Alain Guionnet – Journal Revision

26 octobre 2011

RUPTURE AMOUREUSE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 23:54

Catastrophe ! L’amour d’Alain Guionnet pour Freya von Asgard est brisé. Elle ne partage pas l’idée qu’il soye maître, elle apprentie. Elle prétend diriger secte, « avec Trishia », ayant « pour vocation d’être les pierres angulaires doctrinales de la contre-révolution à venir », du « socialisme racial scientifique » qui va triompher. Avant d’envoyer ses « vaginales salutations clitoridiennes ». Jusque là ça passe, même si le scientifisme est suspect.

Cinq minutes plus tard : « Je ne saurais lire plus avant tes critiques tant que tu n’auras pas lu, et vu, l’intégralité de ma production artistique. Je te vois volontiers conseiller, que dirais-tu que je vienne arracher quelques plumes de ton croupion pour écrire mes prochaines œuvres. Ma chatte sur ta figure ». La garce blasphème. À cause de ses propos sacrilèges seule son extermination est envisageable, même si nous ne savons pas encore où la trouver.

Elle se déguise sous les traits d’une pute polake. En réalité c’est un mythomane qui dirige une entreprise sado-masochiste douce connue de la DCRI. Elle a vraisemblablement contacté le site pour la promotion qu’il peut lui faire. Elle dirige société de service pouvant être porteuse dans une économie en faillite, le sataniste Charkeuz compte sur ce genre d’entreprise pour sauver la France. La clientèle masochiste masculine grouille. Comme l’argent, qui existe à profusion, sans trouver de sérieuse possibilité d’investisssement. Au point que l’achat d’œuvres d’art et les expériences sado-masochistes semblent bons choix au moment où des dettes d’États sont effacées, tandis que les impayés vont se multiplier. Alors pourquoi ne pas s’offrir des sensations fortes en se soumettant au vagin, au cul et au gland d’une pute blonde charnue ?

Bonne affaire, car il n’y a pas pénétration, il s’agit d’un strip-tease poussé, où la pute, « surfemme », dirige les opérations. Nul doute qu’il y a un public pour ça, notamment des hommes qui voient dans leur régulière planche à pain, qui rêvent des Amazones d’autrefois décrites par Hérodote.

En ce temps de décadence, ou de dégénérescence comme disait Nordau, des vieux fachos devraient raffoler de ce rituel. Mais où trouver cette clientèle ? Sur Revision, a jugé Freya, qui propose à son guide de l’initier à l’œil pour qu’il lui fasse réclame.

À l’œil, car le sexe de la pute est rasé à la juive, elle a perdu sa « toison d’or ». Superbe pour le vieux facho ou ultragaucho qui bande mou mais adore mater. Gageons qu’en payant un supplément et moyennant un aménagement il peut garder ses lunettes de vue. Il a alors droit à une leçon d’anatomie, le rit étant scientifique comme annoncé. Nul doute que le vieux réviso aussi est attiré, lui qui est fier de ne croire que ce qu’il voit, lui qui ne jure que par la science, c’est-à-dire la sienne. Et puis, quoi de mieux, après avoir visité un Leichenkeller d’Auschwitz 2, que le réviso se soumettre aux caprices d’une amazone polake. Le même jour il en prend deux fois plein la vue.

De retour en France, il se vantera devant ses potes. Il dira qu’il a visité Auschwitz, contrairement à Hilberg, ce faussaisse, et qu’il aura compté une à une les 104 ouvertures de la morgue, autant de preuves du bobard judéocidaire. Oui, conclura-t-il : « L’approche scientifique du professeur Robert Faurisson est la bonne. Elle, et elle seule, je l’ai moi-même vérifiée ! »

Exemple de grand faux témoin réviso, comme il en existe tant partout, les holocauseurs n’ayant pas le monopole du mensonge. En réalité, le révisocauseur n’aura pas compté une à une les ouvertures de la morgue, d’autres l’ont fait à sa place. Il aura certes senti l’aspect lugubre de l’ancienne morgue, à moitié située en sous-sol, dont l’humidité environnante a changé l’atmosphère depuis 1944. Elle a aussi abîmé l’édifice, de telle sorte qu’il y avait sans doute moins de 104 ouvertures en 1944. Les visiteurs aussi l’ont détérioré, volontairement ou non. Phénomène connu en France, où il a fallu fermer au public de nombreuses grottes préhistoriques car la seule haleine, ou chaleur qui se dégageait du corps des visiteurs, abîmaient les peintures. Quant aux malheureuses fontaines de la forêt de Fontainebleau, construites au dix-neuvième siècle, elles ont été ravagées par les têtes noires. Le révisocauseur sera sincère cependant, car il aura vu une centaine de trous, en réalité surtout deux, sous différents angles.

Le mystère Freya subsiste cependant, car l’auteur des poèmes est loin d’être nul et vraisemblablement de sexe masculin. Mais d’un genre particulier, car il semble n’avoir rien à foutre du sexe féminin. En revanche il peut parfaitement être proxénète. Guionnet en a connu un en mate. Élégant, il était du genre à avoir les mains manucurées. Contrairement aux représentations médiatiques, le mac’ n’est souvent pas un gros dur. Il est plutôt escroc ou homme d’affaires, quasi-synonymes. Il consacre grande partie de son temps libre, assez important, à la culture. À l’art et à la lecture. Les filles aiment travailler pour un employeur qui se fiche de leur sexe. Pour un homme sobre et distingué qui sait négocier toutes sortes de contrats. Avec des hébergeurs et des clients d’un certain niveau social. Sans lui, elles seraient à la rue, sur les boulevards extérieurs ou au bois de Boulogne. Là aussi, elles ont souvent des « protecteurs », mais d’un autre niveau, les professions de mac’ et de putain étant très hiérarchisées. Les grands macs sont initiés, ils révèrent le Grand Architecte de l’Univers et papotent avec leurs Frères juges et commissaires de police dans le monde profane.

À cet égard Freya, dans certains de ses écrits, fait apparaître qu’il a connaissance au moins rudimentaire du jargon maçonnique. Sans doute tourne-t-il son regard vers Pisan, qui autorise ses frangins à verser dans l’aryanitude et la blonditude, car la Veuve régulière est autrement plus respectable pour l’escroc que la Veuve irrégulière. (C’est l’escroc qui respecte la Veuve régulière, pas l’inverse, même si les deux Veuves aiment l’escroc, qu’elles adoubent volontiers moyennant capitation.)

Toutefois l’imposteur est étrangement réceptif et réactif aux dires du site, ce qui n’est pas le cas du goy en général. Il étudie les langues tel un observateur étranger à toute nation. Il refuse d’admettre les règles syntactiques nationales, qu’il étudie pourtant attentivement. Comme si ses lacunes étaient fautes d’un espion. Il veut imposer sa loi, apparemment venue de nulle part.

La piste de l’escroc issisois fut brièvement envisagée, surtout que Freya écrit issysois peut-être pour se disculper, mais elle fut vite rejetée. Il y a nombre énorme d’escrocs à Issy, mais peu d’entre eux oseraient toucher à Aigle Noir. L’attaque vient de plus loin et peut-être de plus haut. Des néologues juifs hongrois ? Ce n’est pas exclu, car c’est le juif hongrois qu’Aigle Noir fumige parfois du regard, pas le juif arabe — qu’il a sans doute tort de mépriser. Culotté, Aigle Noir dit au juif hongrois « viens à moi au fort d’Issy ! » aussi est-il normal qu’il s’y pointe. Surtout qu’Aigle Noir le complimente. Il lui dit : « c’est toi le plus fort, c’est toi que je veux fumiger, personne d’autre ». Ce que le bougre comprend parfaitement : un fils de Magog le provoque, impossible de ne pas riposter, sinon le mythe du peuple élu est menacé.

Normal aussi que, quand nous le démasquons comme espion (par mail), il s’exclame « Mdrrrrrrrrrrrr », mort de rrrrrrrrrrrire, car il se sent coincé. Mais cela ne prouve rien, ses r pouvant être gutturals ou palatals. Sa race juive est d’ailleurs douteuse, comme son éventuelle disqualité de fils de la Veuve. (Disqualité est néologisme tordu. On dit qualité en novlangue, mais fils de la Veuve est le contraire d’une qualité pour Aigle Noir, d’où disqualité. Nous avons songé à écrire dysqualité, comme dysfonctionnement. Cette écriture aurait été appréciée des hauts grades, mais le site songe à la tête noire qu’il essaye d’éclairer doucement, par étapes. À cela s’ajoute qu’u grec est devenu lettre barbare en français.)

Pour l’anecdote signalons qu’un jeune et grand bougnoul a dit ce soir, à côté de Mairie d’Issy : « Charkeuzi, qu’il retourne dans son pays ! » Mais il n’en pas ! Cependant la transcription phonétique du nom Charkeuzi est à noter. Hier soir une bougnoule a proposé à Guionnet de l’accompagner ce matin au commissariat de Pontault-Combault. Il a refusé, car il était hors de question qu’il s’y rendît. Nous n’inventons rien. Cette bougnoule adore également la façon dont l’houngvarophone Guionnet appelle Charkeuz. Ce que dit Guionnet est souvent fondé, comme croient savoir les juges de Paris, même s’ils doutent parfois de sa bonne foi.

La bougnoule, dont nous préservons l’anonymat, secret des sources journalistiques oblige, a raison. Les juges de Paris aussi, car Guionnet est de mauvaise foi quand il dit Charkeuz au lieu de Charkeuzi.

27 octobre, 16h30, ce papier a été presque entièrement réécrit. Et Freya revient à la charge, par mail, signe de son obstination. En biologie humaine et animale, l’obstination est trait de caractère des races « pures », le juif ne trouvant d’équivalent dans ce domaine que le bretok en France, les autres races n’atteignant pas son degré de pureté et de consanguinité. Indice de l’éventuelle judaïté de Freya, de son appartenance à la GLNF, des deux à la fois, ou du fait que le monstre travaille pour la DCRI ? Nous ne savons pas, mais attention ! les nouvelles vont vite sur la toile, où tout n’est pas que virtuel.

16h50, à cet égard la Royale et l’École pratique des hautes études viennent de renouveler leur soutien au site, en commentaire de « Guerre au fort d’Issy ». Génial, Tammkoat signale que low cost se dit Bakou en azérois.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :