Alain Guionnet – Journal Revision

25 janvier 2011

BIENTÔT LA RETRAITE

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 00:24

Février stage WordPress, mars recherche d’emploi. Plus besoin de s’emmerder avec des gens qui ne veulent rien comprendre, dans une activité qui ne rapporte rien. La vérité ? Tout le monde s’en fout, sauf pour savoir comment l’exploiter. Fofo ment quand il prétend que la politique de bannissement hitlérienne du juif se résumerait à la chambre à gaz. Reynouard ment moins que son maître, et il a tous les droits parce que taulard. Riri ment quand il dit que 10 000 de ses affiches sont en circulation, alors qu’il en a collé près de 200 à Paris et en Hauts-de-Seine avec ses copains, Revision ayant assuré son collage en province, à Concarneau (une vingtaine d’affiches).

Douce et belle retraite que voilà. Guionnet n’ira plus au casse-pipe. Il est invité par Samuel Teboul à participer aux activités de l’association Tikoun olam. Il y a peu un loubavitch lui a dit bonjour. Pourquoi persisterait-il dans son antijudaïsme ? Pourquoi tuerait-il Avraham Malthête d’une balle dans la tête ? Ce n’est pas la peine, le goy n’en vaut pas la chandelle.

D’où sa retraite annoncée. Guionnet défend Faurisson depuis 25 ans, il en a marre, surtout que Fofo l’a toujours insulté. Le révisionnisme radical ne disparaîtra cependant pas. Il aura usé autant que possible de concept et de discernement, mais arrive le moment où ils deviennent inutiles. Le combat sera poursuivi à un autre niveau.

Arte vient de remettre ses conclusions, elle doivent être réfutées avant avril. Guionnet poursuivra la guerre du Protocole des sages de Sion même s’il laisse la chambre à air d’Auschwitz de côté. Entre les deux, mieux vaut l’original que le succédané.

9 commentaires »

  1. Revision s’arrête, ou l’aigle maintiendra son blog pour traiter d’autres thêmes comme son affaire contre Arte ?
    On pouvait sentir une certaine lassitude depuis quelques semaines, mais c’est le lot commun de toutes les voix dissonantes.
    J’ai mis une étoile à l’article, pour signifier ma frustration, et je suis sûr qu’une majorité de lecteurs déploreront cette décision, respectable et compréhensible, mais dommageable.
    Peut-on en savoir plus sur l’avenir du blog ?

    (Le site ne disparaîtra pas mais je m’occuperai d’abord de ma pomme. L’affaire Protocole des sages de Sion me semble plus importante que la chambre à gaz d’Auschwitz, ce leurre. La crise aussi, avec l’inflation qui apparaît quelques mois après la date prévue. Je vais apprendre à me servir sérieusement de wordpress, ce n’est pas dans le but de laisser tomber, mais d’envisager d’autres procédés de diffusion, mais aussi de commercialisation. Ensuite je compte sortir d’un microcosme dont l’activité consiste à répéter les mêmes choses. D’autre part, parler des emprisonnements de Reynouard et Varela n’a rien d’enthousiasmant, surtout quand on voit le nombre ridicule de sites communiquant des informations à leur sujet. Oh ! il y a des adeptes du copier-coller, qui reproduisent les courriers de Reynouard, mais personne, à l’exception du site, qui essaye de déchiffrer ses dires, de comprendre la signification de sa récente audition par exemple. Il y a aussi Blanrue, qui gère sa boutique et met un point d’honneur à tout ignorer de la prison. Il n’évoque même pas les événements émaillant la détention de Reynouard : son placement à l’isolement et son audition. Blanrue cherche à faire des coups médiatiques. Sa pétition en fut un, mais cette anecdote appartient au passé, Blanrue étant depuis à court d’inspiration. Il lui reste sa zététique, mais elle ne contient ni la pierre philosophale, ni la moindre étincelle de ticoun. Du côté des droites nationales, le spectacle n’est pas non plus brillant. Quant aux antisémites, ils restent fidèles à leur tradition, qu’on peut dater de l’entre-deux-guerres, même si Lalin tente lui aussi des coups, en sa qualité de propagandiste. Or là est peut-être le mot-clé : j’en ai marre de la propagande goye que j’ai toujours combattue. Elle est trop grossière. Je parle d’industrie financière de l’Holocauste, pas de religion de l’Holocauste, je vois en Reynouard un bon pédagogue sombrant parfois dans la caricature, pas un courageux historien révisionniste. Il est sincère cependant quand il dit avoir la foi, ce qui est rare de nos jours. C’est d’ailleurs cela qui lui est reproché. Quant aux visites du site, elles furent légèrement en baisse en décembre, de façon marquée en janvier. Comme si maints lecteurs croyaient savoir ce qu’il raconte sans le lire. Forcément, la trame est posée et je ne veux pas trop me répéter. Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse, comme on dit, NDLR.)

    Commentaire par Un lecteur assidu — 25 janvier 2011 @ 10:00 | Réponse

  2. Oui, vivement la retraite !

    (Vieille salope, tu y es déjà à la retraite, NDLR.)

    Commentaire par BERU — 25 janvier 2011 @ 16:25 | Réponse

  3. Merci pour la réponse circonstanciée. C’est de bonne augure alors. Des projets plein les cartons.
    Quant à Doc en Stock et son proprio Leconte, expert en bidonnage (cf. l’affaire « La cité du mâle » entre autres), espérons qu’ils seront châtiés comme il se doit mais c’est un gros morceau, le propagandiste a des appuis et pousse la mauvaise foi par exemple jusqu’à menacer une journaliste de procès en diffamation parce qu’elle révèle certains passages du documentaire cité que ne contenait pas la version définitive… alors que c’est Doc en Stock qui avait envoyé cette version provisoire aux rédactions !

    (Leconte est dans la liste des candidats à la chambre à gaz, il est bienvenu. Au plan technique, ce n’est pas difficile de fabriquer une chambre à gaz sans danger pour les opérateurs. Leconte sera accueilli bras ouverts. Il sera heureux de mourir en douceur, NDLR.)

    Commentaire par Un lecteur assidu — 25 janvier 2011 @ 18:37 | Réponse

  4. Holà, Alain Guionnet ! Une grossesse nerveuse, ça se soigne !

    Voici une belle occasion de sortir un peu d’Issy et de faire un beau petit chahut réviso, sans même trop de risques :

    <>

    Trois correspondants nous ont déjà envoyé copie de la lettre qu’ils ont
    adressée, sur le ton le plus mesuré possible, à la responsable des
    inscriptions, Madame Amélie Malinverno (amalinverno@esg.fr), pour s’étonner
    de l’absence de révisionnistes et nous espérons que cette dame recevra
    d’autres lettres dans le même sens.

    En tout cas, habitants de la région parisienne, notez bien sur vos
    tablettes :
    Dimanche 30 janvier, Amphithéâtre de l’ESG Management School, 25 rue
    Saint-Ambroise, Paris XIe.

    On vous y attend, cher Guionnet ! Anti-déprime garantie…

    (Bon, s’il s’agit de poser, d’accord, mais c’est quoi ce bordel ? À quelle heure et quel est le thème de la tchatche ? Cela dit, bien vu Theil, l’habitant de région parisienne n’aurait plus de calepin mais des tablettes, comme les Kiènguigeois, NDLR.)

    Commentaire par Theil — 26 janvier 2011 @ 07:13 | Réponse

  5. Anniversaire du Professeur Robert Faurisson

    25 Janvier 1929

    (…) Deux ans plus tard, en proie aux nécessités d’une guerre à mener sur terre, sur mer, dans les airs et absorbé par les préoccupations de plus en plus angoissantes d’avoir à sauver les villes allemandes d’un déluge de feu, à sauvegarder la vie même de son peuple, à maintenir en activité l’économie de tout un continent si pauvre en matières premières, le Chancelier Hitler a fait savoir à son entourage, notamment en présence du ministre du Reich et chef de la Chancellerie du Reich Hans-Heinrich Lammers, qu’il entendait « repousser à l’après-guerre la solution de la question juive ». Constituant en son sein une population nécessairement hostile à l’Allemagne en guerre, les juifs, du moins pour une grande partie d’entre eux, durent être déportés et internés. Ceux qui en étaient capables étaient astreints au travail, les autres étaient confinés dans des camps de concentration ou de transit. Jamais Hitler n’a voulu ou autorisé le massacre des juifs et ses cours martiales sont allées jusqu’à punir de la peine de mort, même en territoire soviétique, ceux qui se rendaient coupables d’excès contre les juifs. Jamais l’État allemand n’a envisagé autre chose, pour ce qui est des juifs, qu’ « une solution finale territoriale de la question juive » (eine territoriale Endlösung der Judenfrage) et il faut toute la malhonnêteté de nos historiens orthodoxes pour évoquer sans cesse « la solution finale de la question juive » et délibérément escamoter l’adjectif, si important, de « territoriale ». Jusqu’à la fin de la guerre, l’Allemagne n’a cessé de proposer aux Alliés occidentaux de leur livrer des juifs internés, mais à la condition que ceux-ci demeurent en Grande-Bretagne, par exemple, et n’aillent pas envahir la Palestine pour y tourmenter « le noble et vaillant peuple arabe ». Le sort des juifs d’Europe, dans la fournaise générale, n’a rien eu d’exceptionnel. Il n’aurait mérité qu’une mention dans le grand livre de l’histoire de la seconde guerre mondiale. On est donc en droit de s’étonner qu’aujourd’hui le sort des juifs passe pour avoir été l’élément essentiel de cette guerre. (…)

    (R. Faurisson, « La religion séculière de “l’Holocauste” est un produit — frelaté — de la société de consommation », 7 août 2008.)

    Commentaire par Theil — 26 janvier 2011 @ 07:16 | Réponse

  6. Il existe deux manières de voler (dans le ciel). On utilise un gros moteur, on fait ce que l’on veut et l’on va où l’on veut, mais il faut du carburant pour cela (autrement dit, du fric). Sinon, il faut savoir planer, en finesse et en style pour garder l’air. Les vrais « planeurs » peuvent regarder de haut les pétroleurs pollueurs et leur machine assourdissante. Quand le moteur s’arrête, impossible de remonter, c’est la chute finale, tandis que le planeur arrive toujours à rebondir. « Aigle noir » ne nous contredira sans doute pas…

    Commentaire par vautour blanc — 26 janvier 2011 @ 11:17 | Réponse

  7. Bizarre que Guionnet n’aie pas même relevé le programme réjouissant de dimanche prochain à l’« École supérieure de Gestion » ; je répète :
    _________________________________________________________________________

    Le Négationnisme au cœur de la Conférence de l’ESG Management School

    L’école de commerce post bac ESG Management School et La catégorie
    Découverte institutionnelle présente à l’ESG Management School une
    conférence en 2 parties sur le thème : « Comprendre et combattre le
    négationnisme ». Dimanche 30 janvier 2011 de 9h30 à 18h.

    Au programme de ce cycle de conférences, à l’école de commerce post bac ESG
    Management School, avec la présence amicale du dessinateur JUL :
    9h30 : Accueil
    Par Armand Derhy, directeur de l’école de commerce Post Bac ESG Management
    School, et Frédéric Encel, politologue, professeur à l’ESG Management School

    09h45 Ouverture des travaux
    Par Yves Ternon, historien, spécialiste des génocides

    10h-11h30 Comment naît et se développe le négationnisme ?
    Valérie Igounet, historienne / Raymond Kevorkian, chercheur à l’Institut
    français de Géopolitique (Paris 8) / Gérard Rabinovitch, directeur de
    recherches au CNRS / Antoine Vitkine, essayiste, réalisateur
    Modérateur : Stéphane Encel, historien, professeur à l’ESG Management School

    11h30-13h Les négationnismes d’État
    Patrick de Saint-Exupéry, grand reporter, directeur de la revue XXI /
    Dominique Sopo, président de SOS Racisme / Richard Prasquier, ancien délégué
    de Yad Vashem – France / Julien Zarifian, chercheur à l’Institut français de
    Géopolitique (Paris 8)
    Modérateur : Vartan Kaprielian, Directeur d’Antenne AYP FM

    14h-15h30 Des lois, pour quoi faire ?
    Alexis Govciyan, conseiller régional, président de Europe de la Mémoire /
    Alain Jakubowicz, président de la Licra / André Kaspi, historien, président
    de la Commission Histoire de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah /
    Patrick Klugman, avocat, conseiller de Paris
    Modérateur : Ilana Cicurel, journaliste à radio RCJ

    15h30-17h30 Les voix de la France
    Patrick Devedjian, député, président Conseil Général des Hauts-de-Seine /
    François Hollande, député, ancien Premier secrétaire du PS / François
    Zimeray, ambassadeur de France pour les Droits de l’Homme
    Modérateur : Ivan Levaï, journaliste

    17h30-18h Clôture des travaux
    Par le Grand témoin Claude Lanzmann

    Rendez-vous Dimanche 30 janvier 2011
    Amphithéâtre de l’ESG Management School, 25 rue Saint Ambroise 75011 Paris
    (plan d’accès)
    Contact :
    Amélie Malinverno / 01 53 36 44 27 / amalinverno@esg.fr
    publié:2011-01-24

    ————————–

    Alors, les Parisiens et Franciliens, les taureaux ne s’ennuient plus ce dimanche !!! Compte rendu attendu, évidemment

    (Ach! Dankeschön [j’écris le boche à ma manière]. Ternon est horreur, sa place est à l’abattoir. En revanche j’adore Igounet, dont le nom est presque anagramme de Guionnet. Elle parle d’alcool, du père coco poivrot de Rassinier, elle est charmante. Hélas ! le matin il n’y a que ces goys ; puis des crapules, comme le salaud armingo Devedjian et le fieffé Hollande, qui dit que son patronyme est peut-être juif. Au cas où, par extraordinaire, je viendrais, je dirai que je suis négateur du ticoun, baste ! À propos, Theil, pourquoi fais-tu cette réclame aux juifs et à leurs salamalecs ? Parce que tu es faurissonien ? NDLR.)

    Commentaire par Theil — 26 janvier 2011 @ 17:09 | Réponse

  8. Hélas ! j’avais oublié la névrose de Guionnet à propos de Faurisson ! le malheureux Alain n’a pas compris que nous ne nous intéressons pas à « l’homme Faurisson », mais seulement à sa méthode formidable de « cross-examination » qui a foutu en l’air les prétendues machines à asphyxier. Guionnet a des problèmes avec Faurisson, nous on s’en fout royalement, que Faurisson ait mauvais caractère ou non… ! L’essentiel est sa géniale démarche.

    Et c’est bien pour cela que Guionnet ne se risquera pas, même en simple observateur, à aller traîner dimanche 30 janvier à l’École supérieure de gestion… Comme il ne s’est pas non plus risqué à signer la pétition pour libérer Vincent R. embastillé.

    (Je ne souffre que d’une névrose, pas d’une psychose, merci Bouteille. Pourtant j’ai été traumatisé par Fofo, c’est à cause de lui que je fus victime de la chambre à air, certes comprimé, d’Auschwitz. Theil aussi est traumatisé, il souffre du syndrome rosbif inversé, il écrit Vincent R. au lieu de V. Reynouard, comme le pape du révisionnisme scientifique. Quant à la pète…ition de Blanrue, c’est un petit prout. En le lançant, il n’a pas songé à la suite dans sa folle quête de notoriété, NDLR.)

    Commentaire par Theil — 27 janvier 2011 @ 12:44 | Réponse

  9. Décidément, l’« aiguillonné » fait toujours dans la dentelle, l’insulte de bas étage étant son fonds de commerce ; c’est sans doute un argument politique pertinent. Mais, à mon humble avis, je préfère encore être une « vieille salope » (cf. ton mot doux) qu’un enculé de révisionnite/négationniste.

    Quant à la retraite, c’est raté, je n’y suis pas encore.

    (Vieille salope était pour varier, après ordure, vomissure, détritus. Vieille salope convient mieux à Frédéric Mitterrand qu’à toi, dont je ne mets pas en question les mœurs. C’était un leurre destiné à semer la confusion. Je n’ai pas hésité longtemps, je n’allais quand même pas te traiter de déchet après détritus. N’importe comment tu adores les poupées gonflables, tu l’as avoué. Elles ne sont pas en cuir, mais tu ne t’en plains pas. Tu n’es pas encore à la retraite mais tu y seras dans quelques mois, tu voudras encore plus tuer autrui par peur de ta propre mort. D’ici là, tu peux aller dimanche rue Saint-Ambroise, dans cette antichambre de la mort, qui est vide. Ce qui rappelle la descente d’Ishtar aux enfers, d’inspiration proprement sarrazine, NDLR.)

    Commentaire par Anonyme — 28 janvier 2011 @ 15:13 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :