Alain Guionnet – Journal Revision

8 mai 2010

PROTOCOLE

Jacques Halbronn, collaborateur juif de Revision, vient de sortir « Protocoles des sages de Sion : la source oubliée de l’antitalmudisme ». En voici le texte, bien que sa place soit dans une revue, pas dans les méandres de la toile.

L’Europe centrale, en particulier l’Autriche-Hongrie, est le parent pauvre de la recherche sur les origines du sionisme et de l’antisémititisme, une sorte de Lotharingie écrasée entre deux blocs que seraient la Russie et l’Allemagne. Deux exemples illustrent notre jugement : d’une part le fait de ne pas signaler les premières diffusions hors de Russie des Protocoles des sages de Sion, à Prague, en Bohême, au sein de l’empire austro-hongrois, et ce dès avant la première guerre mondaiale (1909), laissant entendre à tort que la première traduction allemande ne parut qu’en 1919 à Berlin, et d’autre part en occultant l’affaire roumaine, déjà évoquée (qui fit l’objet d’une communication au congrès mondial des Études juives, à Jérusalem, en 2009), qui constitue un précédent incontournable pour comprendre la genèse des solutions internationales proposées pour la « solution » de la question juive au cours des décennies qui précèdent le congrès de Bâle de 1897. Rappelons d’ailleurs que Théodore Herzl, le grand animateur dudit congrès, était lui-même un ressortissant de cette Autriche-Hongrie, né à Budapest et ayant fait carrière à Vienne. Évoquons aussi la responsabilité dudit empire dans le déclenchement de la première guerre mondiale, autour de l’assassinat de l’archiduc, à Sarajevo, sans parler du déroulement des événements qui conduisirent à la Seconde guerre mondiale et qui tournèrent notamment autour des Sudètes (Munich), partie de la Tchécoslovaquie issue de l’Autriche-Hongrie. Mais aussi de la Pologne, dont l’invasion à la fois par l’Allemagne et par la Russie conduisit la France et l’Angleterre à déclarer la guerre à Hitler.

Ce préambule effectué, il convient d’ouvrir un nouveau chapitre, largement méconnu du 20e siècle, dont l’épicentre se situe à Prague dans les dernières décennies du 19e siècle, donc avant la publication en cette ville des Protocoles des sages de Sion, autour de la personne et de l’œuvre du chanoine August Rohling. Comme dans le cas de notre étude sur la situation des Juifs en Roumanie dans les années 1870-1880, c’est l’écho qui se manifeste en France, dans les milieux antisémites, qui nous mettra sur la piste. En effet, la question des Juifs en Roumanie avait figuré assez largement chez Chabauty comme chez le chevalier Gougenot des Mousseaux (le rôle de la Roumanie dans le cadre présioniste et antisémitique n’est pas « évoqué » par Emmanuel Kreis dans Les puissances de l’ombre). À propos de ces deux auteurs, voir sur Chabauty p. 102-110. De même Rohling (1839-1931) est avant tout un compilateur d’une certaine littérature antitalmudique, et c’est par son truchement que ladite littérature parvient en France, à la fin des années quatre-vingts du 19e siècle, avant de figurer dans les années vingt su siècle suivant, compilée par Serge Nilus, en annexe des Protocoles des sages de Sion édités en français par Mgr Jouin. Les années quatre-vingts sont d’ailleurs masquées par le début de la colonisation juive en Palestine, ce qui eut des effets sur l’imaginaire tant des Juifs que des non Juifs, comme en témoigne un texte paru en allemand, à Iasi, dans cette Roumanie confrontée dramatiquement à la question juive, « Die Judenfrage und die zu ihrer Lösung vorgeschlagenen Mittel angeregt und hinausgegeben ». (Herzl emploie le mot Lösung [solution] en 1896, en sous-titre de son Judenstaat.) En réalité, cette étude n’aurait pas lieu d’être si, mystérieusement, la genèse des Protocoles des sages de Sion, telle qu’on peut l’analyser des années vingt au 20e siècle jusqu’à la première décennie du 21e siècle comprise, n’avait été entachée par certaines lacunes relatives à la question de l’antitalmudisme, tenu sous silence dans l’histoire de l’antisémitisme moderne. C’est en vue de combler cette lacune que nous entendons mettre en évidence ce chaînon. Il y a certes des exceptions à une telle omission mais une fois la part faire du travail du protestant Hermann Leberecht Strack, le bilan s’avère maigre. Ledit travail est donc certes exemplaire mais il fait plutôt figure d’exception et il conviendrait d’essayer de comprendre pourquoi il en fut et il en est ainsi. Nous voudrions donc, par la présente étude, rétablir une chronologie non lacunaire des sources du protocolisme mais force est de constater que les historiens de l’antisémitisme rechignent à inscrire l’antitalmudisme dans le cadre du 20e siècle. Cela pourrait d’ailleurs s’expliquer par le fait que l’antitalmudisme, s’il peut déformer certains textes qu’il cite ou s’il les sort de leur contexte, ne s’en appuie pas moins sur un corpus au sein duquel les Juifs parlent — depuis des siècles — des chrétiens, pas forcément de façon très diplomatique. A contrario, les Protocoles des sages de Sion sont présentés comme une pure fiction puisque se référant à des situations n’ayant jamais existé. Or, si l’on relie Talmud et Protocoles apparaît une certaine filiation, quand bien même les Protocoles seraient une falsification. En coupant les pistes reliant les Protocoles au Talmud, d’aucuns ont cru créer une sorte de cordon sanitaire, mais ils l’ont fait au risque de se déconsidérer en tant qu’historiens. Et il en aura été de même, toutes proportions gardées, pour les travaux consacrés au sionisme qui évitent de s’attarder sur le précédent roumain. Là encore, on peut comprendre qu’il ne s’agit pas d’ignorance de nombreux chercheurs, l’idée d’« installer » les Juifs hors d’Europe ne semblant pas s’être imposée d’entrée de jeu. Une « solution » européenne semble avoir d’abord prévalu dans le « concert » des puissances européennes réunies en congrès (Vienne, Paris, Berlin), et quand Herzl propose l’Argentine ou la Palestine, il avait déjà compris que la « solution » (sous-titre de L’État juif) à la roumaine, a fait long feu, alors même que la Roumanie était aux portes de l’Autriche-Hongrie et que des Juifs de cet empire avaient émigré vers ladite Roumanie, tout comme il en venait de Russie et de Pologne. Il est d’ailleurs assez patent que l’exemple roumain pouvait préfigurer les difficultés qui attendaient l’installation des Juifs en majorité européens en Palestine, dans un environnement religieux et géographique radicalement différent. L’exportation du problème juif hors d’Europe était finalement devenue un impératif mais il fallut attendre l’invasion de l’empire ottoman par les Anglais et leurs alliés français, dans la deuxième décennie du 20e siècle, pour que les choses commencent à prendre tournure. (Déclaration Balfour de fin 1917, au moment même de la Révolution d’Octobre, supposée renouveler les termes de la question juive en Russie.) Rappelons que l’arrivée de Juifs issus du Maghreb en Israël date seulement des années soixante. Leur venue conféra une autre dimension à l’arrivée des Juifs dans un État enclavé dans le monde arabe. Rappelons aussi que la Roumanie avait longtemps dépendu de l’empire ottoman et que le choix de la Palestine s’inscrivait dans une logique « ottomane » ou « postottomane ». Le parallèle entre Roumanie et Palestine est d’autant plus frappant que dans les deux cas il s’agissait d’États « jeunes », accédant à l’indépendance, et que leur « reconnaissance » avait en quelque sorte fait l’objet d’un marchandage entre Européens et populations locales : prenez nos Juifs et nous soutiendrons votre émancipation.

Trente ans avant la réception française des Protocoles

C’est en 1888 et 1889 que l’œuvre d’August Rohling touche le public francophone. Ces années n’ont pas échappé à l’attention de Marc Angenot, auteur de Ce que l’on dit des Juifs en 1889, mais il s’agissait avant tout de commémorer le centième anniversaire de la prise de la Bastille. Il ne semble pas d’ailleurs que l’ouvrage de Rohling ait été traduit à l’époque en anglais. On est donc trente ans avant l’arrivée des Protocoles en France, au début des années 1920 (voir notre ouvrage Le sionisme et ses avatars, opus cité). La comparaison de ces deux périodes de « réception » de textes antisémites forts est édifiante et il est regrettable qu’elle ait été aussi mal traitée, aussi peu signalée jusqu’à présent, à de très rares exceptions près comme celle de Hermann Strack (cf. supra). Notons que Rohling est un lecteur des publications israélites françaises de l’époque qui alimentent parfois son propos, selon une logique consistant à se servir de ce que les Juifs disent ou de ce qu’on leur fait dire…

Cette période est d’autant plus intéressante qu’elle précède de peu (une dizaine d’années environ) la période d’élaboration des Protocoles des sages de Sion, qui selon la plupart des historiens se serait déroulée à Paris, autour de 1900, faisant suite à l’affaire Dreyfus. Le mot « Sages » est emblématique car il a une connotation religieuse et même talmudique. Il s’agit des Hakhamim, en hébreu, ceux qui ont succédé aux Prophètes (les Neviim). Nilus lui-même, dans les annexes à son édition des Protocoles mentionna des passages du Talmud. « Sage » pourrait également valoir pour Rabbi, terme désignant les intervenants dans les débats reproduits dans le Talmud.

Rappelons que l’un des textes le plus souvent signalés comme annonçant les Protocoles est le « Discours du rabbin Reichhorn (dans l’œuvre de l’allemand Hermann Goedsche, Biarritz), ce qui renvoie au talmudisme et à une certaine dimension religieuse. Le discours commence par une référence aux « Sages d’Israël », ce qui préfigure la formule « Sages de Sion ». Le texte est accessible en français à partir de 1881 dans la revue catholique le Contemporain : « Tous les 100 ans, assure-t-il, nous les Sages d’Israël, nous avons accoutumé de nous réunir afin d’examiner nos progrès vers la domination du monde que nous a promise Jéhovah et nos conquêtes sur la chrétienté. » En 1901, ce discours sera évoqué au parlement de Vienne par Breznovsky, huit ans avant qu’il ne pût le faire en se basant sur le texte des Protocoles.

Avant Rohling, il semble qu’un autre ouvrage antitalmudique ait déjà eu un certain impact en France. Il serait l’œuvre d’un rabbin converti au christianisme, désigné sous le nom de Néophyte. Il paraît en français en 1888, à Paris, chez H. Gautier, dans une présentation de « jab » sous le titre Le sang chrétien dans les rits de la synagogue moderne (BNF). On en connaît une version italienne, qui aurait été tirée d’un texte original moldave, Il sangue cristiano nei riti ebraici della moderna sinagoga — Rivelazioni di Neofito ex rabbino (Prato, 1883, BNF).

« Il serait curieux et intéressant de suivre dans le cours des siècles l’enseignement moral ou plutôt immoral des sociétés secrètes. On y retrouverait dans des termes différents les principes du Talmud (…) Chacun voit l’enchaînement des sociétés ennemies du christianisme depuis la race juive au temps de la compilation du Talmud jusqu’à la franc-maçonnerie de nos jours : elles s’engendrent les unes des autres, elles se succèdent, elles ont toutes le même fond d’impiété et la même fin : la dépravation de la race humaine », p. 393-397. Henri Desportes cite (p. 258) cet ouvrage sur le sang dans la synagogue moderne, dans son étude de 1889 parue en même temps et chez le même éditeur que Le Juif selon le Talmud. Le mystère du sang chez les Juifs de tous les temps était déjà signalé par Gougenot des Mousseaux : « Pour cacher leurs abominables superstitions, écrit le chevalier, les Juifs ne se sont pas contentés d’effacer de leurs livres les préceptes qui les leur ordonnaient ». Toutefois « ils n’ont pas réussi à tout cacher. »

Comment les Juifs réagirent-ils à cet antitalmudisme ? Il convient de rappeler que les accusations de meurtre rituel avaient déjà concerné le Talmud. Leur stratégie consista à déclarer que bien des Juifs ne lisaient plus depuis longtemps le Talmud. D’autres mirent en évidence un certain nombre de falsifications des textes talmudiques. Sur le premier point, il leur fut rétorqué que le Talmud ne continuait pas moins à les marquer. Cela dit, en produisant un « nouveau » Talmud sous la forme de Protocoles, on démontrât que l’esprit talmudique antichrétien n’était pas mort, même chez les plus laïcs des Juifs, et c’est là que l’on bascule de l’antijudaïsme à l’antisémitisme. Les Juifs auraient le Talmud dans le sang, vaste débat sur l’interaction du culturel et de l’inné ! Sur le second point, l’accusation de falsification sera récurrente en ce qui concerne les Protocoles des sages de Sion. Or, comme on le voit, l’argument avait servi trente ans plus tôt. Ajoutons que Rohling fit l’objet de procès intentés par la communauté juive de Prague, ce qui anticipe en quelque sorte sur le procès de Berne, dans les années trente, intenté à un éditeur allemand des Protocoles.

Édouard Drumont, au lendemain de la parution de sa France juive, en 1886, préfaça en 1889 une traduction française du Talmudjude de Rohling (par A. Pontigny). Pontigny ne s’est pas servi de la première édition, de 1871, du livre de Rohling, mais de celle de 1877 comportant un nouveau chapitre premier, et la préface de Drumont fut ensuite traduite en allemand par Carl Paasch. On connaît deux éditions françaises du livre de Rohling. Plusieurs ouvrages suivirent dans la foulée, en écho au Juif selon le Talmud. L’un d’eux même le précéda, paru à Tulle en 1888, L’esprit juif ou les Juifs peints par eux-mêmes d’après le Talmud, par un certain Goré O’Thouma, qui fut vraisemblablement influencé par la sortie cette année-là d’une première traduction française du livre de Rohling à Bruxelles. On notera que le texte de Drumont, qui connut une certaine fortune en allemand, n’est pas mentionné par Emmanuel Kreis. Édouard Drumont voit dans l’ouvrage de Rohling « l’événement capital de cette fin de siècle ». Voici quelques-uns de ses propos :

« Aucun doute ne peut cette fois exister sur l’authenticité des textes cités par l’auteur et les Juifs eux-mêmes ont renoncé je crois à épiloguer à ce sujet. Nous avons donc devant nous un document d’un prix inestimable qui nous permet de pénétrer en quelque façon dans l’âme même ou plutôt dans le cerveau du Juif ; de savoir exactement les sentiments qu’il éprouve vis-à-vis de nous ; de connaître la conception qu’il a de toute chose au point de vue social comme au point de vue moral. » « Ce que le livre de Rohling a permis aux Allemands de faire ; c’est ce que votre traduction [Drumont s’adresse à Pontigny, note d’Halbronn] nous permet de faire de notre côté. » « Quel besoin les Juifs d’aujourd’hui auraient-ils d’étudier le Talmud ? Il est imprimé dans leur cerveau par la loi de l’hérédité. »

Le traducteur vers le français précise : « Le Juif talmudiste est l’homme d’aujourd’hui autant que celui d’hier. Il est donc indispensable de connaître les principales dispositions de la loi talmudique à notre égard pour apprécier avec quelque justesse l’action du judaïsme contemporain. »

Pour Flavien Brenier, le Talmud expliquerait comment les Hébreux, « peuple élu », seraient devenus Juifs corrompus, cause et clef de leur déchéance.

Dans le texte français, il est question des réactions juives au Talmudjude de Rohling, mais elles émanent des milieux juifs sur place et figurent chez Rohling. Chapitre I, p. 38 : « Si le juif réformé objecte que le rabbinisme n’a rien de divin à ses yeux, nous lui répondons alors : c’est cependant dans la synagogue que vous voulez faire le salut de votre âme. »

On ne connaît guère de réaction de la part des Juifs français à cet antitalmudisme alors que les réactions en allemand abondent (liste non exhaustive) sur une dizaine d’années, notamment celle du luthérien Franz Delitzsch, à Der Talmudjude, par August Rohling, Münster 1871 : Entstelltes, Unwahres und Erfundenes in dem Talmudjuden Professor Dr August Rohling’s, par Kroner, Münster 1871. Die Sittenlehre des Talmud und der zerstörende Einfluss des Judenthums im Deutschen Reich (Berlin 1876, AIU). Prof. Rohling’s falschmünzerei auf talmudischen Gebiet, par Philipp Bloch (Posen 1876, AIU). Meine in Veranlassung eines Processes abgegebenen Gutachten über den Talmud in erweiterter Form, par Manuel Joël (Breslau 1877, AIU). Rohling’s Talmudjude, par Franz Delitzsch (Leipzig 1881, AIU).

Publication qui entraîne aussitôt la réplique d’August Rohling dans Franz Delitzsch und die Judenfrage, antwortlich beleuchtet (Prague 1881, AIU). [La bibliographie de plus d’une page que poursuit Halbronn n’est pas reproduite pour plusieurs raisons. À cause des nombreuses fautes de germain, mais aussi de références que commet Halbronn, qui n’indique pas la traduction française des ouvrages teutons qu’il cite. Les noms des auteurs de ces livres, revus et corrigés, se trouvent dans l’index, NDLR.]

Il semble que les Juifs francophones n’aient guère souhaité entrer dans une polémique publique autour du Talmud, ce qui expliquerait pourquoi le précédent antitalmudique sera aussi peu invoqué à propos des Protocoles des sages de Sion.

Il conviendrait d’ailleurs de se demander pourquoi il fallut attendre la fin des années 1880 pour que le Talmudjude fût traduit en français et ce à deux reprises. On  ne peut pas exclure que cela était dû à la crise roumaine dont les échos furent importants en France chez Chabauty et chez Gougenot des Mousseaux notamment. C’est ainsi que la deuxième édition du Juif de Gougenot des Mousseaux date de 1886. Son titre parle de « judaïsation », et rappelons que c’est sous son nom que parurent les premières traductions à partir du russe des Protocoles à Prague en 1909. Drault dit des Protocoles (pp. 147-148) : « Ils sont le Talmud adapté aux circonstances actuelles et le Talmud n’est pas l’œuvre d’un faussaire antijuif, lui ! Il est bien l’œuvre des rabbins, il est un code juif, une théorie du combat, pour la domination du monde et pour la mise en esclavage des non-Juifs. » Mais pareil rapprochement reste très marginal.

À la veille de la parution française des Protocoles

Encore en 1912 le Talmud est à l’honneur (si on peut dire), avec Le Talmud et la Synagogue moderne, par A.-F. Saubin (Paris), se référant à Drach et évoquant des traductions françaises édulcorées. « Nous n’ignorons pas que l’on peut prendre prétexte de certaines éditions modernes du Talmud pour donner un démenti à ce que nous avons rapporté de la haine des Juifs contre les chrétiens » (p. 58). En 1913, on peut lire sous la plume de Flavien Brenier, opposant au Pentateuque et au Talmud : « Les Juifs et le Talmud. Morale et principes sociaux des Juifs d’après leur livre saint : le Talmud (avec un aperçu des circonstances historiques dans lesquelles le peuple juif renonça à la loi de Moïse) » (Bureaux de la Ligue Française Antimaçonnique). Notons que ces publications parues après une série d’éditions russes des Protocoles des sages de Sion, ainsi que des premières publications en Autriche-Hongrie desdits Protocoles n’en disent encore mot. Brenier traite de la « valeur actuelle du Talmud » (p. 76 et sq.). Il passe en revue les objections modernes, parmi lesquelles la faculté d’un individu d’échapper à la loi du groupe, mais Brenier rappelle alors que le monde juif est contraignant (excommunication, Hérem). [ Herem signifie plutôt anathème, mais la confusion entre anathème et excommunication est fréquente, NDLR.] En 1914 Albert Monniot, s’appuyant sur le Talmud (p. 96 et sq.), publie, avec une préface de Drumont, Le crime rituel chez les Juifs (Paris). Il y est fait une place à Rohling, Monniot citant la version belge de son livre, Le Juif talmudiste. Nous ne sommes plus que six ans avant les premières traductions françaises des Protocoles ! Encore qu’il convienne de noter les objections de l’aumônier du lycée de Rouen Vacandard, qu’il formula en 1912 dans « La question du meurtre rituel chez les Juifs ».

On aurait dont pu s’attendre dans les années vingt à ce que le lien entre Protocoles et Talmud fût réaffirmé et ressassé lors des premières traductions françaises des Protocoles. Ce sera le cas en Allemagne autour d’Hermann Strack mais point en France, comme si du côté israélite on n’avait pas souhaité rallumer le débat autour du Talmud. Mais même du côté des partisans des Protocoles, aucun ouvrage ne propose une filiation, peut-être parce que cela aurait pu donner à entendre que les Protocoles auraient été calqués sur le Talmud. Aucun camp n’aurait donc eu intérêt à évoquer Rohling…

Pour preuve de cette occultation de l’antitalmudisme, l’ouvrage en langue anglaise de Norman Cohn portant sur les Protocoles traduit en français par Léon Poliakov dans les années soixante. Dans Histoire d’un mythe, la “conspiration juive”, l’ouvrage d’Hippolyte Lutostanski Le Talmud et les Juifs est seulement cité, bien que n’ayant jamais été traduit en français.

En 1992, quand Taguieff publie deux volumes sur les Protocoles des sages de Sion, il ne dit quasiment rien sur l’antitalmudisme, sauf en ce qui concerne la réception des Protocoles dans le monde arabe ! Page 213, le chercheur amorce enfin, en note, un développement sous le titre « Héritage des stéréotypes antijuifs : l’influence de la littérature européenne anti judéo-maçonnique et antitalmudique ». Taguieff conclut ce chapitre tardif de son travail par ces mots : « la thématique fondamentale des Protocoles se retrouve donc déjà dans le Juif talmudiste de Rohling » (p. 216). Mais cette référence est absente de sa présentation d’ensemble de la question (in « La vérité est ailleurs, ou la véritable histoire des Protocoles des sages de Sion »). Il en sera de même dans la réédition chez Fayard de 2004 de son ouvrage : Les Protocoles des sages de Sion. Faux et usages d’un faux. Comment se fait-il que cette mention de l’antitalmudisme, qui devrait être au centre de l’ouvrage, se trouve en note en pied de page, dans un chapitre assez marginal ? Il y a là au moins problème de perspective ! (cf. Les puissances de l’ombre, par Emmanuel Kreis [Paris, CNRS Éditions, 2009], p. 216 et sq.).

Le travail d’Hermann Strack (1848-1922) et l’antitalmudisme dans l’entre-deux-guerres

Strack s’est surtout fait connaître en France, dès 1892, par ses travaux sur le meurtre rituel, qui serront discutés en français et en anglais. D’ailleurs Rohling avait consacré des travaux à ce sujet, après la parution de son Talmudjude. Ce n’est qu’en 1921, au lendemain de la traduction allemande publiée à Berlin en 1919, sous le titre Die Geheimnisse der Weisen von Zion [Les secrets des sages de Sion, NDLR], que dans cette ville paraîtront, peu avant la mort de l’auteur de la traduction, ses Jüdische Geheimgesetze [Lois secrètes juives, NDLR], qui elles ne seront pas accessibles en français avant d’être reprises par Joseph Santo à l’encontre des Juifs. Le sous-titre est explicite : « Rohling, Ecker und kein Ende? » (Rohling, Ecker, et après ? Berlin 1920), par Hermann Strack, et « “Die Weisen von Zion” und ihre Gläubigen » (“Les sages de Sion” et leurs partisans, NDLR, Berlin 1920). L’éditeur de ces ouvrages est clairement d’obédience juive. Starck a le mérite de lier antitalmudisme et Protocoles des sages de Sion, alors qu’aucun des camps qui s’opposent ne le juge bon en France. Rappelons que Rohling, dont un des ouvrages connut en France une fortune remarquable, n’est pas pionnier dans ce domaine. On notera la récurrence du mot Geheimnisse (secrets), qui resurgit après la publication à Vienne (en Autriche), d’un essai du théologien catholique lituanien Justin Bonaventure Pranaitis (1861-1917), officiant à Saint-Pétersbourg, initialement publié en latin en 1892 sous le titre Christianus in Talmude Iudæorum sive Rabbinicæ doctrinæ de Christinis secreta, dans une traduction allemande de Joseph Deckert, Das Christenthum Talmud der Juden oder Die Geheimnisse der rabbinischen Lehre über die Christen. Connu actuellement sous le titre de « Talmud démasqué » (Talmud unmasked), cet ouvrage, traduit en 1939 en anglais et en italien, connaît sur Internet une fortune assez remarquable qui correspond à un retour de l’antitalmudisqme, qui tend à éclipser les Protocoles des sages de Sion, ouvrage trop décrié du fait de son plagiat.

Strack montre notamment qu’une citation latine des Protocoles est directement issue de la traduction (non-juive) de Jérôme de Stridon : « per me reges regnant », ce qui serait peu vraisemblable dans un cénacle juif… [Semi-aberration, car «Per me reges regnant » (par moi les rois règnent) se trouve dans Proverbes 8,15, livre de l’Ancien Testament traduit par Jérôme de Stridon en latin à partir des textes grec et hébreu. Strack confond auteur et traducteur, NDLR.]

Strack incarne l’opposition allemande aux Protocoles et servira de référence dans les années trente à Alexander Stein, dans son Adolf Hitler, Schuler der Weisen von Zion (Karlsbad [Tchécoslovaquie] 1936). Autrement dit « Adolphe Hitler, élève des sages de Sion », livre où Stein vise à montrer que l’attitude du chancelier allemand n’est pas sans évoquer les « conseils » machiavéliques desdits Protocoles.

En ce qui concerne la France, signalons le livre d’Oscar de Férenzy Les Juifs et nous chrétiens (Paris 1935), préfacé par le père Defaux, Supérieur général des prêtres missionnaires de Notre-Dame de Sion, qui ne mentionne pas les Protocoles des sages de Sion mais un autre ouvrage de Strack que celui que nous avons signalé.

En fait, un seul auteur, farouchement antisémite au demeurant, paraît avoir combiné Protocoles et antitalmudisme. Il s’agit de Joseph Santo (de Colmar, 1869-1944), qui s’est fait une spécialité de dénoncer toutes sortes de falsifications dans les domaines les plus divers, qui, dans les années trente, publie à son compte la brochure Le code dogmatique et moral des Juifs. Le Talmud, ce qu’il est et ce qu’il enseigne (Paris 1938, BNF). Au sommaire : « Le Talmud et les Protocols [sic] ». Un chapitre s’intitule « Le Talmud, vraie Bible des juifs et Source des Protocols » (la forme utilisée est anglaise, car c’est en Angleterre que l’intérêt pour les Protocoles prit initialement une certaine ampleur). Citons ce passage de l’ouvrage de Santo : « Demandez à la même adresse que la présente brochure le texte authentique des Protocols qui ne sont que la mise en pratique dans le monde entier des doctrines insensées et criminelles du Talmud. Ces deux ouvrages sont absolument indispensables pour connaître la question juive et comprendre ce qui se passe dans le vaste univers dont les Juifs poursuivent l’hégémonie. »

Santo s’appuie sur la première traduction française parue de Rohling, celle de 1888, et il évoque ce que « Les Juifs eux-mêmes pensent du Talmud » (p. 30) : « Malgré tant d’erreurs, d’horreurs, de saletés, d’obscénités, de sacrilèges renfermés dans le Talmud (…) le 23 décembre 1931, à l’Université populaire juive (…) j’ai entendu de mes oreilles le conférencier juif faire un éloge dithyrambique du Talmud où, dit-il “les grands Juifs, les grands rabbins ont puisé leur doctrine” ». Santo est aussi l’auteur des Grands secrets actuels, documents inédits et écrasants, sorte de bréviaire antijuif où il propose le « symbole antijuif ». Voir aussi La vérité sur la Révolution (p. 10), brochure parue en 1939, pour le cent cinquantième anniversaire de l’événement.

Il nous faut aussi signaler certains articles ou projets d’articles de revues combinant les deux corpus (voir notre ouvrage Le sionisme et ses avatars, opus cité, p. 194). C’est ainsi que Jean Drault (in la revue de Gohier la Vieille France n° 277 du 25 mai 1922) sera l’auteur d’une étude intitulée « Le Talmud, code d’assassinat et de pillage qui a inspiré les Protocols [sic] ». Drault est également auteur d’une Histoire de l’antisémitisme parue en 1944. Dans une étude récente en espagnol, « Talmud y cristianismo : historia y causas de un conflicto » (1988), Moisés Orfali écrit en se référant au Talmudjude de Rohling (p. 162) : « La ventaja de esta obra sobre la de Los protocolos de los sabios de Serge Nilus estriba en que se basa en textos judios del Talmud y de la literatura rabinica en general y no en la fantasia de un proyecto imaginario acerca de la hegemonia mundial para el pueblo de Israel como es el caso de Los protocolos de los Sabios de Sion. » [Seuls titre et nom de l’auteur ont été corrigés, la conformité de la citation n’ayant pu être vérifiée, NDLR.]

À de très rares exceptions près, on notera une tentative jusque là réussie de découpler antitalmudisme et Protocoles des sages de Sion, ce qui fait problème d’autant plus qu’il y avait eu résurgence de l’antitalmudisme à la veille de la rédaction puis de la parution desdits Protocoles. Les Protocoles nous semblent avoir eu l’impact qui fut le leur en ce qu’ils venaient, en quelque sorte, confirmer les accusations antitalmudiques. Les Protocoles sont un Talmud « moderne », comme l’on parle d’une synagogue « moderne » (Bassin). Ils se présentent non point comme une attaque contre les Juifs mais comme une révélation de ce que les Juifs pensent, entre eux, des chrétiens, à l’instar de ce qui se produit pour le Talmud. Mais le fait que les Juifs se déclarent « peuple élu » ne nourrissait-il pas déjà une certaine hostilité à leur égard ?

Rohling et Paul Le Cour

Paul Le Cour, dans L’ère du Verseau (1937), cite un ouvrage de Rohling paru en en 1901 : Auf nach Zion: oder die grosse Hoffnung Israels und allen Menschen (Kempten, AIU), traduit l’année suivante en français sous le titre En route pour Sion ou la grande espérance d’Israël et de toute l’humanité (Paris, AIU). Ce qui montre l’intérêt que l’on n’avait cessé d’accorder en France à Rohling, dont l’ouvrage, selon Le Cour, fut « retiré du commerce à la demande de la Congrégation de l’Index, en 1909 ». Que lit-on dans En route pour Sion ? On y regrette la position antisioniste de l’abbé Lehmann, juif converti au catholicisme. Rohling analyse ainsi la situation et ce d’une façon que semble approuver Le Cour près de quarante ans plus tard. « La Main de Dieu, écrit-il, qui pousse au retour dans la Palestine se sert de nos jours au-dedans d’Israël du mouvement sioniste, comme au dehors elle se sert de ce qu’on appelle l’antisémitisme » (p. V).

Rohling semble d’ailleurs reprendre une argumentation propre à L’État juif (Der Judenstaat) de Herzl, parue en allemand cinq ans plus tôt : « Mais même ces Juifs aisés aimeront tout de même y aller à leur tour, après que les éléments les plus pauvres et les plus énergiques auront de nouveau rendu habitable le sol de leurs Pères. Et ceux qui ne voudront pas y aller de leur plein gré y seront forcés plus tôt qu’ils ne pensent par la force sans cesse croissante des événements. » C’est ce prophétisme rohlinguien que Le Cour prend à son compte, qui s’inscrit dans le scénario du Second Avènement de Jésus avec le personnage de l’Antéchrist.

Des sources des Protocoles

La France et Paris semblent bien être l’épicentre de la fabrication des Protocoles des sages de Sion, ou du moins d’une première mouture manuscrite et perdue, sans oublier évidemment l’affaire Dreyfus qui servit de catalyseur à l’antisémitisme. Le fait que Nilus (qui profita du contexte russe autour de la révolution de 1905 et d’une campagne politique liée à l’élection de la Douma) se présente en tant que « traducteur », indique une source autre que le russe. Et l’emprunt au français ne se réduit pas au cas Joly.

Certes, l’on ne saurait oublier le plagiat concernant Maurice Joly, mais ce plagiat avait pour objet de conférer quelque substance à un projet consistant à « faire parler » les Juifs, dans une optique assez proche de l’antitalmudisme. Joly est le contenu, l’antitalmudisme le contenant, le cadre. Signalons en passant que nous avons pu observer le même phénomène à propos de la fabrication des Centuries de Nostradamus, quand des passages entiers de La guide des chemins de France de Chales Estienne (1552) furent utilisés pour constituer des quatrains. Il est courant qu’un processus de contrefaçon implique le recours au plagiat, ce qui fait gagner du temps.

Mais peut-on exclure que Joly ait pu, lui-même, être inspiré par l’antitalmudisme dont on sait qu’il faisait fureur en Allemagne dans les années soixante-dix, et dont Rohling n’avait pas le monopole ?

Il semble bien que le faussaire russe, établi à Paris, chargé de composer les Protocoles, ait eu connaissance non seulement du Dialogue de Joly mais aussi d’une traduction française du Talmudjude de Rohling. Rappelons qu’une autre traduction française du livre de Rohling parut en 1888 à Bruxelles : Le Juif talmudiste, résumé succinct des croyances et des pratiques dangereuses de la juiverie, présenté à la considération de tous les chrétiens, ouvrage entièrement revu et corrigé par l’abbé Maximilien de Lamarque, docteur en théologie, chanoine à Monte Galiano. On y trouve l’offre suivante : « Récompense de 10 000 francs à celui qui prouvera qu’une seule des citations contenues dans cet ouvrage est fausse. » L’une ou l’autre de ces éditions a pu se trouver dans la bibliothèque du faussaire russe, qui n’avait pas intérêt à révéler ses sources. Or, si la piste Joly a été très largement signalée, la piste antitalmudique a été largement occultée.

Selon nous, sans les traductions françaises de 1888 et 1889 du Talmudjude de Rohling, il n’y aurait pas eu de Protocoles des sages de Sion. On a un sentiment de déjà vu quand on compare la réception du Talmudjude à celle des Protocoles, comme quand on compare la question juive en Roumanie avec la question juive en Palestine, à quelques décennies de distance. Dans les deux cas, il nous apparaît que deux phénomènes majeurs du 20e siècle, protocolisme et sionisme, ne furent pas traités comme ils auraient dû l’être, pour dissimuler certains précédents.

Ajoutons que Serge Nilus, qui consacre une annexe à l’antitalmudisme dans son édition des Protocoles de 1905, a pu prendre connaissance de cette littérature à travers Justinas Pranaitis. D’ailleurs, Pranaitis connaît une vogue considérable sur Internet,ce qui confirme que l’antitalmudisme connaîtrait un nouveau souffle et qui met en relief les lacunes des historiens des Protocoles des sages de Sion sur l’antitalmudisme de cette contrefaçon.

La présente étude est dans la ligne de notre ouvrage consacré au Monde juif et l’astrologie (Milan 1985), issu d’une thèse dirigée par Georges Vajda (ÉPHÉ et université Paris III, 1979) ; d’une part parce que nous y avons étudié les croyances astrologiques dans le Talmud (notamment la question du Mazal au traité Shabbat) et d’autre part parce que nous avons souligné à quel point les Juifs du 19e siècle étaient embarrassés, au point de basculer dans une certaine dénégation, par le rappel qui était fait de croyances astrologiques et magiques médiévales au sein du monde juif.

Jacques Halbronn, 7 avril 2010

_________________________________

Voici la première adaptation de cette étude de Jacques Halbronn. Sa publication s’est étendue sur quatre jours. Sa rédaction et les recherches afférentes ont duré près de vingt heures. Elle sera revue et corrigée, y compris sur le site. Même les banales corrections ne sont pas achevées. Elles le seront sous peu. Adapter un texte signifie supprimer un mot quand l’auteur dit « expliquerait éventuellement » (éventuellement disparaît dans ce cas). En revanche, la fidélité à l’esprit de l’auteur s’impose. Il écrit Adolphe Hitler, très bien, libre à lui. Ce faisant, il fait apparaître l’origine juive du pape de sa mère. Autrement dit sa race, conformément à la tradition juive. En revanche, si le complexe d’Œdipe est douteux en ce qui concerne le goy, il ne l’est pas pour Halbronn, au père juif allemand, fâché avec le germain. Au point que tous les titres d’ouvrages qu’il cite dans cette langue ou presque sont à corriger, parfois aussi leur références et le nom de l’auteur. Non seulement Halbronn est persuadé connaître le germain, prétention que n’a pas Revision, mais il ne voit pas en son père un juif allemand car il était alsacien ! Dans ce cas, Guionnet n’insiste pas, il tourne la page. Il songe seulement qu’Halbronn a hérité de son père son goût des capitales.

En réalité, Halbronn a deux langues vernaculaires (barbarisme de lettré) : anglais et hébreu. Il écrit très bien anglais, langue affreusement compliquée mais moins, à certains égards, que le français, et il est excellent professeur d’hébreu pour goy francophone attardé du bocal, après qu’il eut appris cet idiome dans les livres puis sur le tas, en Israël pendant deux ans, à partir de juillet 1967. Ayant épousé dans les années quatre-vingt-dix une « juive » ukrainienne, Halbronn est devenu plus misogyne qu’il ne l’était à la suite de cette expérience.

Halbronn est effrayé quand on lui dit que l’excision du prépuce rend plus vite impuissant, quand on lui annonce que son concurrent Emmanuel Kreis n’est pas coupé, ou encore quand on le traite de guinal. Le malheureux aurait aimé être juif de cour façon Esther Benbassa, mais il est trop vieux et son désir de faire carrière comme historien de l’antijudaïsme et de l’antisémitisme n’aboutira pas. Halbronn explore cependant nouvelle piste, très bien. Certains de ses arguments tiennent la route, tandis que son allégeance à la fable du faussaire russe auteur du Protocole est secondaire, car Halbronn ne fait que reprendre la thèse des « historiens » spécialistes de la question. Mais qui sont-ils en France ? Kreis ? Mais il dit lui-même qu’il ne connaît rien à l’affaire. Taguieff ? sociologue slave ramonant une juive ? Halbronn ? pur juif prêt à négocier, conformément à sa race juive du pape ? Guionnet ? goy nostalgique du royaume de Lothaire, partisan de la guerre au Sarrazin ? Voilà la bande des quatre « spécialistes » du Protocole bord de Seine, là où il fut écrit. C’est entre ces quatre-z-yeux que se trouve la vérité.

Un commentaire »

  1. Ce travail est excellent. un des meilleurs articles de ce site !!!!

    Commentaire par Pat — 16 novembre 2014 @ 15:18 | Réponse


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :