Alain Guionnet – Journal Revision

29 décembre 2010

FÊTE D’EXCISION

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 16:13
Tags: , , ,

Pour la fête d’excision, le premier janvier, il s’agit d’encourager Guionnet. Il en a marre d’entendre les mêmes sornettes et de voir que la cabale auschwitzienne n’intéresse personne. Sa chambre à gaz est bidon, tout le monde le sait. Elle ne pose pas de question, contrairement à la prétendue « question juive », qui n’existe pas car il n’y a qu’un problème : la nuisance juive.

Les microcosmes antisémitiques répètent leurs bêtises, tandis que la crapule Avraham Malthête vient de faire mal au guide en le complimentant. Champion de l’insulte, il s’est aperçu que la flatterie pouvait être plus efficace, au point que des correspondants goys sont déconcertés.

Malthête nage dans la perfidie, il est persuadé avoir raison. Il est beaucoup plus immonde que Joël Bouard, vraisemblablement emmaté, bien que nous n’ayions pas de nouvelle de lui, le bouardeur étant nul en matière de communication. Prelorenzo est champion dans l’art de soulever le jupon, mais ce n’est pas de ça qu’il s’agit, c’est de défendre et promouvoir la merveilleuse cause antijuive.

Guionnet a envie qu’une partie des têtes noires lui souhaitent bonne année antijuive ! Si tel est le cas il continuera son bel ouvrage (au masculin, car le site est peu féministe) en allant chercher des informations à la source. Sur le jugement Kevin Käther, par exemple.

__________________________________________________

31 décembre, 7h30, personne n’a pour l’instant souhaité bonne et joyeuse année antijuive à Guionnet, mais deux courriers conduisent à apporter quelques précisions sur l’affaire Käther. Au sujet des 25 questions posées par le prévenu à l’expert de l’Holocauste Ernst Nolte, secondairement à l’historien du judaïsme Wolfgang Benz, Faurisson écrit : « Toutes ces questions formulées par Käther étaient pertinentes et dérangeantes. Certes un révisionniste chevronné aurait pu en rajouter bien d’autres, d’une qualité parfois supérieure, mais le résultat est là : le premier novembre 2010, après les deux premières questions, les juges décidaient de retirer la parole à l’intrépide et de prononcer… un non-lieu ».

Au motif que Käther n’a pas commis d’excitation du peuple en disant qu’il doutait de l’authenticité de l’Holocauste. Se référant aux « Conférences sur l’Holocauste » de Germar Rudolf, Käther a voulu entendre l’avis des experts Nolte, historien dit fonctionnaliste, et Benz, spécialiste de l’antijudaïsme (dans ce contexte judaïsme et antijudaïsme sont quasiment synonymes). Au cas où leurs arguments l’aurait convaincu, Käther était prêt à abandonner ses doutes. Mais le tribunal, après avoir hésité, décida qu’il n’y aurait pas de procès de l’historiographie holocaustique à Berlin.

La victoire de Käther n’est donc pas celle des faurissoniens, car elle fut remportée contre les fonctionnalistes dont Nolte est figure de proue, chaleureusement accueilli à Paris. Dans une de ses citations faites par le prévenu, Nolte parle du « révisionnisme radical » ayant apporté une bouffée d’oxygène au révisionnisme vieille école. Benz s’est quant à lui distingué en publiant « Les protocoles des sages de Sion — La légende du complot juif mondial » à Munich, en 2007. Benz reprend une des deux variantes françaises du titre de l’ouvrage, die Protokolle ayant fini par s’imposer en germain. Cette anecdote rappelle que la liaison qu’établissent maints judéocideurs entre Protocole des sages de Sion et Holocauste est fondée.

Avis que partage peut-être Käther, qui n’est pas, heureusement pour lui, « réviso chevronné ». Käther est allé beaucoup plus loin que Fofo en choisissant de citer Nolte et Benz. Le problème n’est pas de s’époumoner mais de viser juste.

11h06, message de Käther à Guionnet : « Chaleureux merci pour votre précision et pour vos efforts. Beaucoup de succès souhaité en cette nouvelle année. » Correspondance privée qui remonte le moral. Quand Käther parle des efforts de Guionnet, il veut dire en boche. Quand ce dernier écrit boche, c’est compréhensible, mais c’est horreur au plan grammatical. Pour la petite histoire, Guionnet s’est entretenu avec Nolte. Ils sont en désaccord mais cela fait longtemps qu’ils ont enterré la hache de guerre. Guionnet est beaucoup moins hostile aux « fonctionnalistes » que Fofo. Käther a lu la version de 7h30 du papier, il n’a peut-être pas tout très bien compris, mais le langage employé est pour l’essentiel international. Käther parle de précision (Hinweis) de Guionnet, difficile de trouver meilleur encouragement. En résumé, le teuton souhaite bonne et joyeuse année au site, tandis que la tête noire made in France hésite à le faire.

12 commentaires »

  1. De l’affaire, j’ai lu les questions qu’il a posées et pour lesquelles il attend des réponses, le procédé est intéressant, mais je connais mal le dossier. Je serais donc preneur d’un article de fond pondu par l’oiseau, encore plus s’il a des infos à la source… Que ceusses que ça interesse aussi se manifestent pour motiver l’auteur sinon je ne vais pas faire le poids !

    Accessoirement, je vais encore me faire engueuler pour ne pas être assez attentif mais je n’ai pas lu sur le site d’explication ou de définition claire pour « tête noire » (un rapprochement avec pieds noirs…).

    (Merci bretok pour cet encouragement. La tête noire date du troisième millénaire avant notre ère en Mésopotamie, du deuxième siècle avant notre ère en Chine, de la fin de la première guerre mondiale en France, quand la bibliothèque du président de la république fut dite des têtes noires. Comme son nom l’indique, la tête noire est difficilement accessible à la lumière. L’appellation tête noire est d’origine orientale. Mieux, elle est fille du despotisme oriental. L’affaire Käther gagne à être examinée. Pour l’instant je n’ai pas connaissance du jugement, NDLR.)

    Commentaire par Un lecteur assidu — 30 décembre 2010 @ 13:06 | Réponse

  2. L’« aiguillonné » finit l’année comme il l’a commencée et va commencer 2011 dans la même veine, de plus en plus isolé dans son délire monomaniaque antijuif, antishoah, antiauschwitz, anticirconcision, antitoutelaterre.

    Il n’y a que lui qui existe et qui a raison, ce proton insignifiant, inexistant dans la masse sidérale.

    Comme l’a si bien dit Shakespeare (mais peut-être est-il juif aussi, celui-là, tant qu’à faire…) :
    MUCH ADO ABOUT NOTHING.

    L’écho intersidéral des écrits de l’« aiguillonné » est assourdissant.

    « Champion de l’insulte » toi-même; il n’y a qu’à te lire. Mort, tu retourneras dans l’oubli éternel, insignifiant, tel que tu es venu au monde. Sic transit gloria mundi (Amen).

    Ceci étant, Noël étant une date complètement factice de la naissance de Jésus, le premier janvier, anciennement fête de la circoncision du susdit (8 jours après sa naissance, comme il se doit), a disparu des calendriers depuis belle lurette. Même les cathos ne savent pas ce que c’est. D’ailleurs, tout le monde s’en fout complètement, moi le premier.

    (C’est bien, Mauvaise Tête, que tu renoues avec l’insulte. Je suis moins que rien, mais je bénéficie d’un écho intersidéral assourdissant… Pourquoi le juif comme toi, synthétique, fait-il l’apologie de Guionnet ? Là est la question. En françois on appelle la pièce du camarade Shakespeare « Beaucoup de bruit pour rien », NDLR.)

    Commentaire par BERU — 30 décembre 2010 @ 13:24 | Réponse

  3. « Beaucoup de bruit pour rien », c’est justement ce que tu es. Même pas du bruit dans Landerneau, c’est trop loin. Même pas, comme disait mon père, le bruit d’un pet de lapin sur une toile cirée. Même pas le bruit d’un pet de bonne sœur (bruit dudit pet : « J’ai perdu ma coiffff…).

    Commentaire par Avraham MALTHETE — 30 décembre 2010 @ 20:30 | Réponse

  4. Pour faire plaisir à tous :
    http://www.the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=1314

    N’oubliez pas, il vous faut comprendre comment pensent ces gens-là…

    comme ils ne sont pas à court de documentation sur ce sujet dans ce site.

    Fayolle & Lefort – Le Juif, cet inconnu http:// …….. php?id=1303
    Grimm Frédéric – Hitler et la France (1938) http:// …….. php?id=1304
    Benoist-Méchin – Éclaircissements sur Mein Kampf d’Adolf Hitler Avril 1939 http:// …….. php?id=1158
    et tant ou trop de livres que l’on croyait à jamais disparus.
    etc. On se demande où ils vont chercher tout cela ?

    Commentaire par Loulou de Poméranie — 30 décembre 2010 @ 23:20 | Réponse

  5. Bonne année antijuive à Aigle Noir ! Qu’il vole haut et nous gratifie de quelques vols en piqués dont il a le secret…
    (Minuit pile, c’est pas beau, ça ?)

    Commentaire par Un lecteur assidu — 1 janvier 2011 @ 00:01 | Réponse

  6. Le « lecteur assidu » est quelqu’un de très courageux ; il se planque derrière l’anonymat.
    En avoir ou pas.

    Commentaire par Anonyme — 2 janvier 2011 @ 09:49 | Réponse

  7. Bien que « poubellé », je réitère : le « lecteur assidu » est certainement quelqu’un de très courageux, qui a besoin de se cacher derrière l’anonymat.

    Pour ma part, et pour cette nouvelle année chrétienne (ou fiscale, au choix), je souhaite que tous les antisémites et les révisionnistes crèvent la gueule ouverte et qu’Aigle Noir prenne un bon coup de fusil calibre 12, ou à tout le moins du plomb dans l’aile.
    L’« aiguillonné » signera pour moi, come d’hab’.

    (Que le monde est petit ! Le dégoûtant Malthête a trois noms : le sien, Beru et Anonyme, dont il est vite apparu qu’il était fils de Veuve. Ce qu’il dément dans un commentaire postérieur, « corbeillisé ». Il ne serait pas auteur des précédents messages d’Anonyme. Voilà comploteur judéo-maçonnique en tout cas, que le charbon le dévore ! Les menaces de mort tombent sous le coup de la loi, mais Malthête s’en fout, étant persuadé que la loi est judéo-maçonnique. Malthête veut tuer, mais de bonne foi ! NDLR.)

    Commentaire par Anonyme — 2 janvier 2011 @ 11:58 | Réponse

  8. Bonne et joyeuse nouvelle révolution solaire !
    Elle sera certainement marquée par une scission du FN et a fortiori l’avènement d’un nouveau parti beaucoup plus ostensiblement antijuif… également par le retour à l’air libre de Vincent Reynouard qui espérons-le ne manquera pas d’exploiter sa nouvelle notoriété pour médiatiser « Notre Combat ». 😛

    Apparemment la LICRA a écrit à Martinet pour lui demander ni plus ni moins que de fermer son site…
    Il réplique en les injuriant copieusement en première page dudit site.

    http://www.parti-national-radical.fr

    Commentaire par Native Proud — 3 janvier 2011 @ 14:11 | Réponse

  9. Intéressant, ce qui est dit de Kevin Käther !
    mais encore plus inéressants ces propos de Faurisson du 31 décembre, pour accompagner ses vœux (sur faurisson.blogspot) :

    Robert Faurisson Friday, December 31, 2010
    À propos de l’affaire Kevin Käther

    Même en Allemagne et même en dépit d’une répression sans frein, le révisionnisme de « l’Holocauste » continue de marquer des points. En atteste la surprenante affaire du jeune Kevin Käther qui montre qu’aujourd’hui des magistrats allemands semblent se rendre compte que, sur le plan historique et scientifique, les historiens officiels se trouvent bien en peine de prouver leurs assertions face à un révisionniste averti.

    Dans le texte intitulé « Un signe des temps : le phénomène Kevin Käther » (http://robertfaurisson.blogspot.com/2010/12/un-signe-des-temps-le-phenomene-kevin.html) je donne l’exemple de quelques fiascos auxquels ont abouti ces historiens de cour. Par exemple, après Jean-Claude Pressac (1944-2003), qui avait été le protégé du couple Klarsfeld, on a pu voir, le 27 décembre 2009, le juif Robert Jan van Pelt, professeur d’université au Canada, signer à son tour une sorte de capitulation. Constatant qu’à Auschwitz on s’acharne à vouloir sauvegarder les lieux à coups de million, il a, pour sa part, estimé qu’en fin de compte mieux vaudrait laisser la nature y reprendre ses droits car, selon ses propres mots, « 99 % de ce que nous savons » sur ce camp (il était la capitale de « l’Holocauste » ; il contenait des abattoirs chimiques appelés « chambres à gaz », etc.) ne trouve tout simplement pas sa preuve sur place (http://www.thestar.com/news/insight/article/742965–a-case-for-letting-nature-take-back-auschwitz). Autrement dit, même pour R.J. van Pelt, ce que les pèlerins, par millions, s’imaginent voir sur place n’est, à 99%, que du faux, du vide ou du vent.
    Bien avant R.J. van Pelt, les révisionnistes, pour leur part, avaient signalé qu’à Auschwitz leurs études poussées du terrain et des bâtiments (en état d’origine ou en ruines) avaient prouvé que les chambres à gaz nazies n’ont ni existé ni même pu exister, et cela pour des raisons d’ordre physique, chimique, technique, architectural et documentaire. Pour ma part, le 19 mars 1976, j’avais, — grâce, je le confesse, à une petite manœuvre datant de 1975 — découvert au musée d’État d’Auschwitz la boîte noire de « l’Holocauste ». Examinant le contenu de cette « boîte » (en fait, des documents qu’on nous cachait depuis 1945), j’avais pu ensuite prouver que jamais les bâtiments des différents crématoires d’Auschwitz et de Birkenau n’avaient contenu de « chambres à gaz » mais seulement d’inoffensifs dépositoires pour les cadavres en attente de crémation (http://robertfaurisson.blogspot.com/2010/09/retour-sur-ma-decouverte-le-19-mars_14.html). J’avais aussi montré comment, après la guerre, les communistes polonais avaient maquillé un « abri anti-aérien avec salle d’opérations chirurgicales et salle d’eau » pour en faire, au camp principal d’Auschwitz, cette prétendue « chambre à gaz » que visitent pieusement des foules de pèlerins (peut-être dix millions, de 1948 à nos jours).

    Le juif austro-américain Raul Hilberg (1926-2007) aura été le maître filou des historiens officiels. Il mérite qu’on s’attarde une dernière fois sur les élucubrations que lui a dictées sa « remarquable mentalité cabalistique » (la formule est d’Arthur Robert Butz ; voy. The Hoax of the Twentieth Century, p. 7, ou, en traduction française, La Mystification du XXe siècle, p. 24 de l’édition électronique à http://www.aaargh.codoh.info/fran/livres3/ABmysti.pdf). C’est ce que je me suis efforcé de faire ici à l’heure d’un bilan général de la controverse, bilan qui, sur le plan strictement historique et scientifique, se solde par un désastre pour les exterminationnistes et par une écrasante victoire pour les révisionnistes. Mais il va de soi que, sur d’autres plans que celui de l’histoire et de la science, la Shoah pavoisera plus haut que jamais, à proportion justement des avancées du révisionnisme. Continueront ainsi de prospérer l’industrie de « l’Holocauste », son commerce ou son business, sa religion, ses combines, ses procédés maffieux et ses chantages. Les cérémonies shoatiques persisteront avec leurs rites, leurs ostensions, leurs pèlerinages et leurs quêtes forcées. Avec la même frénésie on shoatisera au théâtre, au music-hall, au cinéma, dans la chanson, dans le spectacle en général, dans la muséographie mais aussi dans la littérature et surtout dans les médias. De l’école maternelle à l’université, le bourrage des crânes se poursuivra. On enseignera la haine et la nécessité de la vengeance ainsi que le devoir, en passant, d’écumer les mouroirs pour y détecter la présence éventuelle d’anciens nationaux-socialistes presque centenaires qu’on traînera ensuite en justice sur des civières. On fera comprendre que rien n’est beau comme d’aller en quelque sorte cracher sur les tombes des vaincus, en particulier si le vaincu se trouve avoir été votre père, votre grand-père ou votre arrière-grand-père. Quant aux révisionnistes, ils continueront d’être châtiés et le monde médiatique, comme actuellement dans l’affaire Vincent Reynouard, saura observer le silence sur les traitements qui leur seront par là infligés ainsi qu’à leurs familles.

    Il est possible que finisse alors par se créer contre les propagateurs du Grand Mensonge et de la Haine un phénomène de rejet. Comme ils ignorent en général ce qu’est le révisionnisme, les braves gens ne sauront peut-être pas que la cause de ce délire croissant tient justement aux progrès accomplis par le révisionnisme, année après année et surtout depuis quinze ans grâce à Internet. Devant une hystérie qu’ils ne s’expliqueront pas, la colère des simples n’en sera que plus vive. En France, aujourd’hui, et pour ne prendre que cet exemple, le voyageur ordinaire qui acquitte le montant d’un billet de chemin de fer ignore qu’une part de son argent sera reversé par la SNCF à des institutions qui font profession de préserver « la Mémoire » juive. Et il est d’autres secteurs où s’exerce ce genre de ponctions. Quand en 1995 Jacques Chirac, président de la République, a osé prétendre que, pendant la guerre, la France avait, contre les juifs, « commis l’irréparable », des organisations juives ont, avec aplomb, immédiatement conclu : « La France doit donc “réparer” ». Et la France, qui avait déjà beaucoup versé aux nombreux survivants ou « miraculés » juifs de la guerre, s’est alors mise en devoir de verser encore plus. Bien d’autres pays se sont ainsi vu réclamer chaque année leur livre de chair : ils ont « donné » et le plus remarquable est qu’ils l’ont fait en remerciant les maîtres chanteurs de leur avoir extorqué tant d’argent. « Sancta Simplicitas ! Sancta Formido ! » (Sainte Ingénuité ! Sainte Frousse !), a-t-on envie de s’exclamer.

    Cependant il se peut qu’un jour les religionnaires de « l’Holocauste » soient pris de panique devant l’impatience qu’à la longue suscitera leur tam-tam. force de parler de leur magique chambre à gaz sans jamais pouvoir la montrer peut-être provoqueront-ils sur ce point jusqu’à l’incrédulité des plus crédules. Ils pourraient alors tourner casaque et venir soudain nous expliquer que la trinité du génocide, des chambres à gaz et des six millions a été inventée par des antisémites en vue de tuer les juifs par le ridicule. Dans les années 1980, il s’est déjà trouvé des juifs pour soutenir une pareille thèse (http://robertfaurisson.blogspot.com/1987/01/ce-sont-les-nazis-qui-ont-invente-le.html), qui avait suscité l’inquiétude de Pierre Vidal-Naquet (« Ce serait capituler en rase campagne ») : il n’est pas exclu que cette calembredaine reprenne vie. En pareil domaine tout est possible et puis, plus généralement, ainsi qu’il est arrivé à Louis-Ferdinand Céline d’en faire la remarque, « les couillons n’ont pas fini d’être ahuris par les galipettes de l’Histoire ! » (Lettres de prison à Lucette Destouches […], NRF, Gallimard, 1998, p. 314 ; lettre du 23 décembre 1946).

    Une bonne nouvelle en attendant : la fin de l’année 2011 verra une surprenante victoire révisionniste. On comprendra que je ne puis, pour le moment, en dire plus. – Bonne année !

    Pour un compte rendu en allemand de son procès par K. Käther lui-même, voyez http://globalfire.tv/nj/10de/verfolgungen/kevin_verfahrenseinstellung.htm.

    31 décembre 2011

    (Fofo est en forme. Pour information. Hilberg était juif hongrois, pas « austro-américain », NDLR.)

    Commentaire par Theil — 4 janvier 2011 @ 19:09 | Réponse

  10. Alors, Raul Hilberg, selon Guionnet, était juif hongrois ? Guionnet est magyariomaniaque INDÉCROTTABLE !
    Voici l’estrait, en anglais (fastoche au possible !), de sa biographie, validée par Hilberg lui-même:

    START
    Biography : Hilberg was born to a Polish-Romanian Jewish family in Vienna, Austria.

    Hilberg was very much a loner, pursuing solitary hobbies such as geography, music and train spotting. Though his parents attended synagogue on occasion, he personally found the irrationality of religion repellant. He did however attend a Zionist school in Vienna, which had inculcated him with the necessity of defending oneself, rather than surrendering to, the rising menace of Nazism.Following the March 1938 Anschluß, the family were evicted at gunpoint from their home and his father was arrested by the Nazis, but was released because of his service record as a combatant in World War I. One year later, on April 1, 1939, at age 13, Hilberg fled Austria with his family; after reaching France, they embarked on a ship bound for Cuba. Following a four-month stay in Cuba, his family arrived in the United States on September 1, 1939, the day the Second World War broke out in Europe.
    STOP

    Pour Guionnet, quand on est né juif polono-roumain en Autriche avec un nom yiddisch, pas de problème : on est « juif hongrois » ! ! !

    (Theil adore afficher son ignorance. Il n’a pas lu Hilberg, il ne lit que la presse, juive de préférence. Hilberg raconte dans ses livres que ses parents vivaient dans l’actuelle Ukraine, dans une région administrée par la Hongrie. Ils parlaient bien sûr yiddisch, mais aussi hongrois. Ce qui se ressent dans son œuvre, car il attache beaucoup d’importance à l’histoire de la Hongrie et à ses législations antijuives. Hilberg savait que l’Holocauste reposait pour l’essentiel sur la déportation des juifs de Hongrie en 1944. Hilberg avait l’avantage d’être précis, y compris quand il commettait des erreurs, qu’il reconnut par la suite. Ce n’est pas le cas de Theil. Ayant seulement lu Fofo, Theil a toujours raison. Il n’avoue jamais ses erreurs, NDLR.)

    Oh! Oh! Alain ! 2011 démarre mal, on dirait….

    Commentaire par Theil — 5 janvier 2011 @ 13:42 | Réponse

  11. Fofo est en forme, pas comme l’aigle qui est visiblement en panne d’inspiration depuis plusieurs semaines… 😕

    Commentaire par Native Proud — 5 janvier 2011 @ 14:47 | Réponse

  12. Mais que se passe-t-il, Guionnet ? Grosse fatigue ? De plus Guionnet en est réduit à tronquer mon texte !!! manque de couilles ? Et que sait-il de mes « lectures » ? Je lis et annote énormément de livres, dont Guionnet ignore même l’existence, me suis-je rendu compte… Évidemment j’ai comme tout le monde, lu tout Faurisson, quelle question ; il ne faut pas ? Je suis en ce moment sur le Sobibor de Graf, Mattogno… Superbe et, bien entendu, dévastateur ! pas trop cher en plus, par CHP. Allez, Guionnet, un effort, c’est de l’anglais courant, en plus…

    Et j’ai une sérieuse différence avec Guionnet : quand par hasard j’emprunte un bouquin, je le restitue toujours à la fin. Guionnet, lui, m’a emprunté une édition début du siècle des Protocoles des sages de Sion, il l’a abondamment pompé (libre à lui), mais il ne l’a jamais rendue !!! Il n’a même jamais parlé de le restituer !!! Alors Guionnet, mon bouquin me sera-t-il oui ou non, rendu ?

    Quelle est la raison pour laquelle Guionnet a décidé de garder le livre que je lui ai prêté ? Il n’a pas les 1,75 euros de timbres pour l’envoyer en « non-urgent » ?

    Sur mes remarques à propos de Hilberg, il répond à côté ! Comme d’habitude…

    (Theil cherche les crosses. Guionnet parle beaucoup mieux engluche que lui. Fofo tape sur Mattogno, son disciple, Theil en fait l’apologie, il n’est pas dans le coup. Guionnet a peu utilisé l’édition engluche du Protocole, seulement pour vérification des autres versions. Theil oublie la mansuétude de Guionnet il y a quelques années. Comme on dit, occupez vous de mes amis, je m’occupe de mes ennemis, NDLR.)

    Commentaire par Theil — 7 janvier 2011 @ 20:19 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :