Alain Guionnet – Journal Revision

24 novembre 2009

SANOFI DERRIÈRE COUPAT

Filed under: Uncategorized — guionnet @ 17:59

Au moment où les coupasseries sont relancées avec l’arrestation ce jour d’un complice présumé de Julien Coupat à Tarnac, village en passe d’être aussi célèbre que Jarnac, la thèse du complot de l’industrie pharmaceutique bat son plein. Une vidéo, « Julien Coupat : un révolutionnaire ? » révèle la main cachée qui dirige : c’est Sanofi, cinquième industrie pharmaceutique mondiale, où ses père et mère occupèrent de hauts postes, qui aurait créé de toutes pièces le faux révolutionnaire pour faire diversion. Avec la complicité du Sultan Charkeuzois, qui favorisa la création de la dernière mouture Sanofi ainsi que l’implantation d’une de ses entreprises au Mexique peu de temps avant qu’éclatât la pandémie de grippe goye, ou porcine. Sanofi est aussi spécialiste de la maladie d’Alzheimer, d’où la poltique antitabac et la priorité donnée au traitement de cette maladie par le Sultan (le tabac ayant prétendument pour vertu d’en empêcher le développement). Le film, trop ancien, ne parle pas des effets désastreux d’un vaccin contre la grippe répandu au Canada. Mais les dés sont jetés. Ils inquiètent les brontosaures médiatiques, dont certains dénoncent les bobards de la toile.

Nonobstant le prétendu vaccin contre la grippe espagnole, qui n’existait pas, qui aurait tué énormément de gens à la fin de la première guerre mondiale, un brontosaure soutient que les « conspirationnistes » assurent que le SIDA n’existe pas ! Allusion au numéro 20 de Revision d’octobre 1990 et à l’étude de Bernard Cattiaux. Le titre était celui de la rédaction, avide de raccourcis, furieuse d’avoir été interdite de vente au mineur, de publicité et d’affichage quelques mois avant. Il signifiait que le syndrome immunitaire déficitaire acquis existe depuis très longtemps, mais qu’il n’avait pas été diagnostiqué faute de matériel performant. Toute personne décédée du SIDA était dite morte de cachexie ou de pathologie secondaire. Le SIDA fit des ravages au goulag, dans les camps de concentration hitlériens, etc., la cause est entendue. Mais il est choquant d’être traité de conspirationniste, mot barbare, quand on sait que ceux qui le prononcent sont souvent adeptes du croc-en-jambe, du pousse-toi de là que je m’y mette, du pied dans la porte, et tutti quanti.

L’auteur de la bande précitée a voix d’homme ayant trentaine d’années. Il s’étonne à juste titre de l’énorme soutien médiatique apporté à Coupat, mais il ne le doit pas tant à la situation de ses parents qu’à sa condition de ticouniste, fils d’Auschwitz. Le goy français, imbu de lui-même, croit la chose négligeable. En cela il judace, à moins qu’il soit ignorant. Grande gueule, il se prépare à tomber de haut.

%d blogueurs aiment cette page :