Alain Guionnet – Journal Revision

29 mai 2011

ON VA SE COUCHER

Les réactions de Naulleau et Zemmour à leur licenciement à la rentrée de l’émission animée par Laurent Ruquier « On n’est pas couché » annoncé récemment étaient attendues hier soir. Naulleau n’a pas traîné à se plaindre. Il a râlé à plusieurs reprises et s’est accroché avec Nicolas Bedos, qui pourrait être un des deux nouveaux chroniqueurs, Bedos faisant figure de drôle jeune juif branché, prétendument assimilé. D’une énorme sournoiserie, étant entendu que la partition s’impose à France 2 : il doit y avoir un juif et un goy.

Un goy sinon plus bête que le juif, au moins plus lourdingue. D’où le choix de Naulleau il y a quatre ans. Non seulement il est de type aryen boche, mais né à Baden-Baden. Ce lettriste, formé à parler pour ne rien dire, ayant étudié à l’université de Nanterre morale et sentiment, a épousé une Bulgare, slave de lointaine origine touranienne, ou turke, comme l’indique le nom Bulgare. La lourdeur du bonhomme ainsi assurée, outre qu’il est d’une famille de militaires, il n’y a pas de danger qu’il fasse des vagues.

En revanche le juif arabe Zemmour, semi-partisan de Marine Le Pen, a fini par sembler dérangeant car disant quelques bribes de vérité. Bien sûr que judaïsme et islam ne sont pas religions mais codes civils, que le christianisme fut plus respectueux de la femme que ces deux législations, que le féminisme du marché est castrateur et s’oppose à la fécondation, que l’énergie éolienne est coûteuse et polluante, que les prétendus socialos sont partisans de l’ultralibéralisme, etc. Mal à l’aise, car craignant pour son poste, Ruquier s’est payé le luxe de couper plusieurs fois le sifflet à Zemmour, envers qui il était auparavant respectueux. Au point que Zemmour, qui ne se plaignait pas de son renvoi, en arriva à perdre son français, par exemple quand il parla de choses pas « évidents ». Phénomène troublant chez un juif qui attache énormément d’importance au langage.

Ruquier, avec ses deux ans d’étude d’administration économique et sociale, dont les diplômes destinent au métier de cadre de la fonction publique, n’avait pas parlé de l’affaire Bouquet-Cohen la semaine dernière, car beaucoup trop sensible. Du coup, il a commencé en se déchaînant sur elle, à partir de l’ADN du prédateur découvert sur le col de chemise, ou chemisier, de mère Diallo. Voilà élément tangible pour un ancien étudiant d’AÉS. Et le gueux de fustiger la bande des verrues Badinter, Lévy, Kahn, etc.

Zemmour a corrigé en indiquant qu’il y a des zones d’ombre dans l’affaire. Deux en l’occurrence, le prétendu frère de Diallo n’a aucun lien de parenté avec elle ; les femmes de ménage entrent à deux dans une chambre en hôtel de standing. Le site a signalé le premier argument en tenant « frère » pour locution musulmane. Il n’a pas évoqué le second en revanche, car il y a théorie et pratique. Si, en théorie, dans les hôtels de luxe, les femmes de ménage entrent à deux dans une « suite », cette règle n’est sans doute pas toujours appliquée. À signaler aussi que Revision ne partage pas l’avis des fous furieux contre Strauss-Kahn ; elle n’exclut pas l’hypothèse que Bouquet-Cohen ait été « marabouté » par la négresse musulmane (en mesure de se défendre avec ses 32 piges, son mètre quatre-vingts et ses 90 kilos). Autrement dit le prédateur aurait été mis en situation de passer à l’acte, ce à quoi la bête, ou monstre, n’aurait pas résisté. Ce qui constituerait circonstance atténuante pour l’accusé, bien que le crime soit constitué.

Aussi, sans préjuger de la décision à intervenir et sans connaissance du dossier, l’emmatage de Strauss-Kahn est conseillé, mais pas selon les normes amerloques, seulement pendant quelques années. En partant du principe qu’il bandera moins vite et fort quand il sortira de prison. Éventuellement il pourra être excisé, car tel n’est vraisemblablement pas le cas, pour refréner son ardeur.

Chez Ruquier, comme partout, la toile fait peur. Avec sa vélocité, avec sa capacité à tenir parfois discours raisonnable en deux clics trois mouvements. Thème capital du dernier G8, où Sultan a préconisé de la censurer. Non de façon judiciaire, trop lourde, mais par les responsables des moteurs de recherche qui devraient appliquer la règle d’airain du politiquement correct. Ce dont Revision commence à être victime, car Google ne relaye plus ses articles comme avant, à l’exception de ceux, ces deux dernières semaines, ayant envisagé l’hypothèse que la responsabilité de Strauss-Kahn puisse être atténuée.

Charkeuz craint qu’on dise bientôt le Sultan est nu. Par-delà les niaiseries de Blanbec, on s’interroge sur la bastardie de Charkeuz. Il est incontestablement d’origine hongroise et zimmie juive, par sa mère Mallah (quartier juif en arabe). Mais aussi vraisemblablement coumane (d’après le nom d’une tribu mongole), puisque Charkeuz situe le berceau de sa famille paternelle en Petite-Coumanie, et peut-être tzigane, comme soutient le Démon. Ainsi le président de la prétendue république française serait quatre fois bast, ou bâtard comme on dit à présent. Impossible de trancher pour l’instant, tandis que le Neuillisois, comme Strauss-Kahn, ne connaît sans doute pas la réponse à cette question.

C’est à son père Paul (Pál) qu’il faudrait la poser. Il a du sang magyar, c’est incontestable. À preuve c’est lui qui a annoncé avec fierté la grossesse de Carla Bruni. Pour clarifier la question, c’est simple : il faudrait organiser débat entre Paul Charkeuz et Guionnet, étant entendu que le Hongrois est astreint au devoir de semi-vérité (quand on soufflette le Hongrois, il relève presque toujours le défi). Ensuite seulement on ira se coucher.

28 mai 2011

PROPAGANDE NAZEBROQUE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 14:40

Que la propagande nazebroque a évolué ! Nous vous conseillons de mater « Fortune favors just the brave » sur YouTube. Le titre est intraduisible, mais images et chanson sont magnifiques. Le chanteur amerloque semble presque civilisé, il articule les mots, on comprend facilement ses paroles. Les images sont d’époque. On voit que tonton Adolf n’avait pas le nez busqué, malgré son ascendance juive. Contrairement au pieux Reynouard qui, lui, a le nez busqué. Et des jeunes filles faisant de la gymnastique, du « tournoi » comme on dit en magyar (torna). De telle sorte que la propagande nazebroque cherche à séduire en faisant l’apologie des « pères » ayant défendu  la patrie, ces « braves », ainsi qu’à coups de jeune fille dont une est nue. On s’aperçoit alors que la bochine est moins grosse qu’on le dit, la ritale la battant souvent, car la pomme de terre fait moins grossir que la pâte.

Le nazebroquisme devient enchanteur. Il ne parle plus du combat inégal et désespéré du guide, avec son mysticisme, mais des vertus du socialisme national, qui est celui du brave. Hollywood juif est battu sur son terrain. Des amerloques, souvent coupés, se révolteraient contre leur condition d’esclaves du juif. Ils le feraient de façon agréable, sirupeuse.

Voilà aussi pourquoi les fadaises révisotes ne gagneront jamais, car c’est le socialisme national qui rassemblera des gens, pas les faurisson(n)eries. Mais attention à son caractère pervers, car le régime hitlérien ne fut pas idéal. Il était contre-feu primaire au sages de Sion. Il est à l’origine de sa défaite, le chef Adolf Hitler ayant tout fait pour perdre la guerre, entre autres avec ses espions juifs.

Voilà pourquoi cette bande vidéo est mensongère bien qu’appréciable, au point que la tête noire sera souvent conquise.

Il n’est pas exclu que ce montage soit juif, car les sages de Sion recrutent actuellement des extrémistes de droite pour terrasser l’islam, superstition qu’ils ont créée. Mais ils sont au four et au moulin, comme ils disent ; sauf à Issy-lès-Moules où un jeune kippasseux a récemment quitté le trottoir en voyant arriver Aigle Noir, où un loubavitch ne l’a pas salué, comme d’habitude.

MYSTÈRE MAGYARUL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 00:30

Des gens tombent par hasard sur le site, comme le quidam qui demande « que veut dire magyarul ? » Rien de plus simple, cela signifie magyar roule, autrement dit on cause magyar. Comme au grand magasin de mairie d’Issy avant-hier, un couple de Hongrois, d’une petite trentaine d’années, était déconcerté devant les nombreux fromages. (Il y a pas mal de Magyars qui visitent Issy depuis des années, ainsi que des nippons à la suite de Fuck you Shima.)

Guionnet comprenait tout ce qu’ils racontaient, mais ne leur dit mot, à cause de ses piteuses expériences antérieures et parce que la femme avait gros cul. Oh ! beaucoup moins gros que celui d’une négresse, mais quand même… Étant entendu que le Magyar a commencé à être obèse en 1989, année de sinistre mémoire. Pour ses enfants, la question était réglée, le Magyar ne se reproduisant plus depuis longtemps. Cependant, au début des années 90, il était rarement obèse. Ajoutez à cela l’énorme taux de suicide des indigènes, et vous concluez que le Hongrois est en voie de disparition, ce sur quoi tout le monde s’accorde. (Le boche n’est pas mieux.)

Guionnet ne dit rien, car il ne voulait pas se faire rembarrer. Il prononçât quelques mots, il fût pris pour un tzigane ou pour un juif avec son poil noir. D’où sa décision : « Je ne roule pas avec le Magyar. Je ne parle pas magyar(r)oule, bien que cet idiome me séduise. »

27 mai 2011

TOILE DE CHARKEUZ

Les vieux cloportes de Ségur furent trop tendres le 11 mai dans leur colloque pour la liberté d’expression. Les entrepreneurs de la toile sont plus vifs, sauf les gars d’Apple qui ne sont pas venus à Deauville écouter les jérémiades du Sultan. Nouveauté, selon lui, « chaque année, il y aura le e-G8, les états généraux d’Internet, et qu’il y aura cette rencontre entre les chefs d’État et de gouvernement du G8 et ceux d’Internet ». Ce propos n’est pas françois, mais le Sultan n’a jamais parlé françois (il est cité par Libération).

Charkeuz ajouta : « Les acteurs d’Internet sont parfaitement conscients qu’ils ont des impératifs et des devoirs vis-à-vis de la sécurité, vis-à-vis de la propriété intellectuelle et même vis-à-vis de la fiscalité numérique. Leurs préoccupations étant qu’aucune règle ne puisse venir brider l’innovation et que si règles il y a, elles doivent être compatibles avec le développement de l’innovation : la liberté et l’ouverture d’Internet. »

Sultan évoqua la création d’« un socle de ce que pourraient être les règles minimum sur un certain nombre de sujets ». Principalement la sacralisation de l’Holocauste et l’inexistence des races humaines. Il ne le dit pas, mais tout le monde le sait. Or les chefs des petites entreprises françaises de la toile protestent avec véhémence. Ils ont raison, car la liberté d’expression n’existe pas, et sans elle point de prétendue démocratie. Résultat, l’énorme retard de la France pour l’information en temps réel.

Rien d’étonnant quand on sait que le ministre marocain chargé de la toile (zimmi comme Balladur, Charkeuz, Raffarin, Villepin, etc.), Éric Besson, assure que le e de la toile, abréviation d’électronique, signifie internet ! Manque de chance, il fait partie de la tribu des Éric(s). Comme Naulleau et Zemmour, qui seront enfin bannis de l’émission de France 2 « On n’est pas couché ». Bravo ! car ces vieux cons cassaient les couilles à tout le monde. Le juif arabe Zemmour, sorti de la yeshivah Sciences po’, lui aussi zimmi, parle sans étudier sérieusement les dossiers, tandis que le lourdingue footeux Naulleau adore apparemment sucer la bite de ses champions coupés nègres « français ». Hélas ! il faudra attendre la rentrée pour que ces énergumènes disparaissent de l’écran.

A contrario le site Guionnet est adoré par WordPress, comme démontré par un ancien message adressé par la direction au site. Non seulement il inspire plusieurs blogs, adeptes du copier-coller, mais il représente le vrai libéralisme, un tantinet socialiste, comme Bernard Shaw il y a plus d’un siècle. Par opposition à l’ultralibéralisme du Sultan, dévoué à l’empire amerloque décadent et dégénéré.

Tout le monde sait, par exemple, le nom de Charkeuz juste et parfait. Y compris Avraham Malthête, ennemi farouche, qui vante la qualité des « études magyares » de Guionnet. Il est temps de consacrer la liberté d’expression, sans la sacraliser. Cela peut se faire en douceur, en parlant de Charkeuz, du kahal ou cahal, des goys au lieu des goyim ou goïm, comme en dénonçant l’immoralité du capital financier, ravi de se doter d’une morale au rabais avec le culte de l’holocauste, dont l’acception première est sacrifice juif, et avec l’antiracisme de grande distribution.

Un peuple, une nation, un guide !

26 mai 2011

RIRI ET KAHAL

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 14:13

Riri est en vie, il conte ses sornettes sur Le Projet juif, qu’il écrit ainsi en infraction avec la règle BN. Il vient de découvrir le Kahal, le 20 mai ! Bien, mais l’antijuif écrit aussi cahal. Hélas ! Riri n’a pas atteint ce degré d’évolution. Riri fut autrefois ravi, c’est lui qui le dit, en feuilletant Revision où il découvrit qu’on peut parfaitement être antijuif sans être facho. Hélas ! il est en retard. Il feint seulement de savoir ce qu’est le Kahal, combien d’années lui faudra-t-il encore pour s’apercevoir que l’excision du huitième jour fait en grande partie le juif ?

Peut-être une éternité, car le gars est prétentieux. Il s’enfonce en psychanalyse, comme si la judaïté se trouvait dans le cerveau de l’énergumène, mais non ! elle se trouve dans son slibard, même si cette remarque est matérialiste. Riri est aussi en retard sur Jean-François Kahn et son « troussage de domestique », comme sur énormément de choses.

Nous lui tendons eau de jouvence : « Vas-y Riri ! soyes le premier à dire que la LICRA est association raciste de malfaiteurs, sa place étant sur le banc des accusés, au ban de la société. »

Riri le dira peut-être par narcissisme, pour se rattraper d’avoir tardivement parlé du Kahal et être passé à côté de l’excision. Auquel cas le site ne tiendra pas pareil propos, il citera seulement Lalin dit Ryssen.

27 mai, 13 heures, Hervé Ryssen réapparaît dans Rivarol du 27 mai. Il signe un billet intitulé « La Coquille de Dominique Strauss-Kahn », où il se montre doubleplus fou furieux contre Bouquet-Cohen, « bientôt condamné ». Il appelle Bernard Lévy Bernard-Henri Lévy, son nom de plume, sans aller toutefois jusqu’à parler de BHL et DSK. La coquille dont il parle n’a aucun rapport avec le procès des coquillards d’autrefois. Elle est tirée du Talmud, qui dit : « un Juif est toujours considéré comme bon, en dépit des péchés qu’il peut commettre. C’est toujours sa coquille qui se salit, jamais son fond propre » (Chagigah, 15b). Riri fait des progrès. Il parle maintenant des goys au lieu de goyim. Il commence à citer le Talmud dans une édition abrégée qu’il n’indique pas. Signe qu’il faudra attendre longtemps avant qu’il sorte de sa coquille antisémitique.

25 mai 2011

GUERRE À LA LIBYE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 16:59
Tags: , , , , ,

Cela fait plus de deux mois qu’elle dure, tandis que le bobo fait mine de s’en foutre. « C’est du spectacle, dit-il, cela ne me concerne pas ». En est-il sûr ? Peu de chose est à attendre du conflit, sauf pour le Sultan, qui veut être reconnu grand stratège moral et militaire. Le but de Charkeuz est d’être le premier en tout, avec le concours du philosophe juif arabe Bernard Lévy.

L’intérêt de cette guerre pour la France est que son armée a besoin d’expérimenter ses armes en vue de meilleurs choix budgétaires, car c’est sur le terrain qu’on vérifie leur efficacité, pas en simulation. Et Charkeuz, non content d’avoir fait tuer un des fils de Kadhafi, sa femme et trois de ses petits-enfants, veut être plus efficace. C’est le guide de Libye lui-même, peut-être métis corse, qu’il veut zigouiller, ainsi que toute sa famille. Pour accomplir cette mission, il vient d’envoyer des hélicoptères d’attaque au sol, plus précis que les avions.

Le gouvernement rosbif l’imite, comme pendant les première et deuxième guerres mondiales. Charkeuz pense business. Le chef d’État veut que l’armée française soit plus performante que celle du rosbif. La France assurerait 30 % des frappes aériennes, résultat qu’elle espère améliorer avec ses hélicos. Bravo Charkeuz ! Comme Satan, il raffole du sang humain.

Que voulussiez-vous ? Que nous courbassions l’échine devant le tyran ? Niet, le François est totalement étranger à cette guerre, il fallait que cela fût dit.

(C’est WordPress qui écrit Chârkeuz dans l’index des noms cités, au lieu de Charkeuz. Comme il dit Taddeï au lieu de Taddei, faute maintenant corrigée, NDLR.)

24 mai 2011

RETOUR DE STORMFRONT ?

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:24

Un gars s’est connecté au site hui à partir d’un vieux forum Stormfront, du mois d’avril, où il était question de Reynouard, Faurisson et Guionnet. À la suite de la grive ayant opposé Aigle Noir à Stormfront peut-être que la direction du blog a revu sa politique dans un but commercial, le problème étant que réduire le révisionnisme à Reynouard et Faurisson ne débouche sur rien, sinon à la prison.

On ne compte plus les transfuges, semi-déserteurs de Stromfront : Fonzibrain, Native Proud, Thulesturmer, Black Flag, tous portant nom barbare. Ajoutez à cela les messages désespérés de Kazan188 et la boucle est bouclée. Le guide « modérateur » de Stromfront France dit Revision ne serait pas Native Proud, comme le croient certains. Pendant que les goys se perdent en vaines querelles, la coterie juive avance. Bouquet-Cohen va vraisemblablement plaider non coupable en sa qualité de prédateur, car il ne veut pas remettre les pieds en taule et croit pouvoir compter sur le soutien de sa coterie, dominante en empire amerloque et en France.

Voyez le contraste, Reynouard prône le sacrifice de soi et les vertus de la mate, tandis que Kahn, dans son festival, revendique l’hégémonie  du monde. Or la négresse guinéenne Diallo, fille musulmane de père polygame, viendrait se plaindre pour une simple gamahuche, elle qui fut engrossée par un sauvage à l’âge de 17 ans ? C’est le monde à l’envers, force devrait rester à la loi du plus fort.

Affaire dont Fofo ne parle pas, bien qu’il s’en réjouisse, dont Reynouard se désintéresse, car se situant au-dessus. Mais où ? Dans les limbes ? Dans les archives, dit-il samedi à Villepreux, mais ce n’est pas boulot d’archiviste de prétendre qu’il y eut 100 000 morts lors du bombardement de Hambourg quand il y en eut entre 60 000 et 65 000, selon Bouteille.

Reynouard a répondu à une question dans le dernier Rivarol : les gars qui se mouillent dans le combat réviso, qui se sacrifient, le font par orgueil, sentiment facile à confondre avec narcissisme. Mais orgueil ne suffit pas à vaincre coterie juive, des trahisons chez l’ennemi sont indispensables. Il y en a, auxquelles le site est ouvert. Comme celle du juif amerloque Nathanael Kapner, converti à la religion grecque orthodoxe, bien que ses propos soyent bidons. Ils parle clairement en revanche. Kapner choisit ses mots et sa prononciation est remarquable. De goyim par exemple, avec accent tonique marqué sur la première syllabe, élocution comparable à celle des meilleurs journalistes de CNN.

(C’est vrai, Native Proud semble avoir été en partie banni par Bilger, mais Guionnet aussi, la solidarité devrait l’emporter.)

23 mai 2011

LES BARBARES

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 15:15

Imaginons qu’Alain Guionnet, maître d’histoire, écrive un manuel destiné aux enfants de cours moyen deuxième année ou de sixième. Il en a le droit, avec son casier judiciaire vierge. Contrairement à Vincent Reynouard, à qui il est interdit de parler aux enfants, y compris aux siens, car suspect d’attouchement mental. Voilà ce qu’il dirait :

______________________________________________________

Le barbare est tout étranger ne parlant pas françois. L’étranger maniant notre idiome, mot distinct de langue car désignant parler correspondant à un mode de penser particulier, cesse en partie d’être barbare. L’alsaco vieille école, par exemple, est à moitié barbare, à moitié civilisé. Le mot civilisé, quand on parle d’un élève, désigne celui qui écoute le maître, qui ne bavarde pas en classe, qui n’envoie pas des boulettes, qui ne soulève pas la jupe d’une fille (à ce moment-là), qui ne roupille pas près du radiateur ; alors que le jeune barbare fait tout le contraire. Il est malin, mauvais, il fait le mal.

Il est cependant arrivé dans l’histoire que des barbares devinssent civilisés. Quand les Francs dévastèrent la ville de Trèves au cinquième siècle, quand ils pénétrèrent, ou entrèrent leur zizi sans leur accord dans des Romaines, des Gauloises et des Trèvoises, avec plus de violence que Dominique Strauss-Kahn, ils étaient très méchants. Ensuite, quand ils s’installèrent en France, qu’ils apprirent le françois en même temps qu’à manger, les Francs abandonnèrent leur germanitude et furent petit à petit civilisés. Au point que France est tiré du nom de cette tribu germanique, qui a laissé quelques mots dans notre bel idiome.

Comme ban. Attention ! à ne pas confondre avec banc. Il y a des mots n’ayant pas le même sens qui se prononcent de la même manière en toute langue. Mais le françois est rusé, avec son écriture droite, ou orthographe, mot que vous verrez plus tard. Il a inventé les lettres muettes — qui ne se prononcent pas. Quand vous voyez écrit ban et banc, vous savez que ce n’est pas la même chose. Vous connaissez banlieusard et forban, vous savez que les gens appelés ainsi sont un peu barbares, car fors le ban.

Même chose pour le Normand, appelé viking en langue barbare. D’aucuns estiment à 50 000 le nombre de ces navigateurs débarqués en France une paire de siècles avant l’an mil. Ils étaient plus barbares que le Franc. Non seulement il pénétrèrent des Gauloises sans leur accord, en grande partie bretokes, mais aussi des bonnes-sœurs ! Puis ils s’assagirent, bien qu’il y missent le temps. Quand ils furent civilisés, ils conquirent la Grande-Bretagne pour la gloire du françois. Mais pas seulement, car le noble normand, avec ses sentiments nouvellement chrétiens, se montra parfois cruel.

Mais peu importe, barbares francs et normands ayant fini par être civilisés. Morale : barbarie et civilisation sont liées. Là est ferment de race et culture françoises, les vôtres.

____________________________________________________

On imagine l’effroi d’aucuns à la lecture de ces lignes, qui sont demande d’emploi. Guionnet peut enseigner un tas de matières à l’enfant à prix élevé, car l’archisupôt du royaume appartient à l’élite.

22 mai 2011

FRAMBOCHE BILGER

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 21:38

On peut écrire les deux, franboche ou framboche. Né à Metz en 1943, Philippe Bilger est d’origine alsacote, mi-barbare mi-civilisée. Sur son blog il ne parle pas de Trèves, place-forte romaine ayant autrefois protégé la Gaule des invasions germaniques. Tréier en luxembourgeois, étant entendu qu’on ne peut pas dire Trier en françois, source de confusion. Fondée en 17 avant notre ère par les Romains, colonia Augusta Treverorum fut chef-lieu de Trévires (d’où le s de Trèves). Le pont en pierre sur la Moselle fut construit en 45 dans cette place-forte avancée de la Gaule romanisée. Plus tard, au cinquième siècle, la ville fut plusieurs fois assaillie et pillée par les Francs, barbares ayant créé en partie la France.

Le framboche Bilger ne dit rien de mal du juif sur son site, sinon qu’il est envahissant et insupportable. Il laisse au François le soin de faire le boulot. C’est à lui de prôner l’extermination du juif ou son bannissement, ce dont il rêve depuis toujours.

21 mai 2011

PÔVRE BILGER !

Nouvel obs’ a falsifié l’histoire il y a un peu plus d’une heure en annonçant que « l’avocat général près la cour d’appel de Paris Philippe Bilger devait participer dimanche 22 mai au salon du livre antiraciste organisé par la LICRA avant d’être décommandé à la veille de l’événement par l’association. (…) Il semblerait que son billet de blog concernant les propos tenus par Lars von Trier au festival de Cannes soit à l’origine de cette décision. » Gonflé le faussaire ! qui signe François Sionneau, autrement dit Français de Sion.

C’est un leurre, Sionneau incriminant Bilger en sa qualité de cloporte ayant jacassé pas loin du métro Ségur le 11 mai, à l’initiative de Maître Frédéric Pichon, guide du Cercle des avocats libres. Avocat libre est curieuse expression, mais cercle plus encore, car c’est francisation de Kreis, littéralement cercle, mot qu’on rend parfois par groupe ; car que peut faire un cercle sinon tourner en rond ? Remarquez, parler d’un cloporte qui jacasse est locution pataphysique. À Ségur, l’envoyé spécial du site nota le type physique aryen boche de Bilger et Pichon, qui contrastait avec celui de Robert Ménard, de race pied-noire, moins carrée, plus consensuelle. À preuve Ménard évoqua la Bible au lieu de l’immonde Ancien Testament.

Là est le problème pour Sionneau et pour la LICRA, qui se foutent des conneries de Lars von Trier. Le gars prétend qu’il s’est longtemps cru juif, alors que de Trèves n’est pas nom juif mais d’origine noble germanique, « nazie » selon lui. Car il reprend la phraséologie de l’ennemi du genre humain, comme on disait autrefois. En réalité Trèves a dû son succès artistique au fait qu’il est marié à une juive. Il prétend découvrir qu’« Israël fait chier », mais ce n’est pas nouveau. Toujours est-il que Hitler fut la vraie vedette du festival de Cannes. En même temps on assista au « festival de Kahn », dit Jean-Marie Le Pen, le vieux faisant partie des fous furieux contre Strauss-Kahn, de plus en plus nombreux. Au point que se trouve en ligne un documentaire filmé dans l’île de Jew-Pork où Strauss-Kahn fut emmaté. Des taulards racontent les rapports qu’ils ont eus avec lui, à la douche. Non seulement il goûta au savon, pour être poli, mais il aurait été tatoué selon le reportage, sans doute authentique.

Pour la LICRA, le problème ne tient pas tant dans les dires de Bilger à Ségur, un peu épicés, que dans ceux d’Yves-Marie Laulan, démographe qui dénonça la LICRA comme « association à caractère malfaisant ». Voyez le contraste : Guionnet fut condamné à de la prison ferme il y a une vingtaine d’années pour avoir naïvement demandé : « Dans ces conditions, qu’est-ce que la LICA, devenue LICRA, sinon une association de malfaiteurs ? » Maintenant Laulan ne se pose plus la question, il dénonce la LICRA comme association de malfaiteurs (mafia, dit le méridional). Voilà en quoi les choses ont changé, la place de la LICRA est désormais sur le banc des accusés.

À Ségur aucun orateur n’a signalé que la LICRA est reconnue d’utilité publique, dommage. Mais les cloportes ont « oublié » de parler de plusieurs choses, par exemple de l’excision du huitième jour, crime contre l’humanité expliquant en partie la félonie du juif.

Heureusement Strauss-Kahn est accusé de félonie aux States, outre de tentative de sodomie et diverses broutilles. La justice amerloque est, ce faisant, respectueuse du françois dont elle est héritière. Elle dit inmate pour emmaté, elle parle d’anti-Semitic pour antisémitique. Contrairement à l’antisémite fabriqué en France, timide, honteux, crucifié, qui fait semblant d’ignorer l’adjectif antisémitique, parce que proscrit dans la presse juive.

C’est toutefois la LICRA la plus honteuse. Cette association de malfaiteurs n’a pas osé se constituer partie civile contre Fasc pour sa chanson « méridionale » révisote. Signe, parmi d’autres, que la situation change et que le festival de Kahn aura peut-être été celui de trop.

Il est néanmoins bienvenu, les visites du site ayant augmenté d’un peu moins de 100 % cette semaine.

Page suivante »