Alain Guionnet – Journal Revision

31 août 2012

TENTATIVE DE RIVALISER AVEC LA COTERIE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 10:19

Il s’agit d’une tentative car tout espoir de gagner semble vain. Voyez comment l’intoxication juive domine, le combat est inégal. Jetez coup d’œil sur la lettre du CRIJF d’hier : « Assad accuse la Turquie d’être responsable du sang versé en Syrie » ; Assad a sans doute en partie raison. Yigal Palmor déclare : « La décision d’une attaque d’Israël contre l’Iran n’a pas encore été prise. » Sous-entendu elle pourra l’être bientôt.

Suit « Un auteur reconnu de chez Gallimard fait l’éloge d’Anders Breivik », pour la plus grande joie du CRIJF, car Breivik a fait le ménage dans les rangs des propalestinoques de Norvège. Richard Millet soutient que dans ses actes « il y eut comme beauté fascinante ». Il ajoute : « Breivik est sans doute ce que méritait la Norvège. »

Apologie de crime contre l’humanité dit la loi, mais le CRIJF s’en fiche, car étant au-dessus des lois. Breivik a fait son boulot de sioniste goy, seule chose que l’histoire retiendra.

Tout semble baigner pour le CRIJF, qui voit dans son refus de l’africanisation de l’Europe arme pour rallier les droitistes, que le CRIJF encourage en prônant « haine de la social-démocratie, de l’immigration et du multiculturalisme ».

La coterie joue sur du billard. Même l’ultragauchiste est choqué par le gros cul des négresses qui gâche le paysage. Il est offusqué en voyant tous les sans-papiers qui travaillent pour l’État, ou qui sont pensionnés, comme il le fut par la politique de discrimination positive de Charkeuz, homme ayant sang juif et peut-être tzigane. Aussi l’ultragauchiste se retrouve dans le parti des « petits blancs », qui n’est pas celui du FN, arbre vermoulu qui cache la forêt.

D’un autre côté, la question de la part du lectorat juif dans les visites du site n’a jamais été élucidée faute d’information. Toutefois, considérons ses actuelles visites thématiques au sommet. Elles sont : 1°) Bney Brith ; 2°) Shlomo Sand ; 3°) Alain Guionnet ; 4°) Cahal ; 5°) Robert Faurisson ; signes que la proportion de lecteurs juifs est énorme.

L’écriture de WordPress est intéressante. Bney Brith est ancienne graphie du site. Nous avons depuis lors supprimé le h muet de Brith, francisation oblige. Mais WordPress, ou la coterie, a adopté l’écriture Bney dont i final est grammatical et ne se prononce pas. Elle a aussi adopté Cahal, au lieu de Kahal.

Podium à présent : Bney Brit en tête. Curieux, car le site n’en jase pas souvent, surtout qu’il ignore les arcanes du BB. Suit Shlomo Sand. Étrange, car peu de gens en France connaissent cet historien dont le site parle rarement, même si Sand et Guionnet sont tenus pour amis. Suit Guionnet, référence obligée. Puis cahal, nom que le goy ignore souvent ; dans son écriture guionnetienne ! Enfin Faurisson, car il s’agit de remembrer que le professeur est pape du révisionnisme, même s’il intéresse peu de gens, ses propos ayant été mille fois rabâchés.

D’où nous concluons que le lectorat juif est considérable et qu’il est temps de causer d’homme à homme, même si nous contestons au guinal sa qualité d’homme. Nous tentons ainsi de rivaliser avec la coterie juive, en reconnaissant sa supériorité dans tas de domaines. En partant du principe que petits ruisseaux forment grande rivière ou fleuve.

Shabbat premier septembre, 10 heures, nous avons peut-être eu tort de nous arrêter là. Voici suite du palmarès : 6°) Revision ; 7°) Abraham Léon ; 8°) Montaigne ; 9°) Pierre Guillaume. Quel culot ! Voyez comment ces noms sont dispatchés (pardon à Molière et Corneille pour ce barbarisme). Trois révisos se trouvent au palmarès : Guionnet, Faurisson, Guillaume, ainsi qu’une feuille de ce courant de pensée, Revision, les autres noms étant ceux de juifs ou d’organisations juives.

Voyez Léon, trostkiste juif qui aurait été gazé à Auschwitz. Voyez Montaigne, métis juif dont l’âme, s’il en avait une, était juive. Ce palmarès est œuvre de faussaires. En réalité c’est Roger Peyrefitte qui a le plus de succès. Nous croyions savoir, grâce à Ahmed Rami, que Google est juif, mais WordPress l’est sans doute aussi.

Notez l’étymologie de Google, mot vraisemblablement tiré de Gog. Ceci explique cela, le juif ne craindrait que le fils de Magog.

Il a raison, voyez la frayeur d’Avraham Malthête quand il apprend que Guionnet compte réinvestir la bibliothèque de l’AIU, il est terrifié. Surtout que la requête de Guionnet est légitime, vu son important lectorat juif.

30 août 2012

ÉTENDUE DU COMPLOT FREYA

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 17:35

Étendue ou Raum, comme dit le boche, du complot Freya est énorme. Hollandois Volant, sur l’Orgul, est un de ses agents, sinon Freya en personne. Le comploteur s’attaque à Aigle Noir en négligeant les idolâtres révisos. Il a raison, car le mythe de la chambre à gaz homicide du juif est cuit depuis longtemps. ll l’était quasiment au printemps 1945 pour des journalistes comme George Orwell, avant pour les services de renseignement britanniques et américains.

Mais comment attaquer Aigle Noir ? En le complimentant ! tout en montrant qu’on est branché. Ainsi Freya comprend le mot sarrazin, mais préfère parler de maure. Il écrit Yahvé, pas Yahweh. Il croit savoir lire la Bible, contrairement au catholique romain. Il vante l’holocauste, avec son odeur qui plaît à l’Éternel. Il méprise le « bon professeur Faurisson », éduqué chez les jésuites, qui a servi la cause de Yisraêl malgré lui.

Freya admet que Guionnet a du prestige. Il fait mine de ne pas chercher à lui donner coup de couteau dans le dos. C’est possible, vu que pour le ticouniste le goy n’est pas forcément ennemi. Mais ce n’est pas certain quand on voit les nombreux commentaires de ses prétendus supporteurs jetés à la corbeille, dont un ose menacer Aigle Noir.

Suivons discours cabalistique juif, puisque nous en sommes là. Pour ses adeptes, les idolâtres Faurisson et Reynouard sont bidons, comme le lorrain Guillaume, empêtré dans son gauchisme de merde. Admettons que Freya n’aye pas tort en dépit de sa grossièreté. Mais ensuite ? Toute lueur du ticoun dans ses propos est invisible. Sauf peut-être sur un point : son interprétation de l’Ancien Testament, bien qu’elle soit cousue de fil blanc.

Puis il faudrait relire ce que dit Protocole des sages de Sion sur les avantages qu’il y a à pousser le goy à la débauche. Par exemple quand Freya montre une blonde en train de sucer la verge d’un homme au fourreau noir, ou quand il tape sur le bougnoul, mot qu’il est incapable d’écrire correctement. Alors tout semble s’éclairer : son prétendu paganisme l’amènerait à s’opposer à l’africanisation de l’Europe.

Opinion compréhensible, qui le devient beaucoup plus du point de vue juif, quand on sait qu’il déteste le nègre, dont il n’est pas question en Genèse, car le juif ne le tient pas pour humain ; et qu’il hait (ou haït) l’islam, comme c’était le cas de Max Nordau, sage de Sion parmi les sages. Apparaissent alors deux politiques possibles, dire haut et fort son islamophobie, comme Claude Imbert, jouer la carte modérément raciste européenne, comme Freya, en parlant de bougnoul, mot moins péjoratif que raton ou bicot. Autrement dit en ralliant le nationaliste sur base extrareligieuse. Choix concordant avec la politique d’Israël, ainsi qu’avec les velléités nationalistes des Français, qui se plaignent de plus en plus de souffrir du racisme « anti-blanc ».

Le caractère extrareligieux des appellations des peuples est capital en France. En parlant de sarrazin, Revision tient discrètement compte de la dimension religieuse de l’empire Sarrazin, le mot étant présumé venir d’Arabie. En comparaison, l’espace géographique que recouvrait le Maure, en Afrique du Nord, est restreint. De telle sorte que parler actuellement de maure renvoie à l’invasion de l’Espagne, ce dont Freya, en partie à cause de la région où il vit (Poitou) et peut-être de sa race, aurait gardé souvenir (l’invasion de l’Espagne par les Maures, berbères islamisés, ayant entraîné celle des juifs, qui ne s’occupaient pas des questions militaires, mais de commerce et d’administration, de perception des impôts notamment). Cependant c’est le Sarasin que le Franc vainquit à Poitiers, autrement dit l’Oriental, secondairement l’Arabe, voire le Turc. C’est encore le Sarasin dont il est question dans La chanson de Roland (vers 1080). Bref, Charles Martel n’a pas vaincu les Arabes à Poitiers, mais les Sarasins, mensonge des manuels scolaires.

Toujours le même truc. Nous nous appuyons sur les conneries de Freya pour raconter des histoires. Hélas ! le rapport de forces nous est très défavorable. Voyez les énormes moyens de propagande de la coterie juive. Elle traite en temps record très nombreuses informations. Elle dispose de quantité d’agents qui s’infiltrent partout, dans tous les pouvoirs. Forcément, ils n’ont que ça à foutre. Ils sont payés pour lire, écrire, espionner, manipuler.

Ce qui leur est facile auprès des gauchistes, comme des droitistes. Mais il subsiste quelques poches de résistance, comme Revision, pour leur grand bonheur, car la revue justifie leur salaire. C’est comme l’histoire du flic qui adore le voyou, son gagne-pain. Propos entendu à Issy-Poulaga, où l’officier se plaignait d’avoir à traiter du réviso, ce qui ne l’intéressait point. Au commissariat du quinzième arrondissement de Paris, un flicard est venu frimer devant le réviso. Il lui a montré le flingue magnifique d’un braqueur qu’il venait de serrer.

Narcissisme goy, mais le narcissisme juif existe également, contrairement à ce que sous-entendait un psychanalyste juif hongrois selon le Droit de vivre. D’où l’actuel conflit, qui tient en ces mots : viens à moi narcissique Freya, narcissique Guionnet ira à toi ! Ce qu’il nous est possible de dire avec aplomb car Guionnet est prépucé, contrairement à ce qu’assure Freya, au bout du rouleau après avoir été démasqué (en outre à court de Cyclone B).

29 août 2012

SOURNOISERIE DU MOSSAD

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:25

Avec ses attaques répétées, sous d’innombrables identités, Freya von Asgard pète les plombs. Son statut d’agent du Mossad est confirmé par le CRIJF, qui cause désormais au site (voir article suivant). Nous avons reçu papier qui suit hier mais n’en avons point parlé, tant il nous paraissait dérisoire. Toutefois maintenant que le CRIJF entre dans la danse, il est utile de le citer.

Il fut reçu par Guionnet sous le titre « HI-LA-RANT ! » Il est publié hui sous celui de « Alain Guionnet, Loki de banlieue », par le prétendu Philippe Reivo, sur Artamen les nouveaux paysans-guerriers, blog ayant pour emblème jeune cochon. En voici le texte imbécile :

« Le prestige dont jouit le Guionnet [suit lien au site] est un produit collectif de compromis : le Guionnet, qui recherche ce prestige, et son public de jouisseurs en demande d’une personne à laquelle il puisse conférer ledit prestige. Cette concomitance est indispensable et il serait erroné de croire que c’est le seul appétit de prestige qui entraîne cette suprématie : il s’agit d’une affaire collective, les laudateurs éprouvant de voir s’incarner en un individu leur désir de soumission.

« Or le but implicite du prestige dont jouit encore le Guionnet est devenu l’approbation du plus grand nombre, et non plus d’être une incarnation d’une vérité dangereuse à dire. Dès lors son prestige se dissout lentement dans la psyché collective de son public, qui en devient de plus en plus médiocre — on a les héros qu’on mérite — et le Guionnet, par symétrie, également. Il n’a plus d’action créatrice, non seulement par épuisement spirituel, mais par peur de ses laudateurs car, vieillissant, il ne se sent plus en mesure d’en conquérir d’autres. Peut-être par paresse aussi. Ou par peur d’être éclipsé par plus brillante que lui, notamment dans le cas de Freya von Asgard. Toujours est-il que le prestige déclinant du Guionnet lui est devenu poids mort, un carcan, qui l’empêche de se lier avec d’autres personnalités dominantes de crainte de mécontenter ses laudateurs. »

S. M.

SM signifie sado-masochiste. Freya fustige Guionnet en vantant le prestige qu’il suscite, il n’a pas tort. Il jase du Guionnet (on dit pareillement en hongrois). Il attaque les têtes noires jouisseuses qui lui sont inféodées, il a raison. Dans la psyché collective de son public est en revanche pléonasme. D’où suit confusion. Que les têtes noire du Guionnet soient médiocres, peut-être, mais il ne saurait l’être « par symétrie ». Tu devrais réviser la mathématique Freya. Peuchère !

Guionnet n’aurait plus d’« action créatrice » selon Freya, qui n’a pas vu avec quel brio le brave a démonté Ville Thérèse. Freya se fout du monde. Il prétend que Guionnet aurait peur de perdre l’assentiment de ses têtes noires, c’est faux. Guionnet serait vieillissant, vrai, au même titre que le nouveau-né. Il serait paresseux, vrai à certains égards. Enfin Freya aimerait être plus brillant que Guionnet, on découvre alors l’objet du litige : la jalousie.

Mais elle n’a pas lieu d’être, Freya, tu as d’innombrables antennes sur la toile, alors que Guionnet est nul en informatique (il a besoin d’être aidé par des membres du réseau). D’ailleurs tu fais réclame au Guionnet, bravo ! En faisant bien sûr abstraction de tes prétendues histoires de pute du Poitou, surtout quand elle s’appelle Sarah…

L’agent du Mossad est rusé, le goy stupide selon toi. Peut-être, mais jusqu’à quel point ?

QUE LE C.R.I.J.F. LE CROQUE !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 16:09

Vœu des têtes noires juives de France, qui ne comprennent pas pourquoi le Comité représentatif des institutions juives de France n’a toujours pas dévoré Alain Guionnet, simple guide de banlieue.

Parce que l’extermination de Guionnet est compliquée. Au point que le CRIJF lui envoie dorénavant sa lettre quotidienne d’information, sa « newsletter » comme dit le barbare. Avec Marc Knobel en tête, qui préconise guerre à l’Iran.

Voyez combien le juif est femme. Plus de 350 visites du site le 27 août, d’un blog « indigeste » où il n’y a que du texte, qui chipote sur les mots. Toutefois avec talent, que le juif n’a pas faute de prépuce, comme disent plusieurs lecteurs. Ce qui fait tilt dans la tête du sage juif, maître de la presse. Il croit savoir ce que signifient 200 visites par jour de pareil site au mois d’août, avec pic à plus de 350. Il se dit qu’il lui faut négocier.

Non, le CRIJF n’envoie pas son journal à Guionnet pour l’impressionner, car il sait que ça ne marche pas. Il veut négocier sans débattre, vain mot de Faurisson qui s’évertue à empêcher tout débat avec l’ennemi du genre humain.

Ennemi du genre humain est fort de café, mais les sages du CRIJF tolèrent cette locution dans la bouche de Guionnet, car ils sont prêts à négocier avec lui.

Soit. Qui dit négociation suppose qu’on appuye sur la pédale douce de part et d’autre. Moins de Knobel de votre côté, moins de Faurisson du nôtre. Vous savez les chambres à gaz hitlériennes caduques, comme vient de le sous-entendre Chomsky. Or le CRIJF n’a pas besoin de chambre à gaz pour prospérer, il peut rebondir sans elle. Bien sûr, nous réclamons réparations pour les outrages que nous avons subis pendant des dizaines d’années, mais il y a peut-être moyen de s’accorder.

Que le CRIJF imite Hannah Arendt, furieuse amante ayant reconnu la qualité des études de certains chercheurs antijuifs. De notre côté, nous dirons que le juif n’est pas coupable de tous les fléaux dont souffre l’humanité et, qu’en sa qualité de femme, il est parfois ouvert à la discussion.

Difficile de mieux entrer en matière. Même si nos propos ne seyent pas à la tête noire juive qui aimerait que le grand CRIJF croquât Guionnet.

30 août, 16 heures, c’est la cata’. Non seulement le CRIJF envoie sa propagande au site, comme hier, mais l’ambassade d’Israël se met au diapason. Une seule question se pose : quand Bney Brit France prendra-t-il place dans la mêlée adverse ? Car c’est BB qui nous intéresse, l’armée de BB (Big Brother).

Du coup le musulman pensera Guionnet enjuivé, comme le nazebroque en breloque, l’hitlériste n’étant pas d’accord avec le site mais se rangeant de son côté. Le cas du musulman, en revanche, est presque désespéré.

Imaginons l’interrogatoire que l’excité musulman aimerait faire subir à Guionnet : « Es-tu enjuivé ? » — Oui ».  « Défends-tu la cause du peuple palestinien ? — Bof, je ne suis pas ottoman. » « Es-tu ennemi du CRIJF ? » — Oui. » « Mais alors pourquoi reçois-tu lettre quotidienne d’information du CRIJF ? » — Je ne l’ai pas demandée, mais tout document est bon à lire. » « Es-tu sioniste ? » — Non. » « Mais alors pourquoi reçois-tu la lettre de l’ambassade d’Israël ? »…

Nous devinons la suite, pôvre Guionnet sera condamné à mort et vite exécuté, car le temps presse pour les fans d’Allah, qui prétendent défendre la vérité, qui passe par la décapitation de l’infidèle récalcitrant.

Voilà plan du CRIJF : en inondant Guionnet sous sa littérature putride, ils compte créer conditions favorables à son holocauste par des attardés du bocal. Mais c’est écrit en Protocole des sages de Sion, si leur plan est dévoilé par un goy génial, il ne vaudra pas un seul des clous ayant servi à fixer Jésus à son gibet.

Bref, le suspens demeure : soit le CRIJF croquera Aigle Noir, soit ce sera l’inverse. Amateur de pari, fais ton jeu, rien ne va plus !

LES RÉVISOS MYSTIFIÉS PAR THERESIENSTADT

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 00:58

Le film de propagande hitlérien de 1944 sur le camp de concentration Thérèse (Terezin en tchécoslovaque, Terezien en germain) a mystifié les révisos, après qu’il eut été exploité par le Cahal, vainqueur de la guerre mondiale. Son titre original est « Un film documentaire venant du territoire de peuplement colonial juif » (Ein Dokumentarfilm aus dem jüdischen Siedlungsgebiet). On y voit des juifs faire du sport, travailler en atelier, aller au magasin, etc. Aussi le Cahal à décidé, dans le sens de la propagande hitlérienne, d’appeller ce camp Ville Thérèse, comme s’il s’agissait d’un camp de concentration à part, Theresienstadt ayant été le seul appelé ville par les « Alliés » !

Ensuite les révisos, qui parlent la langue du vainqueur, sont tombés dans le piège. Passe pour les idolâtres catholiques romains Faurisson et Reynouard, ou pour les suisses Berclaz et Graf, qui sont du même tonneau. Graf enseignait le français aux jeunes têtes noires de langue boche, tandis que Berclaz a étudié le droit. Mais le grand amerloque Arthur Butz, que Pierre Vidal-Naquet encensa dans son pamphlet Les assassins de la Mémoire, est lui aussi tombé dans le panneau !

L’idiot Butz parle du « ghetto Theresienstadt » (page 36 de son livre « Le canular du vingtième siècle », en engluche), mot qu’il ne devait surtout pas employer. Quartier juif s’entendît mieux, ghetto étant barbarisme. Toutefois le camp de concentration Thérèse n’était pas quartier juif, mais agglomération, habitat provisoire du juif en vue de sa déportation en Extrême-Orient, raison pour laquelle les propagandistes hitlériens l’appelèrent Siedlungsgebiet.

Page 70 Butz évoque le transfert de juifs du camp Terezien à Auschwitz en août 1944, ce qui confirme que le journaliste du Point François-Guillaume Lorrain aurait dû dater les prétendus « transports » de 88 000 juifs de Theresienstadt à Auschwitz de 1944, pas de 1945. Mais aussi qu’en été 1944 l’administration hitlérienne persistait à appliquer le plan d’évacuation d’une partie des juifs d’Europe en Extrême-Orient.

Au demeurant plusieurs transferts de juifs de Terezien à Auschwitz eurent lieu en 1943. Les détenus étaient d’abord placés en quarantaine, pendant six mois, sans devoir travailler, avant éventuellement d’être déclarés prêts à un nouveau transport en direction de Riga, de Minsk ou de l’Ukraine notamment, Terezien et Auschwitz ayant été camps de transit pour de très nombreux juifs dans le cadre de la solution finale.

Pages 75-76, Butz dit que le taux de mortalité était élevé à Ville Thérèse, car de nombreux juifs âgés de plus de 65 ans s’y trouvaient, dont des vétérans de la première guerre mondiale « privilégiés », qui bénéficiaient d’un régime spécial de détention, surtout ceux ayant été décorés. Comme l’ont constaté les responsables de la Croix-Rouge ayant visité le camp de concentration Thérèse en juin 1944.

Et ainsi de suite. Butz parle de nombreuses fois des déportés juifs de Ville Thérèse, mais nous savons l’internaute pressé. Qu’il retienne qu’un seul camp de concentration fut appelé ville par le Cahal, celui de Thérèse, et que le réviso a souvent mordu à l’hameçon en s’imaginant que ce camp était « ghetto », mot qu’il croyait mieux comprendre que ville.

Il n’y avait d’ailleurs pas que des vieux à Thérèse, car il y eut des naissances. Par exemple, c’est en camp de concentration que naquit Sarközy, tzigane représentant actuellement sa « communauté » en Autriche. (Il est question du juif dans ce papier, pas du tzigane, mais il était tentant d’évoquer l’illustre nom de Sarközy.)

Butz a fait bon boulot, mais il est tombé dans le piège de Theresienstadt, comme dans celui du plan Orient, qu’il a en partie décrit, mais dont il a omis de dire le nom.

Cela dit, le nom Ville Thérèse n’est pas uniquement dû au film de propagande hitlérien, il l’est également au rapport de la Croix-Rouge paru peu après la visite du camp par des responsables de cette institution en juin 1944, étant entendu que le régime hitlérien a toujours respecté la Croix-Rouge même s’il ne satisfit pas toutes ses requêtes. Bref, il négocia toujours avec elle.

En revanche les holocauseurs virent en la Croix-Rouge, maintenant dite internationale, une ennemie. Non seulement la Croix-Rouge avait négocié avec les « nazis », comme les organisations juives, mais elle était obstacle dans leur construction holocaustique. D’où le combat ayant opposé Cahal et Croix-Rouge dès le début d’après-guerre. Affrontement qui se poursuit. Hélas ! les croix-rougeauds ne sont pas foudres de guerre.

Sur la mortalité juive de 1939 à 1945, c’est le service d’état-civil spécial de la Croix-Rouge internationale le mieux informé. Aussi bien sur la mortalité naturelle que sur celle liée aux persécutions subies, thème sur lequel les révisos ont dit beaucoup de bêtises, à quelques exceptions près comme Butz, Graf ou Guionnet. D’autres ont préféré ne pas se mouiller, ils ont eu raison. Parmi les imbéciles, citons Sanning, Theil et Faurisson, car Faurisson, sans s’exposer, a poussé Theil à dire des âneries, ou encore Williamson. Or tout le monde connaît Bouteille (sobriquet de Theil), cet énarque qui répond toujours présent quand le chef demande un volontaire pour conter des sottises.

Fors Croix-Rouge, l’État boche connaît aussi très bien cette statistique, car c’est lui qui verse des indemnités à des millions de rescapés, c’est lui en même temps le grand financier d’Israël, ainsi que les États-Unis d’Amérique, empire qu’on ne saurait oublier. En revanche le réviso est dans le brouillard, il suppute comme une pute vierge.

27 août 2012

EXPLOSION ESTIVALE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:58

Plus de 350 visites du site le soir du 27 août, nous ne jouons plus. Alain Guionnet est désormais célèbre et l’histoire de France ne saurait s’écrire sans lui. Avis à l’éditeur, au frangin et au juge.

Avraham Malthête l’a compris depuis des mois, mais le juge pas encore. Toutefois Monfort pressentit cette situation avant nombre de ses collègues, comme ceux de la cour d’appel de Paris dans les années 90, à l’époque composée de mâles.

Les juifs Halbronn et « von Asgard » partagent cet avis. Ils voient en Guionnet gars qui s’opposera au massacre systématique du juif, qu’il ne cherche pas à convertir, ce qui le rassure.

En Chine, le François est réputé créatif selon Bing, même s’il est rarement blond aux yeux bleus, type physique que le chinetoque adore. Forcément, c’est le François qui a formé Mao Zedong et Lin Piao, illustres hommes politiques du pays, ayant chance de ne pas être démocratique.

Bref, l’explosion estivale des visites à laquelle nous assistons aura lendemain. Il s’agit de s’y préparer et de former réseau pouvant concurrencer les sages de Sion, même si nous, goys, avons énorme retard.

LIBERTÉ AU POÈTE DU MOSSAD

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:50

Le Mossad dispose de toutes sortes d’agents, même si ses nettoyeurs sont les plus célèbres. Freya von Asgard fait pourtant fort dans son domaine : la manipulation. Le gueux a de la confiture, il est doué pour la poésie, ce que le site a toujours reconnu. Face à la violence de l’attaque du site portée contre lui, voici la réponse du malfrat :

Aujourd’hui je suis un agent du Mossad !

En 1967 le journal polonais Glos Robotniczy publia un article comme quoi le général Moshe Dayan n’était autre que l’Obersturmbannführer Otto Skorzeny. Aujourd’hui, c’est Alain Guionnet, toujours persuadé que l’excès de spiritueux rend excessivement spirituel, qui affirme que je suis agent du Mossad [suit lien au site]. Il a pour cela des preuves irréfutables : un texte de ma Dianique Leyla de Aragon, où une cabbalistique de la ponctuation lui permet d’affirmer solennellement que le texte n’a pas été écrit par elle, mais par moi, et prouve donc d’incontestable façon que je suis couillu et velu commando israëlite.

Outre qu’on ne peut voir là qu’homosexualité refoulée, Guionnet à la fâcheuse manie de ne point citer ses sources : deux jours auparavant il m’imputait un autre texte [suit lien au site] et donc probablement une autre identité, mais d’où ? Mystère. Je lui ai donc composé hâtivement ce petit poème en réponse à son assertion

Au marché Guionnet achète une carcasse

de cochon bien dodu, peu importe la race

la ramène chez lui, se met nu et se jette

sur son lit repoussant et étreignant bien fort

la porcine dépouille au doux parfum de mort

la léchant, la baisant, follement folâtrement

jusqu’à ce que sa bite en cet anus il mette

s’imaginant tantôt de Freya pénétrant

la bouche de velours, le vagin et le cul

ou sodomisant tous les membres de l’orgul !

Le validera-t-il, ou le prétendra-t-il trop médiocre ? Nous verrons. Ayant été sous sa plume imbibée successivement homosexuel, prostituée, proxénète, agent de la DGSE, et plus récemment eunuque, j’ai hâte de connaître de quel travestissement l’impénitent Magyar va demain m’affubler ! Mais toutefois cela mérite châtiment : désormais je ne posterai plus commentaires sur son blog que sous proxy israëlien, dans l’espoir humide qu’il en conserve une Sainte Terreur !

Freya von Asgard

Freya a talent littéraire, son histoire de cochon aura du succès, car elle est en partie vraie. Mais qu’il cesse d’écrire en juif ! Cabbalistique ne prend qu’un b, pour une fois Guionnet est d’accord avec l’Académie française. Israëlite s’écrit israélite, preuves que Freya ignore la langue françoise et qu’il travaille pour le Mossad. En revanche il apprend vite. Il plagie Revision. Il a compris qu’il est parfois souhaitable de dire point au lieu de pas, comme de répondre à une question par mystère, ce qui évite complications. Autre indice qu’il travaille pour le Mossad : il parle de DGSE au lieu de DCRI. Ou encore son anecdote sur le canard polac, peu connue du goy made in France, qui néglige pareille fadaise.

Puis nous n’avons pas souvenir d’avoir traité Freya d’eunuque, mais c’est possible après boire. Surtout que le proxénète est parfois eunuque. Quant à l’homosexualité prêtée à Guionnet par Freya, elle est liée au fait que les vagins ne s’ouvrent pas à lui comme avant, depuis qu’il est devenu réviso. Sans doute pourrait-il se taper une chinetoque mère de deux enfants, ayant étudié les sciences politiques à Nankin. Elle habite Meudon, mais ce n’est pas dans la poche. Elle ne demande pas mieux, mais Guionnet devra faire des efforts. Il lui a dit hui deux courtes phrases en chinetoque. Elle a compris, malgré l’accent calamiteux de Guionnet. C’est Bing qui lui fait des avances, c’est elle qui se dit « groupie » de Guionnet. Peut-être bosse-t-elle pour le renseignement chinetoque, et/ou pour la DCRI, sans doute pas pour la DGSE.

Bref, Freya, tes conneries sont validées en partant du principe que s’il y a poètes au Mossad, tant mieux, même si ce service n’est pas réputé en la matière.

Quant à « l’impénitent Magyar », cette expression t’est pardonnée, tout le monde sachant que Guionnet est magiar bidon. Après avoir vécu un an en Hongrie et étudié l’idiome du pays pendant cinq ans et plus, il n’arrive pas à se défaire de son barbare accent françois. Comme quoi Napoléon avait tort quand il disait « impossible n’est pas français », car Guionnet mourra sans jamais avoir possédé le magyar. Ni le françois, à un moindre degré.

Déjà 229 visites à 19h30. France 168, Belgique 11, USA et Hongrie 8 pour chaque pays. Avec 47 visites de « Freya von Asgard juif, agent du Mossad », sans compter celles de la page d’accueil (121). Signes qu’avec l’alliance cul et Mossad le succès est garanti. Indice accessoirement que les abominables persécutions que subit Guionnet sont disputées.

26 août 2012

FREYA VON ASGARD JUIF, AGENT DU MOSSAD

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 22:57

Dans « Goyette Freya » nous avons provoqué Freya von Asgard. Un lecteur a vite précisé que Freya est juif coupé. Nous ignorons pour l’instant s’il est coupé, mais Freya, que nous appelons par son prénom, est juif.

Cela saute aux yeux quand on sait l’énorme temps que le goy met à répondre à question pointue, quand il y répond, en revanche le juif veut aller plus vite que la musique. Du coup il commet erreurs, il se met à nu. Voici les deux premiers paragraphes de la prétendue Leyla de Aragon arrivés ce soir. Freya voit en Guionnet un matérialiste, comme lui, ce en quoi il a en parie tort. Puis il se déchaîne en contant son histoire de juif tenté par l’apostasie, en langage juif. L’analyse du texte suivra. Voici le récit de Freya :

« Il sera de tous temps utile de rappeler que la religion originelle des peuplades sémites vaticinant dans l’Afrique du Nord était le molochéisme, dont le rite principal consistait à précipiter leurs nouveaux-nés dans une statue métallique creuse préalablement chauffée à blanc (des gens très sympathiques, donc). Ce n’est qu’au contact des Assyriens, après la fixation de certaines tribus hébreues en Chaldée, qu’ils connurent la première vraie religion monothéiste, le zoroastrisme, d’origine indo-aryenne. Celui-ci était déjà un peu suspect de transformation de la tripartition des religions indo-européennes, lesquelles reposaient sur l’équilibre entre les trois domaines des prêtres, guerriers et agriculteurs-éleveurs. Or dans le zoroastrisme les dieux ne sont plus introduits selon cette structure trifonctionnelle, mais dichomotisés entre dieux et démons, selon un postulat moral du bien et du mal qui sépare exactement les dieux de la première fonction des dieux des seconde et troisième fonctions ; c’est donc à une involution qu’on assiste bien là. De toute évidence celle-ci a été faite à l’instigation, et au profit, des hommes du premier domaine. »

Niet, prenons ces dires à partir du début. De tous temps est locution juive, en françois on dit de tout temps. On ne parle pas de peuplades sémites, mais sémitiques. Ni de nouveaux-nés, mais de nouveau-nés. Ni de tribus hébreues, mais hébraïques. Le zoroastrisme n’est pas religion indo-aryenne, mais touranienne. Quant à la prétendue tripartition du frangin Georges Dumézil, elle ne vaut que tripette. Sans parler de l’involution dont cause Freya, mot loufoque.

Deuxième paragraphe :

« Dès la fixation des nomades hébreux en Canaan donc, des relations s’ouvrirent entre la Judée et l’empire Assyrien, en ce quelque Xe siècle avant notre ère. Là, quelques esprits juifs plus élevés que les autres, et qui avaient pris en horreur les atrocités du culte hébraïque, se montrèrent séduits par le zoroastrisme, comparativement plus doux et humain. Sachant toutefois qu’une coutume est d’autant plus dure à éradiquer qu’elle impose à ses adeptes de plus cruels sacrifices. Ils entreprirent une relecture des ordres de Jéhovah, feignant de croire à de fausses interprétations et attaquant les sacrifices humains comme violation de sa volonté et outrage à ses lois. Ainsi donc fut rédigé le Pentateuque, dont l’arche n’est autre que l’ancien statut de Moloch, et le sabbat un simple jour de repos où on ne sacrifie plus que des animaux. De là vient aussi le terme holocauste : Il recevra de l’assemblée des enfants d’Israël deux boucs pour le sacrifice d’expiation et un bélier pour l’holocauste  —  Levitique 16  – 5. Vous offrirez ces sacifices, outre l’holocauste et l’offrande de chaque mois, l’holocauste et l’offrande de chaque mois, l’holocauste perpétuel et l’offrande, et les libations qui s’y joignent, d’après les règles établies. Ce sont des sanctions consumées par le feu, d’une agréable odeur à l’Éternel – Nombres 29 -6  »

Ce paragraphe est fidèlement reproduit avec ses incohérences, comme « Levitique 16 – 5 », et « Nombres 29 -6 », référence non suivie d’un point. Car non seulement on écrit Lévitique, mais aussi 16,5 (ou 16 5), tandis que — est simili germanisme. Cette graphie révèle que le texte fut écrit par des chefs du Mossad ou bien du Bney Brit. Les rapports entre juifs et Assyriens ne débutèrent pas au dixième siècle avant notre ère, car les juifs sont héritiers de l’empire assyrien. Le nom Jéhovah est démagogique, Yahvé s’impose. Le zoroastrisme apparut plus tard que l’empire assyrien, puis babylonien, comme il nous est recordé.  D’ailleurs les juifs se vantent de leur Talmud dit de Babylone, ce qui fixe leur apparition longtemps après le dixième siècle avant notre ère. Enfin nous ne croyons pas à la prétendue séduction des juifs plus élevés par le zoroastrisme, il s’agit d’un attrape-goy, le juif voyant dans le zoroastrisme un alibi pour sa superstition. Quant au molochisme, dont adorent jaser les catholiques romains, nous ignorons quel il fut, bien que nous reconnaissions l’importance capitale du sacrifice humain pour le juif.

Les propagandistes du Mossad ou du Bney Brit causent du Pentateuque, qui serait arche de l’« ancienne statut de Moloch », faute que nous avons corrigée, car il est question d’un statut, non d’une statue. Comme quoi le genre des mots a des avantages. Il permet de reconnaître escrocs et loufiats du Mossad, parmi lesquels Freya. Enfin, difficile de discuter les citations d’Ancien Testament, même si celles évoquées retiennent l’attention. Seule observation : elles ne sont pas tirées de la Bible de Jérusalem, mais d’une autre source, peut-être juive, éventuellement plus fiable que la Bible de Jérusalem.

Indices qui ne trompent personne, un bochisant du Mossad ou du Bney Brit est auteur de ces deux paragraphes. Freya aurait mission d’infiltrer et de manipuler les têtes noires attirées par le socialisme national ouvrier germanique, en les détournant à coups de sexe et en semant la confusion. Avec l’idée que le molochisme juif a autrefois eu du succès en France dans les milieux antisémitiques et/ou antijuifs. D’où l’astuce consistant à renvoyer les antijuifs à ce prétendu fondement du judaïsme. Pourtant il n’en fut jamais question dans la centaine de numéros de Revision, car le nom de Moloch n’apparaît qu’une seule fois dans la Bible, dans Actes des apôtres 7,43, qui dit : « Mais vous avez porté la tente de Moloch ».

D’où on devrait déduire que des juifs, las d’avoir porté la tente de Moloch, auraient été attirés par le zoroastrisme, qui les aurait inspirés dans leur écriture du Pentateuque. Pluriel injustifié, car seul l’auteur sacerdotal du Pentateuque est susceptible d’avoir été influencé par le zoroastrisme. « Religion » dont nous savons peu de chose avant notre ère, en dehors du fait que ses prêtres étaient appelés mages et qu’un de leurs offices consistait à organiser des banquets où les convives mangeaient de la chair animale. On sait aussi que les mages étaient opposés au despotisme oriental et qu’ils jouèrent rôle déterminant dans la première révolution connue, plusieurs siècles avant notre ère.

Voilà nouveau plan consistant à rattacher le judaïsme à la civilisation, prétendument « indo-aryenne », ce qui est faux. Pendant longtemps, les sages de Sion mirent l’accent sur le goy Moïse, qui a eu énormément de succès. Ils jouent maintenant la carte zoroastrienne. Avant peut-être demain, de jouer celle des anciens Grecs. Bien sûr ils étaient païens, sérieux obstacle. Mais monothéisme et paganisme peuvent s’accorder, comme ne cessent de le démontrer les idolâtres catholiques romains, qui adorent de nombreux saints. Idem en ce qui concerne le judaïsme, qui se dote continuellement de nouveaux sages.

Voilà ce que prétendent Freya et les sage de Sion.

Bonne nouvelle, signifiant que Guionnet n’est pas à éliminer mais à circonscrire selon le Bney Brit, dont les chefs revendiquent maintenant en partie leur prétendu héritage magique. Mauvaise nouvelle pour toi Freya, en revanche, tu es maintenant démasqué.

La suite du papier est hallucinante. Il y est question du « bon professeur Faurisson » et du témoignage de Szende, ingénu en hongrois, émigré en Suède, qui dit comment les juifs étaient immergés avant d’être électrocutés par les nazis. Fadaise que Freya n’a pas inventée. Relatée par une institution juive, Mossad ou Bney Brit, elle fait apparaître que le juif soutient que la chambre à gaz pour tuer le juif n’a jamais existé. Ce que tout le monde sait, sauf le goy abruti par la télé, ce shadok ! Le juif a raison pour une fois.

Autre lacune de Freya, le centime ne tombe sans doute pas quand il parle de Szende. Il ne s’aperçoit pas que le gars est juif hongrois et qu’à ce titre il peut être champion parmi les faussaires. Encore qu’il y ait doute, car le juif est rusé. La prétendue Leyla de Aragon envoie son papier à de nombreuses gens soupçonnés de nazebroquisme, ainsi qu’à Guionnet, en se doutant qu’il va bondir en découvrant ses racontars sur le zoroastrisme et sur Szende, qui est nom d’un de ses amis.

« Elle » a raison. Elle sait qu’il n’y a pas de mauvaise réclame. Dans sa mansuétude, elle jase du « bon professeur Faurisson », qui a su décrypter le Journal d’Anne Frank, bravo ! car c’est peut-être ce que Fofo a fait de mieu. Même si peu de gens se passionnent pour les histoires d’Annette et de son vagin, quand elle s’interroge sur la façon dont une grosse bite le pénétrera. Mais cela fait partie de l’histoire. En ce sens Frank, Faurisson et Freya ont raison d’en causer. Notez les trois F, qui font 666. Une juive, un idolâtre enjuivé, un juif, la boucle est bouclée. Bête Immonde, en dehors de Joël Bouard, est enfin identifié.

24 août 2012

TARIF RÉDUIT POUR BREIVIK

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 20:43

Le sioniste norvégien a tué 77 personnes, il écope de 21 ans de taule, bravo ! Autrement dit moins de trois mois et dix jours de mate par meurtre. À ce prix-là nous tuerions volontiers. Guionnet serait ainsi autorisé à tuer trois juifs, vu qu’il a fait un an de taule.

Mais soyions bons princes. La tête de Dominique Strauss-Kahn nous suffira, vu que c’est la seule qu’on puisse publiquement réclamer. Non parce que l’animal est chaud lapin, ce qui est compréhensible, mais parce que toutes les preuves du crime sadique qu’il a commis à New-York ont été réunies et que son maintien en liberté discrédite la prétendue justice. Amerloque, observera-t-on, mais Strauss-Kahn commît pareil crime en France, il ne fût sans doute même pas interpelé.

GOYETTE FREYA

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 19:06

Ça y est, la goyette présumée Freya von Asgard vient de découvrir Gog et Magog. Aigle Noir l’a branchée là-dessus, mais elle est nulle, l’histoire des Magogs étant beaucoup plus riche que ce qu’en dit le Coran. C’est simple, des fils de Magog animent le courant de pensée révisionniste. Ils sont tous des héros, comme disait jadis Yirmeyahou.

Freya, mets-toi à l’heure. Fais comme si tu comprenais que le fils de Magog est là, tendant son arc, prêt à tirer flèche, car c’est vérité.

Freya, je t’en prie, laisse les fils de Magog régler son compte au juif, cette affaire ne te regardant point. Ravale ton vagin et ton clito’.

25 août, 10h30, il fallait s’y attendre, le sexe de Freya est controversé par un commentateur. Mais nous attendons des preuves, comme c’était le cas avec le titre du film sur Theresienstadt. Nous passâmes alors coup de fil à un ami avant de tourner nos doigts. Lendemain matin le titre tomba, comme par miracle. À propos, la troisième étape du Protocole secret est de débattre entre goys, comme indiqué précédemment, tandis que la quatrième est de former réseau.

Page suivante »