Alain Guionnet – Journal Revision

9 septembre 2010

TIONTION CONTRE BLANRUE

Blanc Bec se paye le luxe de reproduire un papier de Tiontion (Serge Thion), comme s’il était ouvert au débat. Sauf que Blanrue indique qu’Aaargh est « interdit par la justice française », alors que son site à lui ne l’est pas ! Et pour cause, Blanrue est « gros plein de soupe » selon Tiontion. Il se réjouit de passer sous les fourches caudines de la censure, contrairement à Tiontion, grâce à son talent. Autrement dit grâce à ses génuflexions devant le cahal.

Tiontion traite Blanc Bec de « polygraphe indifférencié », de « pisseur de copie », de « mercenaire de la pluplume ». Pourquoi n’a-t-il pas dit pédé ? On ne sait pas. Bête Immonde le prétend en tout cas. Malheureusement, Tiontion tombe dans le piège de la facilité et du modernisme, l’idiot parle de copié-collé ! Il se rattrape à peine en mettant sur un même plan Alain Soral, Jean Robin et Hervé Ryssen, adeptes du copier-coller. Hélas ! Tiontion n’est pas dans le coup. Il ne sait pas que Jean Robin n’est sans doute pas Saïd Chomsky. Et puis, il aurait pu ajouter son nom dans la liste, car Thion n’a jamais fait la moindre étude approfondie de la mythologie holocaustique. Il diffuse sur ce thème des écrits d’autres auteurs, en vrac.

Tiontion n’a pas compris que le fait de se dire réviso ne signifie rien. Il ne fait pas la distinction entre une étude sérieuse de la mortalité juive à Auschwitz, comme celle d’Enrique Aynat, et les généralités statistiques d’un auteur qui se fait plaisir, comme Walter Sanning. Thion ne brille que dans un domaine : les histoires de cul, de Claude Lanzmann, Nadine Fresco, etc. Il est apparu fiable dans le passé sur ce thème, il n’y pas de raison qu’il ne le soit pas quand il parle de la pluplume de Blanc Bec. Dans son machiavélisme, Thion écrit peut-être copié-collé à dessein, car le copié-collé est activité favorite de la tantouze. Mais il ne faut sans doute pas chercher si loin, le comportement de Tiontion étant sans doute pavlovien. Il l’est d’une façon générale, comme quand il parle bêtement d’extermination dans son acception dominante, qui est celle de Fofo. Or Fofo est maître à penser de Thion, comme de Vieille Taupe. Tous deux ne croient pas aux chambres à gaz, c’est tout ce qu’ils ont à dire.

Tiontion connaît bien les milieux universitaire et de l’édition. On ne compte plus les renvois d’ascenseur auxquels il a assisté. Il connaît bien Gros Plein de Soupe et sa zététique. Dans sa rage, il cherche ses mots. Parfois avec succès, comme quand il dénonce l’« abyssale ignorance » et la « mauvaise foi punique » de Blanc Bec. Expressions bien trouvées, surtout mauvaise foi punique avec son côté ésotérique. En revanche c’est un peu vache de voir en Reynouard un « ultracatholique-nazebroque-vichyste », comme s’il se résumait à ces trois étiquettes, dont seule celle de nazebroque est conforme, les deux autres discutables. Un vaticaniste ne dirait pas ultracatholique, par exemple, mais hérétique. D’une façon générale Thion se mélange les pinceaux dans les histoires de religion. Ce tic gauchiste est imputable à l’enseignement de la Veuve irrégulière, au moins depuis Léon Bourgeois dont il est question dans le Protocole des sages de Sion. Mais Thion est trop superficiel pour s’en apercevoir. Du coup il se met la tête dans le sac quand il qualifie le faurissonisme d’« athée » !

Tiontion n’a toujours pas compris que l’étude de l’histoire des « religions » est capitale dans celle de l’histoire tout court, ou profane. Il fait aussi abstraction de la race de Fofo. Pourtant Faurisson est franco-écossais, ce qui fait tilt dans l’esprit du pilier de bistrot, mais pas dans celui de l’athée stupide. Hé oui ! la multiséculaire alliance franco-écossaise est certes politique, mais aussi religieuse. Enfant, Faurisson passa cinq ans dans des écoles jésuitiques. Thion s’imaginerait-il que cela n’a pas laissé de trace ? Ne voit-il pas non plus les appels du pied de Fofo au catho’ dans ses écrits ? Ou bien Thion joue à l’aveugle, ou bien il l’est réellement. Au point que l’ultracatholicisme qu’il prête à Reynouard est de type faurissonien, Reynouard étant fidèle disciple du professeur.

Emporté par sa rage, Tiontion fait là énorme confusion. Il pourrait objecter que Faurisson se dit athée et qu’il fut membre de l’Union des athées. Ouais, mais Fofo appliquait un plan de Vieille Taupe. Fofo est en réalité marrane goy, catho’ à l’intérieur, athée à l’extérieur. Désolé de parler de marrane, mais on ne sait pas comment appeler un catholique faussement converti. Dans ce cas à l’athéisme, mais il existe des cathos faussement convertis au judaïsme, dont certains travaillent pour le renseignement. Oh ! ils ne sont pas nombreux, mais ils ont un haut niveau de formation. Ils n’ont rien à voir avec les têtes noires de l’Union des athées. Beaucoup d’entre elles ne connaissent que la religion catholique romaine. Il y a à peu près autant de formes d’athéisme que d’adhérents à l’Union des athées, dont la direction cherche avant tout à ne pas faire de vague. Ce groupuscule n’a rien d’une coterie. Il existe pour faire illusion, pour donner l’impression qu’il n’y a pas de pensée unique en France. C’est un leurre.

C’est toujours un peu étonnant de voir un réviso colporter un bobard. Dans sa version faurissonienne, le réviso prétend dire la vérité, argument typiquement catho’ (Aigle Noir n’a pas cette prétention). Et il faudrait que tout réviso trinque à la santé de Fofo et à sa pensée unique ? Niet. Il faudrait reprendre en chœur les bêtises du professeur ? Il faudrait se prosterner devant la scientificité du prétendu « révisionnisme historique » ? Mais il y a un hic, cette expression est semibarbarisme.

Cela dit, le courroux de Tiontion tombe à pic. Gros Plein de Soupe est assez bien trouvé. Le titiller pour son ignorance crasse et pour sa mauvaise foi impudique pourrait avoir des effets bénéfiques sur lui. Cela devrait l’amener à élargir le champ de ses copiers-collers. Il est même invité à enrichir son vocabulaire, en parlant du cahal par exemple. Sans indiquer la source, Revision n’ayant fait que franciser l’écriture du mot, comme pour ticoun. Mais qu’il ne brûle pas les étapes ! Cahal est la première, le ticoun vient beaucoup plus tard. Thion révèle que Blanc Bec est sorti il y a peu de sa gondole à Venise, il est très loin du ticoun. Quant à la tête noire, son public, elle ne supportera peut-être jamais les rayons de lumière du ticoun.

À tous les coups, Tiontion ne répondra pas.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :