolérable.

Tu es autorisé, Malthête, à commenter ce papier, même si nous avons envie de te répudier, ou de t’exterminer.

10 août, 11 heures, dans leur « conquête pacifique de l’univers » les sages de Sion ne peuvent pas directement tout diriger, ils doivent déléguer partie des postes de commandement à des goys soumis. En premier lieu aux francs-maçons, qui dirigent trois institutions capitales : armée, intérieur et justice. Raison pour laquelle Malthête jouit de passe-droit, même s’il n’était plus frangin depuis des années quand il appela le commissariat d’Issy au sujet de Guionnet. Pour obtenir des informations mineures, le champ d’action des frangins étant très compartimenté.

Cela dit, Malthête a commencé à répliquer (voyez ses commentaires). Il fait mine de ne rien comprendre ou de ne retenir qu’une seule acception d’un mot. Comme s’il parlait à un profane perdu dans le noir. Scène de cinéma mille fois jouée qui lasse tout le monde.

9 commentaires »

  1. Le linge taché de sang se lave à l’eau froide après trempage (je te le précise parce qu’à la franc-maçonnerie à mon avis ils ne savent pas ça) mais toi vraiment tu es sale. On dirait que tous les prétextes te sont bons pour ne pas te laver, comme les gitans.

    (Merci du conseil, Freya, que j’avais déjà entendu, mais peut-il marcher avec Génie sans bouillir ? Tu es peut-être femme, comme semblent l’indiquer les deux conseils que tu m’as donnés, mais cela ne t’autorise pas à me traiter de sale type. Je passe grande partie de mon temps à appeler avocats et bureaux d’aide juridictionnelle tandis que je soigne mon genou deux fois par jour. Je dois en même temps t’exterminer en te mettant dans la même charrette que Malthête, et trouver le petit sarrazin. Je me tape deux procédures judiciaires que je risque de perdre, etc., je suis submergé au mois d’août alors que j’espérais me faire des muscles à l’été sportif d’Issy, unique en France. Or tu persifles, tu prétends que tous les prétextes sont bons pour que je ne me lave pas, mais je ne mouille pas comme toi, si tu es fille. Ce qui est possible. Auquel cas la question est simple : aimes-tu Melkizédec et Hérodote ? Si oui, ça peut marcher entre nous. Mais je crains que tu ignores beaucoup de choses sur ces deux personnages. Des informations sur eux se trouvent sur le site, malheureusement fragmentaires, je crains que tu ne cherches pas plus loin, car tu es paresseux, ou paresseuse, Freya, ce qu’Aigle Noir te reproche. Pourtant il t’épargnera car il est généreux. Comme sanction il versera sur toi du Génie sans bouillir, NDLR.)

    Commentaire par Freya von Asgard — 9 août 2012 @ 21:07 | Réponse

    • Me répudier ? Nous ne sommes pas mariés, que je sache !
      Le rete est du domaine de l’onirique.
      L’Épître aux Hébreux n’est pas de Luc, bien qu’il ait fait partie, un temps, des attributaires (voir pour cela ce qu’en écrit le Père Albert Vanhoye).

      Commentaire par TAMMKOAT — 10 août 2012 @ 05:22 | Réponse

      • Suite :

        1) Contrairement au titre de ce « post », je n’ai pas peur, et surtout pas du Guionnet aboyant depuis Issy-les-Moulineaux.
        2) Je ne suis pas encore en retraite.
        3) Ne connaissant pas mon grade, il vous est difficile d’affirmer, selon votre habitude péremptoire, que je suis « ancien frangin de moyen grade de Puteaux ».
        4) « s’imagine en partie de même race que Guionnet » est un truisme, étant tous les 2 de la même race, la race humaine.

        (1°) On sait depuis toujours que vous n’avez pas peur du toutou d’Issy. Surtout qu’il ne mord pas, c’est lui qui est mordu. Eu puis il est clair que c’est du poison juif dont vous avez peur. 2°) C’est d’après vos propos que j’ai cru deviner que vous étiez maintenant retraité. 3°) C’est vous qui avez parlé deux fois de votre grade, en donnant chaque fois version différentes. Là encore je me base sur vos déclarations. D’ailleurs les grades dits écossais sont secondaires. Souvent ils s’achètent presque et ce n’est pas moi qui ai inventé le mot cordonnite. Enfin Roger Peyrefitte fut nommé trente-troisième par l’Orient régulier d’Italie en récompense de son livre Les fils de la Lumière. 4°) Gardez votre remarque novlangue pour vous. Elle est destinée au profane que je ne suis qu’à moitié à cause de mes lectures, NDLR.)

        Commentaire par TAMMKOAT — 10 août 2012 @ 07:25 | Réponse

        • Comme je ne sais pas ce qu’est le « poison juif » (sans doute un néologisme à la sauce Guionnet), je n’en ai pas peur, pas plus que du Guionnet, lequel se présente aujourd’hui en tant que martyr de l’ultragauche, comme le nouveau Christ recrucifié. Bon, il a pris un coup dans la tronche, et alors ? À force de taper sur les autres, même par écrit, on finit un jour par ramasser des coups, mais faut pas venir crier « Maman, bobo ! » après ! Je suis d’ailleurs étonné que vous n’en ayez pas pris plus souvent, vu le nombre de personnes que vous insultez, menacez d’extermination (dont moi, et à plusieurs reprises) et autres gentillesses dont vous êtes coutumier.

          (Voyez que vous vous calmez, bien que vous persistiez à jouer les forts à bras. Je suis incapable de préciser ce qu’est le poison juif, qui est multiforme. C’est une image, une métaphore, un concept. En 1877 la police n’a pas enquêté sur l’éventuel assassinat de Maurice Joly, elle a conclu à un suicide alors que plusieurs éléments sont troublants. C’est cette année-là que la Veuve de Crémieux prit ouvertement le pouvoir politique en France. Joly n’est pas mort du poison juif, mais d’une balle dans la tête, tout le monde est d’accord. Mais le poëte considère que Joly fut victime du poison juif. Ensuite, les sages de Sion ont gagné beaucoup d’argent en jouant la carte du martyr juif, qui pleure comme une femme devant le Mur des Lamentations. Or je suis enjuivé, j’imite le juif et son culot. Sauf que je menace Freya von Asgard de lui verser deux gouttes de Génie sans bouillir sur la tête pour l’exterminer, ce qui ne l’affole pas. Devant pareille provocation, je sais que Freya ne me donnera pas coup de poêle sur la tête. Comme avec le boche, que j’insulte copieusement, en sachant qu’il est de mon côté, NDLR.)

          Commentaire par TAMMKOAT — 10 août 2012 @ 11:14 | Réponse

          • J’en rajoute une couche, et c’est mon droit le plus élémentaire, étant le sujet de ce « papier » :

            Vous dites « Enfin Roger Peyrefitte fut nommé trente-troisième par l’Orient régulier d’Italie en récompense de son livre Les fils de la Lumière. » Roger Peyrefitte était une vieille pédale sans aucun intérêt ; d’ailleurs, il n’a pas laissé de souvenir impérissable. Votre « Orient régulier d’Italie » n’existe pas ou vous faites une mauvaise citation ; révisez vos fiches.

            (Vous pétez les plombs. Roger était fils de Normale Sup’, qui adorait Revision. Roger Peyrefitte écrivit ouvrages remarquables comme Les Juifs et Les fils de la Lumière. Qu’il fût pédé est secondaire selon la norme médiatique, bien que le pédé comprenne mieux le juif que le père de famille. Ou la mère de famille, comme vous dites en novlangue, dont je n’ai rien à foutre. Enfin mes fiches ne sont pas celles d’un flic. Le Grand Orient d’Italie est régulier, contrairement à Puteaux, comme vous le savez, point barre, NDLR.)

            Commentaire par TAMMKOAT — 10 août 2012 @ 11:28 | Réponse

            • Voilà, il suffisait de l’écrire : Grand Orient d’Italie (vous aviez précédemment écrit dans votre « papier » « Orient d’Italie », en masquant le fait qu’il était Grand).
              À vous lire, je me demande bien en quoi vous êtes « enjuivé ».

              Florilège de « perles » glanées dans votre jardin ci-dessus :

              — Je suis incapable de préciser ce qu’est le poison juif ».
              — En jouant la carte du martyr juif, qui pleure comme une femme devant le Mur des Lamentations », vous pouvez transposer dans votre cas, suite à votre agression.
              — Le Grand Orient d’Italie est régulier, contrairement à Puteaux », en vertu de quoi ? Fondé en 1805 par Napoléon 1er (qui n’a jamais été maçon) et qui place à sa tête son frère aîné Joseph Bonaparte (qui est déjà Grand-Maître du GODF, y nommé en 1804 par son frère Napoléon) et Eugène de Beauharnais. Le bonapartisme serait-il un critère de régularité maçonnique ?

              Question subsidiaire : qu’appelle-t-on régularité maçonnique ? (j’attends un réponse documentée).

              (Commençons par le dernier point, vous êtes irrégulier, ensuite tout s’enchaîne. Ou bien vous le devinssiez car vous abandonnassiez la Veuve qui vous eût déçu, ou bien vous mentez, comme souvent. Vous notez cependant ma capacité à imiter le juif. Bien vu, je pleure et pleurerai toujours sur mes malheurs, tandis que je néglige votre remarque sur la régularité maçonnique de l’ordre napoléonien. À l’époque, comme avant au parlement de Bretagne, le Grand Architecte de l’Univers était la bouteille, ce que vous savez, je suppose, comme moi, NDLR.)

              Commentaire par TAMMKOAT — 10 août 2012 @ 16:01 | Réponse

              • Comme d’habitude, vous vous esquivez par une pirouette, sans apporter d’éléments justifiant vos assertions et il est évident que vous ne savez strictement rien de ce que recouvre l’expression « régularité maçonnique » et ses déviations.

                Commentaire par TAMMKOAT — 11 août 2012 @ 22:53 | Réponse

    • Non. Il faut que tu achètes (ou voles) de la lessive liquide, en imprégnant les zones tachées A SEC, laisse comme ça deux ou trois heures, puis passe le tout à la machine avec un peu de javel (que tu mets au fond de la machine, pas sur le linge sinon ça troue). Et non je n’avais jamais entendu parler de Melkizédec (Hérodote j’ai dû lire quand j’étais gamine, je regarderai chez mon père dès qu’on sera remontés) j’ai regardé un peu sur ton site mais franchement ça a l’air ultra-chiant !

      (Mais je n’ai pas de machine à laver. Ensuite il s’agit de ne surtout pas lire Hérodote dans La Pléiade mais dans la version de Pierre Salliat. De mon côté je ne vais pas réécrire les Histoires d’Hérodote que je suppose connues. Car on lit le site après avoir lu Hérodote, évidemment, NDLR.)

      Commentaire par Freya von Asgard — 10 août 2012 @ 18:01 | Réponse

    • Et je ne suis PAS paresseuse ! 6 jours sur 7 je me lève entre 5h et 6h pour aller livrer des colis toute la matinée, moi, au lieu de me prélasser dans un lit crasseux aux relents sudatoires gluants !

      (Tu ne dors pas dans lit plein de sang, tu nettoyes ton appartement, très bien, moi pas. Tu peux me juger, me traiter de feignant, tu auras raison mais cela ne changera rien. Quand on est Guionnet poitousois on est con, il n’y a rien à faire, NDLR.)

      Commentaire par Freya von Asgard — 10 août 2012 @ 18:16 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :