Alain Guionnet – Journal Revision

8 novembre 2011

VICTOIRE À LA PYRRHUS

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:47

Nouvelle victoire judiciaire d’Alain Guionnet, contre les sociétés Doc en Stock et Arte France cette fois. La cour d’appel de Versailles a jugé le 3 novembre « compte tenu du grief formulé de déformation ou de dénaturation des propos, il y a lieu d’ordonner la communication de pièces demandée, sans qu’il y ait lieu de prononcer une astreinte ». Aussi elle ordonne à la société Doc en Stock et à la société Arte France de « verser aux débats le matériel original (rushes) de l’intégralité de l’entretien du 18 juillet 2007 qui s’est déroulé au domicile de M. Alain Guionnet. »

La cour n’est pas dupe du moyen de défense de Doc en Stock, qui prétend avoir détruit les épreuves du tournage alors que c’est pour elle un actif, Protocole des sages de Sion étant depuis longtemps sujet d’actualité documentaire, plus que les affaires Landru ou Petiot.

Guionnet ne gagne rien, l’astreinte n’ayant pas été prononcée. Comme lors de ses victoires précédentes pour « Auschwitz : 125 000 morts » et contre Pierre Vidal-Naquet, mais cette ordonnance est coup de semonce pour les parties adverses, qui ne sont pas autorisées à faire n’importe quoi sous prétexte que Guionnet est mal-pensant. Il ne faut pas le traiter comme un chien crevé, dit la cour en substance. Le despote Santini ferait bien de s’inspirer de ce jugement.

(11 novembre, Bob répercute enfin ce papier sur Propagandes.info. Il n’a pas l’air d’aimer l’aigle. Il se rend compte de l’importance de cette nouvelle qui n’a pas échappée aux professionnels de presse. En revanche Bobo se fout de la bataille d’Issy, trop compliquée pour lui. Mais Revision a remporté victoire à Versailles et il se pourrait qu’elle gagne la bataille d’Issy. Elle a duré 41 jours en 1871, celle-ci sera sans doute plus longue.)

4 commentaires »

  1. Voilà la preuve que le volatile est un élément du système (de la périphérie?), vraiment qui peut croire qu’un honnête homme puisse obtenir une victoire (elle est bien réelle) sur un sujet comme celui-là. La preuve il la dévalue lui même (victoire à la Pyrrhus). Un documentaire pour ARTE je rêve, pourquoi pas france-info.

    À quand l’aigle (de Barbara bien sûr) à la CNT ?

    (Trop gentil, l’archisupôt reproduit cette flèche, car il ne craint pas les flèches. Comment un honnête homme peut-il arriver à ce résultat ? D’abord en étant obstiné comme un Taureau ayant 9 pour chemin de vie. Ensuite en étant procédurier, dans ce cas en connaissant à fond la loi la presse, ou encore féru d’histoire et de linguistique, mine de rien. Oh ! il lit très lentement et quand il s’exprime il pèse ses mots. Quand il traite Santini de despote ou de tyran, il sait qu’il en a le droit, surtout qu’il a de bonnes raisons pour ça. C’en est presque comique, mais tout le monde sait qu’il est sérieux. Quand il écrit l’histoire, il est laborieux et précautionneux. Il n’arrête pas de se corriger et cherche toujours plus à se documenter. C’est le cas en ce moment, où il essaye de reconstituer la population d’Issy quand la harangue fut écrite. Il avance pas à pas. Becchia dit qu’elle était composée de cultivateurs et de viticulteurs, mais c’est faux, car il y avait aussi des éleveurs, des aubergistes, deux meuniers, des tisserands, des forgerons, des hommes qui travaillaient dans les carrières, un ou deux instituteurs, un ou deux chirurgiens, des sages-femmes, des commerçants, des nobles avec leurs domestiques et pour l’instant nombre indéterminé de religieux. Pareille population n’était pas celle d’un village au dix-huitième siècle, mais d’une bourgade de près de 150 feux, car il s’agit toujours de se mettre dans l’esprit des gens de l’époque. Voilà boulot d’historien. J’ai procédé de façon comparable avec Protocole des sages de Sion, pas à pas, pendant beaucoup plus longtemps [je n’ai passé qu’une semaine sur l’histoire d’Issy]. Enfin mon avocat est excellent. Il ne joue pas perdant mais gagnant, contrairement à l’idiot bretok Stévenin qui cherche à se remplir la poche, comme dit l’Issisois. Or l’affaire est civile, pas pénale, c’est très différent. En ma qualité d’Issisois j’ai des préjugés sur les Versaillois, surtout que la cour d’appel de Versailles ne m’a jamais épargné. Mais j’ai pondéré mes propos dans « Fort d’Issy », j’ai essayé d’écrire l’histoire sans prendre parti. J’en arriverai même à saluer le juge versaillois s’il prononce jugement en ma faveur. Compliment ayant beaucoup de valeur, car non porté par un corrompu, comme il y en a tant, mais par un brave. Le marché est fixé. Il s’adresse aux juges, pas à vous, Duparc. Poursuivez dans la voie de votre ordonnance du 3 novembre, Revision ne répandra plus la haine du Versaillois. Sinon gare ! N’oubliez pas qu’Issy est clé stratégique de Paris. Quant à la CNT, il y a de tout dans ce foutoir, comme dans tous les milieux. Des gentils illuminés, des opportunistes, des affairistes, etc. Sauf que ses membres sont plutôt prolétaires, mais on trouve de tout chez le prolétaire. Des tueurs comme des grandes âmes, des filous et des chevaliers n’ayant pas été adoubés, NDLR.)

    Commentaire par Duparc — 8 novembre 2011 @ 16:41 | Réponse

  2. Sincèrement content pour Aigle Noir, j’attendais des nouvelles de ce jugement. C’est grande nouvelle, les faussaires de « Doc en Stock » ne trompent plus grand monde, y compris les juges.
    Dommage pour l’astreinte, le bel oiseau aurait pu mettre petit pécule de côté pour financer le démarrage de son temple.
    Reste à venir la condamnation « Doc en Toc », par ici la monnaie…

    (Comme le titre l’indique cette victoire est à la Pyrrhus. Le texte de quatre pages de l’ordonnance est clair, la cour a parfaitement compris l’objet du litige : les propos de Guionnet ont-ils ou non été tronqués et dénaturés ? Ce que la vision des épreuves de tournage permet de vérifier, le reste est secondaire. La cour n’a pas prononcé d’astreinte car elle part du principe que son ordonnance a force de loi. Aussi la société Doc en Stock, mais aussi et surtout Arte France, ne sauraient s’y dérober. Elles fourniront les rush, qui confirmeront les dires de Guionnet, ou bien elles ne le feront pas, ce qui revient à même. Aussi, en novembre 2012, la cour dira que Guionnet a subi un préjudice, mais elle risque de s’inspirer d’un arrêt de la cour d’appel de Paris, qui relaxé Guionnet en dépit de sa mauvaise foi. Elle réduira le montant des réparations réclamées, compte tenu aussi de son faible niveau de vie, voire des frais de procédure supportés par l’État au titre de l’aide juridictionnelle. Ainsi Doc en Stock et Arte France pourraient être condamnées à verser quelques milliers d’euros à Guionnet à la fin de l’année prochaine. Jugement exécutoire, à moins qu’elles déposent pourvoi en cassation. Auquel cas ce sera reparti pour deux ans de procédure. Enfin Guionnet touchera peut-être quelques milliers d’euros en 2015, sachant que le tournage eut lieu en 2007 et que le film passa à la télé en 2008. Personne ne parlera de cette affaire à l’exception de Legifrance, car elle fera jurisprudence et intéressera des spécialiste, vu qu’elle porte sur le droit à l’image et sur la protection de la vie privée, la cour ayant souligné à juste titre que le tournage eut lieu au domicile du demandeur. Ensuite d’autres gens tireront parti de l’arrêt à intervenir, mais pas Guionnet, qui aura dépensé beaucoup d’énergie dans l’affaire. Entre autres à lire et relire les conclusions des défenderesses, en s’interrogeant sur les arguments à leur opposer. Avec souvent la tentation de ne pas répondre, car les parties adverses, en particulier Doc en Stock, racontent des histoires à dormir debout, NDLR.)

    Commentaire par Lecteur assidu — 9 novembre 2011 @ 00:22 | Réponse

  3. Il faut être connu du monde entier, mais pas par les moyens d’information ennemis, sauf si ceux-ci sont contraints de nous traiter explicitement en ennemis. Il semble que ce soit le cas.

    Sur la CNT, Duparc l’a dans le cul !

    Commentaire par rixaone49520Danny — 9 novembre 2011 @ 12:38 | Réponse

  4. L’équité est une plaisanterie de la relativité, que je trouve relativement plaisante… sauf Duparc !

    Commentaire par rixaone49520Danny — 9 novembre 2011 @ 12:51 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :