Alain Guionnet – Journal Revision

23 décembre 2011

PROCUREUR SADIQUE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 18:11

C’est peut-être lié au vote de la loi réprimant toute contestation de génocide. Elle va très loin, car l’histoire est pleine de génocides, surtout comme ils sont définis par les médecins et juristes corrompus de la chambre des députés. Selon eux quiconque tue quelqu’un se rend coupable de génocide ! Avant, il était encore un peu possible d’écrire l’histoire de l’antiquité et du Moyen-Âge, c’est maintenant impossible. En revanche le génocide d’Alain Guionnet est programmé par un procureur sadique du tribunal de Paris, autrement dit par la chancellerie.

Au courrier ce matin, avis d’opposition administrative pour huit condamnations pour délits de presse prononcées entre 1995 et 1999, pour des faits commis entre 1994 et 1997. Remarquez, en 1997, il s’agissait de simples contraventions, de 91 et 274 euros. Pour un fait commis en 1996, il  n’y en a qu’une, mais de 1646 euros. Pour ceux de 1995, cinq ! dont deux contraventions de 91 et 274 euros. Pour le sacrilège qu’il aurait commis en 1994, une seule condamnation, mais de 4664 euros !

Voyez l’évolution. Toutes ces peines infamantes furent prononcés pour injure publique (4), diffamation (3), contestation d’existence de crime contre l’humanité (6). Et dire que le moliniste Faurisson a fait semblant de se demander si le malheureux Guionnet avait jamais été condamné pour contestation de crime contre l’humanité… À noter que les deux condamnations de Guionnet à 91 euros furent prononcées pour contestation de crime contre l’humanité et injure publique (2). Les deux à 274 euros pour contestation de crime contre l’humanité et injure publique. Tiens, une faute, un doublon susceptible d’annuler la procédure. Observation destinée au merveilleux conseil de Guionnet, qui fait trembler la cour d’appel de Versailles jusque dans les écuries de la Royne, qui le défendra dans sa demande de main levée à opposition administrative.

Bref, Guionnet s’en est pris plein la gueule avec la cruelle loi Gayssot. De la prison, encore de la prison, toujours de la prison ! Puis des amendes. D’abord très élevées, ensuite de plus en plus réduites. Ah ! Guionnet conteste encore le crime suprême contre l’humanité, se disaient les juges, il lui en coûtera 274 euros… puis 91 euros. Ensuite rien du tout, Guionnet ayant joué le rôle de rat de laboratoire sujet d’expérimentation. Il bougeait certes encore après dix ans de poursuites judiciares dont un an passé en mate, mais il avait été rendu inoffensif. Il s’accrochait à ses lubies orientalistes dont tout le monde se fout apparemment. Il ne représentait plus de danger pour la raison d’État.

C’est vrai, Guionnet ne conteste pas que la délégation soviétique a prouvé scientifiquement l’existence des chambres à gaz homicide au tribunal militaire international. Il reconnaît aussi l’existence du génocide des Arméniens et des assyro-chaldéens. Plus près de nous, celui de religieux catholiques romains massacrés par des « républicains » pendant la guerre d’Espagne. En même temps que les génocides des ariens, des hérétiques et païens au Moyen-Âge. Ou encore celui des Spartiates, occis par les Athéniens. Impossible d’être plus politiquement correct.

Voyez à quel point l’exécution des anciennes condamnations de Guionnet est sans fondement. Il a changé en quinze ans. Il a pris de la bouteille dans les deux sens du mot. Il combat en ce moment tyrannie et sorcellerie, il est irréprochable. Il persiste certes à jaser d’histoire, comme si ce mot avait un sens, mais c’est bien pour le spectacle qu’il subsiste quelques hurluberlus. Icelui meurt d’envie de dire j’emmerde le Trésor Public ! mais il ne le dit pas. Dans sa mégalomanie il se prend pour le dernier homme en Europe, comme disait son pote Eric Blair.

Un commentaire »

  1. À l’heure du génocide arménien abondamment commenté par les gazettes, nous mentionnerons le génocide franco-français, souvent tu, évacué de la mémoire collective, sauf dans l’Ouest, mais jamais oublié, perpétré par les républicains en Vendée.

    (Il n’est pas oublié, mais le mot génocide est piégé, mieux vaut parler de massacre. Jules César aussi a fait massacrer toute la population de Bourges. Dans un cas comme dans l’autre il s’agit de crimes de guerre. Attention à ne pas adopter le langage des ennemis de l’histoire. C’est elle qui devrait avoir le dernier mot, NDLR.)

    Commentaire par Danny — 24 décembre 2011 @ 11:06 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :