Alain Guionnet – Journal Revision

31 mars 2012

GLOIRE A MERAH !

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 19:58

Il fallait qu’un goy prépucé le dît, c’est fait. Le branleur frimeur Melah, qui buvait de l’alcool et fumait, comme relate un de ses anciens collègues, étudiant en carrosserie de Toulouse dans Figaro, ne valait pas le chanvre de la corde qui allait le pendre. Il était grillé dès 2006 par les Renseignements généraux, à l’âge de 17 ans, avant qu’il découvrît prétendument le Coran en prison. Tout ce que raconte la presse de l’argent est donc faux (avec fond de vérité).

Certains bobards furent aussitôt écartés par le site, comme celui qui précède, avant d’avoir confirmation par M6. Mises bout à bout, les informations estimées fiables permettent d’assurer que Merah pouvait être identifié dès lundi 12 mars, lendemain de son premier assassinat. Surtout si les enquêteurs considéraient que le meurtre était celui d’un harki, vraisemblablement commis par un Algérien, ce qui réduisait le nombre des suspects dans la liste des correspondants de la victime sur la toile. Quant au domicile de Merah, il était connu de la police par une main courante de 2011 pour tapage.

Mais l’élucidation de la mort d’un harki ne suffisait pas, car le politique prime sur l’exécutif. Merah se doutait-il qu’il avait commis grave erreur dans son crime du 11 mars ? Ce n’est pas sûr, mais son impunité l’a encouragé à récidiver à plus grande échelle jeudi 15 mars, puis lundi 19 mars. Le chef de l’Etat ordonna alors de l’arrêter sans le tuer. Résultat, deux des hommes du RAID furent blessés lors d’une première tentative d’arrestation, où ils avaient reçu l’ordre : « Pas de shot« , dans un franglais caractéristique de notre époque décadente.

Mais revenons-en au papier du Figaro : Merah aurait proposé un go-fast à un apprenti ouvrier françois. Voilà comment on redécouvre que l’islamisme est alimenté par le trafic de drogues illicites, vieille pratique du CIA, ramassis de crapules ayant créé Le Caïdat, Grand Frère ayant toujours besoin d’ennemis.

Dommage cependant qu’on n’aille pas jusqu’au bout de cette logique, car les mots sarrazins et turcs ne manquent pas en français. Ils permettent de distinguer trois types de terroristes musulmans, vrais ou supposés. Les caïds, comme Kelkal et Merah, les émirs, comme le gros technicien en informatique barbu Mohamed Achamlane arrêté vendredi à Nantes. Les pachas, inconnus à ce jour en France.

Pacha est grade le plus élevé. Il signifie général, chef d’armée. Le pacha est supérieur à l’émir, car pacha est d’origine turque, émir sarrazine. Or les Turks d’Anatolie furent longtemps bras armé de l’islam, les éleveurs, qui plus est montagnes, ayant toujours été plus durs au combat que les habitants des plaines ensoleillées d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, même s’il y a toujours des exceptions.

Achamlane rêve d’être émir. Il doit ce titre à sa qualité d’animateur de Forsane Allisa, Cavaliers de la fierté, réseau ayant brièvement eu du succès sur la toile, ayant commis quelques actions symboliques, en particulier à Limoges, où il a fait mine de dévaster un établissement de restauration rapide qu’il accusait de soutenir Israël, la scène ayant été filmée par goût du spectacle. D’où la présomption qu’Achamlane serait émir en papier. Cependant Achamlane aime les armes, au point qu’il aurait possédé deux kalachnikovs démilitarisées.

Quelle affaire ! Un flic, vraisemblablement de la DCRI, prétendrait qu’il semble que certains membres du groupe préparaient un enlèvement. Après tout, pourquoi pas ? Les apprentis comploteurs songent forcément à employer de nouvelles formes d’action, surtout qu’elles échouent les unes après les autres. Comme Merah, Achamlane semble avoir bénéficié de discrimination positive, car José Bové, semble-t-il, a écopé de la prison ferme pour un scandale qu’il aurait fait dans un Mac Do’, contrairement à Achamlane à notre connaissance.

Bref, c’est le rôle de l’Etat et des services de renseignement qui est suspect dans ces affaires. Du sataniste Charkeuz en premier lieu, originaire par sa mère de l’empire Ottoman. Appartenant lui-même à une minorité visible, Charkeuz est ardent supporteur de la discrimination « positive ». Il encourage le communautarisme dont on sait qu’il est feu de paille, les membres d’une même communauté étant parfois les premiers à s’entredévorer.

C’est vrai dans tous les milieux. Les antijuifs n’aiment pas les antisémites, par exemple, et vice-versa. Les frangins de la GLNF se sont dépecés entre eux dans l’affaire Stifani ces dernières années. Les taupes de la DCRI entretiennent de profondes rivalités, entre anciens de la DST et frangins des RG notamment. Mais il y d’autres sources de conflit chez ces bêtes. Nous n’en parlons pas pour l’instant, car il est indispensable de garder armes secrètes.

Mieux vaut jaser d’un fait divers. Un bougnoul de Clichy-sous-Bois vient une nouvelle fois de menacer de mort un responsable de la ville, cette fois au nom de Merah, pour obtenir emploi de gardien de stade. Il a compris la leçon qui consiste à menacer de mort les fonctionnaires de l’Etat judéomaçonnique pour obtenir des prébendes. Merah a ainsi obtenu le RSA, auquel il n’avait pas droit en théorie, en plus de tout l’argent facile qu’il touchait de-ci de-là, tandis que police et justice fermaient les yeux sur ses frasques, au nom de la raison d’Etat.

Voilà scandale, comme le fait que Guionnet fut viré de la gendarmerie en mars. Brièvement annoncée, cette nouvelle fut supprimée, mais la situation semble inéluctable. Guionnet faisait du sport cette année à la caserne du fort. Elève modèle, il assista à un acte de délinquance commis dans le bâtiment, mais il ne cafta pas.

Guionnet restera muet sur ce qu’il a vu et entendu dans la caserne. Civil, il observe les conventions militaires. Mais pas hors enceinte militaire. Ainsi il menace, vu que c’est le seul truc qui marche en France. Il projette d’attaquer le bâtiment de la DCRI à Levallois-Perret à coups de… L’opération sera filmée, tout étant spectacle. Mais de quoi ? Si vous avez des idées, vous pouvez les suggérer, la solution finale n’ayant pas encore été trouvée.

Surtout que Levallois-Perret, ville du nord des Hauts-de-Seine, est réputée antisémitique, contrairement au sud du département, plutôt antijuif, dont la population est originellement assez boche et lombarde, croit-on savoir.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :