Alain Guionnet – Journal Revision

3 décembre 2011

BATAILLE DE FLEURY

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 00:39

La bataille de Fleury intéresse peu de gens. L’internaute préfère blanruseries et histoires de singe. Mais elle va bientôt commencer et s’annonce rude. Entrez cardinal de Fleury sur la toile, vous verrez la prose d’un curé lucide, ou encore « Le cardinal de Fleury meurt à Issy », blog des historiographes de Santini. Pourtant ils n’existent pas officiellement, le Centre de recherches historiques d’Issy ayant disparu il y a dix ans. Mais Santini a remplacé les anciens historiens par des agents de ses services secrets.

Créé en 2010, le blog Historim, d’« Histoire et Recherche d’Issy-les-Moulineaux réunit des amateurs et passionnés d’histoire, tant locale que nationale. » On voit tout de suite qu’ils ne sont pas historiens, car on ne dit pas que l’« aile du cardinal de Fleury se trouvait à droite du bâtiment central, en regardant la façade côté jardin », mais qu’elle se trouvait au nord-est (du séminaire).

Les agents du despote ont trouvé citation présumée consensuelle de Voltaire sur Hercules de Fleury : « S’il y a jamais eu quelqu’un d’heureux sur terre, c’est sans doute le cardinal de Fleury. On le regarde comme un homme des plus aimables et de la société la plus délicieuse, jusqu’à l’âge de soixante et treize ans, et lorsqu’à cet âge, où tant de vieillards se retirent du monde, il eut pris en main le gouvernement, il fut regardé comme un des plus sages. Depuis 1723 jusqu’à 1742, tout lui prospéra. Il conserva jusqu’à près de quatre-vingt-dix ans une tête saine, libre et capable d’affaires » (Le siècle de Louis XIV, 1759).

Difficile de trouver citation plus opportune. On devine à peine l’ironie de Voltaire dans ce passage laudateur du « sage ». Voltaire évoque aussi la « maison de campagne du village d’Issy » du cardinal. Impossible pour l’instant de trouver cette édition sur Gallica. Des commentateurs indiquent que Voltaire connut Fleury avant son élévation, qu’il n’y eut jamais sympathie ou hostilité manifeste entre les deux, ou encore que Voltaire posa sa candidature à l’Académie française après le décès du cardinal, mais qu’il échoua. Difficile en effet d’être mal-pensant et consacré par les autorités dominantes. Surtout que Fleury avait nommé des évêques fidèles à sa cause pour lui succéder.

En réalité cette citation se trouve dans Précis du siècle de Louis XV, in Œuvres historiques de Voltaire (La Pléiade 1957), page 1319 ; confirmation de l’incompétence des laquais de Santini.

Nonobstant, Voltaire voyait dans les Provinciales de Pascal un « chef-d’œuvre », ce en quoi il avait raison, mais il exagéra les choses quand il prétendit que les lettres furent brûlées à Aix. La décision fut certes prise, mais pas appliquée. Ce qui renvoie à Sainte-Beuve en ce qui concerne Port-Royal et surtout à Pascal, maître dans l’art de polémiquer en faisant mine de ne pas polémiquer.

Mais revenons-en au despote. Ses agents se retranchent derrière Voltaire, alors que le tyran est ennemi de Voltaire. Ils prétendent ne pas s’intéresser exclusivement à l’histoire d’Issy, mais Historim a pour emblèmes le moulin à vent de l’Abbaye de Saint-Gemain-des-Prés en haut de la butte, sans rapport avec Les Moulineaux, et un avion d’autrefois, quand Issy était en pointe en aéronautique.

Santini a retenu la leçon de Grand Frère : qui contrôle le présent contrôle le passé. D’où la réaction de l’Issisois n’ayant qu’une possibilité, faire l’inverse. En portant son regard sur le passé afin de diriger le présent. Diriger dans le sens d’orienter, sans exclure commander. En théorie le résistant ne court aucun risque. Fleury avait peur de Voltaire, Voltaire de Fleury ; Santini a peur de Guionnet, Guionnet de Santini. Point faible du despote : Scorpion, il aime le Taureau, en revanche ledit Taureau n’aime pas ledit Scorpion. À noter l’abréviation de Scorpion Santini, surtout si Guionnet attaque les trois tours à coups de feuille volante.

Il y a matière à feuille cinglante avec Hercules de Fleury, modèle de Santini. Avec le chemin de croix de Santini, qui partira de la rue de Villepreux avant d’emprunter celle des Noyers, pour finir rue du Simetier.

La mise à jour du site santinoque date du 7 octobre 2011, comme si les agents s’attendaient aux attaques de l’historien issisois débutées en novembre. Leur style est maladroit, on dirait des eunuques. Ils ne parlent pas d’Hercules de Fleury, mais d’André-Hercule de Fleury, alors qu’André fut ajouté à son prénom par l’imposteur. Ils évoquent aussi la Reine Margot, surnom donné à Marguerite de Valois par un écrivain, comme si les agents du despote étaient versés en littérature.

Les dires d’Historim peuvent être consultés par le curieux. Tout n’est pas faux, mais des détails truculents sont omis. Out l’influence janséniste à Issy au dix-huitième siècle, alors qu’elle fut considérable comme partout en France, en grande partie grâce à Pascal, qui sut rallier à la cause de Port-Royal des gens assez indifférents aux questions religieuses. Out le nom des princes de Conty, Conti en novlangue, comme s’il était d’origine italienne, du type Carla Bruni, alors que le nom des princes est d’origine latine et qu’ils ont soutenu tour à tour les trois grands courants de pensée à l’origine de la révolution : janséniste, gallican et philosophique de l’histoire (dit des Lumières).

La bataille de Fleury, à Issy, ne fait que s’annoncer, la guerre n’étant pas déclarée, les preux affûtant leurs armes, parmi lesquelles l’augmentation de près de 175 % du nombre des visites les six derniers jours par rapport à la semaine écoulée. Ils aimeraient aussi disposer de moyens logistiques conséquents.

Un commentaire »

  1. Sur le fond je vous suis Guionnet, mais je ne résiste pas au plaisir de ressortir le portrait louangeur, parfois lucide, de ce grand vieillard, brossé par Gaxotte dans sa talentueuse, mais vaine, réhabilitation du roi chasseur, Louis XV.

     » On a le plus souvent refusé à Fleury les qualités de l’homme d’Etat : la largeur de vues, l’audace dans les projets, le goût et le sens des vastes entreprises. On lui reproche un esprit mesquin et timide, soupçonneux et fuyant. On tourne sa prudence en sénilité; son amour de la paix en faiblesse de caractère. C’est être dupe des apparences. Ce grand vieillard souriant, au regard bleu, à la parole timide, qui prend son plus grand plaisir à regarder jouer à la paume, est au-dedans  » un homme superbe et implacable « , un entêté qui a la passion du pouvoir. Sans doute a-t-il peu d’idées, peu d’imagination, mais ce qu’il veut, il le veut avec force. Il est patient, tenace, acharné. Le temps n’existe pas pour lui : il persévère et il attend. Jamais il ne compte avec son âge.  »
    Pierre Gaxotte, Le siècle de Louis XV. Ch. Le cardinal. 1933.

    Si Santini manifeste autant d’entêtement et d’acharnement avec ses putains de tours, que Fleury contre les jansénistes, vous l’avez dans le cul, à Issy.

    Il est vrai que Santini n’arrive pas à la cheville du vieux madré, une chance sans doute.

    (Santini a renoncé à son projet de téléphérique. Cette fois il n’a même pas besoin de renoncer, il lui suffit de rapetisser énormément les édifices. J’imagine qu’il est fier d’être comparé à Hercules de Fleury, nommé cardinal à l’âge de 73 ans. Santini, né en 1940, n’a certes que 71 ans, mais il aimerait, comme Fleury, diriger nouvelle église et l’État. Il s’y destine avec ses jugements des hommes politiques. Quand il dit de Morin qu’il est court, il a raison, mais il attaque le président de son parti, ce qui est rare en milieu politique (Morin ne s’en remettra pas). Santini rêve d’avoir le destin de Fleury, mais s’il veut y arriver, il doit impérativement négocier. Il doit aussi se singulariser dans d’autres domaines que celui de l’immobilier pyramidal, comme il a commencé à le faire dans les techniques de pointe et dans la magie. À lui de se faire passer pour un bobo intelligent débonnaire, pas sectaire, ce qui lui est facile, car il n’a pas de foi, bref pour un despote éclairé, personne n’exigeant de lui qu’il devienne démocrate, NDLR.)

    Commentaire par rixaone49520 — 3 décembre 2011 @ 10:11 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :