Alain Guionnet – Journal Revision

19 avril 2012

DUPRAT ET LE CANULAR

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 09:37

Né en 1940 à Ajaccio, mort le 18 mars 1978 dans un attentat à la bombe dans sa voiture sur une route du Calvados, François Duprat était enseignant d’histoire. C’est lui qui aurait dirigé la revue de Maurice Bardèche Défense de l’Occident. Après avoir brièvement été trotskiste dans sa jeunesse, selon Wikipédia, source de la plupart des informations biographiques du papier, Duprat devint vite nationaliste. Il adhéra à de nombreux groupes dont il fut souvent exclu. Emprisonné car ayant participé à la création de l’OAS, Duprat aurait été exclu d’Occident en 1967, car suspect d’être informateur des Renseignements généraux.

Exemple de liaison présumée entre histoire, activisme politique et renseignement. Ce qui se confirme dans ses livres quand Duprat prétend que Daniel Cohn-Bendit travaillait pour la StaSi. Sans preuve, ce qui n’est pas sérieux de la part d’un historien. En revanche, cette thèse a pu plaire à des militants nationalistes, désireux de voir la main de l’étranger derrière les événements de mai 68. Elle existait bien, mais c’est du côté d’Israël et du cahal qu’il fallait la chercher, à cause de l’embargo sur les armes à destination d’Israël décidé par De Gaulle à la suite de la guerre des Six jours en 1967. Autre élément déclencheur des événements : l’action des frangins au sommet de l’Etat, qui ne supportent jamais longtemps un pouvoir fort. En 1870, ils avaient renversé Napoléon III, en 1968, ils voulurent pousser De Gaulle à abandonner le pouvoir, ce à quoi ils sont parvenus peu après.

Duprat saisit cependant le rôle important joué par Israël dans la politique française. Depuis longtemps révisionniste, il se serait lié au Fatah et au FPLP. Membre, dès la première heure, du bureau politique du Front national, il réussit à s’en faire exclure pendant un an avant d’y être à nouveau admis jusqu’à sa mort. Il y représentait le courant nationaliste révolutionnaire, ce qui explique en partie qu’il était apprécié dans les cercles solidaristes. Enfin, en mars 1978, quelques jours avant sa mort, il aurait créé un Rassemblement pour la Palestine, toujours selon Wikipédia. Dans ces conditions, la piste criminelle conduit au Mossad, plutôt qu’à un mystérieux groupe nationaliste rival du FN, comme cela aurait été envisagé. Surtout qu’il y a une différence entre tuer quelqu’un et tuer en même temps sa femme, ce dont le Mossad est capable.

Il est vrai que le soutien à la Palestine par une partie de la droite nationale posait problème, car cette prise de position pouvait déteindre sur des gens ni d’extrême-droite ni d’extrême-gauche. En particulier sur des gaullistes, bien qu’ils fussent de moins en moins nombreux. Et puis Duprat cumulait deux défauts majeurs pour Israël à l’époque : il était pro-palestinien et révisionniste. Il diffusait la brochure d’Harwood Est-ce que six millions sont réellement morts ?

Ce pamphlet eut assez large succès car il plaisait au militant. Après lecture de ses 25 pages en format A4, près de 80 en format de poche, il éprouvait l’impression de savoir l’essentiel sur le montage holocaustique. Soit, mais la lecture de cet ouvrage gagnait à être augmentée par celle du Canular du vingtième siècle, par Arthur Robert Butz (Brighton 1976). Alors enfin l’historien est ravi, car il trouve énormément de précisions factuelles et documentaires sur le système concentrationnaire hitlérien, pourtant gigantesque et complexe. Ou plutôt sur une partie du système : les prétendus camps d’anéantissement, dits d’extermination en français et en anglais. En particulier sur Auschwitz, cette « usine de la mort » d’une importance capitale dans le montage du canular.

Au point qu’Auschwitz est arbre qui cache la forêt, l’écrasante majorité des juifs morts pendant la guerre n’ayant pas péri à Auschwitz (on estime à un peu plus de 40 000 le nombre de juifs décédés à Auschwitz). Ce dont Butz avait parfaitement conscience. Dans son ouvrage il évoque le plan Orient, sans malheureusement l’indiquer dans l’index des noms cités, car il évoque tantôt « l’émigration planifiée des juifs dans les territoires à l’Est » (211), tantôt il assure que « la politique germanique était d’évacuer les juifs à l’Est » (212). Ce dernier propos suit sa reproduction d’une partie du texte douteux du « Protocole de conférence » dit de Wannsee du 20 janvier 1942. Butz décrit aussi le déroulement du plan Orient, expression ambiguë car le plan Orient était double. Il portait sur les conditions d’anéantissement du régime judéo-bolchevique et sur l’évacuation, ou bannissement, d’une partie des juifs d’Europe près de l’océan Glacial, les deux allant de pair. Bref, Butz ne parle pas uniquement des six prétendus camps d’anéantissement, qui se trouvent en Pologne, mais il donne de précieuses indications sur des questions annexes. A juste titre, il ne s’est pas contenté de pérorer sur les chambrettes à gaz, comme Faurisson.

Pour le cahal, la publication du Canular du vingtième siècle en français aurait eu des effets désastreux, le lecteur francophone étant réputé apprécier ce genre de livre. Aussi Duprat a pu songer le publier en français, raison possible de son assassinat. Mais encore lui fallait-il trouver traducteur compétent pour ce travail difficile, car il ne s’agit pas de baragouiner engluche. Un vrai professionnel, surtout pas un militant.

Par la suite, après l’assassinat de Duprat, place nette ayant été faite, Faurisson fut mis en scène, d’abord par le Démon, puis sur Europe 1, par le juif hongrois Ivan Levaï. Faurisson était totalement opposé à ce que le livre de Butz parût en français. Il l’avait dévoré mais ne voulait pas partager sa science avec des non-anglophones. Comme Pierre Guillaume, qui souhaitait publier ce livre qu’il n’avait pas lu parce que nul en engluche. Premier obstacle, Butz aurait réclamé des droits d’auteur. Deuxième obstacle, Faurisson, qui voulait garder pour lui seul ce trésor.

Heureusement, ce ne fut pas le cas. Pierre Vidal-Naquet fut subjugué par Le canular, dont la lecture le convainquit de ne surtout pas parler d’histoire mais de mémoire. Il attaqua ainsi les « assassins de la mémoire », à commencer par Faurisson, son ennemi juré. Autre lecteur du Hoax, Alain Guionnet en 1986. Il n’avait pas aimé le Mémoire en défense de Faurisson parce que peu clair et beaucoup trop parcellaire. Il s’était interrogé sur Droit et histoire de Pierre Guillaume, qui lui sembla alambiqué. Heureusement que le livre contenait des dessins pataphysiques, ainsi tout devenait clair. Puis il fut sidéré par Butz, qui traitait du fond de la question beaucoup plus que Faurisson et son supporteur Guillaume. C’est le livre de Butz qui le poussa à s’engager dans une aventure pouvant être considérée comme suicidaire.

2002, enfin le livre de Butz est publié en français à Rome, prétendument pour contourner la loi. Le nom du traducteur n’est pas indiqué, contrairement à l’usage. La « Présentation » est de Robert Faurisson. Il avait le choix entre plusieurs mots, mais il a choisi de faire présent au lecteur de ses observations fantaisistes. Dès la fin de la cinquième ligne Fofo ment. Il prétend que « le mot de hoax se traduit indifféremment par mystification ou par canular ». Or c’est faux, hoax signifie canular. C’est sur cette base que Faurisson a falsifié le titre, en le transformant en La mystification du XXe siècle dans le but de dramatiser, alors que Butz avait choisi, au contraire, de dégonfler la baudruche. Ah ! vous ne savez pas ? mais c’est bien sûr, le prétendu holocauste n’a jamais été que canular…

Nonobstant les propos tantôt mielleux tantôt cruels de Faurisson dans son avant propos, comme quand il juge que « the Hoax souffre d’imperfections », il saute aux yeux que la version française du livre n’est pas conforme. C’est du boulot de militant, avons-nous d’abord songé, sans nous interroger sur l’identité du militant en question. Mais il était tentant de vérifier la traduction des deux membres de phrases cités plus haut. Pour « la politique germanique était d’évacuer les juifs à l’Est », pas de problème. Faurisson parle certes de politique allemande, mais c’est détail. Pour « l’émigration juive planifiée dans les territoires à l’Est », rien ne va plus. Faurisson parle de « l’émigration concertée vers les territoires de l’Est des juifs ». Ce n’est pourtant pas compliqué de rendre « the planned Jewish emigration to the Eastern territories. D’abord détail, on peut parler d’émigration à l’Est ou vers l’Est. A l’Est est plus simple, car à est locatif et directif. Vers l’Est est scolaire et laborieux, en même temps flou. Or, précisément, Faurisson cherche à semer la confusion, en particulier quand il parle d’émigration concertée, comme si elle avait fait l’objet d’un conciliabule. Or le dictionnaire est clair, en politique planned signifie planifié, en économie dirigé, et il s’agit de rendre chaque mot conformément au jargon employé. Butz ne fait pas de littérature dans ce propos, Faurisson si, en revanche. Il écarte la notion de plan, alors que cette émigration, évacuation ou déportation s’opérait en application d’un plan. Faurisson change également la structure de ce membre de phrase par rapport à ce qui précède et ce qui suit, « l’émigration juive » devenant « l’émigration » et patati et patata, « des juifs ». Ensuite, ou plutôt avant, dans sa « Présentation », il juge que le Canular souffre d’imperfections. Forcément, car c’est lui, Herr Professor, qui est l’auteur de l’écrasante majorité des imperfections.

Voyez, il suffit de lire un membre de phrase pour identifier le traducteur. Mais ce phénomène est connu, depuis que Faurisson a saboté la version française du livre de Stäglich, qu’il n’a pas signée, comme celle de l’ouvrage de Butz. Il avoua toutefois avoir « adapté » Le mythe d’Auschwitz, c’est moindre mal. Mais il a aussi adapté le Canular, ce qu’il a omis de préciser.

Voilà comment on peut être réviso et voir en Fofo faussaire de l’histoire. Ce n’est pas parole en l’air, mais fait avéré. En même temps qu’un goy jaloux et narcissique. Traits de caractère dont il n’a pas le monopole car presque tout le monde est faussaire de l’histoire, au point que seuls ceux qui ne le sont pas sont remarquables, comme Butz. Comme Rassinier ? Oui, d’une certaine manière, bien que Rassinier fût hâbleur, de santé fragile après-guerre et par trop seul.

La piste à explorer ne porte pas sur Faurisson, mais sur Duprat. Avait-il ou non l’intention de publier le Canular en français peu de temps avant sa mort ? Nous espérons recevoir de votre part, lecteur, des éléments d’information. Au plan éditorial il en avait les moyens. En revanche, il lui fallait trouver traducteur compétent, ce qui était difficile et forcément coûteux. Parmi ses bobards, Wikipédia prétend que Duprat avait « diffusé et traduit » La mystification du vingtième siècle d’Arthur Butz et le petit livre d’Harwood dont le titre figure en anglais et en français. Autrement dit Duprat avait vraisemblablement diffusé une poignée d’exemplaires du livre de Butz en anglais. Aussi devait-il logiquement songer à le publier en français.

Enfin il y a la symbolique de la date d’assassinat de Duprat que signale Guillaume. Duprat fut tué le 18 mars 1978, date anniversaire de la naissance de Paul Rassinier, le 18 mars 1906. Signature du crime commis par le Mossad ou bien commandité par le cahal. Duprat fut ainsi tué plus pour son révisionnisme qu’à cause de son antisionisme. Evénement dont Faurisson s’est imaginé avoir tiré la leçon, car il a associé son révisionnisme à son antisionisme très tôt, ne serait-ce que dans sa phrase de 60 mots.

Les deux semblent liés dans la mesure où le prétendu holocauste est un des fondements d’Israël. Mais cela allait de soi, mieux valait ne pas insister là-dessus. Rassinier et Butz avaient évité ce piège, tandis que Fofo s’est précipité dedans.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :