Alain Guionnet – Journal Revision

21 décembre 2011

ASTRONOME SAVANT

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 17:54

Dans ses Dissertations sur l’histoire ecclésiastique et civile de Paris, suivies de plusieurs éclaircissemens sur l’histoire de France, par l’abbé Lebeuf, chanoine de l’Eglise d’Auxerre et désormais membre de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles-lettres, tome second (Paris 1741), magie figure à deux reprises dans l’index des noms cités : « Magie imputée aux Astronomes 104 aux sçavans 180. » Commençons par la fin dans l’ouvrage, au onzième siècle.

À propos des sciences de la physique l’abbé écrit : « Comme il étoit ordinaire de traitter de Magiciens & de Nécromanciens tous ceux qui paroissoient plus appliqués aux sciences : sur ce faux principe on fit courir plusieurs bruits desavantageux à la réputation de Berenger, & on lui attribua une Physique un peu surnaturelle, qu’il n’avait pas certainement apprise à l’école de Fulbert. »

Observation énigmatique, d’où il ressort que le mage fut très tôt appelé magicien et qu’il était appliqué aux sciences, Astronomie et Physique en particulier ; bien que cela fût faux principe selon l’abbé, qui ne pouvait pas tenir autre discours quand la France était gouvernée par le cardinal Fleury. La sympathie du prêtre-historien Jean Lebeuf pour la magie apparaît plus nettement dans le second passage que voilà. L’action se déroule au treizième siècle :

« Gautier de Metz écrivit en 1245 dans le même goût, mais en vers françois, sous le titre de l’Image du monde ou Mappemonde. On voit que cet Auteur avait beaucoup lû : Persuadé de la rotondité de la terre, & du cours des astres, selon le systême de Ptolémée, il expliqua les phases de la Lune, ses éclypses & celles du Soleil, aussi bien que son cours dans le Zodiaque par les figures qu’on peut voir dans ses manuscrits qui sont assez communs. Robert Evêque de Lincolne élevé à Paris avoit aussi écrit de Sphaera. Albert le grand suivit son exemple. On avoit cru ce dernier un peu Astrologue ou Magicien : mais dans Speculum Astronomiæ il réprouve toutes ces sciences, & dans son troisième livre des mineraux, il se mocque de la prétenduë transformation des métaux : Sur ce qu’il a pu écrire qu’il étoit bon de ne pas détruire tous les livres composés sur ces matieres, afin de pouvoir les combattre ; c’est ce qui a fait porter par quelques uns un jugement assez desavantageux à son sujet. S. Thomas d’Aquin a eu le même sort. On l’a soupçonné de magie par une erreur de nom, en lui attribuant le livre de essentia essentiarum qui est de Thomas Anglicus, où l’on a cru pouvoir lire Thomas Angelicus. Si on veut examiner sa Somme, on y verra qu’il nie formellement que les figures des Magiciens puissent recevoir aucune vertu des astres. Il écrivit selon Treveth un traité sur l’usage de l’Astrologie. On en avoit grand besoin. »

Comme c’est bien dit ! Lebeuf était partisan de laisser les magiciens s’exprimer, même et surtout s’ils sont dans l’erreur. Faute de quoi, Saint Thomas d’Aquin se fait accuser de magie ! bien sûr à tort.

Voyez le gouffre qui sépare le prêtre-historien du dix-huitième siècle et les branleurs contemporains qui se prétendent historiens révisionnistes ! Pierre Guillaume, moins Robert Faurisson, en est resté à l’affaire Galilée pour dénoncer le complot dont serait victime le réviso. Pourtant il est lorrain, il aurait dû entendre jaser de Galtier de Metz. Mais Guillaume a longtemps habité près la Sorbonne, enfer en raccourci. Il a fait mine de croire qu’on ne savait pas la rotondité relative de la Terre avant que Galilée ne la découvrît, mais elle est connue des mages depuis plus de cinq mille ans !

Guillaume jouera à l’innocent. « Je ne le savais pas précisément, dira-t-il, mais j’évoque Copernic ; je sais bien que la rotondité de la Terre ne fut pas découverte par Galilée, mais c’est excellent moyen de propagande. » Nenni. Guillaume fait mine de croire que le Moyen-Âge était obscurantiste, mais c’est bobard révolutionariste ! Comme l’a judicieusement indiqué l’abbé Lebeuf, à qui Santini ferait bien d’ériger une statue, car il a écrit l’histoire et nous a appris l’origine du nom d’Issy.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :